Mémoire sur l’éducation des filles, présenté aux états-généraux. Par M. Bachelier, de l’Académie royale de Peinture.

Édition

Édition établie, annotée et commentée en 2020-2021 par Esther Champavier (M1 GLC), relue par Lucas Mangolini (M1 GLC), sous la direction d’Olivier Ferret (Université Lumière Lyon 2, UMR 5317 IHRIM)

Référencement bibliographique

Jean-Jacques Bachelier, Mémoire sur l’éducation des filles, présenté aux états-généraux, Paris, Imprimerie royale, 1789.

<https://books.google.fr/books?id=0722AAAAIAAJ>


[3] On écrit depuis nombre d’années sur l’éducation des femmes. Des citoyens estimables1, en traitant savamment cet important sujet, ont exposé différentes vues également sages & lumineuses : leur but a été de déraciner les vices & les abus de cette éducation, & de développer les vrais principes qui doivent en être la base. Chacun d’eux établissant un système différent, s’est livré à des spéculations vraiment patriotiques, mais aucun jusqu’ici n’a indiqué le moyen de faire promptement jouir la société des bons effets de cette réforme, que le raisonnement seul ne peut opérer. Convaincu que l’on ne peut y parvenir sans le secours d’une école publique en faveur des [4] filles, l’on va proposer un établissement dont ce sexe pourroit retirer dès ce moment les plus précieux avantages.

Les impressions que nous recevons dès le berceau ne s’effacent jamais : les femmes qui sont nos premières institutrices, sont aussi les mères & les nourrices de nos préjugés, & le pouvoir qu’elles acquièrent sur nous augmente en proportion du penchant qu’elles nous inspirent. En effet, dans notre enfance leurs tendres soins & l’habitude font naître un attachement que la nature fortifie de jour en jour ; bientôt leurs charmes frappent nos yeux encore innocens, & c’est à la beauté que nous devons nos premières sensations. Le désir de lui plaire développe peu à peu les ressorts de toutes nos facultés ; il excite notre émulation, & il est souvent la cause secrète de nos progrès (a). Plus âgés, nous ne pouvons connoître [5] le vrai bonheur qu’en nous associant une compagne aimable & vertueuse, dont la tendresse nous dédommage des peines & des chagrins, apanage de notre foible existence ; & après avoir continuellement dû aux soins des femmes & à leurs sentimens, cette félicité pure qui fait les délices du bel âge, c’est encore au tendre intérêt qui les attache toujours à nous, à la douceur de leur caractère toujours sensible & compatissant, que nous devons les attentions, les secours, les consolations dont la vieillesse & les infirmités accroissent chaque jour le besoin. Ne vivant que par elles & pour elles, nos vices & nos vertus dépendent entièrement des impressions qu’elles ne cessent de nous donner dans tous les temps. C’est donc à diriger leurs sentimens, à fixer leurs opinions, à épurer & augmenter la masse de leurs connoissances, que tous nos [6] efforts doivent tendre. Se peut-il que nous ayons si long-temps négligé leur éducation, lorsqu’elle a tant d’influence sur la nôtre ?

Les citoyens d’un État sont partagés en trois classes : la première est composée des riches, qui peuvent à leur gré se procurer toutes les connoissances acquises en tout genre ; dans la seconde, sont compris tous ceux dont le revenu borné ne leur permet rien au-delà du nécessaire ; la troisième & la plus nombreuse est celle des pauvres, qui sans cesse occupés du soin de pourvoir à leur subsistance journalière, n’ont ni le temps ni les facultés qu’exige l’étude suivie des arts. Nous n’entrerons point dans le détail des vices de l’éducation des riches, ce seroit sortir de notre plan ; nous nous bornerons à démontrer la nécessité d’un établissement qui, en offrant au sexe des deux dernières classes des ressources honnêtes2 & lucratives, l’aideroit à conserver la vertu dont le germe est dans tous les cœurs.

La candeur & l’innocence sont des qualités innées chez les femmes, & celles qu’on desire le plus de leur voir conserver, parce qu’elles sont les compagnes inséparables de la vertu ; mais combien d’assauts ont-elles à soutenir [7] lorsqu’elles ont à repousser le cri de la misère & la séduction du vice ! Celles qui forment la classe la plus nombreuse, nées dans l’infortune, ne peuvent apprendre qu’à coudre & à filer ; le modique produit de leurs veilles ne peut leur procurer l’absolu nécessaire, la nourriture, le vêtement & un asyle. Un travail ingrat & infructueux leur inspire le dégoût ; l’état de mendicité où elles se trouvent réduites les humilie ; le spectacle affreux d’une mère souffrante, d’un père infirme, de frères & sœurs mourant de faim, les accable, & l’impossibilité de les secourir achève de les décourager. C’est alors qu’elles trouvent dans le faste éblouissant d’une courtisanne, jadis compagne de leur détresse, l’espoir de satisfaire, en l’imitant, au besoin qui les tourmente ; il diminue peu à peu le mépris que leur inspiroit sa conduite ; & son exemple devient d’autant plus dangereux, que leur propre volonté suffit pour les arracher comme elle à la misère.

Dès-lors elles ne voient plus qu’avec horreur les haillons qui les couvrent, les alimens grossiers dont elles se nourrissent & le triste réduit qu’elles habitent. Doit-on s’étonner si [8] on les voit si souvent accepter les secours que le libertinage leur offre, lorsqu’elles n’ont qu’à vouloir pour obtenir tout ce qu’elles peuvent desirer ? Placées entre le crime heureux & la vertu indigente, pouvons-nous, sans injustice, exiger d’elles un sacrifice au-dessus de nos propres forces, & les couvrir d’opprobre & de mépris quand le défaut d’instruction & de talent est souvent la seule cause de leur déréglement ? Hélas ! on eût peut-être conservé la pureté de leurs mœurs, on eût garanti leur cœur des approches du vice, en leur donnant une éducation propre à leur assurer pour toujours des moyens honnêtes de subsister avec aisance.

Interrogez ces malheureuses victimes du besoin & de la séduction ; il n’en est peut-être aucune dont l’éducation n’ait été (à la honte de l’humanité) plus négligée que celle de beaucoup d’animaux domestiques. Abandonnées à l’ignorance & au désœuvrement, on les a vues passer les plus belles années de leur vie dans la débauche ; on les voit réduites, pour dernière ressource, à faire un commerce odieux de l’innocence de jeunes personnes qu’elles corrompent : des mères même, on ne [9] le dit qu’en frémissant, des mères, fondant l’espoir de leur fortune sur le déshonneur de leurs filles, sont aussi devenues complices infames d’un trafic abominable, dont l’habitude est enfin parvenue à nous en diminuer l’horreur.

Ainsi de race en race la dépravation se perpétue, & l’impunité, jointe à l’espèce de considération qu’elle usurpe au détriment des mœurs, ne laisse point entrevoir de terme à ses excès. Non, la guerre, la famine & la peste, ces redoutables fléaux de l’humanité, n’ont jamais eu de suites aussi funestes que l’espèce d’encouragement que font naître les vils hommages prodigués au faste insultant d’une criminelle opulence.

