Sur la lisibilité, lecture de l’article d’Aurore Turbiau « Je dis d’ailleurs que j’ai des cellules amazoniennes. Le patriarcat est une science-fiction », Michèle Causse.

Aurore Turbiau et Manon Berthier ont été les invitées d’une rencontre organisée par Camille Islert lors d’une de la séance du cours Recherche appliquée du 11 février. La rencontre a été animée par Elvire Chies-Scotto, Gabrielle Rioux et Céleste Tafforeau.

Aurore Turbiau est doctorante contractuelle en littérature comparée depuis septembre 2018 et chargée de cours à l’université Sorbonne. Elle est membre du collectif Les Jaseuses, de l’association des Ami·es de Monique Wittig, et du groupe Philomel.

Parmi ses thèmes de recherche, les théories de l’engagement littéraire, histoire et théorie de la littérature, la littérature féministe, littérature des femmes, l’histoire du féminisme, du lesbianisme et du queer, les Renouveaux critiques et théoriques des années 1970, le Nouveau Roman et les Utopies.

Elle s’intéresse beaucoup aux littératures engagées des autrices féministes et/ou lesbiennes des années 1970 et aux rapports entre politique et littérature qu’elles mettent en scène dans leurs œuvres. Elle travaille sur les questions contemporaines du féminisme. Littératures Engagées est son carnet personnel.

Elle prépare une thèse intitulée L’Engagement littéraire dans les années 1970 : féminismes de la deuxième vague sous la direction d’Anne Tomiche. Son objet de recherche est la littérature féministe des années 1970-1980, en France et au Québec, qui s’est en même temps investie dans les revendications politiques et dans la recherche esthétique. Elle affirme que « parce que la littérature, la langue, la culture, ont été, selon les féministes, accaparées par les hommes depuis toujours, elles sont politiques. Il s’agit de redonner leur place à ces écrivaines dans l’histoire de l’engagement littéraire ».

Aurore Turbiau a publié le 11/11/2020 et mis à jour le 06/01/2021 un article sur le carnet Les Jaseuses intitulé « Je dis d’ailleurs que j’ai des cellules amazoniennes. Le patriarcat est une science-fiction », Michèle Causse. Avant de proposer une lecture de l’article, une brève présentation de Michèle Causse s’impose.

Michèle Causse est née le 29 juillet 1936 à Martel. En 2010, elle a choisi le jour de son 74ème anniversaire pour aller auprès de l’Association Dignitas, à Zurich, afin de « dé/naître ».

Après avoir obtenu un diplôme de traductrice à l’Université de Paris (Sorbonne), Michèle Causse a enseigné en Tunisie, vécu dix ans à Rome où elle a étudié le chinois et écrit un essai sur la condition des caméristes-concubines-courtisanes dans les romans Ming (inédit). Rentrée en France, elle a écrit L’encontre dont Monique Wittig fut la première lectrice. Elle a vécu pendant huit ans en Martinique et écrit, pour le compte du ministère des Droits des femmes, une étude sur la stratification ethno-sociale des femmes en Martinique, et deux ouvrages, Lettres à Omphale, et (         ). Elle a ensuite brièvement vécu à New York, elle a séjourné pendant un an dans la communauté de Barbara Deming où elle a pu côtoyer Sonia Johnson (ex-candidate à la présidence des USA). Elle a enfin émigré au Canada où elle a publié plusieurs ouvrages. Rentrée en France, elle a publié Contre le sexage (Balland, 2003).

Michèle Causse a contribué à faire connaître la culture lesbienne mondiale en traduisant de l’anglais et de l’italien une trentaine de romans (Melville, Gertrude Stein, Djuna Barnes, Mary Daly, Silone, Pavese, Natalia Ginzburg, Alice Ceresa, Luigi Malerba, etc.). Elle a été professeure invitée à Rome, consultante à l’Unesco, professeure invitée à Montréal à l’Université Concordia. Elle a écrit une œuvre importante, des essais, des fictions, des nouvelles et poèmes, où elle élabore une lecture et propose une critique du monde patriarcal.

Aurore Turbiau voit en Michèle Causse une « figure importante de la scène féministe et lesbienne des années 1970-2000. Son article « Je dis d’ailleurs que j’ai des cellules amazoniennes. Le patriarcat est une science-fiction », Michèle Causse s’appuie sur des extraits de Penser la langue, l’écriture, le lesbianisme, livre d’entretiens paru en 2016 aux Éditions sans fin, éditions lesbiennes de Montréal. Son article s’intéresse à Michèle Causse en tant que praticienne lesbienne politique de l’écriture.

C’est un article composé de quatre parties :

_ Féminisme et lesbianisme matérialistes…

_ … littéraires : trouver une place au sujet lesbien, re-fonder le monde

_ « L’essentiel que l’on pourrait écrire essence-ciel, essence-y-elle »

_ « Refonder le langage, à mon sens, c’est la tâche à laquelle doivent s’atteler les écrivains politiques, autrement dit éthiques, les seules qui aient un regard de sujet à sujet ».

