Le genre des émotions au Moyen Âge : rencontre avec Damien Boquet

Damien Boquet est maître de conférences HDR en histoire du Moyen Âge à l’Université d’Aix-Marseille. La discussion organisée le 16.05.2021 entre Damien Boquet et le master Genre, Littérature, Culture nous a permis de croiser son sujet de prédilection, l’histoire des émotions, notamment à travers des sources d’origine religieuse, et le nôtre, les études de genre  ainsi que la littérature. Damien Boquet, après son agrégation d’histoire en 1992, travaille et effectue un doctorat d’histoire dit nouveau régime à Paris IV-Sorbonne. Sa thèse intitulée L’Ordre de l’affect au Moyen Âge. Autour de la notion d’affectus-affectio dans l’anthropologie cistercienne au XIIe siècle s’inscrit dans le champ de l’histoire des émotions dont il est un des précurseurs en France. C’est ce champ de recherche qui nous a particulièrement intéressées durant cet entretien.

Interrogé sur son rapport aux études de genre, Damien Boquet explique que c’est avant tout grâce à sa directrice de thèse, Paulette L’Hermite-Leclercq, qu’il est initié aux études de genre ou du moins à l’approche des gender studies. En effet, Paulette L’Hermite-Leclercq est une pionnière dans l’histoire des femmes du Moyen Âge. Quand elle indique qu’elle souhaite travailler sur ce sujet, elle ne fait pas grand cas des réserves de son directeur de thèse, Georges Duby, qui lui fait remarquer qu’elle rencontrera des problèmes quant aux sources. Elle trouve néanmoins d’autres moyens pour faire cette histoire des femmes, de la même manière que Damien Boquet utilisera des sources variées pour son histoire des émotions. Aujourd’hui, même s’il avoue humblement ne pas s’investir autant qu’il le pourrait dans la lecture d’ouvrages théoriques sur le genre, Damien Boquet s’enthousiasme de cette rencontre et son approche quant aux questions de genre reste ouverte.

Nous notons qu’un lien peut être fait entre son sujet de prédilection, les émotions, et le genre comme sujet et outil analytique. Le lien premier est social : les émotions font partie des éléments qui structurent les rapports homme/femme, particulièrement en Occident, comme Damien Boquet le montre par ses recherches. C’est en effet au XIIIe siècle que certaines émotions deviennent l’apanage d’un groupe sexuel[1], à savoir les femmes, et qu’elles deviennent peu à peu déconsidérées. Le lien avec le genre est ainsi évident. Le second lien entre l’histoire des émotions et les études de genre est universitaire : ces deux domaines ont ou ont eu du mal à être légitimés dans la recherche. L’histoire des émotions a longtemps été décriée, n’étant pas considérée comme un objet sérieux, de la même manière que le genre a bataillé et bataille toujours pour se faire accepter comme outil d’analyse pertinent et sujet fécond. Pourtant, c’est là que le genre et les émotions se séparent, puisque le genre est d’emblée accepté comme un concept critique, un outil pertinent pour l’analyse des sociétés. Sa définition a pris du temps à être reconnue mais elle est maintenant plus ou moins acquise tandis que la définition du concept d’émotion diffère selon les zones géographiques et les époques. 

La médiévistique et l’intersectionnalité

Le concept d’intersectionnalité est un outil d’analyse issu des études féministes et qui permet de considérer les différentes formes de domination auxquelles sont soumis des individus. Ce concept permet de penser le fait que les différents rapports de domination ne sont pas distincts mais influent les uns sur les autres, que ces rapports ne se superposent pas mais s’imbriquent. Cette notion nous a paru pertinente pour évoquer les travaux de Damien Boquet. La question de la langue et de l’écriture, à laquelle s’intéresse vivement Damien Boquet, semble être un bon indicateur des différentes formes de domination que subissent certaines personnes. En effet, ce sont les clercs, les hommes lettrés, qui écrivaient l’histoire et il y a directement là un rapport de classe et de sexe. La question qui découle de cette réflexion est de savoir s’il est possible de rendre visibles ces silences de l’histoire, silences où se trouvent les minorités de classe, de sexe et de race (la question de la race étant peut-être un critère moins pertinent pour la période médiévale ou se pose selon d’autres enjeux). Quant à ces silences, Damien Boquet nous fait remarquer que, dans l’hagiographie des saintes, certaines femmes ont eu voix au chapitre concernant le récit de leur vie comme c’est le cas pour Angèle de Foligno. Il souligne aussi que certains récits écrits par des femmes reconduisent les mêmes stéréotypes que ceux qui furent écrits par des hommes – ce qui montre  toute la perversité de la domination masculine qui a réussi à instrumentaliser et construire une image de la femme que celle-ci intériorise sans la remettre en question. Lorsque nous avons proposé à Damien Boquet cette notion d’intersectionnalité et que nous lui avons dit que c’est à l’aide de cette catégorie que nous avons lu ses travaux, il nous a répondu que sa formation à l’histoire totale ou globale le portait  davantage vers l’organisation de la société et qu’il préférait cette complexité aux rapports binaires et aux superpositions artificielles de dominations. Un petit débat s’en est suivi, qui fut un des moments les plus riches de cette rencontre. Pour nous, la notion d’intersectionnalité a été créée pour pouvoir aborder la complexité du monde et ne pas réduire les personnes à une discrimination. Nous continuons à penser que ce concept est adapté pour parler du travail de Damien Boquet mais nous entendons qu’il ne souhaite pas se revendiquer de cette approche.