Il est temps enfin de rompre cette chaîne de désordres & de crimes ; il est temps de procurer à ce sexe une nouvelle existence, & de le remettre dans la voie des bonnes mœurs dont il ne se seroit jamais écarté s’il n’avoit jamais manqué des secours que la vertu peut avouer. Ouvrons-lui la carrière des arts mécaniques3 ; sa délicatesse n’a jamais été qu’un prétexte faux pour l’en exclure ; son intelligence, son adresse, sa patience reconnues, [10] sont des titres pour l’y admettre (b). Vous le dites foible & peu propre aux travaux pénibles & vous avez chaque jour sous les yeux mille preuves de sa force, de son courage, de sa constance. Arrêtez un moment vos regards sur cette femme vertueuse qui donne le spectacle le plus touchant de la tendresse maternelle, celui d’allaiter son enfant : vous la verrez pendant le jour entièrement livrée aux détails de son commerce, de sa maison ; la nuit, sacrifier son repos aux fréquens besoins de cet enfant chéri, & résister aux fatigues & à l’insomnie. [11] Transportez-vous auprès du lit d’un malade, vous le trouverez toujours entre les mains compatissantes des femmes ; vous les verrez sans cesse occupées par des moyens de soulager, de consoler l’humanité souffrante, dompter le sommeil malgré les fatigues continuelles dont elles ont été accablées pendant le jour. Vous dites ce sexe foible & délicat ! venez le voir l’hiver, courbé sur le bord des rivières, les mains dans la glace, commencer avant le jour un travail pénible, qu’il continue bien avant dans la nuit ; l’été dans les campagnes, brûlé par le soleil, faner, moissonner, récolter, & par-tout traîner, porter des fardeaux énormes, & partager souvent les plus rudes travaux, malgré la modicité de son salaire, toujours inférieur à celui des hommes. Les différens travaux de la plupart de nos métiers, de nos manufactures (c), de nos fabriques, ne sont [12] donc au-dessus ni de leur force ni de leur conception. Ayant plus de difficulté que nous pour s’expatrier, elles ne pourroient porter à l’étranger nos découvertes, qu’il n’a souvent connues que par l’émigration de nos ouvriers. Elles sont d’autant plus propres à tous les ouvrages sédentaires, qu’ayant moins de places à remplir dans l’ordre actuel de la société, & n’ayant aucune part aux honneurs & aux grades qui font l’objet de l’ambition inquiéte des hommes, elles s’attachent davantage à l’état qu’elles ont pris & qu’elles ont moins d’occasions de quitter ; elles sont aussi plus sobres, moins dissipées, & elles donnent conséquemment plus de temps au travail. Leur imagination n’est ni moins vive ni moins féconde que la nôtre ; elles ont plus de patience & sont plus susceptibles que nous de l’application nécessaire pour perfectionner la plupart de nos inventions ; elles seroient même, par leur adresse naturelle, plus propres que les hommes à tous les ouvrages qui exigent de la délicatesse (d), si par des leçons élémentaires on [13] cherchoit à développer le germe des talens dont chacune est douée. Pourquoi donc laisser dans une ignorance nuisible à la société un sexe qui [14] nous égale en courage, en intelligence, & qui l’emporte sur nous par sa constance dans le travail ?

Rien de plus simple, de plus facile que les moyens d’opérer cette heureuse révolution ; il s’agit seulement d’éclairer un sexe que nous avons éloigné des sciences & des arts, sous [15] le ridicule prétexte de sa foiblesse, dont l’esprit ingénieux, vif & studieux est susceptible d’acquérir sans peine les connoissances les plus abstraites. Il suffiroit d’ouvrir une école où les filles, depuis huit ans jusqu’à quatorze, élevées & nourries dans les principes de la religion, puissent recevoir en même temps toutes les instructions nécessaires pour développer les dispositions particulières de chacune. L’écriture, l’orthographe, les langues françoise & étrangères (e), la géographie, l’histoire, le calcul, la géométrie, le dessin dans tous les genres (f), la musique vocale et instrumentale (g), seroient tour-à-tour les objets des [16] leçons données tous les jours pas les maîtres & maîtresses dont le choix seroit fait avec le plus grand soin. L’on y apprendroit en même temps tout ce qui concerne la couture & la toilette ; l’on veilleroit très-exactement à l’emploi du temps, au maintien du bon ordre, & les élèves pourroient facilement acquérir, suivant leur goût & leur penchant, les différens talens dont l’exercice lucratif & facile entretient dans une vie active, qui soutient l’honnêteté des mœurs, en prévenant les écarts inévitables de l’oisiveté.

La délicatesse de nos préjugés attache une idée humiliante à la nécessité de recevoir un bienfait : telle est la force de l’opinion, que le don n’honore qu’autant qu’il est inutile à celui qui en est l’objet. L’éducation que nous proposons ne seroit donc gratuite que pour celles nommées par le gouvernement.

Comme les progrès dépendent presque toujours de l’émulation, l’on donneroit des prix aux élèves qui se seroient distinguées.

Cette éducation deviendroit pour les élèves une source intarissable de richesses ; les talens qui en seroient le fruit, deviendroient indépendans de tous les événemens ; elle leur [17] formeroit une espèce de dot d’autant plus précieuse, que le fonds ne pourroit jamais en être dissipé par l’inconduite du mari, & qu’elle seroit dans tous les temps pour la veuve & l’orphelin une ressource plus sûre & plus prompte que les secours qu’on leur voit mendier souvent inutilement.

L’on verroit alors sortir de cette pépinière une foule de sujets utiles & distingués : les devoirs de citoyenne, d’épouse, de mère, une fois gravés dans les cœurs (h), les [18] rendroient plus capables d’élever leurs enfans ou de former ceux que l’on pourroit leur confier ; elles seroient aussi plus dignes de s’unir à des artistes dont elles deviendroient en même temps les émules & les compagnes. Leur mérite personnel produiroit deux avantages bien précieux ; elles en seroient plus respectées de leurs maris, plus estimées dans la société, & elles trouveroient dans leurs occupations continuelles, on le répète, une ressource contre les dangers de l’oisiveté. La certitude d’un avenir plus heureux, l’espoir flatteur d’égaler, de surpasser même l’adresse des hommes dans tous les genres d’ouvrages, leur inspireroient l’amour du travail : les enfans, plus frappés de ce bon exemple que des inutiles préceptes dont on les fatigue avec dureté, [19] en prendroient plus aisément l’heureuse habitude. L’influence de ce sexe laborieux & sédentaire se feroit bientôt sentir ; les produits de l’industrie augmentant chaque jour, le commerce verroit successivement accroître son exportation chez l’étranger ; avec une aisance assurée détruiroit insensiblement le prétexte de la misère, qui cherche des ressources dans la débauche ; les mœurs recouvreroient bientôt leur ancienne pureté, sans laquelle le bonheur d’un État ne sauroit exister ; la capitale enfin verroit diminuer chaque jour le nombre de ces femmes dont elle tolère la conduite scandaleuse pour éviter de plus coupables excès.

Tout semble concourir à faire espérer la plus prompte exécution d’un projet aussi utile au rétablissement des mœurs, aussi conforme aux vœux de la nation & aux vues bienfaisantes de notre vertueux Monarque.

