Compte-rendu de la rencontre avec Maria Candea et Laélia Véron

Suite à leur venue dans le cadre d’une conférence à l’Université Lyon 2 sur leur livre Le français est à nous!, nous avons eu la chance de pouvoir nous entretenir avec Laélia Véron et Maria Candea.
Maria Candea est maîtresse de conférence en linguistique française à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, elle travaille notamment sur la phonétique des accents.
Laélia Véron est maîtresse de conférence en stylistique française à l’Université d’Orléans. Elle travaille sur l’humour chez Balzac et la sociolinguistique.

Leur livre Le français est à nous!, sous titré Petit manuel d’émancipation linguistique, vient déconstruire des idées reçues sur la langue française. Elles y montrent que la langue n’est pas neutre et encouragent tout le monde à la questionner. Leur podcast Parler comme jamais explore des thèmes divers, certains abordés dans le livre et d’autres nouveaux, en partant des clichés que nous avons sur la langue française.

Le livre et sa génèse

Qu’est ce qui vous a poussé à faire ce livre? (Vous soulignez les propos de l’Académie française en 2017, sur la langue française qui serait en “péril mortel”, y a-t-il un moment en particulier dans la vie publique qui vous a donné envie d’écrire ce livre?)

Maria Candea et Laélia Véron ont relevé plusieurs raisons ayant mené à la rédaction de Le français est à nous!. Elles notent, au départ, leur énervement à propos des débats sur la langue qui partaient souvent de bases erronées, biaisées, notamment à cause de l’académie française et de la vulgarisation médiatique.
Les éditions La découverte les ont contacté suite à un entretien pour la revue Ballast, intitulé “Le langage est politique”, qui avait suscité de nombreuses réactions. L’idée initiale était d’écrire à propos de l’écriture inclusive mais il existait déjà de bons ouvrages sur le sujet et certains étaient en préparation. Le livre tel qu’il est paru démontre leur volonté de montrer le plus largement possible la dimension politique de la langue, un chapitre est consacré à la “masculinisation et féminisation du français” mais le livre explore de nombreux autres débats de société.
Tout en étant scientifiquement rigoureux, le livre est accessible et destiné à un public large. Il encourage aussi à aller plus loin avec une bibliographie à la fin de chaque chapitre.

Les différents supports

On a pu remarquer que vous abordiez certains sujets du livre dans le podcast, est-ce que vous vous adressez à des publics différents par ces deux médias? Est-ce que vous avez plus ou moins de liberté dans la façon de traiter vos sujets selon le support?

Les deux projets sont différents, le livre a été publié en avril 2019 et le podcast a été lancé en septembre 2019, les négociations ayant commencé en juin.
Elles nous ont décrit le podcast comme étant dans la lignée du livre. Il reprend sa volonté de vulgariser la recherche et a un aspect didactique en répondant à une question centrale dans chaque épisode et en fournissant des sources, des liens pour aller plus loin. Mais le podcast permet d’ouvrir la discussion à d’autres chercheur·euse·s, d’explorer d’autres manières de s’adresser aux gens, à différents publics. Il leur permet aussi de traiter de la langue à l’oral et d’aborder des sujets qui ne sont pas dans le livre.
Elles ont souligné que le soutien financier et institutionnel de la Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France leur permet de suivre l’intention qu’elles avaient de ne pas restreindre le podcast à la région parisienne. Ce qui n’aurait pas eu de sens pour traiter de sujets comme les accents régionaux par exemple. De plus, le statut de soutien, contrairement à celui de partenaire, signifie que la DGLFLF n’a pas droit de regard sur la ligne éditoriale. Leur liberté est donc plus grande qu’elle le serait avec un partenaire.

Apports des études sur le genre, des études postcoloniales, des études sur la transidentité

Vous présentez le livre comme un “manuel d’émancipation linguistique “. Vous vous situez ainsi dans une démarche de politisation des débats et enjeux linguistiques, encourageant tou·te·s les usager·ère·s de la langue française à participer aux débats, peu importe si leurs pratiques correspondent à la norme établie. Comment les études sur le genre et les études post-coloniales ont-elles pu influencer vos travaux, vos méthodes? Quelle place faites-vous aux études sur la transidentité?

