Les Héroïnes de Paris, ou L’entière liberté de la France, par les Femmes. Police qu’elles doivent exercer de leur propre autorité. Expulsion des Charlatans, &c. &c.

Édition

Édition établie, annotée et commentée en 2020-2021 par Nolwenn Grall (M1 GLC) relue par Clémentine Peraud-Pommier (M1 GLC) et revue, en 2021-2022, par Emma Corbet (M2 GLC), Marie Gelin (M2 Lettres modernes) et Romane Piazza (M1 MEEF) sous la direction d’Olivier Ferret (Université Lumière Lyon 2, UMR 5317 IHRIM)

Référencement bibliographique

Les Héroïnes de Paris, ou L’entière liberté de la France, par les Femmes. Police qu’elles doivent exercer de leur propre autorité. Expulsion des Charlatans, &c. &c., [Paris], Knapen fils, 5 octobre 1789.

<https://books.google.fr/books?id=0722AAAAIAAJ>


LES HÉROÏNES DE PARIS,

ou

L’Entiere liberté de la France (1), par les Femmes.

Police qu’elles doivent exercer de leur propre autorité.

Expulsion des Charlatans, &c. &c.

Le 5 Octobre 1789.

Trop de confiance allait nous perdre, nos ennemis eux-mêmes nous en avertissaient, sans y penser. Leurs scandaleux triomphes, leurs bruyantes orgies qui nous avaient déjà éclaircis sur leurs projets détestables du 13 Juillet1, viennent encore de les trahir. Les méchans, quelque rusés qu’ils soient, quelque consommés qu’ils soient dans le crime, se trahissent toujours. Le Ciel & leur propre cœur troublent leurs opérations les plus artificieuses & les plus secrettes.

[2] Nous pouvons nous flatter que voilà notre liberté raffermie ; elle en avait besoin, elle ne devait plus durer qu’un moment, elle était ruinée de toutes parts… Et ce sont les femmes qui nous l’ont rendue ! De quelle gloire immortelle elles viennent de s’environner2 ! Dans quel ordre (1), & avec quel courage elles sont allées au nombre de près de dix mille3, demander raison aux dignes Suppôts du despotisme, du dernier crime qu’ils venaient de commettre, & qui en effet a été le dernier pour quelques-uns d’entr’eux4. Le crime horrible, ce crime de lèze-nation5 fut d’avoir, de sang-froid, fait les apprêts d’une fête dont il était décidé que la fin serait la proscription de la Cocarde Nationale, à la place de laquelle chacun prendrait la cocarde noire ; & on avait, en effet, rempli ses poches de cocardes noires, pour les arborer solemnellement au milieu de la gaieté du festin6. Cette nouvelle Saint Barthélemy7 se trâmait d’une manière aussi galante que celle du 13 Juillet dernier, & que [3] celle du 24 Auguste 1572. (1) (Le mot Auguste vaut bien mieux que Août8).

La cocarde qui nous a sauvés, & que le Roi a voulu porter9, fut jettée avec mépris, & foulée aux pieds par les convives. C’était moins à la cocarde qu’à la Nation que cet outrage s’adressait. On eût volontiers mélé au vin de Champagne, quelques goutes de notre sang, qu’on appelle10 celui de la canaille, & qu’on espérait faire bientôt couler avec plus d’abondance. Ces Messieurs faisaient-là ce qu’ils appellent si agréablement une prélibation(2)

Ils nous disent, pour se justifier, que les Districts11 de Paris ont, avant eux, donné des fêtes ; mais elles étaient un peu différentes ; il faut d’ailleurs convenir que ce ne sont généralement plus les meilleurs Citoyens, ni sur-tout les plus prudens qui les ont proposées. On a mieux fait au District des Petits-Augustins, on a employé l’argent de la fête, à un don patriotique12.

[4] Le pain nous manquait après la plus belle récolte ; & on avait pris de bonnes mesures pour qu’il manquât13 ; on allait bloquer Paris, le réduire à toute extrêmité ; il en existe des preuves de fait. Nos frères de nos Provinces seraient venus à notre secours ; mais ils n’auraient pu y venir assez tôt ; ils nous auraient trouvés tous, ou morts, ou n’ayant plus qu’un moment à vivre. La Providence seule nous a sauvés, & par les moyens les plus faibles, pour que nous en rapportassions toute la gloire. Elle a inspiré aux femmes la résolution d’affranchir14, il n’en fallait pas davantage. Nous devons dire à leurs louanges ce que les femmes Juives disaient de David, lorsqu’il eut vaincu le géant Goliath, & qu’il lui eu[t] tranché la tête. Saul a tué mille de nos ennemis. David en a tué dix mille15.

Les Aristocrates font une plaisanterie amère. Ils nous disent16 que la Providence a choisi dans une fort belle classe de la société, les Héroïnes, par lesquelles elle voulait nous sauver. Elle les a tirées de la Halle, du marché de l’Abbaye, & elles iront demain célébrer leur victoire au cabaret17.

Quelques têtes bien organisées, quelques bons Citoyens écrivent, parlent, démontrent la nécessité de secouer un joug avilissant, insuppor[5]table. Le Peuple les écoute, il s’étonne de n’avoir pas pensé à tout cela comme eux ; il s’indigne contre lui-même, de ce qu’il s’est trop long-temps soumis à l’esclavage ; il s’échauffe ; il prend les armes ; on ne peut plus le retenir. Bientôt la révolution est faite ; mais serait-il possible qu’elle le fût par ceux-mêmes qui l’ont préparée ? Ils sont en si petit nombre & ordinairement si faibles !

Les femmes qui viennent d’effectuer celle que nous célébrons, sont, dites-vous18, des harangères19 & quels sentimens d’honneur peuvent-elles avoir ? Je réponds que sous des dehors peu avantageux (& ces dehors même sont le funeste ouvrage des gens riches, comme je le prouverai dans un autre écrit20) les femmes du peuple cachent un grand caractère qui se montre au besoin ; il se déni[e] peu-à-près, parce qu’une éducation négligée & grossière, que les gens riches seraient fâchés qu’elles n’eussent pas, (1) les ramène à des vices que la misère leur rend presqu’inévitables ; mais procurez-leur une existence plus douce & plus honnête, telles qu’elles l’auront enfin bientót, & vous verrez les vertus croître, & se soutenir parmi elles. Vous verrez aussi qu’elles auront alors un avantage sur nos dames, qui se piquent de [6] sentiment, & même sur celles qui en font preuves ; car elles ont du nerf, de l’énergie, ce que la déplorable santé du beau monde21 ne permet plus aux femmes qui ont le malheur d’y vivre.

Celles qui viennent de nous sauver, méritent, je le répète, toute notre reconnaissance, & c’est pour commencer à nous en acquitter, que nous devons leur donner des avis, dont elles profiteront sans doute. Il faut qu’elles ne fassent plus des quêtes qui les avilissent. Il faut qu’elles soutiennent la gloire qu’elles ont acquise ; il faut qu’elles se montrent dignes du beau rôle qu’elles viennent de jouer devant toute la France ; elles devraient se charger d’une police22) respectable, & qui les honorerait infiniment. Ce serait non-seulement de ne jamais boire avec excès ; (cela est horrible dans les femmes, puisqu’elles devraient toujours être la douceur & la modestie même) mais aussi de ne pas souffrir que les hommes s’ennivrent, elles peuvent avoir cet empire sur eux. Ce serait de prévenir & d’empêcher les querelles, de ne plus s’amuser à voir des Charlatans23, que les Aristocrates ont fait revenir depuis peu à Paris, pour nous distraire, pour nous détourner de nos devoirs, pour nous faire négliger les moyens de repousser les maux qu’on nous préparait. Il faut chasser les Charlatans o[u] les obliger à travailler, ce sont des hommes dangereux. Les femmes devraient aussi empécher que l’on ne manquât de respect au Clergé, & aux gens titrés. On en veut sur-tout au Clergé, & certainement il a des torts ; mais il faut se souvenir qu’il y a dans cette classe des hommes bien respectables, [7] & que c’est toujours un mauvais exemple à donner que celui du mépris pour les Ministres des Autels. D’ailleurs, ils ne peuvent, ni ne veulent plus nous nuire ; ils ont fait tous les sacrifices qu’on leur a demandés. Les Anglais qui sont libres depuis beaucoup plus long-temps que nous, ont un usage bien généreux dans leurs combats, trop fréquens à coups de tête & à coups de poings, dès que l’un des deux champions tombe, l’autre lui tend la main pour le relever, & ils s’embrassent. Imitons-les à l’égard des ci-devant privilégiés24, c’est-à-dire des Nobles & des Prêtres.

Les femmes, enfin, devraient aussi défendre aux Gardes de barrières25, de laisser passer les fruits verts ou pourris que l’on apporte au marché. Le peuple, & sur-tout les enfants s’empoisonnent avec ces fruits ; ils ont des maladies lentes qui les consument, & qui viennent de cette cause & des farines gâtées que nous mangeons depuis plusieurs mois ; mais qui enfin vont sans doute être employées à faire de l’amidon26.

Se distribue rue Haute-Feuille, No36.