[20]

Détail sur l’établissement d’un Institut destiné à l’instruction des jeunes Filles.

Cet établissement auroit pour objet l’instruction d’un sexe dont on a jusqu’ici négligé l’éducation, pour ne penser qu’à celle des garçons : les académies, les colléges & les pensions ne sont ouverts que pour eux.

Une école publique destinée à l’instruction gratuite de deux cents jeunes filles, serviroit d’expérience pour constater les avantages qui en résulteroient. On observe que cet essai ne coûteroit rien à l’État : les revenus nécessaires à sa dotation sont trouvés. Les meilleurs maîtres & maîtresses donneroient à ces jeunes élèves les connoissances relatives aux différentes professions qu’elles pourroient embrasser, c’est-à-dire celles de tous les travaux qui ont les arts pour objet, & dont le dessin est la base.

Les arts mécaniques, envisagés dans la multitude de leurs productions, présentent au premier coup-d’œil un ensemble effrayant, attendu le nombre & la variété des procédés ; mais en établissant des principes sur le rapport des moyens, sans avoir égard à la forme & à [21] la qualité des matières, on parviendra cependant à simplifier l’idée que présente leur universalité.

1.o On ne doit entreprendre le travail des arts mécaniques qu’après avoir étudié deux ans au moins les éléments de la géométrie-pratique4 & du dessin.

2.o Nous ne considérons point les différens talens sous la dénomination absurde des professions qui les ont distingués jusqu’à présent, mais suivant qu’ils auront plus ou moins besoin de réunir & de perfectionner l’exercice des moyens dont les génies créateurs ont enrichi les arts & l’industrie.

La connoissance & l’exercice de tous les procédés des arts, forceront l’intelligence des élèves à s’exercer sur un plus grand nombre d’idées, & leur fourniront de nouvelles applications combinées sur une multitude de rapports ignorés.

L’élève assez intelligent pour employer avec distinction tous ces moyens, seroit capable de professer tous les talents mécaniques au plus au degré de perfection où ils puissent atteindre.

Nous n’espérons pas qu’un seul sujet entre[22]prenne d’exercer tous ces arts, mais nous croyons qu’on les lui faisant étudier souvent & successivement, nous découvririons plus aisément & plus sûrement le germe des talens que la nature lui a donnés.

Les parents qui voudroient profiter de cette éducation pour leurs filles, les feroient inscrire chez le Curé de leur paroisse ; & sur leur certificat de bonnes mœurs, elles seroient reçues au nombre des élèves.

Les enfans se rendroient à leur paroisse, les jours de classe, à des heures indiquées ; les conductrices choisies par M.rs les Curés les y viendroient prendre & les y rameneroient.

Temps de l’année.Classes.Entrée.Sortie.
Été

Hiver
Première..
Deuxième.
Première..
Deuxième.
7heures.
1…..
8…..
12…..
1heures.
7.
12.
4.

[23]

Objets de leurs études.

La Religion,

L’Écriture & le Calcul,

L’Orthographe,

La Géométrie-pratique,

Les Langues vivantes,

La Géographie,

Le Dessin dans tous les genres,

Les Talens de l’Aiguille,

L’Horlogerie,

Le Tour5, & ses dérivés,

La Tapisserie,

La Ciselure6,

La Gravure,

La Musique,

La Broderie en soie, métal & autres matières7,

La Fabrication des outils de Mathématiques,

L’Optique,

Le Guilloché8),

Le Revidé,9

La Joaillerie.

Deux cents enfans choisis par M.rs les Curés seroient fournis dans la classe, de tout ce qui est relatif à l’instruction ; savoir, livres, matériaux & outils de toute espèce.

L’éducation commenceroit à sept ans & finiroit à quatorze : on ne recevroit point de sujets qui ne sachent lire.

[24] Comme la plupart des particuliers répugnent à profiter des établissemens de la bienfaisance, parce qu’ils semblent humilier ceux qui les reçoivent, l’auteur feroit payer une contribution assez légère pour qu’elle soit à la portée de toutes celles qui ne seroient pas du nombre des deux cents.

Les citoyens seroient donc autorisés à y fonder des places d’élèves, pour acquérir le droit de nommer, pendant leur vie ou à perpétuité, les sujets qu’ils auroient choisis.

 Il seroit accordé des prix des maîtrises & des apprentissages, pour exciter & soutenir l’émulation des élèves, ainsi qu’il se pratique dans l’Ecole royale gratuite de dessin10.

Un but aussi utile & dont l’influence peut s’étendre sur les mœurs, ne doit être formé que sous les auspices de Sa Majesté : en offrant de nouvelles ressources à l’industrie, elle acquerra des droits éternels à la reconnoissance de la postérité.

FIN.


 

(a) Dès que le besoin d’aimer se fait sentir, celui de plaire doit s’allumer en notre ame. Malheureusement il en est des amans comme ces insectes ailés qui prennent la couleur de l’herbe à laquelle ils s’attachent ; ce n’est qu’en empruntant la ressemblance de l’objet aimé, qu’un amant parvient à lui plaire : or, si les femmes, par l’éducation qu’on leur donne, doivent acquérir plus de frivolité & de grâces que de force & de justesse dans les idées, nos [5] esprits se modelant sur les leurs, doivent en conséquence se ressentir des mêmes vices. Il est un moyen de s’en garantir, c’est de perfectionner l’éducation des femmes, de donner plus de hauteur à leur ame, plus d’étendue à leur esprit : nul doute qu’on ne l’élevât aux plus grandes choses, si l’on avoit l’amour pour précepteur, & que la main de la beauté jetât dans notre ame les semences des talens & des vertus11.

(b) Le Roi a sans doute regardé l’éloignement où l’on tenoit les femmes des différens genres d’industrie, comme injuste & contraire aux intérêts de l’État. Écoutons ce Monarque bienfaisant12 : « Les professions, dit-il dans son édit d’août 1776, qu’il sera libre à toutes personnes d’exercer indistinctement, continueront d’être une ressource ouverte à la partie la plus indigente de nos sujets. Les droits & frais pour parvenir à la réception dans lesdits corps & communautés, réduits à un taux très modéré & proportionné au genre & à l’utilité de l’industrie, ne seront plus un obstacle pour y être admis ; les filles & femmes n’en seront point exclues. »

Le Roi a donc jugé les femmes dignes d’être admises en concurrence avec les hommes dans toutes les professions qu’elles pourroient embrasser. L’on sent dès-lors les avantages infinis d’un établissement où elles pourroient apprendre les élémens de tous les arts13.

(c) L’on conçoit aisément qu’à mesure que les femmes pourroient être employées aux différens ouvrages des métiers & des manufactures, elles y remplaceroient ces hommes robustes que la paresse & la cupidité attirent dans les villes, & que l’agriculture réclame. N’est-il pas honteux de voir des hommes faire des bas au métier, coudre des habits, fabriquer des tapisseries, des tapis, des étoffes, graver en bois pour imprimer des toiles peintes14, armoirier, [12] de la vaisselle, manier l’aiguille, broder, tricoter & faire du filet15 ! c’est le délire d’Hercule16.