Laélia Véron nous a répondu que le livre essayait de se situer dans une démarche intersectionnelle, comme ce fut le cas aussi ensuite pour le podcast. La question de qui s’exprime, sur quel sujet, se pose dans le choix des invité·e·s. Cela demande un réel effort: elle a remarqué, par exemple, que les hommes se montrent souvent plus disponibles et plus à l’aise pour venir s’exprimer. Elle déplore de ne pas avoir pu encore inviter suffisamment de jeunes chercheuses. Cependant, le podcast, pouvant plus facilement faire appel à des témoignages personnels, offre plus de liberté qu’une production strictement académique.
Maria Candea nous a parlé d’un travail de recherche sur la non-binarité de genre et la voix. Elle a souligné l’importance de donner la parole aux personnes concernées mais les difficultés parfois à mettre cela en place. Ce projet par exemple, aurait bénéficié du fait d’y intégrer une personne non-binaire faisant des recherches en phonétique mais aucune personne correspondante n’a été trouvée. Elle nous a également fait part de son impression de mener une “double vie” alors qu’elle était militante féministe et menait en parallèle une formation classique en linguistique française. Faire communiquer les deux lui a semblé prendre beaucoup de temps. Le changement pour elle est venu du terrain, de ses lectures et du fait qu’une perspective féministe soit devenue plus audible au sein de l’université.
Les études sur le genre, postcoloniales ou sur la transidentité structurent la façon dont on pose les questions. Elles permettent de diversifier les catégories, voir comment elles s’intersectionnent, les exploser pour laisser entrevoir un continuum.

Sur les notions de « style » et « accent »

Vous remettez en question la notion “d’accent de banlieue” et plus largement celle “d’accent” dans le podcast (“Les accents ont toujours tort”) et dans un de vos articles (“La notion d’accent de banlieue à l’épreuve du terrain” Maria Candea), vous y introduisez l’idée de l’emploi de “style”, pouvez-vous développer?

Maria Candea, qui a réalisé nombre de recherches à ce sujet, souligne que c’est le milieu politique qui s’est emparé de la notion “d’accent de banlieue” qui est présenté comme un phénomène plus général qui n’est pas spécifique à une région. Elle souligne la fluidité des “accents” et l’instrumentalisation dont ils font l’objet afin de mettre en place une hiérarchie entre les locuteur·rice·s qui peuvent tour à tour être dominé·e·s ou dominant·e·s. Maria Candea met en avant que l’accent peut varier en intensité suivant le milieu dans lequel on est, le groupe social. Il n’est nullement figé puisqu’une même personne peut, à divers degrés et moments de la journée, prendre l’accent de ses professeur·e·s (moins marqué ou pas) pour ensuite le modifier une fois arrivée dans sa famille par exemple. Le mot « style » est un terme qui apparaît spontanément dans le discours des personnes interrogé‧e‧s. Maria Candea a également insisté sur la dimension genrée de cette catégorie « accent de banlieue » : en effet, il est compris comme « plus masculin », même par les jeunes filles qui le performent. Cet « accent de banlieue » est moins un « accent » qu’une pratique, un signe de reconnaissance des jeunes qui sont inséré·e·s dans la « culture de rue ». Maria Candea souligne ainsi le caractère subversif des dénominations telles que « accent de diva » ou « accent de journaliste » qui, aux yeux des personnes concerné·e·s peuvent apparaître comme incorrectes voire choquantes car “l’accent” est associé, réservé à quelque chose de dévalorisé socialement.

Laélia Véron souligne la connotation des mots « style » et « accent ». L’usage de tel ou tel terme est en effet un choix puisque suivant la position occupée à ce moment-là (dominé‧e ou dominant‧e), les pratiques langagières sont tantôt des « accents » tantôt des « styles ». A quel moment choisit-on d’attribuer tel ou tel terme ? De même, elle met en évidence la hiérarchie et la connotation des mots « argot » utilisé pour qualifier les pratiques langagières des dominé·e·s et « style » pour celles des dominant·e·s.

L’insécurité linguistique

Dans le livre, vous faites appel à la notion d’insécurité linguistique, pourriez-vous l’expliquer? Qu’est-ce que cela produit? (Dans le podcast, vous parlez par exemple d’une actrice de la Comédie française qui n’avait d’abord pas répondu à votre invitation, avant de vous avouer qu’elle ne s’était pas sentie légitime pour parler de langue car elle était dysorthographie.)

L’insécurité linguistique désigne le sentiment de malaise, d’illégitimité lié au fait de ne pas bien maîtriser une langue ou une forme de langue. Elles nous ont exposé que cela peut entraîner des stratégies d’évitement comme le fait de changer l’emploi d’un mot pour un autre ou bien le mutisme, un rapport compliqué à l’école, etc.
Elles ont insisté sur le fait qu’il y ait des questions politiques très fortes liées à qui parle, qui se sent légitime à parler. En tant que personnes amoureuses de la langue, il leur importe de montrer que tout le monde est légitime à s’en emparer, elles souhaitent un rapport joyeux à la langue.