La construction du féminin dans les écrits de saintes

Damien Boquet revient sur la question de la corporalité et de son importance dans la pensée religieuse du XIIe siècle, notamment auprès des femmes, plus particulièrement à travers le port des stigmates du Christ. En effet, si la première personne à avoir reçu les blessures du Christ se trouve être François d’Assise, les suivantes sont exclusivement des femmes. Damien Boquet explique ce fait par le discours naturalisant qui se développe autour des femmes et qui les cantonne à l’émotivité, aux larmes, à l’affect afin de les écarter des aspects plus intellectuels de la religion (les femmes ne peuvent devenir prêtres ou étudier la théologie dans les universités…). Il insiste par ailleurs sur le fait que le lien entre François d’Assise et une pratique féminine n’est pas une coïncidence. Le saint utilise des codes et des stéréotypes associés à la féminité dans la société de son époque : l’affectivité, les déclarations d’amour, le rire, le discours sur la maternité… Ainsi il existe une certaine « prédisposition » à ce que les stigmates soient transmis aux femmes par François d’Assise. 

Le travail de Damien Boquet sur les femmes mystiques nous fait penser à la pratique des « reclusoirs »[2] religieux pour les femmes et à la lecture émancipatrice qui en a découlé. Damien Boquet explique que le terme « féministe » ne peut cependant pas être appliqué à cette pratique d’émancipation féminine. Ce terme s’inscrit en effet dans une logique de prise de conscience sociale et politique ce qui n’est pas, lui semble-t-il, le cas pour la question des reclusoirs. Il admet cependant que cette pratique très féminine est un moyen utilisé par les femmes de l’époque pour s’arracher du pouvoir masculin (du père, de l’époux, du frère) et que, comme le souligne Didier Lett, « parfois ces reclusoirs ont pu protéger ces femmes des dangers de la vie »[3].

Le Moyen Âge dans la construction des masculinités

Très tôt, il est apparu évident à Damien Boquet que la période médiévale nécessitait une histoire des hommes, une histoire des déterminismes qui pèsent sur les dominants, de même qu’une histoire des femmes avait été entreprise. Alors que le travail actuel de Damien Boquet[4] se concentre beaucoup sur la description des femmes mystiques et la construction du féminin dans l’hagiographie, nous notons que la plus grande part des sources sur lesquelles il travaille ont été faites par des hommes et en disent très certainement plus sur le masculin que sur le féminin. Damien Boquet nous fait remarquer qu’il ne faut pas oublier que les sources que nous lisons, qu’elles proviennent d’un homme ou d’une femme, sont le produit de la pensée dominante du temps. Si la vision que nous pouvons avoir des femmes grâce aux sources religieuses est le produit d’un filtre masculin, les sources féminines n’en sont pour autant pas plus sincères, ou plus véridiques. Damien Boquet insiste aussi sur le fait que certaines hagiographies féminines, si elles ont été écrites par des hommes, l’ont été en collaboration avec la sainte concernée, lorsque celle-ci n’était pas déjà morte. Toutes les écritures du féminin n’ont pas été faites dans un but d’instrumentalisation du pouvoir mystique des femmes.