(d) A Genève, des milliers de femmes sont employées [13] aux travaux de la gravure & de l’horlogerie, de l’émail : des ouvrages en acier & dans d’autres genre n’en occupent pas moins en Allemagne & en Angleterre. En France, où elles ont toujours été plus libres & moins instruites, elles n’ont jamais dû leur mérite qu’à l’impulsion de leur génie. Consultez les fastes de l’histoire, les précieux dépôts des académies, des bibliothèques, des riches monumens des arts, par-tout vous trouverez des traces de leurs talens & des succès qui les ont couronnés. Nous pourrions même en citer un grand nombre qui jouissent actuellement d’une célébrité justement acquise, soit dans les lettres, soit dans les beaux arts, si la crainte de blesser leur modestie ne nous imposoit silence.

On se plaint que dans l’éducation publique des hommes, les mêmes leçons données uniformément à un grand nombre de sujets tous différens d’esprit & de caractère, ne produise qu’un effet très-borné. L’esprit vif saisit promptement ; l’enfant, d’une conception lente, est toujours en retard, se dégoûte & cesse de faire des efforts infructueux. Dans l’institut que nous proposons, la réunion des diverses instructions découvriroit à chacune des élèves l’espèce de talent dont la nature auroit mis en elle le germe précieux.

Il est en Angleterre un état justement honoré, parce qu’il est vraiment utile ; les gouvernantes Angloises, bien différentes des femmes qui portent ce nom en France, ne sont point dans un état de domesticité, & jouissent d’une grande considération ; communément ce sont des filles de Ministres qui ont reçu une éducation très-éclairée. Cette [14] classe d’institutrices inconnue dans nos mœurs, l’établissement dont nous parlons pourroit la fournir.

La connoissance des arts mécaniques étend son utilité sur toutes les conditions. Les femmes assez fortunées pour subsister sans le produit de leur travail, doivent au moins se mettre en état d’apprécier le mérite de l’artiste ou de l’ouvrier qu’elles emploient ; c’est par ce discernement qu’elles ne seront plus exposées à payer à l’impéritie ou à l’avidité le tribut qu’on ne doit qu’à l’industrie.

Cette éducation ne sera donc pas un simple ornement pour les filles nées dans l’aisance ; elle sera une richesse réelle pour les filles indigentes, dont les talens deviendront la dot.

Enfin les sciences & les arts ne se perfectionnent que dans ces écoles publiques. La discipline plus exacte donne plus de force au corps & plus d’énergie à l’ame ; l’émulation, qui dès les premières études développe dans les hommes le germe des talens, l’émulation nécessairement plus refroidie dans l’éducation des couvens, s’allumera par l’exemple & par la concurrence ; & les prix proposés aux efforts des élèves, & décernés avec éclat, ne trouveront pas moins de passion pour la gloire dans un sexe qu’elle a souvent rendu rival du nôtre17.

(e) Les femmes saisissent plus promptement que nous l’idiome, l’accent des langues étrangères ; elles ont naturellement plus de facilité pour apprendre, plus de patience pour montrer18.

(f) Sur-tout dans l’ornement, qui est la base des ouvrages de la plupart des manufactures, telles que celles de beaucoup d’étoffes, des toiles peintes, papier pour meubles, porcelaines, faïences, &c. &c.19

(g) Celles qui se destineroient à la vie monastique, pourroient acquérir des talens qui leur tiendroient lieu de dot pour être reçues dans un couvent [Il était alors nécessaire pour une fille d’être dotée pour entrer au couvent.], où elles deviendroient utiles en enseignant la musique aux pensionnaires, qui n’auroient plus besoin de recourir aux hommes pour cette partie essentielle de leur éducation. La décence & les mœurs ne pourroient que gagner à ce remplacement.20

(h) Dans la plupart des états, & principalement dans ceux où les hommes sont constamment retenus par leurs affaires, ou la nature de leurs ouvrages, hors de leur maison, les femmes ne pouvant partager leurs occupations, & n’ayant très-souvent aucune connoissance ni des lettres, ni des beaux arts, prennent insensiblement le goût de la parure, des promenades, des spectacles & du jeu. Ces moyens de dissipation, imaginés par leur désœuvrement & l’ennui, deviennent ensuite un besoin & occasionnent toujours une double perte ; celle du temps d’une part ; de l’autre, celle des folles dépenses que la vanité, le luxe & la variété des modes multiplient de nos jours à l’infini, & qui ont bientôt épuisé le médiocre produit des travaux du laborieux époux. Les jeunes personnes, instruites chaque jour dans cette école à apprécier tous les avantages d’une sage conduite, & accoutumées de bonne heure au travail, seroient moins exposées aux suites funestes de l’ignorance & de la paresse ; elles prendroient peu à peu le goût & [18] l’habitude des soins & des détails domestiques si souvent négligés pour les plaisirs ; elles s’attacheroient davantage à leurs maris, à leurs enfans, à leurs affaires ; elles se plairoient davantage dans l’intérieur de leurs maisons ; elles sauraient y trouver des moyens de s’occuper utilement ; elles y seroient plus à l’abri des séducteurs, qui les épient sans cesse ; elles attendroient leurs époux avec une tendre impatience, avec une conscience plus pure, plus tranquille ; & elles goûteroient, en recevant leurs légitimes caresses, une satisfaction d’autant plus douce, que le cri du remords ne la troubleroit pas.21


Dossier critique

L’auteur

Jean-Jacques Bachelier, né en 1724 et mort en 1806, est un peintre et administrateur français. Admis à l’Académie royale de peinture et de sculpture, agréé de l’Académie en 1750, il est renommé pour ses nombreuses peintures de natures mortes.

Son art lui vaut d’être nommé décorateur des bâtiments du roi en 1755. Il s’intéresse à la technique de nombreuses disciplines, dont certains arts mécaniques, et il est le directeur artistique de la Manufacture de Vincennes puis de la Manufacture de Sèvres, où l’on travaille la porcelaine, entre 1750 et 1793. Son intérêt pour les arts mécaniques autant que pour les beaux-arts n’est pas sans rapport avec sa volonté affichée de créer une école accessible à chacun et chacune, et de former à tous types de métiers manuels.

Ainsi il est l’origine de l’ouverture de l’École gratuite de dessin en 1766, ouverture actée par lettre du roi Louis XVI, qui deviendra par la suite l’École nationale supérieure des Arts décoratif. À l’occasion de l’ouverture de l’école, le 10 septembre, il prononce un Discours sur l’utilité des écoles élémentaires en faveur des arts mécaniques. Les intentions dont il fait état dans ce texte préfigurent celles qui motiveront son Mémoire sur l’éducation des filles, présenté aux états-généraux de 1789. Il est question de prodiguer une éducation qui révèlerait les talents de chacun, des « talens propres à fournir des moyens de subsistance22 », afin de faire des travailleurs plus productifs et plus vertueux, dans l’espoir de restaurer les mœurs et d’augmenter l’efficacité de ce qu’il appelle les « ouvriers ». Il distingue l’éducation nécessaire, qu’il promeut, de « celle qui ne fait qu’orner l’esprit23 » :

La première fait des ouvriers intelligens, dont l’industrie enrichit l’État ; la seconde excite l’orgueil & l’ambition, inspire le dégoût, & souvent fait des malheureux24.