Sur la notion de littérarité

Que pensez-vous de la notion de littérarité ?

Laélia Véron a insisté sur le fait qu’il y a des aller-retours quant à ce qu’on considère comme « littéraire » ou non et qu’examiner les conditions socio-historiques de production permet de contextualiser la notion de « littérarité » au fil de l’histoire littéraire. Se pose ainsi la question épistémologique pour Laélia Véron du rapport littérature/sociologie (confrontée directement à la question, nombre de ses travaux se nourrissent de cet angle analyse). Doit-on réduire toute production littéraire à une production sociale parmi d’autres ? D’où vient cette « autre chose » s’il y en a ? Elle indique alors que se produit durant sa recherche un mouvement de balancier : tantôt tout lui semble pouvoir être expliqué socialement, par les critères sociaux, tantôt tout n’est pas explicitable que par cela. Elle souligne donc qu’il peut y avoir une marge d’autonomie, sans déterminisme social dont on pourrait se saisir mais qu’il faut rester prudent à ne pas tomber dans le « trop abstrait » qui pourrait déconnecter la littérature du monde. Cela l’amène également à poser la question du politique : que faire du canon ? Canon qui se présente comme une superstructure impossible à questionner ?

L’enseignement de la langue : un apprentissage à la soumission ?

Quelle serait pour vous la meilleure façon d’enseigner la langue française? Avez-vous des idées, pistes de réflexion?

Laélia Véron qui enseigne également en prison met en avant que le contexte, le milieu d’enseignement influencera fortement les méthodes mises en place. Toutes deux soulignent cet enseignement à la soumission qui passe par l’enseignement de la langue française aux enfants dès leur plus jeune âge. Maria Candea souligne notamment que les enfants sont entraîné·e·s à exercer un esprit critique sauf dans certaines disciplines telles que la grammaire ou dans leur apprentissage de l’orthographe. Ainsi, il·elle·s sont entraîné·e·s à accepter qu’il existe des normes qui n’ont aucun sens, un enseignement de l’arbitraire qui se poursuit même dans les études supérieures où les étudiant·e·s ne sont pas encouragé·e·s à penser les processus institutionnels de légitimation de tel ou tel sujet (Qu’est-ce qu’un chef d’œuvre ? par exemple). Un enseignement de la langue qui n’excluerait pas l’existence de “variables” les conduirait à penser ludiquement la notion de “possible”.

Laélia Véron ajoute que cette notion d’arbitraire n’aide absolument pas à bien apprendre puisqu’on « apprend bien quelque chose qu’on comprend ». Elle rappelle un propos tenu dans l’un de leurs podcasts, selon lequel nous ne devons pas être au service de la langue, c’est elle qui doit nous servir. Ainsi, en apprenant des règles arbitraires aux enfants, cela peut devenir un facteur de mutisme pour tou·te·s les utilisateur·rice·s de la langue car il·elle·s auront peur de commettre une faute. Maria Candea, dans cette même lignée, souligne qu’avec cette idée « d’arbitraire », il y aurait l’idée d’une « langue qu’on n’aurait pas le droit de toucher ». Ainsi Maria Candea et Laélia Véron soulignent leur attachement à la langue et, avec la formule « Le français est à nous ! », replacent ainsi la langue comme outil politique qui nous concerne tou·te·s.



Citer ce billet
alebourgeois (2022, 21 mai). Compte-rendu de la rencontre avec Maria Candea et Laélia Véron. Master Genre, littératures, cultures. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oz88

alebourgeois

Après trois ans d'études de multimédia et une année au Japon (Nagoya University of Foreign Studies) où elle a découvert les études de genre, Axelle Lebourgeois est actuellement en master 2 Genre, Littérature, Culture à l'université Lyon 2. Son mémoire de recherche, dirigé par M-J Zenetti, vise à explorer comment le shōjo manga (bande-dessinée japonaise à destination des filles) traite des questions de genre et de sexualité. Son corpus est composé d'œuvres d'autrices du Groupe de l'an 24 comme La Rose de Versailles de Riyoko Ikeda, Le Cœur de Thomas de Moto Hagio et Kaze to Ki no Uta de Keiko Takemiya.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search