« I was a slave girl », traversées et articulations : des lectures queerféministes au manifeste d’adelphités _ Rencontre avec Marie-Pierre Harder _

Vendredi 10 décembre 2021 a eu lieu une rencontre avec Marie-Pierre Harder organisée par Marie-Jeanne Zenetti en cours de Recherche appliquée du master Genre, Littératures, Cultures. L’entretien a été animé par Clémentine Peraud–Pommier, Medrar Sallem-Âati et Amanda Sarkis.La maitresse de conférence est présentée par C. Perraud-Pommier comme spécialiste de la littérature comparée maitrisant les langues anciennes et modernes dont l’allemand et comme universitaire féministe et engagée.

Les questions posées à Marie-Pierre Harder sont pensées autour de deux axes. Le premier étant « À la croisée des corpus, une constance : les requestionnements » et le second « Queeriser les réécritures des voix/es ex-centrées ».

À la croisée des corpus, une constance : les requestionnements

Où se situer par rapport au choix des corpus ?

Les premières questions portent sur le choix de son corpus d’études, sur le contact avec les études de genre et sur la rédéfinition du canon. Harder a beaucoup travaillé sur une scène du mythe d’Hercule, celle de « la croisée des chemins ». Elle explique qu’elle avait fait beaucoup de découvertes dans les notes de bas de page en faisant ses lectures lors de la préparation de sa thèse et qu’elle avait trouvé le personnage de Cassandre fascinant. Elle avait ainsi commencé à œuvre de manière féministe sans savoir comment bien articuler sa réflexion.

Elle précise qu’elle avait commencé, au début des années 2000, à lire les féministes différentialistes francophones via les ouvrages accessibles dans les bibliothèques. Elle avait également fait d’autres découvertes féministes, grâce aux voyages et aux rencontres. La traduction lui avait aussi permis d’avoir plus de connaissances en études de genre. Elle confie que, quand on rencontre les féminismes, on ne peut plus voir le monde que par cette perspective et que les féminismes  rendent possibles des perceptions nouvelles et réjouissantes du monde.

Harder parle de ses lectures féministes, souligne l’importance des voyages, des rencontres et de la traduction et montre comment ces parcelles de son parcours ont nourri sa réflexion. Elle est diplômée en lettres classiques, « le socle-même du canon ». Depuis la parution du numéro « (Dé)construire le canon » de la revue Comparatismes en Sorbonne (2013), son parcours lui a permis de requestionner et de redéfinir constamment sa perception du canon.

Fonder sa réflexion sur l’altérité ?

La deuxième série de questions a pour objet le rapport entre la réflexion de la chercheuse et l’altérité.

On s’interroge sur l’élargissement du propos de Marie-Pierre Harder, depuis ses travaux sur Hercule, dans une perspective qui relèverait plutôt des études culturelles. Que ce soit au cinéma, à la TV, dans les pubs, nous sommes envahi.e.s de figures ultra-masculines herculéennes hyper-virilisées. Une des interrogations porte sur la manière dont le mythe d’Hercule peut servir à éclairer les redéfinitions contemporaines de la masculinité et de la virilité et s’il existe d’autres figures littéraires ou mythiques qui seraient plus emblématiques des reconfigurations contemporaines des représentations du masculin.

La chercheuse évoque des reconfigurations plus contemporaines et plus virilistes, le Body building devenu de plus en plus important dans les cultures occidentales. Elle parle d’un patchwork post-moderne d’histoires liées à Hercule et du fantasme d’une masculinité hégémonique blanche colonialiste. Pour elle, bien que des déconstructions des masculinités puissent voir le jour, bon nombre de représentations persiste encore. Elle a aussi fait un parallèle avec le discours de Zemour à travers lequel on peut voir un être mâle dominant en reconquête de la France.

M.-P. Harder montre dans ses vos travaux que le genre romanesque était à l’origine féminin et mineur avant de subir une réappropriation par les hommes et qu’il est ainsi devenu un genre majeur. On lui demande si, au cours de ses travaux, elle avait rencontré d’autres objets culturels réinscrits dans ce même processus. Elle explique alors que la littérature à la première personne n’est pas très valorisée car elle est souvent assimilée à une littérature de l’intime et du for privé. Elle parle également de la notion de chef d’œuvre en musique et des valeurs genrées.