Le Mémoire sur l’éducation des filles, présenté aux états-généraux prend ainsi racines dans ce premier projet, et reprend l’affirmation de la nécessité de fournir une éducation publique à la jeunesse. Cependant, l’éducation des filles n’est pas spécifiquement mentionnée dans le premier discours de 1766.

Contexte de rédaction

Il est impossible de déterminer la date exacte de rédaction de ce texte, publié en 1789, mais on peut vraisemblablement le situer avant les premières réunions des États généraux, donc avant le mois de juin 1789. En effet, l’auteur présente aux États généraux le projet – déjà financé – de l’ouverture d’une école pour filles comme une éventuelle solution pour éduquer les populations féminines et les éloigner de la misère et du vice, qui découle pour les pauvres de la nécessité et pour les riches du désœuvrement et de l’ennui. Le texte s’inscrit ainsi dans le contexte de crise financière qui amène à la réunion des États généraux.

Son propos est par ailleurs dépourvu de toute considération révolutionnaire et se place sous l’autorité du roi, faisant de lui l’unique décisionnaire vis-à-vis de ce projet. Tout laisse donc à penser que le texte a été rédigé pendant la première partie de l’année 1789, avant les premiers actes révolutionnaires.

Par sa thématique, le texte prend place au sein de nombreux textes qui abordent la question de l’éducation. Certains traitent plus spécifiquement du cas des filles25, mais ne proposent pas de modèle d’école comme le fait Jean-Jacques Bachelier.

L’éducation des filles n’est jusque-là assurée que par certaines initiatives privées ou religieuses. Les écoles et les collèges sont surtout fréquentés par des garçons dont les parents sont assez aisés pour financer leurs études, bien que le peuple – le tiers état – réclame de plus en plus le droit d’accéder à l’éducation26. L’accès des enfants du peuple à l’école est débattu, vu d’un mauvais œil par de nombreux penseurs contemporains, dont Voltaire27 et Rousseau28, mais aussi soutenu par d’autres comme Diderot dans son Plan d’une université pour le gouvernement de Russie ou d’une éducation publique dans toutes les sciences (1782).

Les idées exprimées dans ce texte ne sont donc pas isolées et s’inscrivent dans la continuité des réflexions de son époque. On peut d’ailleurs supposer que c’est à Rousseau que s’adresse Jean-Jacques Bachelier à plusieurs reprises, par exemple lorsqu’il dit : « Vous dites ce sexe faible & délicat ! » (p. 11) La mention de la situation à Genève (p. 12-13), ville de naissance de Rousseau, pourrait confirmer que l’auteur s’oppose bel et bien à ses théories sur l’éducation des filles.

Commentaire

Répondre à la crise économique

C’est aux États généraux que Jean-Jacques Bachelier prévoit de soumettre sa proposition : le projet d’une école pour filles. Les intérêts d’une telle école, il les souligne tout au long de son texte : mais il dresse avant tout un projet précis et détaillé, proposant jusqu’aux horaires de classes et aux matières qui seraient enseignées.

En effet, l’auteur doit convaincre l’assemblée de l’utilité de sa proposition. Il s’attache donc à donner des éléments solides auxquels les interlocuteurs politiques et financiers peuvent être sensibles : expliquer, d’abord, que l’État n’a rien à perdre à la concrétisation de ce qu’il propose (« On observe que cet essai ne coûterait rien à l’Etat : les revenus nécessaires à la dotation sont trouvés. », p. 20).

Le premier argument est économique, car c’est la crise qui pousse le roi à convoquer les États généraux. Si l’éducation des femmes vise à leur permettre de les éloigner de la pauvreté, il s’agit surtout d’en faire des ouvrières qualifiées et rapportant donc davantage à l’État : « L’influence de ce sexe laborieux & sédentaire se feroit bientôt sentir ; les produits de l’industrie augmentant chaque jour, le commerce verroit successivement accroître son exportation chez l’étranger. » (p. 19) L’implication des femmes dans les travaux de l’industrie pousserait aussi les hommes à revenir dans les campagnes et à se concentrer sur les travaux des champs.

Le second argument tient davantage de la grandeur de la France. Jean-Jacques Bachelier n’a de cesse de mentionner la situation des femmes dans d’autres pays européens, souvent rivaux de la France, soulignant ce qui pourrait être considéré comme un retard de la politique française. Il explique ainsi, pour légitimer le travail des femmes, que « A Genève, des milliers de femmes sont employées aux travaux de la gravure & de l’horlogerie, de l’émail […] & dans d’autres genre n’en occupent pas moins en Allemagne & en Angleterre. » (p. 12-13) Plus loin dans son discours, il reprend le cas de l’Angleterre :

les gouvernantes Angloises, bien différentes des femmes qui portent ce nom en France, ne sont point dans un état de domesticité, & jouissent d’une grande considération ; communément ce sont des filles de Ministres qui ont reçu une éducation très-éclairée. Cette classe d’institutrices inconnue dans nos mœurs, l’établissement dont nous parlons pourroit la fournir. (p. 13-14)

Afin de légitimer ses propos, il n’hésite pas à commenter et citer les propos du roi lui-même dans certaines de ses notes, comme lorsqu’il affirme que « Le Roi a sans doute regardé l’éloignement où l’on tenoit les femmes des différens genres d’industrie, comme injuste & contraire aux intérêts de l’État.  […] “Les professions, dit-il dans son édit d’août 1776, qu’il sera libre à toutes personnes d’exercer indistinctement, continueront d’être une ressource ouverte à la partie la plus indigente de nos sujets […] les filles & femmes n’en seront point exclues.” » (p. 10)

D’autres adresses plus ou moins directes au roi l’invitent à soutenir ce projet. L’une d’elles conclut d’ailleurs le texte en venant résumer son propos : « Un but aussi utile & dont l’influence peut s’étendre sur les mœurs, ne doit être formé que sous les auspices de Sa Majesté : en offrant de nouvelles ressources à l’industrie, elle acquerra des droits éternels à la reconnoissance de la postérité. » (p. 24)

La plupart de ces adresses au pouvoir politique sont faites au début et à la fin du texte, ainsi que dans les abondantes notes de l’auteur. Ainsi le corps du texte s’attache surtout à mettre en évidence les intérêts de l’éducation des filles non pas pour le gouvernement mais pour le peuple lui-même.