(1) [p. [1]] Par un homme de Lettres connu, q[u]i va publier un Ouvrage intitulé, la France vue dans l’avenir.27

(1) [p. 2] Sur les Drapeaux qui les précédaient, elles avaient pendu une balance, où en effet elles allaient peser nos destinées ; elles s’étaient permis d’observer la Justice que cette balance désignait, & elles l’ont observée religieusement. Quel dégat ont-elles commis ? Qu’ont-elles pris, sans le payer, & qui ont-elles puni, si ce n’est leurs aggresseurs ou d’autres coupables, depuis long-temps condamnés par le Public ?… Les Aristocrates, à la place des femmes du Peuple, auraient-ils été aussi délicats ? Voyez dans la note de la page suivante, comme ils l’étaient autrefois dans un autre genre qui intéresse l’honneur des femmes ; & ils pensent encore à-peu-près de la même manière.28

(1) [p. 3] C’est le massacre qui s’est fait en peu de jours, de presque tous les Protestants à Paris et dans tout le Royaume, sous le règne de Charles IX.29

(2) [p. 3] Ce mot vient du latin, & signifie commencer à boire. La Noblesse Française l’employait autrefois pour désigner un droit barbare qu’elle s’était approprié, & qui existait aussi dans plusieurs autres Royaumes. Q[u]and deux jeunes gens de la campagne se mariaient, le Seigneur du Village avait le droit de coucher la première nuit de nôces avec la nouvelle épouse. Par cet usage affreux, le premier enfant qui naissait de chaque mariage, était presque toujours le fruit d’un adultère. Faut-il s’étonner que par cette vexation & tant d’autres, on ait rendu le Peuple méchant, & on lui ai[t] fait contracter tous les vices qu’on lui reproche ?30

(1) [p. 5] On trouve encore des personnes assez injustes pour prétendre que le Peuple ne doit savoir, ni lire, ni écrire, qu’il ne faut point l’éclairer, q[u]’il faut qu’il vivre dans l’ignorance, de peur qu’il ne connaisse le prix de la liberté, & qu’il ne veuille plus se laisser enchaîner.31


Dossier critique

L’auteur

Le texte est anonyme mais une note, insérée dans le sous-titre, indique qu’il émane d’« un homme de Lettres connu q[u]i va publier un Ouvrage intitulé, la France vue dans lavenir » (n. (1), p. [1]). [On ne connaît que le premier numéro, daté du 20 novembre 1789, de cet « ouvrage dédié au district des Cordéliers de Paris », prévu pour une parution en « douze Numéros ou Livraisons » annuels, à Paris, rue Haute-Feuille, no 36 – la même adresse que celle, indiquée à la fin du texte, où « se distribue » l’imprimé ici édité –, à Orléans, chez Couret de Villeneuve, à Tours, chez Létourmi l’aîné, à Bordeaux, chez les frères Chappuis, à la Bourse, à Lyon, chez Rosset. Voir Pierre Rétat, Les journaux de 1789 : bibliographie critique, Paris, CNRS, 1988, no 073 <https://gazetier-revolutionnaire.gazettes18e.fr/j89073>. On ne sait cependant pas qui est l’auteur de cet ouvrage. OF]

Contexte de rédaction

Le texte, daté du « 5 Octobre 1789 », fait ponctuellement référence aux émeutes qui, en prélude à la prise de la Bastille, ont eu lieu à Paris les 12 et 13 juillet (p. [1] et n. 1) et sont réprimées entre autres par le régiment de Royal-Allemand, au service de l’empereur d’Autriche, appelé en renfort par Louis XVI pour faire face à l’agitation populaire.  Il est aussi incidemment question de l’abolition des privilèges, décrétée par l’Assemblée nationale le 4 août (p. 7 et n. 25).

[Deux événements, d’ailleurs corrélés, sont encore à l’arrière-plan historique du texte.

L’« orgie » du 1er octobre

Le premier, brièvement évoqué (p. 2 et n. 6), implique un autre régiment, le régiment de Flandre, alors stationné à Douai, qui rejoint, avec son artillerie et ses munitions, la garde de Versailles. Outre le fait que l’événement est perçu à Paris comme une manœuvre des ennemis de la Révolution, une réception donnée par les gardes royaux en l’honneur du régiment de Flandre, le 1er octobre 1789, fait scandale. D’une part, en raison de son faste, particulièrement choquant dans un contexte de crise des subsistances à Paris, elle est qualifiée d’« orgie ». D’autre part surtout, la « fête », honorée par l’arrivée du roi et de la reine, se serait terminée par la destruction de cocardes nationales par certains gardes, qui auraient ensuite arboré la cocarde noire en signe de ralliement à la cause aristocratique. L’événement connaît une importante couverture médiatique. Gorsas, dans le Courrier de Versailles à Paris, relate, le 3 octobre, parmi les « Nouvelles de Versailles », le déroulement d’un banquet copieusement arrosé au cours duquel on ne cesse de boire à la santé « du Roi, de la Reine, de Mgr. le Dauphin, de toute la Famille Royale » et il évoque d’une manière à la fois brève et énigmatique l’épisode de la cocarde :

Quelques Officiers, en versant du vin à leurs soldats, leu[r] disoient : allons, enfans ! Buvez à la santé du Roi, de votre maître, & n’en reconnoissez point d’autre ! Un autre Officier a crié fort haut : A bas les cocardes de couleurs ! que chacun prenne la noire, c’est la bonne.

(Apparemment que cette cocarde noire doit avoir quelque vertu, c’est ce que j’ignore32.)

Le numéro du 5 octobre publie une lettre signée Roger de Serigny qui apporte une rectification concernant la couleur de la cocarde :

Tout […], jusqu’à la Cocarde, est parfaitement exact ; mais non pas jusqu’à la couleur ; car la couleur adoptée a été la Cocarde blanche. Est ce une faute d’impression ? Est-ce une erreur volontaire, afin de faire tomber l’abus des cocardes noires qui se cachoient sous les cocardes civiques, qu’un bon patriote de ma connoissance appelloit les cocardes au Vive la Nation & au Vive les Aristocrates ? Quoi qu’il en soit, M. le Courrier, de quelque part que vienne l’erreur, elle sera doublement utile, d’abord en faisant persister les bons Citoyens dans les couleurs qu’ils ont prises, qui sont celles de la liberté, & en faisant tomber un abus contre lequel on a réclamé plus d’une fois.

Dans sa réponse, l’auteur du journal invoque « une faute purement d’impression33 ».

Dans les Révolutions de Paris, Prudhomme se montre plus disert en livrant les « Détails du 3 au 10 Octobre », à commencer par ce qu’il désigne comme la « Conjuration formée par les aristocrates contre notre liberté », dont il annonce fournir les « preuves » et exposer les « suites », tout en exhortant les « citoyens » à « empêcher l’aristocratie d’ourdir de nouvelles trames, de former de nouveaux projets », par « la force », « l’adresse » ou « le désespoir »34. Le journaliste dénonce une « cabale aristocratique » : « de nouveaux aristocrates, qui ne s’étoient rangés du parti du peuple que parce qu’ils n’auroient pu jouer qu’un rôle secondaire en se montrant contre lui […] coururent se jetter entre ses bras, tout en conservant, pour le servir, le masque de la popularité » : « l’arrivée du régiment de Flandre à Versailles est consentie par la majorité aristocratique de l’assemblée35 ». Le banquet du 1er octobre est présenté comme « un coup d’éclat qui donne aux aristocrates timides le courage de se montrer, & aux aristocrates audacieux le signal de tout entreprendre » :

Le roi arrivant de la chasse est entraîné à ce spectacle, qu’on lui peint comme très gai. La reine, tenant M. le dauphin par la main, s’avance jusqu’au bord du parquet ; & une voix s’éleve par-dessus des cris de joie & d’allégresse, & fait entendre très-distinctement ces mots sacriléges : a bas les cocardes de couleurs, vive la cocarde noire, c’est la bonne. A l’instant le signe sacré de la liberté françoise est foulé aux pieds, & l’étendard de la guerre civile est arboré par des esclaves indignes du nom de françois36.

Prudhomme, qui justifie l’emploi du mot orgie (« ce mot a été consacré par la bouche des sages pour exprimer la fête scandaleuse célébrée sous les auspices de l’aristocratie »), rend compte des répercussions de l’épisode : « Cette orgie a été suivie des moyens les plus vils pour faire des prosélytes à la cocarde antipatriotique, c’est-à-dire, à la cocarde noire, blanche, ou d’une seule couleur37. » Il évoque « un autre repas donné à l’hôtel des gardes-du-corps » où « ces scenes horribles se répetent », la circulation des « bruits » dans la capitale, des épisodes d’arrachage de « cocardes d’une seule couleur » au Luxembourg et au Palais-Royal : quiconque arbore la « cocarde anti-patriote » est menacé de la lanterne38. Une délibération de la municipalité de Paris fait « défense de porter d’autre cocarde que celle aux trois couleurs, qui est devenue un signe de fraternité, entre tous les François, & que notre roi a adopté lui-même39 ».

Selon l’usage du journal, une gravure insérée40 donne à voir une « Representation de la cocarde nationale dont le relief est blanc sur un fond bleu entouré de rouge » assortie d’une légende qui en explicite la signification :

Cette Cocarde est l’enblème de la Constitution Francaise.

La Nation assise et foulant aux pieds les Privileges, Dimes et Droits Féodeaux ; tient d’une main les Tables de la Loi sur lesqu’elles [sic] on voit ecrit Droits de l’Homme et Constitution.

De l’autre main elle tient un Faisseau d’ou sort une Massue enbleme du courage couronnée du Bonnet de la Liberté. Ce Faisseau est attaché par des liens dont le centre est le Roi, et marque l’union qui seule peut conserver la Liberté.

L’Exergue est le Serment de la Garde Nationale.

Cette Cocarde a eté acceptée par M. le Mis. de La Fayette41 le 17 Xbre. 1789. Elle se vend à Paris chez l’Auteur, Place Dauphine, No. 13. Prix 15 sols Et chez Dardel, rue des Dechargeurs, à l’ancien Caffé de Paul.

L’épisode de l’« Orgie des Gardes du Corps dans la Salle de l’Opera du Chateau » de Versailles est également représenté sur une gravure42 :


Epoque du 1er. octobre 1789. A Versailles.

Légende :
Orgie des Gardes du Corps dans la Salle de l’Opera du Chateau à la quelle ont eté admis l’Etat / Major de la Garde Nationale de Versailles, des Officiers de differens autres Régimens même des / Dragons et Soldats y furent accueillis.
Ce fut à cette Fête que l’exces de la joie fit elever une voix qui cria à bas les Cocardes de / couleur vive les Cocardes de couleur blanche de couleur noire c’est la bonne ; au même instant le / signe sacré de la liberté Francaise fut foulé aux pieds.
Au Bureau des Revolutions de Paris, rue Jacob, Fg. S. G. No. 28.