Elle insiste aussi sur le fait que la littérature est aussi un témoignage sur les violences historique. Ces violences, et plus précisément les connexions entre ces violences représentent un des fondements de sa réflexion dans l’article I was a slave girl. Dans ce travail, on se rend compte de la présence d’une intersectionnalité de voix ex-centriques. On se demande alors dans quelles mesures on les lie/lit. L’universitaire affirme que le geste émane des textes et que l’approche comparatiste se fait à petits pas, dans l’hésitation et à travers le questionnement. Elle explique, d’une part, que la déportation et l’esclavage sont très liés et d’autre part qu’être féministe implique être dans un dialogue personnel avec d’autres femmes. Elle donne l’exemple d’autrices afro-féministes cherchant à problématiser leur excentricité vis –à- vis du récit national allemand et qui se confrontent beaucoup à la question de la mémoire du nazisme. Il est alors important de tisser des connexions entre la mémoire de la Shoah et l’histoire de l’esclavage à travers des poèmes, des essais, des entretiens, etc. Cette manière de perception lui semble excentrique. Pour Harder, écrire depuis la marge fait créer des liens que le point de vue dominant efface sans cesse. C’est contre ce point de vue dominant et invisibilisant qu’elle se situe, c’est là-bas que s’inscrit et se développe sa réflexion.

(Dé)constructions et réappropriations : à l’encontre des normes ?

Dans ses réponses aussi bien que dans ses travaux, Marie-Pierre Harder insiste beaucoup, de manière explicite ou implicite, sur un point de vue féministe et sur l’acte de dé/contruction. Pour expliquer comment peut se faire la construction d’un contre-canon en échappant aux normes et au poids de leur héritage, elle atteste que le point de vue féministe conduit à un changement de point de vue, notamment celui au centre. Il permet de dépasser les normes et de les redéfinir. Elle affirme que la critique féministe, les études de genre et les études culturelles ne cessent de se confronter et qu’elles se fondent sur des processus dialectiques, sur ses questionnements permanents et sur des démonstrations. La position qu’adopte la chercheuse est une posture critique où la subversion ne peut se faire qu’entre les lignes et de manière jamais définitive. Elle invite à accepter cette inconstance et cette impureté en se plaçant du côté des réappropriations queerféministes.

 Les travaux sur Hercule rendent compte d’une nationalisation à la fois du personnage et de la virilité construits tous les deux en opposition au féminin. En lui demandant si la relecture du mythe et du personnage permet une reconsidération de cette culture nationaliste, la maîtresse de conférences répond que le travail sur cette articulation permet de la critiquer et de voir quels types de masculinités sont associés aux discours et aux idéologies nationalistes. Elle pense ne pas avoir rencontré de textes déconstruisant ces associations. D’après Harder, bien qu’il soit étouffant de travailler sur des corpus qui représentent un point de vue hégémonique et une idéologie dominante, ce travail permet de visibiliser et de rendre compte d’un point de vue féministe et différencié.

Parallèlement à l’espace fictionnel occupé à la fois par les personnages masculins et leurs auteurs hommes, des voix/voies féminines retentissent et se développent de plus en plus et ce, notamment, à travers le genre du manifeste sur lequel M.-P. Harder a travaillé dans un article publié en 2021. Elle résume sa lecture sur cette appropriation du manifeste par les femmes en parlant d’abord du contexte de la modernité politique et de l’émergence des manifestes dans l’espace public. Elle illustre sa pensée par les groupes se considérant comme minoritaires et qui contestent dans l’espace public vis-à-vis des autorités et aussi par les féministes qui voient dans l’espace public un espace andro-centré dans lequel il faut revendiquer ses droits. Elle explique aussi le parallèle entre les manifestes et les auteurices qui se saisissent des revendications. L’universitaire évoque le début du XXe siècle, les grands mouvements idéologiques, le futurisme, le surréalisme, les photos de boys clubs dans une démarche où elle parle de l’esthétique des manifestes et de la construction genrée d’une parole publique. Elle évoque Wittig, le MLF, le combat pour la libération des femmes et la revendication de leur place dans les mouvements sociaux dont sont membres des camarades révolutionnaires sexistes.

