Olympe de Gouges, Action héroïque d’une Françoise, ou la France sauvée par les femmes.

Édition

Édition établie, annotée et commentée en 2020-2021 par Margaux Michiels (M1 GLC), relue par Emma Corbet (M1 GLC) et revue, en 2021-2022, par Mélissa Ridoire (M1 ÉGALITÉS), Élisa Vallé (M1 ÉGALITÉS) et Juliette Vandevoorde (M1 ÉGALITÉS), sous la direction d’Olivier Ferret (Université Lumière Lyon 2, UMR 5317 IHRIM)

Référencement bibliographique

Olympe de Gouges, Action héroïque d’une Françoise, ou la France sauvée par les femmes, Paris, Guillaume junior, 1789.

<https://books.google.fr/books?id=0722AAAAIAAJ>


ACTION HÉROIQUE D’UNE FRANÇOISE,
OU LA FRANCE SAUVÉE PAR LES FEMMES.

Il est plus d’un moyen de servir la Patrie.

[[3]]

En mettant, l’année dernière, sous les yeux de mes Concitoyens, le projet d’une caisse patriotique1, je me suis vue en butte à tous les traits de la satyre2. Loin que mes conseils aient été approuvés, je n’ai reçu que des injures ou des éloges perfides. Cet accueil, de la part d’un Public toujours sévere à mon égard, auroit bien dû me guérir de cette démangeaison d’écrire, qui a répandu tant d’amertume sur ma vie. J’avois pris en effet la ferme résolution de ne plus donner prise à la malignité de mes ennemis, en me vouant à un silence éternel ; mais la situation actuelle de l’Etat, trop affligeante pour mon cœur sensible, m’a forcée de reprendre la plume3. Aujourd’hui je m’adresse [4] à mon sexe. Peut-être en serai-je mieux accueillie ? Ce ne sont pas toutefois des éloges que je demande. Non, mon unique desir est d’être utile à ma Patrie. Hommes vains & ridicules, qui vous arrogez un empire despotique dans la Littérature, vous blâmerez toujours mon style, peut-être même n’épargnerez-vous pas mes mœurs4 ? Peu m’importe. Encore une fois, ce n’est point pour vous que j’écris. Je méprise également vos applaudissements & vos critiques. C’est à vous que ce foible fruit de mes talents s’adresse, femmes vertueuses, femmes citoyennes, que le patriotisme embrâse d’un saint zele. Sans doute en ce moment vous gémissez de ne pouvoir faire que des vœux pour le bonheur de la France. Tandis que vos peres, vos époux, vos freres s’occupent de la régénération de cet Empire, vous desireriez de pouvoir les seconder dans ce grand œuvre. Il en est un moyen noble & efficace, que j’ose rappeller à votre mémoire ; je n’en trouve point de plus propre à ramener l’abondance & le crédit national ; c’est celui qu’employerent les Dames Romaines dans une détresse à-peu-près semblable5. Rome, le siege [5] de la gloire & de la vertu, si jamais elles en eurent un sur la terre ; Rome, dis-je, affoiblie par des guerres dispendieuses, touchoit à sa fin. Les fonds publics étoient épuisés, nulle ressource, nul moyen de repousser l’ennemi prêt à fondre sur elle. Les femmes sauverent alors cette Ville, que les hommes désespéroient de pouvoir défendre plus long-temps. Dépouillant généreusement les vains ornements du luxe, toutes porterent leurs bijoux dans le trésor public ; avec ce secours inattendu, bientôt on ne manqua plus d’armes ni de Soldats. Dès-lors, la victoire fut décidée, & les Romains libres ne songerent plus qu’à remercier les Dieux de leur avoir donné des meres & des épouses si vertueuses.

Cet exemple n’a jamais été suivi depuis, chez aucune Nation de l’Univers, parce que jamais la Patrie n’a parlé plus fortement qu’à Rome. Aujourd’hui donc, mes Concitoyennes, que sa voix commence à se faire entendre parmi nous, y serez-vous insensibles ? Imiterez-vous l’égoïsme de ces capitalistes6 calculateurs, qui refusent d’ouvrir leurs trésors ? Ah ! plutôt que votre [6] conduite généreuse les fasse rougir de leur avarice sordide ; montrez-vous encore plus dignes des éloges que la vérité a arrachés au Citoyen de Geneve. Malgré les sarcasmes qu’il a lancés contre nous7, il a été contraint d’avouer que ce sont les femmes seules qui conservent dans Paris le peu d’humanité qui y regne encore, & que sans elles, on verroit les hommes avides & insatiables, s’y dévorer comme des loups8.