Au sein de l’étude des masculinités, aborder la période médiévale permet aussi de comprendre certaines constructions de la virilité. Ainsi, de même que les chercheurs John Boswell[5] ou plus récemment Louis-Georges Tin[6] se sont intéressés à l’histoire de la relation homosexuelle ou homo-affective, Damien Boquet voit dans le XIIe siècle la période la plus intéressante quant à l’exaltation des amitiés homo-affectives, essentiellement masculines. Il souligne l’étrangeté du Moyen Âge par rapport à notre vision des choses : avant le XIIe siècle, le champ de l’amour et le champ de la sexualité sont totalement distincts, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Ainsi, avant la fin du XIIe siècle, on peut trouver des sources littéraires dans lesquelles se lisent des amitiés masculines très intenses, très corporelles, sans qu’il n’y ait d’implication sexuelle. Or dans le courant de ce même siècle se dessine une évolution des pensées et une rencontre des domaines de la sexualité hétérosexuelle et de l’amour, en parallèle, notamment, de l’évolution du mariage dans les discours ecclésiastiques. C’est ainsi qu’apparaît le « soupçon de sodomie »[7] et que la question des amitiés masculines, éléments structurants des sociétés médiévales (et actuelles), commence à poser problème. C’est pourquoi à partir des XIIIe et XIVe siècles, on remarque un changement dans la façon de présenter ces amitiés : celles-ci deviennent plus « viriles ». On enjoint les relations entre hommes à être moins démonstratives, les hommes doivent prendre plus de précautions afin d’éviter le soupçon de collusion sexuelle. Il est intéressant de noter que ces précautions, de même que ces soupçons, planent encore sur les amitiés masculines modernes.

Et les femmes dans tout ça ?

Interrogé sur l’existence d’amitiés féminines dans la littérature médiévale, Damien Boquet souligne le fait que la figure féminine est régulièrement un instrument de la narration et qu’elle est plutôt un objet au sein des relations entre hommes qu’un véritable sujet des textes de fiction, comme l’a notamment montré Georges Duby[8], ce qui explique pourquoi on ne trouve pas d’amitié féminine aussi forte que les amitiés masculines au sein de la littérature médiévale. Pour autant, on trouve des traces de telles amitiés dans les correspondances monastiques dans lesquelles des femmes entretiennent des amitiés qui apparaissent comme très intenses. Les cas d’amitiés entre béguines ou abbesses dans les hagiographies féminines sont nombreux. Ces hagiographies permettent d’aller contre l’idée reçue que les femmes étaient enfermées dans leur monastère : au contraire, elles pouvaient circuler de monastère en monastère, elles se rendaient visite et parfois se déclaraient leur affection. Néanmoins, la disproportion avec les amitiés masculines est énorme, notamment dans la littérature qu’on aurait pu penser comme un espace de liberté. De plus, il faut bien considérer le fait que ces amitiés étaient publiques et participaient aussi d’une construction sociale de l’affectivité, plus qu’elles n’étaient des amitiés privées.

De la misogynie dans la littérature courtoise

Dans le livre Sensible Moyen Âge, co-écrit par Piroska Naguy et Damien Boquet, une partie est dédiée à une réflexion sur l’amour, sentiment auquel se sont intéressés les spécialistes du Moyen Âge « bien avant qu’émerge une ²histoire des émotions² »[9]. Cet amour, on le désigne aujourd’hui sous le terme d’amour courtois. Dans ce livre, les chercheur·euses parlent de la « misogynie exubérante qu’on rencontre dans une partie de la littérature courtoise »[10]. Nous demandons alors son avis à Damien Boquet sur la possibilité de l’existence de relations hommes/femmes équitables dans la littérature courtoise. Il nous répond que la construction idéalisée d’un amour dit romantique est une autre façon de cantonner les hommes et les femmes dans des rôles assignés et que, lorsque les rôles sont assignés, ils sont nécessairement dissymétriques, dans un rapport d’autorité et de domination. Mais ce n’est pas ce qui lui semble le plus pertinent à étudier car ces textes médiévaux s’inscrivent dans une société dans laquelle la misogynie est omniprésente, ce qui se reflète dans la littérature. Ce qui lui semble plus intéressant est ainsi d’interroger les modalités d’existence de cette domination.

Pour autant, il nous semble important d’étudier la construction de ces récits, les schémas amoureux ou de genre qu’ils mettent en place et comment ces schémas résonnent encore, ou non, avec nos façons actuelles de penser l’amour et de penser les relations entre les genres. Surtout qu’il n’est aujourd’hui pas évident pour tout le monde que le schéma de l’amour courtois est sexiste.