Queeriser les réécritures des voix/es ex-centrées

Visibilisation des voix féminines

En redressant le portrait d’Hercule, la chercheuse n’avait pas pour projet initial de revaloriser des figures féminines jusqu’ici invisibilisées. Elle explore et donne voix et place à des figures masculines marginalisées car marquées du sceau du féminin et de l’effémination. Elle remarque que la présence des femmes est allégorique. Ce ne sont pas des personnages, mais des symboles. Elle s’intéresse aux figures ambigües qu’elle appelle queer en découvrant, entre les lignes et dans les marges, des personnages auxquels elle s’est attachée. Elle souligne ainsi l’importance de l’affect dans sa manière de travailler.

Dans I was a slave girl, M.-P. Harder Marie-Pierre Harder évoque une scène décrite dans un article de presse de Mascha Kaléko. La scène est en soi un manifeste de sororité tissée par l’identification à la discrimination raciale subie par la femme noire rencontrée et la poétesse juive allemande. Elle explique, au début de la rencontre, le choix du corpus et de ces deux autrices non par des parallèles entre Beloved (1987) de Toni Morisson et les œuvres autobiographiques de Ruth Klüger (1992, 2001, 2008), mais en se fondant sur des superpositions et des croisements établis par la confrontation des deux corpus textuels à partir d’un regard porté sur l’espace transatlantisque comme carrefour de vécus diasporiques et topos comparatiste. Elle attire l’attention sur la nécessité de résonner/raisonner une critique comparatiste. Plusieurs échos retentissent et sont perceptibles entre Beloved et les œuvres de Klüger.

En s’intéressant à d’autres connexions, celles unissant la chercheuse à son corpus, on lui demande où elle se situe, à travers le point où se recoupent sa voix féministe et les voies de la recherche, entre les marges et le centre. Étant franco-allemande, le rapport à la mémoire de la Shoah est très important pour Harder. Étant queerféministe, elle se pose aussi la question de l’héritage patriarcal. Elle se sent excentrée par rapport aux histoires dominantes et structurées par des récits hétéronormatifs. Elle éprouve le besoin de lire des textes situés en marge et en résistance à des représentations historiques situés du côté de la domination et aux points de vue des bourreaux. Elle est consciente de sa déviance par rapport aux récits hégémoniques à travers leur confrontation et par des voix/es de connexion et de solidarité. Selon Harder, ce sont ces connexions-là qui permettent de s’en sortir.

Le pouvoir des mots

Dans ce même article paru en 2020, elle présente « le passage transatlantique comme pont poéthique intersectionnel et transmémoriel de l’esclavage à la Shoah ». Le titre de son article est représentatif de son écriture puisqu’elle emploie souvent des termes polysémiques (passer dans le sens de « to pass on »/ « transmettre » et « périr »), des métaphores (celle du pont comme partage [à la fois « ce qui sépare et unit »] et passage [« omission et transmission des mémoires »], celle du croisement et du passage). Dans ses autres articles, elle fait ces mêmes choix stylistiques qu’elle accompagne de néologismes et de jeux de mots (comme ré/vision, f(r)iction, etc.). En réponse à la question si les écarts par rapport à la langue renvoient à d’autres déplacements de points de vue, la chercheuse affirme qu’elle est inspirée des littératures et des critiques féministes. Elle explique que beaucoup de féministes ont été en confrontation avec la langue, considérée comme l’outil du maître.

Elle est habitée par une écriture collective contestataire qui incite à réfléchir et est inspirée des luttes militantistes féministes et queer. Elle explique aussi que l’humour est jouissif et que c’est une forme de résistance importante. En tant que queerféministe, elle n’hésite pas à retravailler la langue de l’intérieur, à la subvertir, la tordre et la revitaliser par ses pratiques. La lecture des textes de M.-P. Harder montre que ses articles proposent une queerisation de l’écriture.