Laissez aux ames viles, qui font la honte de notre sexe, le triste avantage d’étaler ces ornements effrontés qu’elles ont achetés au prix de leur honneur, & qui ne contribuent en rien à relever l’éclat de la beauté. Sous une parure plus modeste & plus simple, vous n’aurez que plus de droits à l’estime & à l’admiration publiques ; & vos noms transmis jusqu’à la postérité la plus reculée, seront placés dans l’Histoire, à côté de ces hommes célebres, de ces génie[s] tutélaires, dont les efforts pour tirer la France d’esclavage, auroient été néanmoins inutiles, sans vos secours. Hâtez-vous donc de vous acquitter d’un si beau sacrifice. Une seule d’entre vous suffit pour donner, dans la Capitale, [7] un exemple qui sera suivi en un instant dans toutes les Provinces. N’écoutez pas les conseils insidieux de ces apatriotes9, qui prétendront qu’un tel projet ne pourra jamais s’exécuter au milieu d’une Nation dont les Membres les plus distingués tiennent aux principes de l’Aristocratie la plus décidée. Je soutiens au contraire, que c’est le seul moyen de rendre les Aristocrates utiles à la cause publique ; parce que, n’étant pas les plus nombreux, la crainte & le danger de se voir notés d’infamie, & désignés en quelque sorte à l’indignation des vrais Citoyens, seront pour eux une exhortation plus persuasive encore, que la crise funeste de l’Etat ne l’est pour vous.

Par Madame de G***.

FIN.


Dossier critique

L’autrice

Olympe de Gouges, née Marie Gouze en 1748, est surtout connue pour son combat en faveur de l’égalité hommes-femmes, rendu emblématique par la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne (1791). Femme de lettres, elle est aussi une femme politique engagée : membre de la Société des amis des Noirs créée par Brissot, elle se prononce en faveur de l’abolition de l’esclavage et écrit une pièce à ce sujet, Zamore et Mirza ou l’Esclavage des Noirs (1784), qu’elle rencontre beaucoup de difficultés à faire représenter à la Comédie-Française.

Elle est encore soucieuse de s’impliquer dans la vie politique au point qu’elle s’installe à Versailles lors de l’ouverture des États généraux. Elle s’était auparavant, en novembre 1788, fait connaître par sa première brochure connue, une Lettre au Peuple10 dans laquelle elle proposait un projet de « caisse patriotique » et prônait l’instauration d’un impôt volontaire pour résoudre les difficultés financières de l’État. D’autres pamphlets et brochures11 lui attirent par la suite nombre d’ennemis, notamment après la publication, le 11 juillet 1789, de la Séance Royale où, tout en se proclamant monarchiste, elle formule, sous la forme d’un « songe », le projet que le roi propose à la nation de « nommer un Régent » et suggère que le duc d’Orléans pourrait être l’homme de la situation12.

Ses activités se prolongent bien au-delà de la publication du présent texte. Les détails sont fournis dans la biographie d’Olivier Blanc13, qui retrace les engagements politiques d’Olympe de Gouges jusqu’à son exécution, le 3 novembre 1793, sur ordre du Tribunal révolutionnaire.

Contexte de rédaction

[Olympe de Gouges justifie cette nouvelle intervention dans l’espace public par « la situation actuelle de l’Etat », jugée « affligeante » (p. 3). De fait, la France se trouve dans une période d’instabilité politique, aggravée par l’ampleur de la dette publique. Après avoir rappelé qu’elle avait émis le projet d’établissement d’une « caisse patriotique » en novembre 178814, Olympe de Gouges invoque, dans ce texte, l’« exemple » du sacrifice, pendant le siège de Rome par les Gaulois15, des femmes romaines : « Dépouillant généreusement les vains ornements du luxe, toutes porterent leurs bijoux dans le trésor public » (p. 5). Exemple qu’elle invite ses « Concitoyennes » à imiter.

Le 7 septembre 1789, onze femmes artistes, qui en représentent vingt-et-une, prennent l’initiative de venir offrir leurs bijoux en députation à l’Assemblée nationale : l’événement, qui trouve un écho dans la presse16 et dans d’autres textes contemporains17, a été consigné dans les Archives parlementaires18. Un tel geste donne à l’évidence consistance à la « caisse patriotique », constituée par un impôt « volontaire », dont Olympe de Gouges définissait le projet à la fin de l’année précédente, et qu’elle évoque encore dans d’autres textes : dans Mes vœux sont remplis, l’autrice se réjouit que, contrairement à la situation qu’elle dénonçait, entre autres, dans Le Cri du sage19, la concorde soit revenue au sein des États généraux et déclare, il est vrai sur le mode de la conjecture : « Vous allez ouvrir une Caisse Patriotique dans toute la France20 ». Dans sa Lettre à Monseigneur le duc d’Orléans, elle rappelle qu’elle a « déja proposé le don patriotique » et invite son interlocuteur à faire « une motion à ce sujet : ouvrez vous-même ce don » – l’« exemple » étant censé avoir un effet d’entraînement21. Dans sa Lettre aux représentants de la Nation, elle observe enfin avec satisfaction : « le projet que j’ai donné de l’impôt volontaire […] est le même que vous réalisez aujourd’hui. » Et, « étant le premier auteur de l’impôt volontaire, je ne dois pas être la dernière à m’imposer, et à vous faire passer mon offrande : le quart de mon modique revenu va vous être remis. […] J’y ajoute une offre : c’est le produit d’un drame, s’il a du succès22. »