On connaît encore d’autres gravures qui contribuent à la diffusion de l’événement dans l’espace public, dont les légendes font apparaître des flottements quant à la date à laquelle il s’est déroulé. Ainsi dans une estampe dont la légende situe l’événement le 31 septembre :


Sans titre, 1789. Eau-forte coloriée, 19 x 34,5 cm.
BnF, coll. De Vinck, no 2941 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69441684?rk=42918;4>.

Légende :

Le trente un Septembre 1789 les Gardes du Corps regalerent les Regiments de Flandres Dragons de Montmorency Gardes Nationaux de Versailles et autres plusieurs troquerent / d’uniformes et ils terminerent la Fete par fouler aux pieds la Cocarde Nationale et mirent la Cocarde Noire en Signe de confederation Aristocratique ce qui a donne lieu / a la revolution du 5 Octobre 1789

Le même événement, daté du 3 octobre, est représenté dans une autre estampe, mais la légende, si elle mentionne un épisode supplémentaire du « repas » – les honneurs rendus à un capucin de passage –, ne fait pas état de celui des cocardes :



Sans titre, 1789. Eau-forte coloriée, 28 x 40,5 cm.
BnF, coll. Hennin, no 10441 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84108307?rk=21459;2>.

Légende :

Le Samedi 3 Octobre 1789 a Versailles les Gardes du Corps regalerent les Regiments de Flandres Suisses Dragons et Gardes de la Nation &c. &c. Ce repas fut très gay, les Officiers / changerent d’Habits avec les Grenadiers et Soldats : sur les 4 heures un P. Capucin passa près de la Salle de l’Opera ou l’on donnait ce repas deux Gardes du Corps le prirent / sur leurs épaules et le porterent en triomphe au milieu de l’Assemblée qui l’Acceuillit joieusement on le fit chanter en lui faisant sabrer le Champagne après-quoi les Officiers firent une Quete pour ce bon / Pere elle est montée a 200lt. ainsi il est retourné au couvent la bourse pleine et le ventre bien garni

Il en est à nouveau question, en 1802, dans une nouvelle estampe qui, par son titre, qualifie encore la fête d’« orgie »43 :


Orgie des gardes du corps dans la salle de l’opera de Versailles,
le 1er. Octobre 1789
(1802).
Estampe dessinée par Jean-Louis Prieur et gravée par Pierre-Gabriel Berthault et Jean Duplessi-Bertaux, eau-forte, 24 x 29 cm.
BnF, coll. De Vinck, no 2944 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6944171m?rk=21459;2>.

Comme on l’a remarqué dans la légende de la première estampe, l’épisode de l’« orgie » des gardes du corps est explitement corrélée à l’événement central évoqué dans le texte : elle « a donn[é] lieu / a la revolution du 5 Octobre 1789 ».] OF

Les journées des 5 et 6 octobre

Le texte fait en effet explicitement référence à la marche des femmes sur Versailles des 5 et 6 octobre 1789 qui fait partie des « grandes journées de la Révolution française » ayant abouti au retour contraint et définitif de la famille royale à Paris44. À la suite d’une disette de pain qui touche la capitale ainsi que de la diffusion d’une rumeur relative au piétinement de la cocarde tricolore lors du banquet du 1er octobre, débute un rassemblement sur la place de Grève qui vise à interpeller la Commune. L’Hôtel de Ville est envahi, ce qui provoque l’intervention de la garde nationale, dirigée par La Fayette. Un appel est lancé à faire part des revendications du peuple au roi et à l’Assemblée constituante. C’est ainsi qu’une foule de plusieurs milliers de personnes, majoritairement composée de femmes, se met en marche vers Versailles. La demande est à la fois frumentaire et politique puisqu’elle concerne aussi la ratification de décrets, la demande d’une garde nationale, l’exigence du port de la cocarde tricolore et du retour du roi dans la capitale.

[Fournissant les « Détails du 3 au 10 Octobre », Prudhomme relate amplement, dans les Révolutions de Paris, les événements des 5 et 6 octobre, ainsi que des jours suivants : les intertitres (« Mouvemens du peuple, et départ de la garde nationale pour Versailles » ; « Expédition de Versailles » ; « Arrivée du Roi et de sa Famille à Paris »45) scandent la séquence des événements. Il est d’abord question des « obstacles mis à la circulation intérieure des grains & farines », présentés comme « l’ouvrage des grands seigneurs propriétaires, laïques ou ecclésiastiques » : dans la capitale, « le défaut absolu de farines acheve d’exalter les têtes46 ». Le journaliste souligne l’enjeu que représente « le défaut, presqu’absolu, de subsistance, & la mauvaise qualité du peu de pain qu’on a distribué dans la matinée du lundi [5 octobre] », dans un contexte de menace contre-révolutionnaire : « s’il falloit se battre contre l’armée des conjurés, il ne falloit pas attendre que la faim nous eût entierement énervé[s]47. » C’est le sens de l’action des femmes, rapportée peu après :

Les femmes du peuple, principalement les marchandes des halles & les ouvrieres du faubourg Saint-Antoine, se chargent du salut de la patrie ; elles ramassent, dans les rues, toutes les femmes qu’elles rencontrent, elles entrent même dans les maisons, pour emmener toutes celles qui pouvoient grossir le cortége ; elles se portent à la place de l’hôtel-de-ville. […]

Peu à peu la foule grossit, les esprits s’échauffent, le fameux reverbere est descendu encore une fois, & une corde neuve attend un coupable, ou….. un innocent.

Des hommes armés de piques, de haches, de croissans48), se rendent aussi sur la place. La masse s’ébranle ; la garde à cheval se retire, & la garde nationale formant sur le perron de l’hôtel-de-ville un épais bataillon quarré, présentent une haie de bayonnettes à nos braves amazonnes.

Cette manœuvre les tient en respect pendant quelques instans ; un cri général se fait entendre ; les pierres volent sur le bataillon, qui, docile à la voix de l’humanité, & sourd aux suggestions insensées du fanatisme militaire, se replie dans l’hôtel-de-ville, pour livrer le passage à ces braves françoises.

Elles cherchent des armes ; elles brisent les portes des magasins qui les récelent. Bientôt elles ont des fusils, des canons & des munitions […]

Les premiers soins de ces femmes courageuses furent d’aller chercher tous les volontaires de la Bastille, & de nommer leur commandant M. Hullin49 pour les conduire à Versailles. Elles attachent des cordes au train des canons, mais ce sont des trains de mer50 ; & cette artillerie roule difficilement. Elles arrêtent des voitures, les chargent de leurs canons qu’elles assujettissent avec des cables ; elles portent de la poudre, des boulets ; les unes conduisent les chevaux, les autres, assises sur le canon, tiennent dans leurs mains la redoutable mêche & d’autres instrumens de mort ; elles partent des Champs-Elysées au nombre de quatre mille, escortées par quatre ou cinq cens hommes, armés de tout ce qui étoit tombé sous leurs mains51.

Sans même attendre la délibération de la municipalité et l’envoi, à Versailles, d’une troupe de la garde nationale, les femmes, divisées en deux convois, arrivent à Versailles : les unes se rendent « sans armes ni bâtons à la porte de l’assemblée nationale » ; les autres « jusqu’aux grilles du château » où les gardes du corps leur interdisent l’accès. La revendication principale (« demander du pain ») est portée devant l’Assemblée puis, plus tard, devant le roi :

Le roi, arrivé de la chasse, reçoit une députation de l’assemblée nationale & des dames de Paris, à la tête de laquelle étoit Monsieur Mounier52 ; il les accueille avec bonté, il témoigne sa douleur sur l’insuffisance de l’approvisionnement de la capitale, & sanctionne le décret que l’assemblée venoit de rendre pour le faciliter53.

Alors que quelques femmes entreprennent de porter la nouvelle à Paris, des brutalités sont commises à leur encontre par certains gardes du corps : « un des gardes donna un coup de sabre à une d’entre elles & lui fendit le crâne » ; « Une femme qui est mere de six enfans, a eu un bras coupé, une autre a été étouffée entre les chevaux ; une troisieme a esquivé un coup de sabre54 ». D’autres violences se produisent le lendemain :

Dès le point du jour, le lendemain 6, le peuple se répand dans les rues, il apperçoit un garde-du-corps à une des fenêtres de l’aile droite du château ; ils le provoquent, ils le défient ; le forcené arme son fusil, fait feu, & tue le fils d’un sellier de Paris, soldat de la garde nationale. A l’instant le peuple se répand dans le château, cherche le coupable, croit le reconnoître. Un garde-du-corps est traîné au bas de l’escalier, dans la cour de marbre ; on lui tranche la tête ; elle est mise au bout d’une pique, & apportée à Paris, avec celle d’un des gardes-du-corps tués la veille, pour y donner un horrible spectacle, qui ne sauroit exciter la curiosité que d’hommes accoutumés à toutes sortes de crimes. […]

Le peuple avoit arrêté, en divers lieux du château, d’autres gardes-du-corps, & il vouloit punir sur tous la faute d’un seul, la mort du garde national. Un est massacré à coups de piques, pendant qu’il cherche à calmer le peuple ; un autre a la tête tranchée par un garde nationale, que des enragés forcent à ce cruel office. On enfonce, on pille l’hôtel des gardes-du-corps, en même tems qu’on les cherchoit dans tous les coins du château, & jusques dans l’appartement du roi55.