Éloigner les épouses et mères du vice

Quels bienfaits le peuple pourrait-il retirer de l’éducation des filles ? Selon Jean-Jacques Bachelier, il s’agit d’« [offrir] au sexe des deux dernières classes [celle disposant d’un revenu moyen et celle des pauvres] des ressources honnêtes & lucratives, [pour les aider] à conserver la vertu dont le germe est dans tous les cœurs » (p. 6). Il apparaît nécessaire d’éduquer les filles afin qu’elles deviennent des mères et des épouses vertueuses. Car le rôle des femmes est primordial y compris dans l’éducation des hommes : « les femmes qui sont nos premières institutrices, sont aussi les mères & les nourrices de nos préjugés. » (p. 4) L’enfant est façonné par le modèle des femmes qui l’élèvent et apprend mieux la vertu s’il peut les imiter. Il est donc nécessaire que mères et nourrices soient éduquées et vertueuses afin de transmettre aux enfants le goût du travail et les bonnes mœurs. Lorsqu’il se détache de sa mère et de sa nourrice, le garçon devient homme et c’est alors sa femme qui prend soin de lui et doit alors avoir toutes les qualités d’une bonne épouse : compassion, sensibilité, amabilité, tendresse, vertu, candeur, innocence… Selon Jean-Jacques Bachelier, l’homme qui aime se laisse facilement influencer et risque d’adopter les vices de celle qu’il admire, qu’il s’agisse d’une mère ou d’une épouse. L’éducation des femmes sert donc l’éducation des hommes et permet également de former des institutrices qui perpétueront à leur tour cette éducation : « les devoirs de citoyenne, d’épouse, de mère, une fois gravés dans les cœurs, les rendroient plus capables d’élever leurs enfans ou de former ceux que l’on pourroit leur confier. » (p. 17-18)

Les bienfaits de l’éducation des filles diffèrent également selon la classe à laquelle elles appartiennent. Pour les femmes aisées, dont le cas est abordé sur le mode de la prétérition (« Nous n’entrerons point dans le détail des vices de l’éducation des riches », p. 6), cet enseignement vise surtout à les éloigner de l’ennui qui les pousse au vice. Il est effectivement question de prévenir « les écarts inévitables de l’oisiveté » (p. 16) et de les mettre en situation d’apprécier avec plus de justesse les efforts des petites gens et des travailleurs, mais aussi de favoriser leur attachement à leurs maris en leur permettant de partager des sujets de conversations communs, de trouver le moyen de s’occuper « utilement » (p. 18) et d’être moins sensibles à la tentation de l’adultère.

Pour les femmes des milieux populaires, il s’agit plutôt de leur offrir un moyen de subvenir à leurs besoins et de bénéficier d’un capital, sinon sous la forme financière d’une dot, du moins consistant dans des savoirs et savoir-faire. Selon Jean-Jacques Bachelier – tout à fait conforme en cela à la morale de l’époque – la pauvreté et la misère autant que l’ennui conduisent au vice. Il se montre cependant compréhensif vis-à-vis des femmes miséreuses et sensible à l’infortune dans laquelle les placent leur manque d’éducation et leur faiblesse : « mais combien d’assauts ont-elles à soutenir lorsqu’elles ont à repousser le cri de la misère & la séduction du vice ! » (p. 6-7) Il consacre une grande partie de son texte – les pages 6 à 9 – à la misère des femmes, à la façon dont cette misère les pousse irrémédiablement au vice, à la prostitution et au crime, et à l’importance de leur éducation :

Hélas ! on eût peut-être conservé la pureté de leurs mœurs, on eût garanti leur cœur des approches du vice, en leur donnant une éducation propre à leur assurer pour toujours des moyens honnêtes de subsister avec aisance. (p. 8)

En leur donnant les moyens de travailler pour gagner un salaire correct, les femmes pourraient s’assurer des moyens de subsistance en cas de veuvage, sans avoir recours à la prostitution et donc sans participer à la perversion des mœurs. L’argument moral est un argument fort.

Rendre justice aux femmes : un texte féministe ?

Ce portrait des femmes aux mœurs fragiles sans cesse guettées par le danger du vice n’est pas le plus flatteur : l’on pourrait penser, en se contentant d’analyser ce qui a été dit et mis en avant, que Jean-Jacques Bachelier n’a pas une très haute opinion des femmes.

Pourtant, de nombreux éléments du texte nuancent les jugements de l’auteur sur le sexe féminin. Le simple fait de souhaiter l’ouverture d’une école pour filles, plaçant alors leur avenir financier entre leurs propres mains, leur reconnaît une capacité d’autonomie. Vouloir leur permettre d’apprendre un métier, donc de ne dépendre ni du père ni de l’époux pour vivre, surprend d’autant plus lorsqu’on sait que les femmes n’ont pas pu disposer de leur propre salaire avant 1907. Jean-Jacques Bachelier va jusqu’à critiquer l’inégalité des salaires (p. 12), quoique timidement, ce qui donne au texte un aspect étrangement actuel. L’auteur ne promeut pas un modèle où les femmes n’existent que dans le privé, du moins pas dans les classes populaires car il parle bien de faire travailler les femmes dans des ateliers, en tant qu’ouvrières, et non pas à la maison. Il reconnaît par ailleurs la réalité des mariages malheureux : « [leur éducation] leur formeroit une espèce de dot d’autant plus précieuse, que le fonds ne pourroit jamais en être dissipé par l’inconduite du mari » (p. 16-17). L’argument de l’instruction pour permettre au mari et à sa femme de mieux se comprendre et se respecter sous-entend une certaine égalité au sens où on peut l’entendre au xviiie siècle, et s’inscrit dans la réflexion autour du bonheur conjugal qui a lieu durant la période révolutionnaire.

Des pages 9 à 15, Bachelier dresse ensuite un tout nouveau portrait des femmes. Il n’est plus question d’insister sur les dangers de la pauvreté ou de l’oisiveté mais de s’attarder sur les qualités de la nature féminine. Les diverses caractéristiques attribuées aux femmes dans la description de l’épouse idéale, bien que marquées par de forts stéréotypes de genre, ne semblent pas péjoratives : elles ne sont que l’expression de la complémentarité de l’homme et de la femme, et d’une nature féminine dont l’existence est considérée comme une évidence. Il ne s’agit pas de brouiller les limites des sexes (d’ailleurs soulignées comme importantes lorsque l’auteur rappelle que les hommes ne doivent pas se consacrer à des tâches comme la vaisselle ou la broderie, réservées aux femmes, en atelier ; note (c)) mais de reconnaître à chacun et chacune des qualités équivalentes et de valoriser la nature féminine. Ainsi l’auteur dresse plusieurs tableaux de femmes dévouées, prenant soin des hommes et des enfants, vantant tous leurs mérites et toute la dureté de ce travail de care qui, selon lui, vaut sinon surpasse celui des hommes.

Mais Jean-Jacques Bachelier va plus loin en attribuant d’autres qualités aux femmes. Sont citées l’adresse, la patience (p. 9), la constance (p. 10) qui sont bien des qualités présentées comme spécifiquement féminines mais se trouvent ici mises au service des travaux manuels : du fait de ces traits de caractère, les femmes seraient plus habiles que les hommes pour certains travaux précis et délicats. D’autres caractéristiques, plus surprenantes, sont aussi mises en avant : l’intelligence, à trois reprises (p. 9, 14 et 21), la force et le courage (p. 10). S’ensuit un véritable éloge des femmes dans leurs rôles de mères et d’épouses : sous la forme de petites vignettes, les travaux exécutés par les femmes dans les foyers sont légitimés, glorifiés, présentés même comme héroïques avec l’utilisation de certains termes comme « sacrifier » (p. 10). Dans une apostrophe qui, comme on l’a vu, pourrait bien s’adresser à Rousseau, la théorie de la faiblesse des femmes est décrédibilisée :

Vous dites ce sexe foible & délicat ! venez le voir l’hiver, courbé sur le bord des rivières, les mains dans la glace, commencer avant le jour un travail pénible, qu’il continue bien avant dans la nuit ; l’été dans les campagnes, brûlé par le soleil, faner, moissonner, récolter, & par-tout traîner, porter des fardeaux énormes, & partager souvent les plus rudes travaux, malgré la modicité de son salaire, toujours inférieur à celui des hommes. (p. 11)

Ce n’est pas tant leur nature qui rend les femmes inférieures aux hommes face à la tentation du vice, mais bien leur manque d’éducation. Il est bien précisé que les femmes ne sont pas moins intelligentes, qu’elles n’ont pas l’esprit moins vif ou moins fécond, mais que leur éducation ne leur permet pas l’émulation nécessaire pour développer leurs talents.