On peut toutefois s’étonner que, dans le présent texte, Olympe de Gouges ne fasse pas explicitement allusion au « sacrifice » des femmes artistes, qui correspond si précisément à ce qu’elle préconise et qui a eu lieu le 7 septembre, soit quelques jours à peine avant la publication du texte – le 10 septembre, selon la datation d’Olivier Blanc23. Bien plus, après avoir évoqué l’« exemple » donné par les dames romaines, elle affirme qu’il n’aurait « jamais été suivi depuis, chez aucune Nation de l’Univers » (p. 5). Faut-il croire que l’autrice n’a pas eu connaissance de cet événement qui n’est certes évoqué dans la presse qu’à la mi-septembre24 ? Ou faut-il considérer encore que, en l’absence d’indication matérielle précise sur l’exemplaire imprimé, la date du 10 septembre est fautive, et que le texte aurait été écrit et publié avant le mois de septembre ?

La datation proposée par Olivier Blanc dans son édition des Écrits politiques ne donne pas lieu à justification, mais sa biographie d’Olympe de Gouges apporte quelques précisions. O. Blanc pose que l’Action héroïque d’une Françoise, identifiée comme « sa douzième brochure politique », rend « hommage » à Mme Moitte25. Il affirme aussi que l’autrice fait « parvenir un exemplaire de sa brochure à Stanislas de Clermont-Tonnerre, président de l’Assemblée » et cite le « billet rédigé avec hâte et chaleur » qui accompagne cet envoi :

Onze bonnes citoyennes ont offert le fruit de leurs économies, je ne puis offrir à l’Assemblée que celui de mes veilles. J’ai fait passer alternativement onze de mes faibles productions à l’Assemblée nationale. Vous voudrez bien accepter la douzième pour être distribuée aux honorables membres qui la composent26.

O. Blanc ajoute que Mirabeau, « conquis par l’enthousiasme communicatif » d’Olympe de Gouges, l’encourage « à persévérer dans sa voie avec une réponse élogieuse en date du 12 septembre 1789 », qu’il cite :

Je suis très sensible, Madame, à l’envoi que vous avez bien voulu me faire de cet ouvrage. Jusqu’ici j’avais cru que les grâces ne se paraient que des fleurs, mais une conception facile, une tête forte ont élevé vos idées, et votre marche, aussi rapide que la Révolution, est aussi marquée par des succès27.

Une note précise que le texte de la réponse de Mirabeau est cité d’après un autre opuscule d’Olympe de Gouges, Le Bon Sens français, mais l’examen de ce texte indique que ces propos de Mirabeau concernent en réalité un autre de ses opuscules : « je dois seulement faire imprimer la lettre qu’il m’écrivit en réponse à la brochure intitulée : le Discours de l’Aveugle aux François », « brochure » en effet « remarquable par la critique même que j’y inserois des défauts de Mirabeau28 »…

Dans cette brochure, Olympe de Gouges déclare : « je vais […] parler aux François pour la septieme & derniere fois29. » Et, peu avant, elle esquissait le décompte de ses précédentes interventions : « Ma Lettre au peuple fut mon premier essai », ensuite « Les remarques patriotiques », puis « le bonheur primitif de l’homme, qui suivit de près cette seconde production30 ». On voit que ces données rendent discutable le classement chronologique conjectural des opuscules édités dans les Écrits politiques. Le Discours de l’aveugle est ainsi classé en huitième position alors même que les recueil des Écrits politiques ne reprend pas Le Bonheur primitif de l’homme, que l’autrice désigne comme son troisième texte. Reste que si le Discours de l’aveugle est ce septième texte dont Mirabeau fait l’éloge, le 12 septembre, selon le témoignage d’Olympe de Gouges, il serait nécessaire de procéder à un reclassement général des opuscules politiques en fonction de leur date probable de parution, d’autant que d’autres difficultés surgissent au niveau du classement des six – ou sept – premiers, et sans doute aussi, par voie de conséquence, des suivants. Cette entreprise dépasse de beaucoup les objectifs du présent dossier critique.

En particulier, on peut s’interroger sur la place assignée à l’Action héroïque, qu’Olivier Blanc classe en douzième position dans son recueil, sans doute en se fondant sur le « billet », daté du 11 septembre, qui accompagne l’envoi d’une « douzième » production à l’Assemblée nationale, sans qu’il soit possible d’affirmer avec certitude qu’il s’agit bien de ce texte. C’est pourquoi on ne considérera pas a priori que l’Action héroïque, dont on ignore la date de rédaction et de publication, fait référence, de près ou de loin, à l’épisode de la délégation des femmes à l’Assemblée nationale du 7 septembre 1789.