Le roi, la reine et le dauphin paraissent au balcon : « Tout-à-coup on s’écrie comme par inspiration, le roi à Paris, le roi à Paris. Au bout de quelque tems le roi reparoit au balcon, il dit : Mes enfans, vous me demandez à Paris, j’irai ; mais à condition que ce sera avec ma femme & mes enfans. » Cette décision produit un effet d’apaisement : « la générosité succède à la fureur, la fraternité à la haine, & les aristocrates eux-mêmes forcés d’applaudir à notre bonheur, renferment au fond de leurs cœurs leur rage & leur désespoir56. »

On connaît la suite : la famille royale, escortée par les gardes et les femmes et hommes du peuple57), arrive à Paris, à l’Hôtel de Ville puis aux Tuileries ; au Palais Royal, les gardes du corps fraternisent avec les « patriotes » (« les vainqueurs de Fontenoi58, embrassoient les vainqueurs de la Bastille »). L’évocation de cette réconciliation avec les gardes du corps fournit au journaliste l’occasion de revenir, avec un certain lyrisme, sur l’épisode du banquet donné le 1er octobre :

Ah ! gardons-nous de voir en eux des ennemis soumis par la force, prêts à s’élever contre nous, dès que la force sera de leur côté.

Ils ont été trompés : un petit nombre, un très-petit nombre étoit dans le secret de l’affreux complot ; sans doute ce sont ceux-là que la Providence aura fait tomber sous la hache meurtriere. Plusieurs d’entr’eux avoient prévu les malheurs de ce funeste banquet, & s’en étoient abstenus ; plusieurs avoient donné des preuves du patriotisme le plus pur. Ce sont des gardes du corps, qui, dans la fameuse nuit du 13 au 14 Juillet préserverent les Gardes-Françoises des dangers qui les menaçoient ; plusieurs se tenoient prêts à voler à leur secours. Un moment d’erreur, l’erreur de quelques-uns ne mérite pas une plus longue haine contre tous, ils se jettent dans notre sein ; ah ! qu’ils soient à l’abri [de] toute insulte, & qu’ils jouissent sous la foi nationale des droits sacrés de l’homme & du citoyen. Vil celui qui violera la foi qui leur a été donnée ! Vil celui qui rappellera le souvenir de la querelle qui vient de finir pour fomenter la division ! Vil celui qui affligeroit de nouveau le cœur de ce bon roi qui est leur pere comme le nôtre59 !

Le compte rendu de Prudhomme est à nouveau agrémenté de gravures60 qui représentent les épisodes déterminants des journées des 5 et 6 octobre :


Vue du Château de Versailles à l’époque du 5 8bre 1789.
Le Roi la Reine et Mgr. Dauphin paroissant au Balcon donnant sur la Cour de Marbre
.

Légende :

La Garde Nationale de Paris et de Versailles au nombre de plus de 20,000 sans y comprendre plus de 12,000 / ames Hommes et Femmes armés de différentes armes, qui adressoient au Roi des plaintes sur le manque de pain / dans la capitale, et priant le Roi de venir faire son sejour à Paris.


Epoque du 6 octobre 1789, l’après dîné à Versailles.

Légende :

Les Héroïnes Françaises ramenent le Roi à Paris, pour y faire sa principale résidence. S. M. était / escortée par la Garde Nationale, d’une partie des Gardes du Corps, et du Régiment de Flandre.

Au Bureau des Revolutions de Paris, rue Jacob, F. S. G. No. 28.

L’importance de l’événement se mesure aussi au nombre des estampes qui représentent ce qui est souvent désigné comme une « journée mémorable » tout en contribuant à en construire – voire, pour les estampes postérieures, à en perpétuer – la mémoire.


A Versailles ! A Versailles : ou la journée du 5 octobre 1789 (1789).
Eau-forte, diam. 5,5 cm.
BnF, coll. De Vinck, no 2956
<https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6944183t?rk=407727;2>.

[Epoques de la Révolution
suite de Passÿ à Versailles](( Figurent entre crochets les ajouts manuscrits sur le document.))
[suite de Paris] À Versailles À Versailles du 5. Octobre 1789 (1789).Eau-forte coloriée, 18 x 28 cm.
BnF, coll. Hennin, no 10450
<https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8410839z?rk=64378;0>.

Outre le texte imprimé, sont ajoutés à la main les éléments suivants, signalés entre crochets :

[Epoques de la Révolution
suite de Passÿ à Versailles]
[suite de Paris]

[d’apres la Suite des fem[m]es parisien[n]es de la hale et autres qui Rencontrent / à leur depart – du lundi à 3 heurs Apres Midÿ / pour Ramener avec Eux du Pain & le Roÿ]


Journée Memorable de Versailles le lundi 5 Octobre 1789 (1789).Eau-forte coloriée, 16,5 x 22,5 cm.
BnF, coll. De Vinck, no 2994 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6944222g?rk=21459;2>.

Légende :

Nos Modernes Amazones glorieuses de leurs [sic] Victoire revinrent a Cheval sur les Canons, avec plusieurs Messieurs de la Garde / Nationale, tenant des branches de Peupliers au bruit des cris reiterés de Vive la Nation, Vive le Roi.


Jean-François Janinet, Événement du 5 octobre 1789
Les Dames de la Halle et autres Femmes, partant de Paris pour Versailles
(1789-1791).Eau-forte, manière de lavis, 13 x 9 cm.
BnF, coll. de Vinck, no 2948
<https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69441758?rk=429186;4>.

Outre le titre imprimé, est ajouté à la main l’élément suivant, signalé entre crochets : [2e.] Événement du 5 octobre 1789.


Les Dames de la Halle partant pour aller chercher le roi à Versailles
le 5 Octobre 1789 (1802).
Estampe dessinée par Jean-Louis Prieur et gravée
par Pierre-Gabriel Berthault et Jean Duplessi-Bertaux, eau-forte, 24 x 29 cm.
BnF, coll. De Vinck, no 2952 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6944179x?rk=42918;4>.

Les Poissardes de Paris en marche sur Versailles (xixe siècle).Estampe dessinée par Léon Du Paty et gravée par Fortuné Louis Méaulle, 12,5 x 13,4 cm.
Paris, Musée Carnavalet, Histoire de Paris, G.27988BIS.


Jean-François Janinet, 4e événement du 5. 8bre. 1789
Les Femmes Parisiennes siegeant à l’Assemblée Nationale parmi les Députés (1789-1791).Eau-forte, manière de lavis, 13 x 9 cm.
BnF, coll. de Vinck, no 2973 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69442019>.

Journée memorable de Versailles le lundi 5 Octobre 1789 (1789).Eau-forte coloriée, 21 x 16,5 cm.
BnF, coll. De Vinck, no 2983
<https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6944211p?rk=300430;4>.

Légende :

Dans cette émeute generale plusieurs Gardes du Corps ont été Massacrés deux / dentre eux furent Decolés et leurs tetes portées en Triomphe par ce meme peuple / ami de la liberté Nationale.


Le Roi promettant de venir à Paris avec sa famille.
Salve d’Artillerie devant le Château de Versailles, le 6 Octobre 1789
(1802).
Estampe dessinée par Jean-Louis Prieur et gravée par Pierre-Gabriel Berthault et Jean Duplessi-Bertaux, eau-forte, 24 x 29 cm.
BnF, coll. De Vinck, no 2990 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6944218k?rk=21459;2>.

Journée Memorable de Versailles du 6 Octobre 1789
Départ de Versailles pour Paris, de Messieurs les Gardes du Corps, et Gardes Nationale Parisiennes, avec les Heroines Parisiennes (1789).Eau-forte coloriée, 22 x 37 cm.
BnF, coll. De Vinck, no 2998 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69442264?rk=21459;2>.

Triomphe de l’Armée Parisienne réunis [sic] au Peuple a son retour de Versailles à Paris,
le 6 Octobre 1789 [aprés Midÿ] (1789).Eau-forte coloriée, 21,5 x 37 cm.
BnF, coll. Hennin, no 10461
<https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84108500?rk=21459;2>.

Est ajouté à la main le titre suivant : [Fuite de Versailles à Paris]. Dans la partie gauche, au-dessus du pain planté sur la baïonnette que tient le garde national monté sur le char, est imprimé : « Pain de 4 livres / à 8 cs ».


La journée memorable de Versailles (1789).Eau-forte coloriée, 18 x 28 cm.
BnF, coll. Hennin, no 10467 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8410856g?rk=42918;4>.

Le titre manuscrit est : [des Epoques de la Révolution]. La légende suivante est complétée par un ajout manuscrit signalé entre crochet :

Le lundi 5 Octobre 1789, un Peuple immense d’hommes et de femmes, armé de Piques, d’epées, / de fusils &c. sorti de Paris se porta à Versailles dans l’apres diné, C’est du Pain qu’il nous faut et non des Loix, ont-ils dit à l’Assemblée Nationale. Sa Majesté / revint à toute bride de la chasse, ou il etoit des le matin, plusieurs Gardes du Roi ont été decolés, et 2 de leurs têtes apportées à Paris en triomphe, par ce meme Peuple ami de la liber. / [le Mardi 6 octobre à 6 heur du soir]


Sans titre, 1789. Eau-forte coloriée, 17,5 x 24,5 cm.
BnF, coll. De Vinck, no 3000 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6944228z?rk=107296;4>.

Légendes (de gauche à droite et de haut en bas) :

Attend mon ami le Roi va passer / Les Gardes du Corps revenant a Paris / La Nation presente la Constitution au Roi / Il faut esperer que ce jeu finira bentot / Vive la Nation

Vive le Regiment de Flandres / à Paris à Paris / Les bons Lorgneurs / Je revient [sic] de Versailles toute Joyeuse le roi nous suit. / J’savoit [sic] ben que j’aurions not tour.

Retour des Dames de la Halle de Versailles le 6 0ctobre 1789.

Retour du Roi de Versailles du 6 Octobre 1789.

