Note de recherche – Qu’est-ce qu’une œuvre d’art féministe ?

Qu’est-ce qu’une œuvre féministe ? (Emma Nubel)

      Alors que cette 15e édition de la Biennale d’art contemporain de Lyon joue la carte de la parité en invitant presque autant d’artistes femmes que d’artistes hommes –  vingt-quatre pour vingt-six pour être exact.e – et que le nombre d’expositions qui se clament féministes ne cesse d’augmenter ;  il est nécessaire de se poser la question de savoir ce qu’est une exposition féministe. Plus largement, il faut se demander ce qu’est une œuvre d’art que l’on pourrait nommer comme telle. Art des femmes ou art pour les femmes ; les œuvres féministes concernent-elles seulement un public féminin, mais surtout des créatrices – comme le laisse entendre l’exposition Créatrices – L’émancipation par l’art, qui vient de se terminer au Musée des Beaux-Arts de Rennes ? 

Ainsi, ce travail de recherche s’appuiera sur un panel de quatre grandes expositions. La première elles@pompidoudatant de 2009, peut se concevoir comme étant une des premières – si ce n’est la première –  à remettre en question l’art comme étant le fruit exclusif d’artistes masculins. Mes réflexions se nourriront également  des expositions Women House qui a eu lieu à la Monnaie de Paris (10/17-01/18), Mademoiselle au Centre Régional d’Art Contemporain d’Occitanie à Sète (07/18-01/19) et Créatrices – L’émancipation par l’art au Musée des Beaux-Arts de Rennes (06/19-09/19).  Bien évidemment cette liste est non exhaustive et rend compte de mon choix de questionner des expositions qui se proclament explicitement comme étant féministes. À défaut de trouver la mention dans le titre, ce terme revient sans cesse dans l’intention voulue de la part du commissariat artistique.  Je trouvais également nécessaire d’étudier un panel d’expositions qui ne se concentrent pas seulement à Paris.  De plus,  il me semblait pertinent d’aborder des expositions temporellement proches de nous afin de voir quelle conception le mot « féministe » pouvait revêtir dans un contexte où les enjeux égalitaires et les études de genre prennent de plus en plus d’importance. L’exposition au Centre Pompidou, elles@pompidou devient alors un point de repère temporel nécessaire à la comparaison afin de voir les changements qu’il y a eu depuis dix ans. Il est également important de noter que ces expositions sont le fruit d’institutions culturelles d’assez grande taille et que mon choix ne s’est pas porté sur des accrochages de galeries. En effet,  questionner la conception que peuvent avoir ces institutions quant à ce que sous-tend le qualificatif « féministe » – tant dans la redéfinition possible d’une histoire de l’art misogyne que dans la compréhension de ce que pourrait signifier un art féministe – était plus pertinent que de réfléchir à des accrochages plus petits et avec une intention différente dans une galerie, à savoir la vente.  

Féminisme : est-ce simplement un qualificatif qui est apposé a posteriori par le ou la commissaire d’exposition sur l’ensemble des réalisations ? À quel point un art dit féministe n’est-il en réalité qu’un art créé par des femmes ? Comment créer quand on est féministe et comment rendre visible ces intentions-là dans son travail ? Est-ce que seules les femmes peuvent faire un art féministe ? Toutes ces questions seront autant de pistes de réflexion afin d’appréhender ces quatre expositions mentionnées au-dessus, afin de voir si elles peuvent se clamer comme étant féministes, ou non. Jouent-elles avec les codes genrés de la féminité ou bien cherchent-elles a les  dénoncer ?  Mais surtout, ces questions seront le point de départ d’une remise en question d’une conception misogyne de l’art et de l’histoire de l’art. 

Références bibliographiques  

COTTINGHAM Laura, Combien de « sales féministes » faut-il pour changer une ampoule ? Antiféminisme et art contemporain, éd. Tahin Party, Lyon, 2000 (1994 en anglais). 

HUSTVEDT Siri, Un monde flamboyant, (trad. LABOEUF Christine, A Blazing World), éd. Actes Sud, 2014

NOCHLIN Linda, Femmes, art et pouvoir et autres essais, éd. Jacqueline Chambon, 1993 

RECKITT Helena et PHELAN Pehhy, Art et féminisme, éd. Phaidon, Paris, 2005 

ROBINSON Hilary (dir.), Féminist-art-theory, éd. Blackwell Publishers, Massachusetts, 2001