En tout état de cause, la mention, dans le texte, d’« hommes célebres » et de « génie[s] tutélaires » ayant permis, avec les « secours » des femmes, à « tirer la France d’esclavage » (p. 6) suggère que le texte a été rédigé après le déclenchement du processus révolutionnaire, symboliquement marqué par la prise de la Bastille.] OF

Commentaire

Au début du texte, Olympe de Gouges met en scène son retour à l’écriture, rompant ainsi le « silence éternel » auquel, dit-elle, elle s’était « vou[ée] » (p. [3]). On verra que cette reprise de la parole s’explique sans doute moins par la nouveauté de ses propositions, déjà faites, « l’année dernière » (p. [3]), que par une manière nouvelle de se positionner dans l’espace public dans un contexte où « la situation actuelle de l’Etat » (p. [3]) l’exige.

[Persister et signer

Depuis 1788, et la formulation du « projet d’une caisse patriotique » (p. [3]), la situation n’a guère évolué. Et force est de constater que ce court texte reprend, sous une forme ramassée, les principaux éléments du discours développé dans la Lettre au peuple, à laquelle Olympe de Gouges fait référence, et dans les Remarques patriotiques qui suivent.

Ce qu’elle désigne, de manière vague, comme « la situation actuelle de l’Etat » (p. [3]) renvoie d’abord, on l’a vu, à l’endettement abyssal que connaissent les finances, caractérisé par un terme qui fait florès dans les discours contemporains et que l’autrice reprenait – l’italique signale un emploi en mention – dans sa Lettre au peuple : « ce déficit qui discrédite la France31 ». Le moyen imaginé par Olympe de Gouges pour le combler – le « projet d’une caisse patriotique » (p. [3]) – consiste dans la collecte de ce qu’elle appelle tantôt un « impôt volontaire », comme sur la gravure servant de frontispice à la Lettre, tantôt un « impôt patriotique » : « Quel est donc ce moyen que je trouverois convenable à libérer les dettes de l’Etat ? Ce seroit, il me semble, un impôt volontaire, dont la Nation s’applaudiroit32 ». « Quant aux Princes, Seigneurs & riches Particuliers, tous concourront à l’impôt volontaire ; mais pour mieux le caractériser, il faut lui donner un titre qui lui convienne ; je voudrois qu’on le nommât l’Impôt Patriotique : il n’y auroit point jusqu’à la Pensionnaire de Couvent, qui ne fît des réserves & ne voulût avoir part à cet impôt33. »

Allégorie d’un impot volontaire ou d[’]une Caisse Patriotique,
Gravure de Frussotte, d’après un dessin de Desrais, servant de frontispice à la Lettre au Peuple, op. cit.

Légende :

« Tout Citoyen Se verroit dans le méme Miroir / et ce portrait touchant Caracteriseroit à la fois / L’ame, le Cœur et l’esprit français. »

Les Remarques patriotiques portent le même discours :

j’ose insister sur le premier moyen que j’ai donné de la Caisse patriotique […] ; j’ose assurer que ce moyen est le seul bon, le seul praticable & le seul qui ne déplaira à personne ; j’ose attester que l’esprit François renaîtra à l’ouverture de cette Caisse. Le Roi, l’Etat, les Parlemens & le Peuple, doivent, dans cette circonstance, se réunir ensemble pour soutenir sa gloire & son nom. Ah ! quel moyen est plus propre pour former cette union que cet impôt volontaire que je propose encore34 !

Dans les mêmes Remarques, l’autrice suggère en outre l’instauration d’impôts sur les produits de luxe : « Je voudrois qu’on mît, par exemple, un impôt sur les bijoux comme sur les modes qui se multiplient du matin au soir, & du soir au matin35. »

La proposition apparaît dans la section du texte intitulée « Projet d’impôt, Etranger au Peuple, & propre à détruire l’excès du luxe & augmenter les finances du trésor, réservé à acquitter la dette nationale », qui s’ouvre sur une dénonciation du luxe :

Le Luxe : c’est le genre de mal qui ne se doit guérir que de lui-même, par exemple, les goûts exquis qui s’en vont écrasant, renversant tout ce qu’ils rencontrent sous leur passage : un bon impôt sur ce luxe effréné : ah, combien l’humanité applaudiroit celui-ci36 !

Dans la Lettre au Peuple, Olympe de Gouges déclarait déjà, à propos des chapeaux :

L’excès du luxe que mon sexe porte aujourd’hui jusqu’à la frénésie, cessera à l’ouverture de la Caisse Patriotique : au lieu d’acheter dix chapeaux de différentes tournures, les femmes essentielles, quoique jolies femmes, car la beauté n’exclud pas la raison & l’amour de son pays : ces femmes, dis-je, se contenteront d’un ou de deux chapeaux de bon goût, & l’excédent sera envoyé à cette Caisse37.

À rapprocher, ici encore, de la mention des « vains ornements du luxe » (p. 5) et des « ornements effrontés » qu’étalent certaines femmes qui « font la honte de notre sexe » (p. 6).