Ainsi s’achèvent ces journées d’Octobre à la suite desquelles la famille royale ne reviendra plus à Versailles.] OF

L’événement en lui-même de la « marche des femmes » trouve beaucoup de retentissements notamment dans la critique féministe. C’est en particulier le cas de l’historienne Yannick Ripa lors de son intervention sur France Culture, au micro de Tewfik Hakem, dans l’émission « Les Têtes chercheuses » : « Toute révolution, à partir de celle-là, conduira les femmes sur la scène publique ; l’étonnant eût été qu’elles ne furent pas là. Ce qui est aussi étonnant, c’est que les historiens, pendant des siècles, ont fait comme si elles n’étaient pas là. » Le 6 octobre 1789, les femmes, pour la première fois, « s’individualisent en tant que catégorie homogène »61.

Commentaire

Le texte traite d’un événement politique important dans l’histoire de la Révolution française et dans l’histoire de l’implication des femmes dans l’espace public. L’auteur, qui prend clairement parti du côté des patriotes, salue l’action des femmes du peuple et fait entendre un discours progressiste sur la représentation politique et sociale des femmes. Mais ce discours rencontre, on le verra, certaines limites, ce qui invite à se demander si un tel texte, qui se signale par son ouverture, contribue jusqu’au bout à révolutionner le regard porté sur les femmes du peuple.

Logiques d’affrontement

Le locuteur, dont la présence dans le texte est marquée d’emblée par son inclusion dans la collectivité d’un nous (« nous perdre », « Nous pouvons nous flatter que… », p. 1-2), s’inscrit dans des logiques d’affrontement (« nos ennemis », p. 1) qui affectent aussi bien le discours sur le déroulement de la Révolution que sur les clivages que suscite l’événement révolutionnaire.

Un processus révolutionnaire

Le locuteur retrace les événements qui ont conduit à la « marche des femmes » sur Versailles, située dans une continuité chronologique avec des épisodes antérieurs que le discours cherche, tout comme la presse patriote62, à mettre en série. Sont ainsi successivement reliés les mouvements populaires qui se sont déroulés à Paris, les 12 et 13 juillet 1789, peu avant la prise de la Bastille, l’épisode du banquet offert, à Versailles, aux gardes du régiment de Flandre, le 1er octobre, enfin les journées des 5 et 6 octobre.

Cet enchaînement des événements fait apparaître une logique symbolique autour du statut de la cocarde nationale, dont le port est rendu obligatoire dans la nuit du 12 au 13 juillet : si certains, au cours du banquet de Versailles, ont pris l’initiative de « jet[er] avec mépris » et de « foul[er] aux pieds » (p. 3) l’emblème de la nation, et d’arborer des « cocardes noires » en lieu et place de la cocarde tricolore, le geste a valeur de « crime de lèze-nation » (p. 2) ; « C’était moins à la cocarde qu’à la Nation que cet outrage s’adressait » (p. 3). L’épisode en lui-même, dont la signification a pu être discutée, est relayé comme une certitude dans le texte comme dans la presse patriote contemporaine. Il est même présenté comme un élément déclencheur ayant entraîné à sa suite les mouvements patriotiques des 5 et 6 octobre. Mais à ces enjeux symboliques, auxquels la presse confère une plus grande ampleur encore, s’ajoutent aussi des causes matérielles liées à la disette engendrée par le défaut d’approvisionnement en pain de la capitale.

[Dans un cas comme dans l’autre, toutefois, une même logique de complot est à l’œuvre. S’agissant de la crise alimentaire, la mention du complot, implicite dans la formulation paradoxale selon laquelle « le pain nous manquait après la plus belle récolte », devient explicite dès lors qu’un projet, intentionnel et concerté, paraît se dessiner : « on avait pris de bonnes mesures pour qu’il manquât ; on allait bloquer Paris, le réduire à toute extrêmité » – et à la merci d’une menace dont la nature n’est pas précisée. L’auteur se borne à affirmer qu’il « existe des preuves de fait » de ce qu’il avance (p. 4). La même grille d’analyse est appliquée au banquet du 1er octobre : « les apprêts » de la « fête » sont effectués « de sang-froid » ; « il était décidé que la fin [en] serait la proscription de la Cocarde Nationale » ; « on avait […] rempli ses poches de cocardes noires » (p. 2). Se trouve ainsi brandi le spectre d’une Saint-Barthélémy des patriotes (p. 2). Malgré la généralité du propos, caractérisé par le recours à l’indéfini ou à des tours impersonnels, le contexte permet de préciser l’identité des coupables63.] OF

Clivages révolutionnaires

Dans ce texte qui s’ouvre sur la mention de « nos ennemis » (p. 1), et selon une logique binaire, l’auteur se range dans un camp et conspue l’autre, ce que marque la présence, attestée dès le début, de jugements tranchés : il met en évidence les conduites exécrables des uns ou admirables des autres.

Le locuteur se positionne comme solidaire des intérêts du peuple, que les « ennemis » désignent comme « la canaille » (p. 3), opposé aux « méchans » (p. 1), à « ces Messieurs » (p. 3), préalablement identifiés aux « Suppôts du despotisme » (p. 2). Plus loin, le mot est lâché : « Les Aristocrates » (p. 4 et 6). Au-delà de la catégorie politique, théorisée notamment par Montesquieu, le terme est ici employé au sens de la vulgate révolutionnaire qui désigne par là les ennemis du peuple et de la Révolution64. Outre l’effet d’emphase lié aux reprises anaphoriques (« nous », « nos » vs « leurs », p. 1), la dimension polémique de l’affrontement est soulignée par l’emploi de groupes nominaux à connotation péjorative (« orgies », « projets détestables », p. 1) pour désigner les agissements de l’adversaire, sur lequel s’abattent les coups du locuteur mais aussi ceux d’une juste Providence : « Le Ciel & leur propre cœur troublent leurs opérations les plus artificieuses & les plus secrettes » (p. 1). La mention de « leur propre cœur » souligne que leurs émotions, la sensibilité profonde des êtres humains – supposés par nature tournés vers ce qui est bon et juste – ne peuvent être indéfiniment reniées et les trahissent dans leurs complots.

[L’auteur a sans doute en vue des cibles plus précises, comme l’indique l’effet de polyphonie que fait entendre le texte, qui convoque à plusieurs reprises le discours adverse. Ainsi des emplois en mention, marquée par l’italique, engendrant une mise à distance des propos de l’adversaire : « qu’on appelle » ; « qu’ils appellent si agréablement » (p. 3). Ainsi encore des marques de discours rapportés (« Ils nous disent […] que », p. 3 et 4) qui amorcent une entreprise de réfutation : « Ce reproche est grave ; il faut y répondre. » (p. 4) La recherche des sources de ces discours s’étant avérée infructueuse, il n’est pas possible d’identifier quelles personnes sont ainsi prises à partie.

Un patriote de 1789

Que l’auteur se range délibérément du côté des patriotes, c’est ce dont témoigne son adhésion explicite aux valeurs et symboles de la Révolution. On ne reviendra pas sur son attachement manifeste au symbole qu’est la cocarde tricolore. En contrepoint avec l’« orgie » qui s’est déroulée à Versailles, le 1er octobre, il salue également l’usage citoyen de « l’argent » d’une fête effectué au « District des Petits-Augustin » : il a été « employé […] à un don patriotique65 » (p. 3). Mais dès le début du texte, c’est l’importance de la « liberté raffermie » (p. 2) qui est mise en avant, et qui va de pair avec l’évocation des origines de la Révolution présentée comme la libération d’un « joug », une sortie de l’« esclavage » :

Quelques têtes bien organisées, quelques bons Citoyens écrivent, parlent, démontrent la nécessité de secouer un joug avilissant, insupportable. Le Peuple les écoute, il s’étonne de n’avoir pas pensé à tout cela comme eux ; il s’indigne contre lui-même, de ce qu’il s’est trop long-temps soumis à l’esclavage ; il s’échauffe ; il prend les armes ; on ne peut plus le retenir. Bientôt la révolution est faite […]. (p. 4-5)

Pour autant, même si ses engagements révolutionnaires ne font pas de doute, l’auteur apparaît comme un modéré – il y en a beaucoup en 1789. D’une part, sans nier que « des abus multipliés [aient] mis trop de disproportions entre les individus qui […] composent » le « peuple », il invite ce même peuple, autrement dit les membres du tiers état, à ne pas « manqu[er] de respect au Clergé, & aux gens titrés » (p. 6), voire à faire preuve de générosité « à l’égard des ci-devant privilégiés, c’est-à-dire des Nobles & des Prêtres » (p. 7).] OF

D’autre part, pour l’auteur comme pour beaucoup de patriotes en 1789, le personnage du roi en lui-même possède un statut privilégié : il semble conserver sa position de grandeur en tant que représentant éminent de la Nation qui est à préserver. Pour preuve, au cours des journées des 5 et 6 octobre, les femmes ont « obtenu » que le roi vienne habiter au « milieu de nous » : « il n’en fallait pas davantage. » (p. 4) Ce désir de proximité avec le monarque symbolise notamment la chute de Versailles et l’avènement de Paris qui désormais doit être la capitale et le siège de la Nation.

Un héroïsme au féminin ?

Le titre du texte met en avant la figure des « héroïnes de Paris », également désignées ainsi dans la légende de certaines gravures qui construisent la mémoire de l’événement66. Elle ne va cependant pas de soi, l’action héroïque, qui s’attache à des valeurs guerrières, étant communément considérée comme l’apanage des hommes.

Un souffle épique

L’enthousiasme pour la patrie et les valeurs qui lui sont attachées s’étend à l’action des femmes dont l’auteur, par le recours anaphorique au tour exclamatif, célèbre – et contribue à renforcer, par son discours – la « gloire immortelle » dont « elles viennent de s’environner », salue l’« ordre » avec lequel la procession s’est mise en route jusqu’à Versailles et vante leur « courage » (p. 2).