Cet entretien nous a finalement beaucoup apporté quant à notre manière de considérer la littérature médiévale comme objet d’étude. Au cours de la discussion avec Damien Boquet, l’importance de faire remonter nos systèmes de genre jusqu’au Moyen Âge nous est apparue, de même que la nécessité d’étudier l’histoire conjointement à la littérature. Échanger sur les questions de genre avec un chercheur en histoire qui n’a pas forcément les mêmes approches que nous a été enrichissant. Sa réflexion sur l’origine du genre et l’existence d’une distinction entre femme/féminin et homme/masculin dès le Moyen Âge nous a aussi permis de réaffirmer le fait que nos recherches s’inscrivent dans une continuité et qu’elles ne sont pas un « effet de mode » comme certain·es peuvent parfois le croire.

Emma Colombier, Inès Cavaller, Juliette Janodet

Pour aller plus loin 

BOQUET Damien et NAGUY Piroska, Sensible Moyen Âge, une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, Paris, Seuil, 2015.

BOQUET Damien, Sainte vergogne. Les privilèges de la honte dans l’hagiographie féminine au XIIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2020.

BOSWELL John, Christianisme, tolérance sociale et homosexualité, trad. de l’anglais (États-Unis) par Alain Tachet, Paris, Gallimard, 1985.

DUBY Georges, « À propos de l’amour que l’on dit courtois » [1987], Mâle Moyen Âge : de l’amour et autres essais, Paris, Flammarion, Nouvelle bibliothèque scientifique, 2009, p. 74-82.

KUEFLER Matthew, « Male Friendship and the Suspicion of Sodomy in Twelfth-Century France », dans Matthew Kuefler (dir.), The Boswell Thesis: Essays on Christianity, Social Tolerance, and Homosexuality, Chicago, The University of Chicago Press, 2006, p. 179-212.

LETT Didier, Hommes et Femmes au Moyen Âge, Histoire du genre, XII-XVe siècle, Paris, Armand Colin, 2013.

LETT Didier, « Les parents égarés et l’enfant mort. Les émotions paternelles et maternelles au début du XIIIe siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire, n° 47, 2018.

TIN Louis-Georges , « 1. Moyen Âge : de la culture homosociale à la culture hétérosexuelle », dans Louis-GeorgesTin (dir.), L’Invention de la culture hétérosexuelle, Paris, Autrement, 2008, p. 14-48. 

Médiagraphie

BOQUET Damien, « Comment exprimait-on ses émotions aux Moyen Âge ? », conférence à la cité des sciences [URL : https://www.franceculture.fr/conferences/palais-de-la-decouverte-et-cite-des-sciences-et-de-lindustrie/comment-exprimait-on-ses-emotions-au-moyen-age].

COLOSIMO Anastasia, « épisode 4 : Le temps des émotions ? », Les chemins de la philosophie, avec pour invité Damien Boquet, [URL : https://www.franceculture.fr/emissions/les-chemins-de-la-philosophie/lumiere-sur-le-moyen-age-44-le-temps-des-emotions].


[1] Didier Lett, « Les parents égarés et l’enfant mort. Les émotions paternelles et maternelles au début du XIIIe siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire, n° 47, 2018.

[2] Un reclusoir (ou une recluserie) est un petit édifice clos (et parfois juste une cellule) situé en abord d’une agglomération, près d’un pont ou annexé à un édifice religieux (église, chapelle), où vivait un reclus ou une recluse. C’est une pratique très féminine.

[3] Didier Lett, Hommes et Femmes au Moyen Âge, Histoire du genre, XII-XVe siècle, Paris, Armand Colin, 2013, p. 107.

[4] Voir en particulier Damien Boquet, Sainte vergogne. Les privilèges de la honte dans l’hagiographie féminine au XIIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2020.

[5] John Boswell, Christianisme, tolérance sociale et homosexualité, trad. de l’anglais (États-Unis) par Alain Tachet, Paris, Gallimard, 1985.

[6] Louis-Georges Tin, « 1. Moyen Âge : de la culture homosociale à la culture hétérosexuelle », dans Louis-GeorgesTin (dir.), L’Invention de la culture hétérosexuelle, Paris, Autrement, 2008, p. 14-48. 

[7] Matthew Kuefler, « Male Friendship and the Suspicion of Sodomy in Twelfth-Century France », dans Matthew Kuefler (dir.), The Boswell Thesis: Essays on Christianity, Social Tolerance, and Homosexuality, Chicago, The University of Chicago Press, 2006, p. 179-212.

[8] Georges Duby, « À propos de l’amour que l’on dit courtois » [1987], Mâle Moyen Âge : de l’amour et autres essais, Paris, Flammarion, Nouvelle bibliothèque scientifique, 2009, p. 74-82.

[9] Damien Boquet et Piroska Naguy, Sensible Moyen Âge, une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, Paris, Seuil, 2015, p. 158.

[10] Ibid., p. 159.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.