Peu avant était encore attaqué « l’égoïsme de ces capitalistes calculateurs, qui refusent d’ouvrir leurs trésors » (p. 5). Ce qui rejoint encore les Remarques patriotiques, qui s’ouvrent sur l’évocation de « la critique » que de « mauvais Citoyens » ont adressée à la Lettre au Peuple : « Ils osent même dire que le caractère français est éteint, & que l’égoïsme est actuellement l’esprit dominant de la Nation. » Ce qui amène l’autrice à « retracer » un « tableau effrayant » :

Le commerce est écrasé, une quantité innombrable d’ouvriers sont sans état & sans pain, que deviennent-ils ? Pourriez-vous en rendre compte sans frémir ? Tout est arrêté, le riche impitoyable cache son argent ; vil instrument de sa cupidité, peut-il prolonger ses jours, peut-il les rendre plus heureux ? Ces trésors dans l’inaction, quel bien peuvent-ils faire à personne ? C’est à l’Etat qu’il faut les offrir, & les offrir sans aucun intérêt, tel qu’ils les placent dans leur coffre-fort […]38.

C’est dire que, par les propositions qu’il contient, le texte édité n’apporte guère de neuf.] OF

L’étoffe d’une citoyenne patriote

Précisément, le rappel, avec le « projet d’une caisse patriotique » (p. [3]), des écrits antérieurs a ici pour fonction de construire l’ethos préalable de celle qui prend à nouveau la parole : ce n’est pas la première fois qu’elle écrit ; celle qui « repren[d] la plume » (p. [3]) s’est montrée pionnière39 et les critiques qu’elle a dû essuyer permettent aussi de prendre la mesure du retentissement de la Lettre au Peuple40.

Ce qui prélude, après cette entrée en matière quelque peu tonitruante, à l’émergence d’un ethos qui, sur un mode atténué, joue de topiques supposément caractéristiques d’un personnage féminin. D’abord, la sensibilité : « la situation actuelle de l’Etat, trop affligeante pour mon cœur sensible, m’a forcée de reprendre la plume. » (p. [3]) Ensuite, la modestie : pour « ce foible fruit de mes talents », « Ce ne sont pas […] des éloges que je demande. Non, mon unique desir est d’être utile à ma Patrie. » (p. 4) L’abnégation, enfin : quitte à s’exposer de nouveau à la « malignité » de ses « ennemis » (p. [3]), une cause supérieure a eu raison de tous ses scrupules.

Par là même, le texte construit un ethos de citoyenne patriote : s’adressant, dès la première ligne, à ses « Concitoyens » (p. [3]), puis, plus loin, à ses « Concitoyennes » (p. 5), elle mentionne à plusieurs reprises – et dès le sous-titre – « la France » (p. 4 et 6) ou encore la « nation » (p. 4, 5 et 7). Dans le droit fil de la phrase servant d’épigraphe (« Il est plus d’un moyen de servir la Patrie »), elle répète vouloir « être utile à [s]a Patrie » (p. 4), sauver l’État alors même qu’il traverse une « crise funeste » (p. 7).

[Quant aux « apatriotes », qui mettent en avant une pensée dominante gouvernée par les « principes de l’Aristocratie la plus décidée », il convient de combattre leurs discours et de poser que la proposition d’Olympe de Gouges est « le seul moyen de rendre les Aristocrates utiles à la cause publique », non pas en misant sur leur adhésion spontanée à l’esprit patriotique qui l’anime41, mais en comptant sur l’effet dissuasif (« une exhortation plus persuasive encore ») qu’il y aurait pour eux à « se voir notés d’infamie » (p. 7), c’est-à-dire sur le souci de conserver leur fama, autrement dit leur réputation, leur renommée.] OF

En somme, selon l’expression de Claire Sinquin, Olympe de Gouges adopte « l’ethos d’une citoyenne sensible, honnête et patriote, entièrement dévouée à la cause de la nation42 ».

L’action rhétorique

Il n’est pas indifférent que le discours s’adresse à des destinataires animées des mêmes intentions patriotiques : « femmes vertueuses », certes, mais aussi aux « femmes citoyennes, que le patriotisme embrâse d’un saint zele » (p. 4). Recourant ainsi à des accents religieux, il s’agit en réalité de les gagner au zèle patriotique dont Olympe de Gouges se dit fréquemment animée. Ce qui passe par plusieurs stratégies de discours.

L’autrice n’hésite pas à recourir à la culpabilisation : si les femmes ne suivent pas l’exemple donné par les Romaines, c’est qu’elles sont égoïstes, du moins qu’elles sont justiciables du même travers que « ces capitalistes calculateurs, qui refusent d’ouvrir leurs trésors » (p. 5). De même que les aristocrates sont soucieux de leur réputation, les femmes, pour mériter leur qualification de « femmes vertueuses » et de « femmes citoyennes », se doivent de se démarquer des « ames viles », attachées à leurs « ornements effrontés », parce qu’elles « font la honte de notre sexe » (p. 6).