L’auteur emploie un style hyperbolique par la multiplication des exclamations, ce qui renforce l’évocation de la grandeur de l’action des femmes. En insistant sur le chiffre (« près de dix mille », p. 2), il donne à voir, au prix d’une légère exagération, un mouvement de masse, puissant et organisé (p. 4). Par endroits, même si le texte est bref et comporte des considérations d’un autre ordre, l’auteur fait entendre des accents épiques, qui tiennent aussi au fait que la marche des femmes, au-delà de la « gloire immortelle » (p. 2) qu’elles doivent en retirer, dépasse les seules actrices de l’événement : « ce sont les femmes qui […] nous […] ont rend[u] » la liberté au terme d’un défi lancé « aux dignes Suppôts du despotisme » (p. 2).

Le bras de la Providence

Que les femmes aient entrepris une action qui les dépasse, c’est ce qu’exprime l’auteur en établissant une corrélation entre l’action de la Providence et celle des Parisiennes qui n’en seraient en quelque sorte que l’instrument : « La Providence seule nous a sauvés, & par les moyens les plus faibles, pour que nous en rapportassions toute la gloire. » (p. 4)

Peu après intervient la référence à l’Ancien Testament qui correspond à l’épisode du triomphe de David sur Goliath rapporté par « les femmes Juives » (p. 4) :

Or quand David revint de la guerre, après avoir tué les Philistins, les femmes sortirent de toutes les villes d’Israël au-devant du roi Saül en chantant et en dansant, témoignant leur réjouissance avec des tambours et des timbales.

Et les femmes dans leurs danses et dans leurs chansons se répondaient l’une à l’autre, et disaient : Saül en a tué mille, et David en a tué dix mille67.

Outre la coïncidence des chiffres (dix mille Philistins ; « près de dix mille » femmes à Versailles), le rapprochement mérite commentaire : les Parisiennes sont comparées à un homme (« ce que les femmes Juives disaient de David, lorsqu’il eut vaincu le géant Goliath », p. 4) et par là même placées sur le même plan que des icônes symboliques du pouvoir masculin, comparaison révélatrice du besoin d’assimilation à un référent de sexe opposé.

Mais l’analogie s’entend aussi sur l’arrière-plan du discours topique sur le faible qui, avec l’aide de Dieu, terrasse le fort : ainsi de David face au « géant Goliath » (p. 4) ; ainsi aussi des femmes, présentées comme « les moyens les plus faibles » dont s’est servi la Providence pour restaurer la liberté, mais aussi pour « inspir[er] aux femmes la résolution d’affranchir la Patrie » (p. 4). Tout se passe comme si les femmes n’étaient que de simples enveloppes charnelles, des instruments d’un plan divin, et par conséquent pas intégralement maîtresses de leur action.

[La violence édulcorée

Les comptes rendus journalistiques et l’abondante iconographie qui a été consacrée aux journées d’Octobre en témoignent68, la marche des femmes sur Versailles a été ponctuée d’actions violentes : des femmes ont été blessées ou tuées ; deux gardes du corps ont été « décollés » et leurs têtes ramenées à Paris au bout d’une pique. Si cette manifestation des débordements populaires est dénoncée par les journalistes69, elle est relatée en détail, ce qui n’est manifestement pas le cas dans le texte. On ne saurait certes exagérément commenter une absence d’information, mais force est de constater que le texte ne fait pas totalement silence sur ces actes. La note (1), page 2, s’en tient à la mention d’un « dégat », d’objets « pris, sans [les] payer », enfin de punitions, mais dirigées contre des « aggresseurs ou d’autres coupables, depuis long-temps condamnés par le Public ». À ce propos, cette fois-ci dans le texte, la mise à mort de certains gardes du corps est évoquée à mots couverts : dans une démarche de justice, les femmes « sont allées […] demander raison aux dignes Suppôts du despotisme, du dernier crime qu’ils venaient de commettre », « & qui », ajoute l’auteur, « a été le dernier pour quelques-uns d’entr’eux » (p. 2)… La note (2), page 3, impute encore aux « vexations » que lui infligeait la « Noblesse Française » d’« autrefois » la méchanceté du « Peuple ».

Rien n’est dit en revanche ouvertement de la prise des armes par les femmes dans les magasins parisiens – ou alors cela fait partie de ce qu’elles « ont [pris], sans le payer » (note (1), p. 2) – ni sur leur implication dans leur transport jusqu’à Versailles70. On peut encore observer que, en plus de la figure, déjà commentée, des « héroïnes », les journaux et les gravures convoquent celle des amazones : Prudhomme parle de « nos braves amazonnes », l’expression faisant pendant à celle, peu après, de « ces braves françoises » ; la légende de l’estampe intitulée Journée Memorable de Versailles le lundi 5 Octobre 1789 évoque « Nos Modernes Amazones glorieuses de leurs [sic] Victoire » qui « revinrent a Cheval sur les Canons, avec plusieurs Messieurs de la Garde Nationale »71. Dans le droit fil de l’édulcoration de l’expression des violences, auxquelles, d’après les comptes rendus journalistiques, les femmes ont également pris part, l’atténuation de celle de la bravoure, dont ne subsiste que la mention du « courage » des femmes (p. 2), suggère une gêne de l’auteur à évoquer la composante guerrière – et virile – de l’action de ses « héroïnes ».] OF

Un discours prescriptif

C’est que, malgré une volonté affichée de célébrer avec insistance (« Celles qui viennent de nous sauver, méritent, je le répète, toute notre reconnaissance », p. 6) l’action des Parisiennes, l’auteur est loin de tenir un discours que l’on pourrait sans réserve, de nos jours, qualifier de féministe.

Une défense des femmes du peuple

Il faut en premier lieu souligner que, face à la « plaisanterie amère » des « Aristocrates » ironisant sur le choix de « la Providence », qui s’est porté sur « une fort belle classe de la société », et sur des « Héroïnes […] tirées de la Halle, du marché de l’Abbaye » (p. 4), en un mot « des harangères » (p. 5)72, l’auteur estime nécessaire de faire entendre un contre-discours : « il faut […] répondre » à « ce reproche […] grave » (p. 4). D’abord, comme beaucoup de ses contemporaines et contemporains, qui ont à cœur d’améliorer la condition des femmes, il incrimine l’« éducation négligée & grossière » donnée aux femmes du peuple, à la grande satisfaction des « gens riches » : ils « seraient fâchés » qu’elles en reçussent une meilleure (p. 5). La note (1) dénonce alors le maintien du peuple dans « l’ignorance », qui constitue une entrave à ses légitimes aspirations patriotiques, que l’auteur partage, comme on l’a vu : connaître « le prix de la liberté » ; ne plus vouloir « se laisser enchaîner ».

Ensuite, par delà la dévalorisation, franchement méprisante, de leurs fonctions au sein de l’organisation sociale (le travail au marché), et de leur comportement jugé déviant (« elles iront demain célébrer leur victoire au cabaret », p. 4), l’auteur objecte non seulement que c’est « la misère » qui fait prospérer les « vices », mais aussi que, « sous des dehors peu avantageux » – qui sont du reste « le funeste ouvrage des gens riches » –, « les femmes du peuple cachent un grand caractère » (p. 5). Et, dans un contrepoint orchestré avec « nos dames », affectées de « la déplorable santé du beau monde », l’auteur va même jusqu’à mettre en avant le « nerf », « l’énergie »73 (p. 6) des femmes du peuple, c’est-à-dire des caractéristiques viriles : s’agissant du « beau monde », il sous-entend que, par leur manque d’activité, les femmes ont perdu leur potentiel d’action.

Mais l’auteur ne s’aventure pas trop avant sur ce terrain-là : il rappelle opportunément que « les femmes […] devraient toujours être la douceur & la modestie même » (p. 6) et tient par là même un discours nettement plus conforme aux normes genrées en vigueur à cette époque. Ses propos construisent une certaine hiérarchie des conduites féminines et surtout laissent entendre que ces femmes adoptent des comportements qui ne leur sont pas propres74. Ce lieu commun suggère que les femmes qui sortent de leur condition préétablie ne sont plus vraiment considérées comme des femmes.

Une démarche paternaliste

Tout en exprimant, comme on l’a vu, la nécessaire « reconnaissance » due à « celles qui viennent de nous sauver », l’auteur n’en estime pas moins nécessaire, « pour commencer à nous en acquitter », de « leur donner des avis, dont elles profiteront sans doute » (p. 6). Ici, la distinction entre nous et elles / leur suggère sans ambiguïté que la collectivité du nous dans laquelle s’inscrit cette parole est masculine. La dernière partie du texte, qui accumule les tournures impératives et les formulations, au conditionnel, de leurs devoirs, prend la forme d’un guide de bonne conduite à l’intention des femmes afin que celles-ci acquièrent pleinement la reconnaissance dont elles doivent « se montr[er] dignes » (p. 6).

Les enjeux du discours sont d’abord moraux : si les « vices » stigmatisés par les adversaires aristocrates procèdent de la « misère » dans laquelle se trouvent les femmes du peuple, il s’agit de leur « procure[r] une existence plus douce & plus honnête » pour voir « les vertus croître, & se soutenir parmi elles » (p. 5). Ce qui passe par l’instauration – indiquée dès le sous-titre du texte – d’une « police » : « ne jamais boire avec excès », « ne pas souffrir que les hommes s’ennivrent » (p. 6). Les femmes sont aussi investies d’un rôle de médiatrices pour empêcher les conflits et les affronts, ce qui induit de réfréner leurs propres sentiments de colère, leurs envies de contestation. Il s’agit encore de contrôler leurs interactions sociales : ne pas fréquenter les « Charlatans » (p. 6) ; être de bonnes chrétiennes, respectueuses de l’ordre social (« empécher que l’on ne manquât de respect au Clergé & aux gens titrés », p. 6).

L’auteur leur assigne enfin un rôle de veille sanitaire : elles « devraient » s’assurer de la bonne qualité des produits qui parviennent, en passant par les barrières de Paris, sur les marchés de la capitale. On retrouve ici explicitement convoqué la fonction de la femme nourricière et son rôle protecteur, capital pour assurer le bien-être de sa famille : « Le peuple, & sur-tout les enfants s’empoisonnent » en consommant « les fruits verts ou pourris que l’on apporte au marché » (p. 7).