À plusieurs reprises, Bachelier dénonce comme un crime honteux le manque d’éducation dont souffrent les femmes : « il n’en est peut-être aucune dont l’éducation n’ait été (à la honte de l’humanité) plus négligée que celle de beaucoup d’animaux domestiques. » (p. 8) De là à dire que c’est la société qui est responsable de la situation des femmes, il n’y a qu’un pas. Il affirme qu’« il s’agit seulement d’éclairer un sexe que nous avons éloigné des sciences & des arts, sous le ridicule prétexte de la foiblesse » (p. 14-15) : qui désigne ce nous sinon, plus encore que les hommes, ce que nous appellerons plus tard le patriarcat ?

Ainsi, s’il n’est pas dénué d’un certain paternalisme et s’il reprend de nombreux stéréotypes de genre largement répandus à son époque, il faut souligner que Jean-Jacques Bachelier semble particulièrement ouvert à une certaine égalité entre les sexes, dans le respect néanmoins des différences liées aux natures féminine et masculine. Ses propos et ses revendications sont ambitieux, parfois audacieux, et il semble important de rappeler qu’un tel discours en faveur de l’égalité n’est acceptable que parce que l’auteur est un homme.

Égalité et école populaire

Plusieurs principes orientent alors l’organisation de l’école dont Jean-Jacques Bachelier présente le projet : l’ouverture d’une école pour filles est souhaitable pour démontrer la grandeur de la France et restaurer l’économie, éloigner les filles de la pauvreté et sauvegarder les mœurs, et enfin faire reconnaître une certaine égalité entre les sexes. Mais l’auteur ne se contente pas de « [traiter] savamment cet important sujet » (p. 1) qu’est l’éducation des femmes. Comme il le promettait dès la première page, il détaille le mode de fonctionnement complet que pourrait adopter une école pour filles. Il y consacre une partie bien distincte de son discours, qu’il divise en deux sections intitulées « Détails sur l’établissement d’un Institut destiné à l’instruction des jeunes Filles » et « Objets de leurs études ».

La première rappelle le but de l’école dont il demande la création : « l’instruction d’un sexe dont on a jusqu’ici négligé l’éducation, pour ne penser qu’à celle des garçons. » (p. 20) Il précise le nombre des élèves qui bénéficieraient de l’éducation gratuite et, surtout, souligne que cette école aurait pour mission d’enseigner différents métiers manuels. Il fixe plusieurs règles afin d’encadrer l’étude des jeunes filles et le processus d’inscription, et explicite sa pédagogie : c’est par la « pratique » que se fait le meilleur apprentissage ; c’est en prenant l’habitude d’exécuter les mêmes gestes qu’on devient un bon ouvrier ou une bonne ouvrière. Viennent ensuite les horaires puis, dans la deuxième section, la liste des différentes matières qui seraient étudiées : de nombreux travaux manuels mais aussi certaines sciences comme la géographie, les langues vivantes (dont il suppose que les femmes, plus attentives que les hommes, auraient un meilleur apprentissage), le calcul… L’école assurerait donc une formation que l’on qualifierait de professionnelle, mais aussi certains apprentissages culturels habituellement réservés aux enfants de familles aisées. Ce programme d’études est ambitieux et propose des enseignements qui étendent les bornes de l’éducation traditionnellement accordée aux filles.

Enfin sont précisés l’âge des élèves de l’école et les conditions d’inscription, et d’autres prescriptions relatives à son fonctionnement administratif : c’est ici qu’apparaît la principale contradiction du texte aux yeux des lecteurs et lectrices du xxie siècle. Tout au long de son texte, Jean-Jacques Bachelier présente le projet d’une école dite populaire. Dès les premières pages, il affirme ainsi :

Les citoyens d’un État sont partagés en trois classes : la première est composée des riches, qui peuvent à leur gré se procurer toutes les connoissances acquises en tout genre ; dans la seconde, sont compris tous ceux dont le revenu borné ne leur permet rien au-delà du nécessaire ; la troisième & la plus nombreuse est celle des pauvres, qui sans cesse occupés du soin de pourvoir à leur subsistance journalière, n’ont ni le temps ni les facultés qu’exige l’étude suivie des arts. Nous n’entrerons point dans le détail des vices de l’éducation des riches, ce seroit sortir de notre plan ; nous nous bornerons à démontrer la nécessité d’un établissement qui, en offrant au sexe des deux dernières classes des ressources honnêtes & lucratives, l’aideroit à conserver la vertu dont la germe est dans tous les cœurs. (p. 6)

Il semble alors très clair que l’école dont il a le projet s’adresse aux classes les plus pauvres de France. Nous avons d’ailleurs rappelé que cette école devait fournir aux filles une dot en connaissances et les éloigner de la misère. Plus loin, est également affirmé que « L’éducation que nous proposons ne seroit donc gratuite que pour celles nommées par le gouvernement » (p. 16), donc probablement les filles dont les parents ne pourraient soutenir son financement. On peut cependant s’interroger sur la notion d’école populaire. À l’avant-dernière page, l’auteur déclare : « on ne recevroit point de sujets qui ne sachent lire. » (p. 23) Cette précision, au regard du projet qui a été établi, a de quoi étonner les lecteurs et lectrices modernes, car les filles des milieux populaires et paysans n’ont alors pas accès à l’écriture. L’idée de ne recevoir que des élèves sachant déjà lire semble incompatible avec la volonté de proposer une école pour toutes et d’éduquer le peuple. On peut ainsi supposer que la notion de peuple ne prend pas en compte les populations les plus pauvres du tiers état, celles qui n’auront pas non plus le droit de vote lorsque sera proclamé le suffrage censitaire en 1875.

En cela, Jean-Jacques Bachelier rejoindrait les différentes théories sur l’éducation élaborées au xviiie siècle : l’éducation serait garante de la civilisation, mais inutile pour les populations paysannes qui ne sauraient rien en retirer. Il faut aussi retenir qu’il s’agit d’éduquer (du latin educere, guider hors de, développer) les filles, donc d’élever leur esprit par le savoir et l’inculcation des mœurs, en continuation et en complément de l’éducation familiale. Les premières années de l’éducation relèvent toujours du domaine privé. Le discours de l’auteur, s’il est ambitieux à son époque, reste donc bien ancré dans les mœurs et les idées du xviiie siècle. En replaçant ce discours dans son contexte de rédaction, on peut envisager que ce qui nous étonne ici n’est pas une contradiction qui serait sensible pour les contemporaines et contemporains. Par ailleurs, Jean-Jacques Bachelier a écrit un autre mémoire à propos de l’école publique, Mémoire sur les moyens d’établir avec économie le plus grand nombre d’écoles primaires & secondaires, publié en 1792. Le texte propose de nombreux moyens concrets de réduire les coûts de ces écoles gratuites, en transformant la manière d’enseigner par le recours à la démonstration ou en inventant de nouvelles plumes plus résistantes qui réduiraient le coût des fournitures scolaires. Voilà qui montre bien sa volonté de rendre l’école accessible au plus grand monde, dans les limites autorisées par la pensée de l’époque.

