A qui appartient le corps d’une femme ‘orientale’ ? La tradition orientaliste et les écrits d’Assia Djebar »

Conférence de Malgorzata Sokołowicz, jeudi 13 mars de 14h00 à 16h00, Université Lyon 2 Lumière, 86 rue Pasteur salle G 219

Enseignante chercheure à l’Université de musique Fryderyk Chopin de Varsovie et à l’Institut de romanologie de l’Université de Varsovie.

La conférencière entend prendre comme point de départ la création du mythe de « la femme orientale » en Europe: d’abord ses origines au XVIIIe siècle, avec les Mille et une nuits de Galland, le Recueil Ferriol (Cf. Gallica) et les Lettres turques de Lady Montagu, puis  son âge d’or au XIXe siècle. Malgorzata Sokołowicz abordera ensuite le travail de Delacroix et du changement qui a eu lieu dans ses représentations de « la Femme orientale » après son voyage au Maroc, enfin un contrepoint avec  les  Femmes d’Alger dans leur appartement d’Assia Djebar permettra d’analyser son interprétation de la toile de Delacroix et son attitude envers la tradition orientaliste. La conférence se concentrera alors sur l’image des femmes qui émerge des écrits djebariens et de leur « libération » dans la perspective de l’écrivaine. 


Auteur : Touriya Fili-Tullon

Maîtresse de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.