Cette énumération des devoirs féminins réactive et par là même renforce des stéréotypes de genre bien ancrés, en accord avec une représentation de la femme profondément liée à la nature et à la maternité. Malgré la volonté de contribuer à la célébration de la « gloire » des femmes et de leurs actions patriotiques, le discours de l’auteur reste tributaire de la doxa de son époque.

Au bout du compte, ces « Héroïnes de Paris » sont à glorifier sous condition car elles ne sauraient pour autant s’émanciper du contrôle social (masculin). Si l’auteur a le mérite de souligner l’action des femmes du peuple, admirable et admirée, il n’en réaffirme pas moins son adhésion à l’organisation genrée de la société de son temps.

Réception

Le texte ne paraît pas avoir trouvé d’écho dans la presse contemporaine.

Éléments de bibliographie

Texte référencé dans Maurice Tourneux, Bibliographie de l’histoire de Paris pendant la Révolution française, Paris, Imprimerie nouvelle, 1890-1913, 5 vol., t. I, no 1576.

Autre édition du texte

On connaît une traduction du texte en langue anglaise : Women in Revolutionary Paris, 1789-1795. Selected Documents Translated with Notes and Commentary by Darline Gay Levy, Harriet Branson Applewhite and Mary Durham Johnson, Urbana, Chicago, London, University of Illinois Press, 1979, 1re partie, no 10, « A Liberal Journalist Attempts to Integrate the Insurrectionary Deeds of the Women of the People into the Mythology of the Revolutionary Establishment », p. 51-54. La traduction omet certaines notes de l’auteur. Le texte est précédé d’une courte notice, mais il n’est pas accompagné de notes éditoriales.

Études

Franceska Falk, « Les femmes du marché, avant-garde de la culture de la manifestation ? », Rue Descartes, no 77, 2013/1, p. 5-19 <https://www.cairn.info/revue-rue-descartes-2013-1-page-5.htm>.

La guerre des blés au xviiie siècle. La critique populaire contre le libéralisme économique au xviiie siècle, dir. Florence Gauthier et Guy-Robert Ikni, Montreuil, Éditions de la Passion, 1988.

Steven Kaplan,Les ventres de Paris : pouvoir et approvisionnement dans la France d’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1988.

Christophe Regina, La violence des femmes. Histoire d’un tabou social, Paris, Max Milo, 2011.



Citer ce billet
Yannick Chevalier (2022, 19 mai). Les Héroïnes de Paris, ou L’entière liberté de la France, par les Femmes. Police qu’elles doivent exercer de leur propre autorité. Expulsion des Charlatans, &c. &c. Master Genre, littératures, cultures. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oz80