Ce qu’on peut retenir de cet article est que pour Causse, re-fonder le langage permet de changer le monde. Elle n’hésite pas à déconstruire la langue ni à créer des déplacements de genres, de préfixes et d’attributs. Elle invente une grammaire et met en place des procédés capables de déconstruire l’assujettissement des femmes. Elle décrypte l’oppression langagière qui est à la fois symbolique et politique du patriarcat. Causse conçoit pour son projet une utopie lesbienne sans oppression.

C’est la question de la lisibilité des textes et une citation de Causse  «Comment mon texte peut-il entrer dans votre contexte?» demandent de plus en plus nombreuses certaines  «je» mauvais sujets. […] nous c’est-à-dire cette pluralité de «je» radicales actives dans la négation du «on» (homme) qui nous régit et veut nous nier.» qui m’amènent à proposer une double lecture de l’article de Turbiau.

Ce souci de la lisibilité est dévoilé à travers le style d’écriture de Turbiau. En comparant le langage et les tournures de Causse dont « l’interloquée » (l’interrompue, l’interdite de parole, celle à qui la parole est arrachée), « dé/générée », « les oubliés de l’oubli » à la simplicité et la fluidité de la langue pour lesquelles opte la chercheuse, on se rend compte qu’elle aspire certes à écrire, mais surtout à être lue et à rendre lisibles d’autres textes.

La chercheuse développe une réflexion fondée sur des extraits de Michèle Causse. Cette réflexion est non seulement une lecture, mais aussi une traduction. Ce n’est pas une traduction d’une langue vers une autre. C’est en effet une manière d’adopter un texte aux lecteurices contemporain.e.s. Ce que propose Turbiau est de faire une lecture actualisée du texte de Causse et ce qu’elle donne à lire est plus proche de la réception. Elle réussit alors, d’une part, à placer le texte source dans son contexte, et d’autre part à le décontextualiser en fonction des changements sociopolitiques en vue de le rendre accessible et d’en assurer la lisibilité aujourd’hui.

Cette proposition de lecture se fonde aussi sur d’autres facteurs plus matériels dont le choix du support et du canal de transmission. Si Causse a fait publier ses textes dans différentes maisons d’édition, en particulier en France et en Suisse, Turbiau fait partie des Jaseuses et son article est publié sur leur carnet.

Les Jaseuses de qui se sont inspiré·es Aurore Turbiaud et ses adelphes ont d’abord été les “parleuses” Xavière Gauthier et Marguerite Duras, puis leurs acolytes québécoises, les jaseuses de la Jasette. Les Jaseuses forment un collectif de chercheur-euses féministes en non-mixité. Pour elles, être chercheuse, c’est travailler à découvrir, inventer, comprendre, et enrichir la connaissance d’un sujet. Ce qui les rassemble, c’est la volonté de faire de la recherche sans limiter celle-ci à sa définition académique. Elles sont journalistes, artistes plasticien-nes, auteur-ices, doctorant-es, docteur-es, masterant-es, illustrateur-ices, photographes, critiques d’art, performeur-euses, vidéastes, danseur-euses, professeur-es, commissaires d’expositions qui travaillent bénévolement par conviction de l’importance scientifique et politique de leur recherche[1].

La question de la lisibilité est en effet très liée à celle de l’accessibilité. Les Jaseuses ont réussi à proposer un canal de transmission alternatif par la facilité d’y accéder et sa gratuité à travers leur collectif. Leurs productions sont d’autant plus accessibles car elles ne reposent pas sur un langage académique difficile à déchiffrer. Dans la 16ème note de bas de page de son article, Aurore Turbiau partage explicitement des inquiétudes et des discussions du collectif concernant la réception. Elles se demandent s’il est nécessaire de mentionner « trigger warning » pour avertir que le contenu pourrait être choquant. Cette note montre que la lisibilité est au cœur non seulement de la réflexion, mais aussi des pratiques de Turbiau.

L’épitaphe revue et corrigée par Michèle Causse donne sens à cette lecture proposant des pistes d’analyse fondées sur une double lecture de l’article d’Aurore Turbiau. Ces pistes puisées dans l’intertextualité touchent à la contextualisation, incitent aux redéfinitions et peuvent amener à des rééditions.

Morte à plusieurs reprises, je ne suis pas sûre d’être née. Ce pourquoi toute notice biographique me semble une imposture. Irréelle, voire empruntée à une autre. Ce que je n’ai pas fait m’importe infiniment plus que ce que j’ai fait. Ainsi de ce qui ne m’est pas arrivé. J’ai néanmoins une histoire, laquelle ressemble à une carte de géographie (France, Tunisie, Italie, Etats-Unis, Antilles, Canada), autant de topoï, espaces vibratoires d’intensités variables, qui renvoient des images de mon existence migratoire. Mais à quoi bon en parler? Qu’on me lise plutôt. Pour démentir mon épitaphe «Ni lue ni approuvée»,

Medrar Sallem-Âati


[1] D’après le carnet des Jaseuses https://lesjaseuses.hypotheses.org/ consulté le 1er février 2021.



Citer ce billet
Medrar (2022, 19 juillet). Sur la lisibilité, lecture de l’article d’Aurore Turbiau « Je dis d’ailleurs que j’ai des cellules amazoniennes. Le patriarcat est une science-fiction », Michèle Causse. Master Genre, littératures, cultures. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://genrelittculture.hypotheses.org/1425

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search