L’universitaire a travaillé sur Klüger qui a affirmé « Là où il n’y pas de tombe, le travail de deuil ne s’achève pas ». On lui a alors demandé si elle pense que l’écriture puisse assurer le rôle de la tombe et permettre par conséquent de rendre le deuil possible. La maitresse de conférence explique que cette question littéraire existe depuis longtemps et elle évoque le genre du tombeau. Elle développe que pour Klüger et Morisson, l’écriture est une forme de travail du deuil. Elle propose une forme de tombe ou d’espace où peuvent reposer les voix tu[é]es dans les histoires génocidaires. Pour elle, c’est ce qui anime les écritures mémorielles. Bien que le deuil soit difficilement achevé et atteignable, il anime le processus d’écriture et par conséquent, celui de lecture. Harder souligne aussi que le deuil ne signifie pas la même chose pour toustes les auteurices.

À travers l’image du pansement et les figures de pensée, s’engager pour rendre justice

On a été sensible à la manière dont la chercheuse formule sa réflexion et on y a vu un tissage d’un travail se faisant, a work in progress fondé sur le requestionnement et animé par une volonté de queerisation. Les enjeux et les procédés par lesquels se présente sa réflexion se tissent à travers l’image de « panser » et les figures de « pensée », qui peut être lue comme engagement pour rendre justice.

Pour revenir au déplacement, mais sous un autre angle, celui des « traversées aujourd’hui déplacées de l’Atlantique vers la Méditerrannée » (I was a slave girl, p. 181) selon les flux migratoires actuels. Vu les circuits et les périples par lesquels passent aujourd’hui les personnes en situation de migration, on se demande si on peut parler d’une multiplication de traumas (personnels, collectifs et culturels) car ces personnes traversent aussi des pays de passage dans lesquels elles sont exposées à d’autres formes de discrimination. On peut prendre l’exemple des subsaharien.ne.s qui passent par la Tunisie, l’Algérie et le Maroc en vue de faire leur traversée dont la destination est l’Europe pour mieux expliciter l’image. À cette question, Harder affirme ne pas pouvoir parler à la place des personnes vivant cette expérience. Elle parle de la traversée meurtrière des frontières et d’une mort organisée aux frontières de l’Europe.

Elle explique que les personnes vivant ces expériences de traversées se reconnectent à d’autres expériences traumatiques et que ceci est parfois documenté, thématisé dans des œuvres artistiques, des reportages et des livres. Elle pense notamment aux personnes arrivées en Allemagne quand avait commencé la guerre en Syrie et aux réfugié.e.s. Elle parle de rencontres entre le génocide et les politiques migratoires contemporaines qui produisent des morts à grande échelle. Elle imagine que la recherche de dialogues, à travers d’autres histoires traumatiques, peut donner sens à sa propre histoire, et qu’en se déplaçant, on s’ancre dans un nouveau contexte qui crée de nouvelles associations possibles pour sa pensée et son expérience.

On demande à M.-P. Harder si le trauma post-colonial (trauma post-colonial tel que décrit par Edward Saïd, Frantz Fanon et Karima Lazali dans Le trauma colonial: Une enquête sur les effets psychiques et politiques contemporains de l’oppression coloniale en Algérie, éd. La Découverte, 2018) est à prendre en considération. Elle répond que la question est compliquée et très débattue par des personnes qui ont mené un travail plus approfondi que le sien sur ces interrogations. Elle exprime que la question des mémoires est centrale et qu’il est difficile de parler de rupture ou de continuité dans des pratiques de violences exterminatrices qui ne prennent pas les mêmes formes. Elle appelle à reconnaitre les singularités des différents processus pour ne pas niveler les interprétations, mais plutôt les articuler.

Harder dit : « À mon tour, c’est depuis une position excentrique que je m’y suis engagée : ni Afro-descendante, ni juive, mais Franco-Allemande, recevant en partage la double postmémoire euro-atlantique de la traite esclavagiste et du nazisme ». Cette citation qui fait écho au titre de l’article I was a slave girl incite à réfléchir sur les questions de l’engagement, de la transmission et de la légitimité. On lui demande d’exprimer sa perception de ces trois questions.

Elle répond que sa perception est in progress et que c’est un processus se reconfigurant. Elle explique que les féminismes et les queerféminismes sont des modes et des formes d’engagement.