Il s’agit aussi de susciter l’émotion (« Hâtez-vous donc de vous acquitter d’un si beau sacrifice »), avec la force d’entraînement dont Olympe de Gouges la crédite : « Une seule d’entre vous suffit pour donner, dans la Capitale, un exemple qui sera suivi en un instant dans toutes les Provinces. » (p. 6-7)

Il s’agit enfin, on le voit, de jouer sur l’émulation, ce qu’exprime aussi, paradoxalement, la référence à Rousseau qui, en dépit des « sarcasmes qu’il a lancés », en particulier dans la Lettre à D’Alembert ou dans l’Émile, a bien été « contraint », dans La Nouvelle Héloïse, de rendre hommage aux Parisiennes. Recourant une nouvelle fois à l’impératif, l’autrice exhorte les femmes à se montrer « encore plus dignes des éloges que la vérité a arrachés au Citoyen de Geneve » (p. 6).

Olympe de Gouges se pose dans ce texte en cheffe de file des femmes : elle souhaite être à l’origine d’un élan patriotique et déploie des stratégies de conviction et de persuasion afin d’inciter ses semblables à prendre en charge leur destin, et celui de la France.

Un héroïsme au féminin ?

Le texte s’ouvre par un geste provocateur : la locutrice refuse de parler aux hommes. Si elle les mentionne, c’est pour leur dire que ce n’est pas à eux qu’elle destine son discours, qu’elle n’a pas peur d’eux, que leur avis lui importe peu : « Hommes vains & ridicules qui vous arrogez un empire despotique dans la Littérature […] ce n’est point pour vous que j’écris. Je méprise également vos applaudissements et vos critiques » (p. 4). Après ces mentions, elle ne s’adressera plus aux hommes, mais uniquement à son « sexe », plus précisément aux « femmes vertueuses » et aux « femmes citoyennes » (p. 4) et non aux « ames viles, qui font la honte de notre sexe » (p. 6). Sa parole s’inscrit alors dans la collectivité d’un nous, constitué entre autres des cibles des « sarcasmes » qu’un homme, Rousseau, « a lancés contre nous » (p. 6). Le titre du texte indique aussi qu’il s’agit d’une incitation à s’illustrer par une « action héroïque », plus exactement l’« action héroïque d’une Françoise », et l’on peut, à ce stade, s’interroger sur l’identité de cette « Françoise » : s’agit-il d’Olympe de Gouges elle-même, toute modestie mise à part, qui, comme on le verra, brave les conventions et les traits de la misogynie ordinaire ? Ou s’agit-il plutôt de cette femme exemplaire qui, mettant en mouvement toutes les autres, jusque « dans toutes les Provinces » (p. 6-7), effectuera la première le « sacrifice » de ses « ornements » superflus ?

Si le texte ne permet pas de trancher, il n’en reste pas moins que le discours de l’autrice crée un collectif, dans le présent de l’énonciation et dans un futur proche, dynamisé par l’« exemple » d’« une seule » (p. 6-7). Mais la dynamique de l’exemplarité s’ancre aussi dans un passé, la référence aux « Dames Romaines » (p. 4) le montre. L’enjeu est bien d’inscrire l’action présente dans celles d’une lignée de femmes, historiquement attestée, afin de replacer les femmes dans l’Histoire et de sortir de l’hégémonie masculine qui se manifeste dans le champ de la « Littérature » – on a vu que l’autrice dénonce l’« empire despotique » des « hommes vains & ridicules » (p. 4) –, mais aussi dans le champ de l’Histoire, avec les enjeux de mémoire qui la sous-tendent : « Tandis que vos peres, vos époux, vos freres s’occupent de la régénération de cet Empire » (p. 4), des citoyennes patriotes, en réalisant un « sacrifice » similaire à celui des femmes romaines, peuvent devenir aussi célèbres et estimées que les hommes dans l’Histoire : « vous n’aurez que plus de droits à l’estime & à l’admiration publiques ; & vos noms transmis jusqu’à la postérité la plus reculée, seront placés dans l’Histoire, à côté de ces hommes célebres » (p. 6).

L’enjeu mémoriel, situé à l’échelle de la « postérité », s’entend aussi au présent : Olympe de Gouges suggère que les femmes, par une « action héroïque » qui conduit à « sauv[er] » « la France », peuvent – et doivent – bénéficier d’une reconnaissance de la patrie à part égale avec les hommes qui – du reste, avec les « secours » des femmes – l’on « tir[ée] […] d’esclavage » (p. 6). Alors que, comme le rappellent Geneviève Dermenjian, Jacques Guilhaumou, Karine Lambert et Martine Lapied43, la prétention à l’héroïsme semble refusée aux femmes, on mesure l’importance de l’héroïsme au féminin qu’Olympe de Gouges appelle de ses vœux. Le héros est celui qui s’inscrit dans le champ socio-politique : c’est le guerrier qui donne sa vie, le magistrat, l’homme politique, autant de rôles assignés aux hommes dont les femmes sont exclues. En quittant les espaces privés ordinairement dévolus aux femmes, Olympe de Gouges transgresse les rôles de sexe auxquels ses congénères sont normalement réduites et perturbe ainsi la construction du nouvel ordre politique et social masculin, qui exclut l’autre sexe de la parole et de l’espace publics.