Il faut finalement noter que l’école dont Jean-Jacques Bachelier propose la création a bel et bien ouvert ses portes en 1803, sous l’impulsion de Marie Frère de Montizon, sous le nom d’École gratuite de dessin pour les jeunes personnes, avant de devenir, en 1810, l’École gratuite de dessin pour les jeunes filles puis, en 1881, l’École nationale de dessin pour les jeunes filles. Elle a ensuite été rattachée à l’École nationale supérieure des arts décoratifs, qui existe encore aujourd’hui. Il est cependant difficile d’établir dans quelle mesure l’école a mis en œuvre le plan d’étude imaginé par son concepteur.

Réception

Sauf erreur, le texte n’a trouvé aucun écho dans la presse contemporaine.

Éléments de bibliographie

Texte référencé dans Maurice Tourneux, Bibliographie de l’histoire de Paris pendant la Révolution française, Paris, Imprimerie nouvelle, 1890-1913, 5 vol., t. III, no 17157.

Étude

Martine Sonnet, L’éducation des filles au temps des Lumières, Paris, les Éditions du Cerf/CNRS Édition, 2011.




Citer ce billet
oferret (2022, 19 mai). Mémoire sur l’éducation des filles, présenté aux états-généraux. Par M. Bachelier, de l’Académie royale de Peinture. Master Genre, littératures, cultures. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oz7z

  1. Plusieurs, comme Fénelon (Traité de l’éducation des filles, 1687) ou bien plus récemment Rousseau (Émile, ou de l’Éducation, 1762) ont effectivement déjà débattu sur la question de l’éducation des filles. Sur une période plus contemporaine du propos de Bachelier, voir Caroline Fayolle, La Femme nouvelle. Genre, éducation, Révolution (1789-1830), Paris, Éditions du CTHS, 2017. []
  2. « Vertueux, conforme à la probité, à l’honneur et à la vertu. » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798) []
  3. Les arts mécaniques désignent, par opposition aux arts dits libéraux qui sont des arts de l’esprit, tous les arts de la main, les activités utiles, reposant sur des règles et de la technique. La différence entre les arts mécaniques et libéraux a été théorisée dans l’Encyclopédie, dirigée entre 1751 et 1772 par Denis Diderot et Jean Le Rond D’Alembert. []
  4. Application de la géométrie, définie comme « science des propriétés de l’étendue, en tant qu’on la considere comme simplement étendue & figurée » (Encyclopédie, art. GÉOMÉTRIE, t. VII, p. 629a), à la pratique, c’est-à-dire aux différents travaux du quotidien. []
  5. Il s’agit, selon l’Encyclopédie, de la  « machine dont les Tourneurs se servent pour faire leur ouvrage » et dont il y a « différentes sortes » (Encyclopédie, t. XVI, p. 460a) : « La premiere & la plus simple est celle des Tourneurs en bois » ; « La seconde espece de tour est le tour à lunette, autrement nommé tour en l’air » ; « La troisieme espece de tour est le tour figuré ou à figurer ». []
  6. Selon l’Encyclopédie, « c’est l’art d’enrichir & d’embellir les ouvrages d’or & d’argent & d’autres métaux, par quelque dessein ou sculpture qu’on y représente en bas-relief » (art. CISELURE, t. III, p. 480b). []
  7. L’Encyclopédie évoque un « ouvrage en or, argent ou soie, formé à l’aiguille d’un dessein quelconque, sur des étoffes ou de la mousseline » (art. BRODERIE, t. II, p. 433b). []
  8. L’Encyclopédie explique ainsi le sens du verbe guillocher, qui est un « Terme de Tourneur » : « Les Vernisseurs font des tabatieres de carton, & autres ouvrages qui semblent être guillochés, par les différentes couleurs qui y sont posées. Pour cet effet les ouvriers qui forment la boîte, la guillochent sur le tour quand elle est bien seche, comme on fait aux boîtes d’écaille ; ensuite le vernisseur remplit ces guillochures avec différentes couleurs au vernis, & ensuite y met autant de couches de verni qu’il est nécessaire pour la rendre unie & luisante. » (art. GUILLOCHER, t. VII, p. 1007a-b []
  9. Selon Littré, le verbe revider, qui est un « Terme de bijouterie », signifie « agrandir un trou ». []
  10. Voir, ci-dessous, le dossier critique, « L’auteur ». []
  11. NdA []
  12. L’auteur fait ici référence à un édit du roi enregistré au Parlement le 23 août 1776, qui revient sur l’abolition des corporations qui avait été prononcée par un édit précédent, plus tôt dans l’année. []
  13. NdA. []
  14. « Les toiles peintes ou les indiennes, sont des toiles de coton empreintes de diverses couleurs ; on en fait en plusieurs endroits en Europe, mais les plus belles viennent de Perse & des Indes orientales. » (Encyclopédie, art. Toiles peintes imitées des indiennes qui se fabriquent en Europe », t. XVI, p. 374a) []
  15. « Filet se dit proprement, parmi les Blondiers, du brin doublé de plusieurs autres dont on fait le toilé. » (Encyclopédie, art. Filet, t. VI, p. 796) []
  16. NdA. Il pourrait s’agir d’une référence aux différents tableaux représentant Hercule et Omphale ayant dominé Hercule après la folie qui le prit et le poussa à tuer toute sa famille : Hercule est dans ces peintures représentés avec un fuseau à la main, et toujours dominé scénographiquement par une Omphale triomphante. C’est particulièrement le cas dans le tableau de Jean François Lemoyne, Hercule et Omphale (1724). On y voit un renversement des rôles similaire à celui dénoncé ici par l’auteur. []
  17. NdA. []
  18. NdA. []
  19. NdA. []
  20. NdA. []
  21. NdA. []
  22. Jean-Jacques Bachelier, Discours sur l’utilité des écoles élémentaires en faveur des arts mécaniques [1766], Paris, Imprimerie Nationale Exécutive du Louvre, 1792 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k571437>, p. [1]. []
  23. Ibidem. []
  24. Ibid., p. 1-2. []
  25. Fénelon, Traité de l’éducation des filles (1687) ; Rousseau, Émile, ou de l’Éducation (1762). []
  26. Louis-René de Caradeuc de La Chalotais, Essai d’éducation nationale, ou Plan d’études pour la jeunesse, s.l., 1763 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k854049>, p. 27 : « le Peuple même veut étudier ; des Laboureurs, des Artisans envoient leurs enfans dans les Colleges des petites Villes ». []
  27. Voltaire, Lettre à M. de la Chalotais, 28 février 1763. []
  28. Rousseau, Émile, ou de l’Éducation, 1762. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search