Pour elle, la transmission est une valeur ambivalente. Ce qui lui a été transmis l’engage dans la confrontation et la réflexivité vis-à-vis de cette Histoire dominante. Elle affirme que l’écriture et l’analyse, notamment celles féministes rendent possible la transmission. Elle explique, d’une part, que la production et la recherche transmettent ce qui a été oblitéré et mâl[e] transmis. Elle souligne, d’autre part l’importance de la transmission de ces pratiques de connexions et de solidarités, qui sont encore peu entendues et connues dans les discours dominants.

Concernant la légitimité, elle trouve que c’est une question que l’on se pose sans cesse, qui demande une grande réflexion et qui n’est point résolue. Pour Marie-Pierre Harder, ce qui anime dans les travaux qu’on mène, c’est la capacité à se situer par rapport à ses travaux. Il ne suffit pas d’énoncer sa position, en tant qu’identité, mais il faut montrer comment ce positionnement conduit à construire un discours sur un objet et une pratique de recherche, voire plusieurs.

La discussion a porté sur les textes d’Elsa Dorin, la figure de Cléopâtre, les littératures comparées, l’approche intersectionnelle et la traduction.

Harder invite à ne pas niveler les différences, mais à les articuler, à faire un travail collectif et productif non réduit à des questions identitaires, à traduire, à s’associer à, à se connecter avec et à faire résonner. Elle appelle ainsi à se re-lier à des corpus et/ ou personnes, de manière collaborative pour faire résonner leurs voix. Cette résonnance peut être une forme possible de rendre justice à leurs propres voix.es.

Mrie-Pierre Harder souligne, à travers ses textes et cette rencontre, l’urgence de construire plusieurs ponts et de les traverser « d’un point de vue féministe queer, déviant par rapport aux normes et aux formes hétéropatriarcales de l’héritage et de la mémoire, qu’il apparaît solidairement nécessaire de traverser le pont qui relie les « soixante millions et plus » à l’exergue qui suit :

I will call them my people

which were not my people ;

and her beloved,

which was not beloved[1] » (p. 180).

Medrar Sallem-Âati


[1] Toni Morrison, Beloved, « J’appellerai mon peuple // Celles et ceux qui n’étaient pas mon peuple // Et bien-aimée // Celle qui n’était pas bien-aimée », 1987, p.p. 42, 43.

Bibliographie

« Dialectique du sujet et virilité héroïque : la Fable d’Hercule à la croisée des chemins et la question du genre », in Klincksieck | « Revue de littérature comparée », n° 334, 2/2010.

« (Dé)construire le canon : Introduction », Comparatismes en Sorbonne, 4-2013

« Le roman est un jeune homme de belle espérance qui fait son entrée dans le monde. Performance, narrativité et trouble du « masculin » dans quelques romans de formation européens (Fielding, Goethe, Balzac) », in Fictions du masculin dans les littératures occidentales, Bernard Banoun, Anne Tomiche et Mónica Zapata (dir.), Paris, Classiques Garnier, 2014.

 « Être ou ne pas être un homme. Mythopoétiques d’une virilité « en crise » (?) dans les reconfigurations discursives de la fable d’Hercule à la croisée des chemins, de la Renaissance aux Lumières », in Horizons du masculin pour un imaginaire du genre, Anne Debrosse et Marie Saint Martin (dir.), Paris, Classiques Garnier, 2020.

« « I was a slave girl ». Le passage transatlantique comme pont poéthique intersectionnel et transmémoriel de l’esclavage à la Shoah », in L’Atlantique littéraire au féminin, Presses universitaires Blaise Pascal, 2020

« Du genre manifeste à la (rabat-)joie manifeste ? Poétique comparée du Killjoy Manifesto de Sara Ahmed (2017) et du Dyke Manifesto des Lesbian Avengers (1993) », Frédéric Regard & Anne Tomiche (dir.), Genre et Manifestes, Paris, Sorbonne Université Presses, 2021.



Citer ce billet
Medrar (2022, 19 juillet). « I was a slave girl », traversées et articulations : des lectures queerféministes au manifeste d’adelphités _ Rencontre avec Marie-Pierre Harder _. Master Genre, littératures, cultures. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oz8a

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search