Réception

[Contrairement à la Lettre au peuple, à laquelle est consacré un compte rendu très favorable qui fait l’ouverture du Journal général de France44, et aux Remarques patriotiques, recensées dans le même périodique45, l’Action héroïque ne semble pas avoir suscité de réactions dans la presse.] OF

Éléments de bibliographie

Texte référencé dans Maurice Tourneux, Bibliographie de l’histoire de Paris pendant la Révolution française, Paris, Imprimerie nouvelle, 1890-1913, 5 vol., t. I, no 1607.

Autres éditions du texte

Olympe de Gouges, Écrits politiques, éd. Olivier Blanc, Paris, côté-femmes, 1993, 2 vol., t. I, p. 120-121 : le texte, daté du « 10 septembre 1789 », est donné sous une forme brute, sans annotation ni commentaire.

Olympe de Gouges, Œuvres, Montauban, Cocagne, t. III, Pamphlets, épîtres : libelles positions, propositions & autres, 1788-1790, 2017.

Études

Olivier Blanc, Marie-Olympe de Gouges, 1748-1793. Des droits de la femme à la guillotine [1981, 1989], Paris, Tallandier, 2014.

Claire Sinquin, « Penser la sollicitude : les Écrits politiques d’Olympe de Gouges ou les Lumières en héritage (1788-1791) », Mémoire de Maîtrise en études littéraires sous la direction de Thierry Belleguic et Charlène Deharbe, Québec, Université Laval, 2017 <https://corpus.ulaval.ca/jspui/bitstream/20.500.11794/28335/1/33756.pdf>.



Citer ce billet
oferret (2022, 20 mai). Olympe de Gouges, Action héroïque d’une Françoise, ou la France sauvée par les femmes. Master Genre, littératures, cultures. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oz82