  1. Référence aux émeutes des 12 et 13 juillet 1789, qui font suite à la nouvelle du renvoi de Necker et interviennent dans un contexte de cherté des grains et du pain : les trois quarts des barrières donnant accès sur Paris sont incendiées. [Voir Momcilo Markovic, « La Révolution aux barrières : l’incendie des barrières de l’octroi à Paris en juillet 1789 », Annales historiques de la Révolution française, no 372, avril-juin 2013, p. 27-48 <https://journals.openedition.org/ahrf/12765>.] OF []
  2. Au sens « figuré », attesté dans le Dictionnaire de l’Académie française (éd. 1798), du verbe : « Entourer, enfermer, être autour de quelque chose. [OF] []
  3. Les estimations varient : Prudhomme, dans les Révolutions de Paris, avance le chiffre de « quatre mille » (voir, ci-dessous, dans le dossier critique, la rubrique « Contexte de rédaction »). Les historiennes et historiens considèrent de nos jours que le cortège comptait entre 6 000 et 7 000 femmes. []
  4. Mention très allusive à la mise à mort de quelques gardes du corps, relatée dans la presse : voir, ci-dessous, dans le dossier critique, la rubrique « Contexte de rédaction ». []
  5. L’expression, calquée sur l’ancien crime de lèse-majesté, est attestée parmi les « mots nouveaux en usage depuis la Révolution » répertoriés dans le Dictionnaire de l’Académie française (éd. 1798), qui la définit comme un « Crime qui offense la nation » et ajoute que, par la suite, « sous la C[onstitution] de 1791 », elle « devoit être jugé par la haute Cour nationale ». Voir Jean-Christophe Gaven, Le crime de lèse-nation. Histoire d’une invention juridique et politique, 1789-1791, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2016. []
  6. Sur ce « festin », organisé en l’honneur du régiment de Flandre dans la grande salle de l’opéra du château de Versailles le 1er octobre 1789, voir, ci-dessous, dans le dossier critique, la rubrique « Contexte de rédaction ». []
  7. L’expression se trouve aussi sous la plume de Prudhomme lorsqu’il évoque les remous suscités par l’emprisonnement, au Châtelet, du marquis de Saint-Huruge, commandant de la Garde nationale : une « députation » doit aller « requerrir du prévôt ou son jugement définitif ou sa liberté provisoire ». Il ajoute : « N’est-il donc pas tems que cette ridicule persécution prenne fin ? Veu[t]-on attendre que l’indignation, montée à son comble, fasse faire quelque coup de tête au parti patriote, pour avoir le plaisir d’en égorger trois ou quatre mille. On n’est pas encore bien sûr d’avoir fait oublier aux Gardes-françoises ce que le peuple a fait pour leurs camarades enfermés à l’Abbaye-Saint-Germain. On attend, sans doute, qu’ils soient disposés à une obéissance aveugle, pour faire faire une petite Saint-Barthélemy, pour le plaisir de MM. les aristocrates anciens & modernes. » (Révolutions de Paris, 1er octobre, no XII <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1051144c>, p. 32-33) [OF] []
  8. Selon le Dictionnaire de la langue française, Auguste est le « nom que les Romains donnèrent au mois dit sextilis jusqu’alors, lorsque Auguste [empereur romain] fut nommé grand pontife, et qui est notre mois d’août ». Littré ajoute qu’il désigne le « mois d’août dans Voltaire, qui, par un malheureux retour vers l’origine latine, voulut changer août en auguste, et dont la tentative n’eut aucun succès ». [OF] []
  9. Trois jours après la prise de la Bastille, le 17 juillet 1789, Louis XVI se rend à l’Hôtel de Ville et reçoit la cocarde tricolore, dont le port avait été rendu obligatoire dans la nuit du 13 au 14 juillet. [OF] []
  10. La référence n’a pas été identifiée. [OF] []
  11. « Terme de Pratique », qui désigne une « Étendue de Juridiction » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798). [OF] []
  12. L’Extrait du Registre des Dons Patriotiques offerts à l’Assemblée Nationale <https://books.google.fr/books?id=md-BDTs0A6oC> indique, dans sa livraison de la « Quarante-deuxième Semaine », en date du 30 septembre 1789, un don (no 2080) effectué « Au nom de la troisième Compagnie de la Garde Nationale du District des petits Augustins » pour « la somme de 1000 liv. », p. 5. Voir aussi les Révolutions de Paris qui, en date du 29 septembre, évoquent « un total de 1200 liv. » (no XII, p. 28). [OF] []
  13. Ce discours complotiste pourrait se fonder sur une réminiscence de l’épisode, resté célèbre, de la guerre des farines et des pactes de famine qui a donné lieu à des émeutes au printemps de l’année 1775. Sur cet épisode, voir Cynthia A. Bouton, The Flour War: Gender, Class and Community in Late Ancien Régime French Society, University Park (Pa.), Pennsylvania State University Press, 1993. [OF] []
  14. Au sens figuré, attesté par le Dictionnaire de l’Académie française (éd. 1798), de « Délivrer ».)) la Patrie, elle les y a fait réussir ; elles ont obtenu du Roi qu’il vînt habiter au milieu de nous ((Au terme de la journée du 6 octobre : voir, ci-dessous, dans le dossier critique, la rubrique « Contexte de rédaction ». []
  15. I Rois, xviii, 7, selon la traduction de la Bible par Lemaître de Sacy. La référence usuelle actuelle est I Samuel, xviii, 7. []
  16.  Il n’a pas été possible d’identifier le texte auquel il est ici fait allusion. [OF] []
  17. Les révoltes frumentaires au xviiie siècle sont principalement le fait des femmes du peuple, emblématisées par les quartiers de la Halle et de l’Abbaye, dont l’action, dans le discours aristocratique, est délégitimée par l’ivrognerie. Sur cette sensibilité des femmes au prix et à la qualité du pain, en Angleterre comme en France, voir La guerre des blés au xviiie siècle. La critique populaire contre le libéralisme économique au xviiie siècle, dir. Florence Gauthier et Guy-Robert Ikni, Montreuil, Éditions de la Passion, 1988 ; Steven Kaplan, Les ventres de Paris : pouvoir et approvisionnement dans la France d’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1988. []
  18. Voir, ci-dessus, n. 17. [OF] []
  19. Le terme, qui désigne « Celle qui fait métier de vendre des harengs, et toute autre sorte de poisson en détail » signifie aussi, de manière figurée et familière, « Une femme qui se plaît à quereller et à dire des injures » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798). []
  20. On suppose que l’auteur fait référence à la publication de son ouvrage La France vue dans l’avenir. []
  21. Si l’italique signale un emprunt, il n’a pas été possible d’identifier le texte cité. [OF] []
  22. « L’ordre et le règlement établi dans quelque assemblée, dans quelque société que ce soit. […] La police d’une Communauté. Chaque société a sa police particulière. » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798 []
  23. « Vendeur de drogues, d’orviétan, et qui les débite dans les places publiques sur des théâtres, sur des tréteaux », selon le Dictionnaire de l’Académie française (éd. 1798), qui signale que « C’est ordinairement un terme de mépris » et indique aussi un sens figuré : « Celui qui cherche à en imposer, à se faire valoir par un grand étalage de paroles, ou par le faste de ses actions. » []
  24. Les privilèges ont été abolis le 4 août 1789 : voir, ci-dessous, dans le dossier critique, la rubrique « Contexte de rédaction ». []
  25. La ville de Paris est entourée de cinquante-quatre barrières gardées par des hommes armés qui contrôlent notamment les marchandises acheminées dans la capitale. []
  26. Dans l’article « Farine » de son Dictionnaire de chymie, Macquer rappelle que l’« On sait […] depuis long-tems que les amidonniers extraient facilement des bleds & farines gâtés, des amidons très-beaux, très-sains, & aussi propres à faire de l’empois, de la colle, &c. que la meilleure farine ». Il fait aussi état des expériences de Parmentier : « il est très-important de savoir qu’avec de l’amidon qu’on peut tirer des bleds & farines gâtés, & qui se conserve facilement sans altération pendant fort long-tems, on peut faire un pain bien levé & savoureux » (nouvelle édition, Neuchatel, Imprimerie de la Société Typographique, 1789, t. II <https://books.google.fr/books?id=pLA5AAAAcAAJ>, p. 135-136). [OF] []
  27. NdA. Voir, ci-dessous, dans le dossier critique, la rubrique « L’auteur ». []
  28. NdA. Sur les événements d’Octobre, voir ci-dessous, dans le Dossier critique, la rubrique « Contexte de rédaction ». []
  29. NdA. []
  30. NdA. Le lexique français a conservé l’expression « droit de cuissage » pour  désigner cette tradition : « Prétendue coutume féodale, qui aurait accordé au seigneur le droit de passer avec l’épouse d’un serf la nuit de noces. Le droit de cuissage était en fait une taxe sur le mariage des filles de serfs »(Dictionnaire de l’Académie française (9e éd.). []
  31. NdA. [C’est, entre autres, le discours tenu, par exemple, dans le Journal politique-national de Sabatier et Rivarol <https://books.google.fr/books?id=-T1hAAAAcAAJ> : « Le Peuple, ébloui, se croit éclairé ; atroce & furieux, il se croit libre, & n’est, au-fond, qu’un esclave révolté. » (no 9, p. 105) Une note problématise, dans un sens très conservateur, ce qu’il faut entendre par liberté. Plus loin, une autre note engage la polémique avec le Journal de Paris, lorsque ses rédacteurs affirment que « le Peuple est toujours bon & juste, quand il est éclairé » : « La vérité est que le Peuple est, comme leur feuille, toujours sans justice & sans lumières. » (no 13, p. 149).] OF []
  32. Courrier de Paris à Versailles, et de Paris à Versailles <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k73329p>, no LXXXVIII, p. 27 et 28. []
  33. Ibid., no XC, p. 76. []
  34. Révolutions de Paris, no XIII <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10511466>, p. 2. []
  35. Ibid., p. 3 et 4. []
  36. Ibid., p. 5-6. []
  37. Ibid., p. 6. []
  38.  Ibid., p. 6-7. []
  39.  Ibid., p. 7. L’auteur du texte rappelle également ce détail : voir, ci-dessus, p. 3 et n. 9. []
  40.  Ibid., p. 6/7. []
  41. Le marquis de La Fayette, après avoir été élu député de la noblesse d’Auvergne aux États généraux devient, après la prise de la Bastille, commandant de la Garde nationale. []
  42. Révolutions de Paris, no XIII, p. 3/4. []
  43. On connaît une édition allemande de la même estampe, gravée par Paul Jacob Laminit, intitulée « Gastmahl der Gardes du Corps um Opernsale zu Versailles, den 1ten. October 1789 » <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69441721?rk=128756;0> []
  44.  Pour une vue synthétique sur cet événement, voir Éric Hazan, Une histoire de la Révolution française, Paris, La Fabrique, 2012, chap. IV. [OF] []
  45. Révolutions de Paris, no XIII, p. 9, 15 et 23. []
  46. Ibid., p. 8. []
  47. Ibid., p. 9. []
  48. « Certain instrument de fer qui est fait en forme de croissant, et dont les Jardiniers se servent pour tondre les palissades. » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798 []
  49. Outre Hulin, le convoi est dirigé par Stanislas Maillard, autre héros de la prise de la Bastille. []
  50. Au sens de « Un long assemblage de bois, soit de charpente ou de menuiserie, soit propre à brûler, assujetti avec des perches et des liens en forme de radeau, et qu’on met à flot sur un canal ou sur une rivière » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798). []
  51. Révolutions de Paris, no XIII, p. 9 et 10-11. []
  52. Jean-Joseph Mounier, alors président de l’Assemblée constituante. []
  53. Révolutions de Paris, no XIII, p. 17-18. Plus tard, « vers onze heures », le roi remet à Mounier « l’acceptation pure & simple des droits de l’homme & de la constitution » (p. 19). []
  54.  Ibid., p. 18. []
  55. Ibid., p. 20 et 21. []
  56.  Ibid., p. 22-23. []
  57. On connaît la célèbre formule : « Le boulanger, la boulangère, et le petit mitron », rapportée entre autres par le Supplément au numéro LXXXIV (20 octobre 1789) de la Gazette de Leyde <https://books.google.fr/books?id=w4RDAAAAcAAJ> : « En revenant de Versailles, les Femmes du Peuple crioient : Nous ne manquerons pas de Pain : Nous amenons le Boulanger, la Boulangère, & le petit Mitron. C’étoient le Roi, la Reine, & Mgr. le Dauphin. » (« Extrait d’une lettre de Paris du 12 octobre » []
  58. Dans le cadre de la guerre de Succession d’Autriche, la bataille de Fontenoy (1745) a été remportée par les troupes de Louis XV contre celles des Provinces-Unies, de l’Angleterre et de l’Autriche. []
  59. Révolutions de Paris, no XIII, p. 25-26. []
  60.  Ibid., p. 22/23. []
  61. https://www.franceculture.fr/emissions/les-tetes-chercheuses/un-siecle-de-combats-feministes-avec-yannick-ripa []
  62. Voir, par exemple, les extraits des Révolutions de Paris fournies ci-dessus dans la rubrique « Contexte de rédaction ». []
  63. D’une manière beaucoup plus explicite, Prudhomme oriente le récit des événements d’Octobre sous l’angle d’une « Conjuration formée par les aristocrates contre notre liberté », d’une « cabale aristocratique » (Révolutions de Paris, no XIII, p. 2 et 3) : voir, ci-dessus, la rubrique « Contexte de rédaction ». []
  64. L’auteur fait aussi référence au « droit barbare » que, « autrefois », « la Noblesse Française […] s’était approprié » (note (2), p. 3) et, plus loin, aux « gens titrés » (p. 6), aux « ci-devant privilégiés », à commencer par les « Nobles » (p. 7), pour lesquels il invite à faire preuve de générosité. Sur les « catégories piégées » que sont la « noblesse » et l’« aristocratie », voir Maxime Triquenaux, « Des aristocrates de papier. Trois figurations littéraires de nobles à la fin de l’Ancien Régime (Besenval, Polignac, Richelieu) », thèse de doctorat en lettres et arts, mention langue et littérature françaises, soutenue, sous la direction d’Olivier Ferret, à l’université Lumière Lyon 2 le 7 novembre 2020, « Préambule », p. 45-91. [OF] []
  65. Sur la multiplication des gestes de don patriotique en septembre 1789, voir Olympe de Gouges, Action héroïque d’une Françoise, ou la France sauvée par les femmes, Paris, Guillaume junior, 1789, éd. Margaux Michiels ; Mme Rigal, Discours prononcé […] dans une Assemblée de femmes artistes et orfevres, tenue le 20 Septembre. Pour délibérer sur une Contribution volontaire, s.l.n.d. [1789], éd. Clémentine Peraud-Pommier. []
  66. Voir, ci-dessus, dans la rubrique « Contexte de rédaction », la mention, dans la gravure célébrant l’Epoque du 6 octobre 1789, publiée dans les Révolutions de Paris, des « Héroïnes Françaises » qui « ramenent le Roi à Paris, pour y faire sa principale résidence », ou encore celle, dans le sous-titre de l’estampe représentant la Journée Memorable de Versailles du 6 Octobre 1789, des « Heroines Parisiennes ». [OF] []
  67. Voir, ci-dessus, l’annotation du texte, n. 16. []
  68. Voir, ci-dessus, la rubrique « Contexte de rédaction ». []
  69. Voir, au même endroit, la réaction de Prudhomme, qui évoque « un horrible spectacle, qui ne sauroit exciter la curiosité que d’hommes accoutumés à toutes sortes de crimes » (Révolutions de Paris, no XIII, p. 20 ; voir, ci-dessus, n. 50). []
  70.  Ibid., p. 10 ; voir, ci-dessus, n. 47. []
  71.  Ibidem et, ci-dessus, l’iconographie fournie dans la rubrique « Contexte de rédaction ». []
  72. La dépréciation se retrouve dans certaines gravures du xixe siècle qui représentent « les Poissardes de Paris » : voir, de même, l’iconographie. [OF] []
  73. On peut interpréter dans le même sens la posture, attribuée aux Parisiennes, qui consiste à « demander raison aux dignes Suppôts du despotisme » (p. 2), autrement dit, à rendre justice. []
  74. Il semblerait que l’auteur s’inspire de la théorie hippocratique des comportements (Corpus hippocratique) qui a pour idée directrice l’existence d’un équilibre de l’organisme sur quatre humeurs : la mélancolie, la flegmatique, le sanguin et le colérique. Le tempérament physiologique normal de l’homme en font un être plus chaud et sec, représenté par la bile jaune, le symbole du feu, tandis que, au contraire, la femme a un corps froid et humide, représentée par la lymphe, le symbole de l’eau : si une femme pratique un excès d’exercice elle peut développer des comportements masculin et vice-versa pour un homme qui se livrerait à la paresse. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search