  1. [Olympe de Gouges], Lettre au Peuple, ou Projet d’une Caisse Patriotique ; Par une Citoyenne, Vienne/Paris, Maradan et les Marchands de Nouveautés, 1788 <https://archive.org/details/lettreaupeupleou00goug>. Texte réédité par Olivier Blanc : Olympe de Gouges, Écrits politiques, Paris, côté-femmes, 1993, 2 vol., t. I, p. 37-45. []
  2. Olympe de Gouges évoquait déjà les polémiques suscitées par la Lettre au Peuple en décembre 1788 au début des Remarques patriotiques, s.l.n.d. <https://archive.org/details/remarquespatriot00goug>, p. [1] ; voir aussi Écrits politiques, éd. citée, t. I, p. 46. [OF] []
  3. Sur le contexte politique, économique et social, voir, ci-dessous, dans le Dossier critique, la rubrique « Contexte de rédaction ». []
  4. Olympe de Gouges déclare, en mai 1789 : « Des hommes inconsidérés, pour balancer le suffrage public que mes écrits patriotiques m’ont obtenu, sement par-tout que j’ai eu des amans ; certes, la remarque est neuve & sur-tout bien essentielle. » (Avis pressant, ou réponse à mes calomniateurs, s.l.n.d. <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k42593g>, p. 5 ; voir aussi Écrits politiques, éd. citée, t. I, p. 79). [OF] []
  5. L’épisode, qui se déroule au ive siècle avant notre ère, dans le contexte du sac de Rome par les Gaulois conduits par Brennus, est notamment rapporté par Plutarque (Vies des hommes illustres, « Vie de Camille », 307). [Voir aussi Charles Rollin dans son Histoire romaine, VI, 2, Paris, Veuve Estienne et fils, 1748, t. II <https://books.google.fr/books?id=tFdDAAAAYAAJ>, p. 416 : « Les Dames Romaines se défont de leurs bijoux ».] OF []
  6. « Celui ou celle qui a des capitaux ou sommes d’argent considérables, et qui les fait valoir dans les entreprises de commerce, d’agriculture, de manufacture ou de finance. » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798) []
  7. Dans la Lettre à d’Alembert sur les spectacles (1758), mais aussi dans le livre V d’Émile (1762). []
  8. Voir Jean-Jacques Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse (1761), Seconde partie, Lettre XXI, à Julie (éd. Érik Leborgne et Florence Lotterie, Paris, GF Flammarion, 2018, p. 335). []
  9. « Personne à laquelle le patriotisme reste étranger », selon le TLF, qui évoque un « néologisme d’auteur » dont la première attestation se trouverait sous la plume de Léon Daudet. Cette occurrence est passée inaperçue. []
  10. Voir l’annotation du texte, ci-dessus, n. 1. []
  11. Ces écrits ont été réunis par Olivier Blanc : voir Olympe de Gouges, Écrits politiques, t. I (1788-1791) et II (1792-1793), éd. citée. []
  12. Olympe de Gouges, Séance Royale. Motion de Monseigneur le duc d’Orléans, ou les Songes patriotiques, s.l., 1789 <https://books.google.fr/books?id=jf1jDfxDbUIC> ; voir aussi Écrits politiques, éd. citée, t. I, p. 101-111. []
  13. Olivier Blanc, Marie-Olympe de Gouges, 1748-1793. Des droits de la femme à la guillotine [1981, 1989], Paris, Tallandier, 2014. []
  14. Depuis, l’idée semble avoir fait son chemin, à en juger par la publication d’un Mémoire […] présenté au roi, daté du 20 avril 1789, Sur un moyen facile et infaillible de faire renaître le Patriotisme en France, dans toutes les Classes des Citoyens, comme dans les deux Sexes ; et d’assurer le Remboursement des Dettes de l’Etat, sans nouveaux impôts, sans emprunt, et sans faire éprouver aucune réduction, Amsterdam/Paris, Desenne, Gattey, Bailly et chez les autres Libraires qui vendent les Nouveautés, 1789 <https://books.google.fr/books?id=tfQ5AAAAcAAJ>. Le mémoire, attribué à Antoine-Joseph Raup de Baptestin de Moulières, qui propose « 1o. L’institution d’un Ordre du mérite Patriotique » et « 2o. L’établissement d’une Caisse Patriotique » (p. 16), ne fait pas référence au projet d’Olympe de Gouges. Voir encore Sur la contribution patriotique (Paris, Panckoucke, s.d. <https://books.google.fr/books?id=oNCDjl0RyVIC>), texte présenté comme un « extrait du No 97 [du 27 novembre 1789] de la Gazette Nationale, ou le Moniteur universel » mais qui ne se trouve apparemment pas dans le journal. []
  15. Voir, ci-dessus, l’annotation du texte, n. 5. []
  16. Voir le compte rendu de la séance de l’Assemblée nationale du 7 septembre effectué, entre autres, dans les Révolutions de Paris, no IX, du 13 septembre 1789, p. 19-22, et, de manière plus succincte, dans le Mercure de France, Supplément, « De Versailles, le 16 septembre », septembre 1789, p. 202-203. []
  17. Voir en particulier le Discours prononcé par Mme Rigal, dans une assemblée de femmes artistes et orfèvres, tenue le 20 Septembre [1789], s.l., s.n., éd. Clémentine Peraud-Pommier. Le compte rendu de la séance conservé dans les Archives parlementaires (voir, ci-dessous, n. 18) ainsi que des extraits de l’article paru dans les Révolutions de Paris (voir, ci-dessus, n. 16) sont cités dans le Dossier critique, dans la rubrique « Contexte de rédaction ». []
  18. Archives parlementaires de 1787 à 1860, éd. J. Mavidal, E. Laurent et E. Clavel, 1re série (1789-1799), t. VIII, du 5 mai 1789 au 15 septembre 1789, Paris, Librairie administrative de Paul Dupont, 1875 <https://archives-parlementaires.persee.fr/doc/c65567e0-1fb3-4933-9a4e-7905378d2d90>, p. 588 et 590-591. []
  19. Le Cri du sage. Par une femme, s.l.n.d. [1789], éd. Yuliia Zhuk. []
  20. Olympe de Gouges, Mes vœux sont remplis, ou le don patriotique, s.l.n.d. [1789] <https://books.google.fr/books?id=VfAYMUEMxLAC>, p. 3 ; voir Écrits politiques, éd. citée, t. I, p. 87. Olivier Blanc date ce texte de juin 1789. []
  21. Olympe de Gouges, Lettre à Monseigneur le duc d’Orléans, s.l.n.d. [1789] <https://archive.org/details/lettremonseigneu00goug>, p. 5-6 ; voir Écrits politiques, éd. citée, t. I, p. 99. Olivier Blanc date ce texte de juillet 1789. []
  22. Olympe de Gouges, Lettre aux représentants de la Nation, [Paris], L. Jorry, s.d. [1789] <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k425924>, p. 6 et 8 ; voir Écrits politiques, éd. citée, p. 124 et 126. Olivier Blanc date ce texte de septembre 1789. []
  23. Écrits politiques, éd. citée, t. I, p. 121. []
  24. Voir, ci-dessus, n. 16. []
  25. Épouse du sculpteur Jean Guillaume Moitte, elle est à la tête de la députation des femmes qui font offrande de leurs bijoux à l’Assemblée nationale le 7 septembre 1789. []
  26. Olivier Blanc, Marie-Olympe de Gouges, op. cit., p. 121-122. O. Blanc indique que la lettre, datée du 11 septembre 1789, se trouve dans les « manuscrits, fichier Charavay » de la BnF, mais il ne précise pas la cote du document. []
  27. Ibid., p. 122. []
  28. Olympe de Gouges, Le Bon Sens françois, ou l’Apologie des vrais nobles, dédiée aux Jacobins, s.l.n.d. [1792] <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k42615z>, p. 41. Le texte de la « Lettre de Mirabeau » se trouve page 42 ; voir Écrits politiques, éd. citée, t. II, p. 99-100. []
  29. [Olympe de Gouges], Discours de l’aveugle aux François, s.l.n.d. <https://archive.org/details/discoursdelaveug00goug>, p. 3 ; voir Écrits politiques, éd. citée, t. I, p. 90. []
  30. Ibid., p. 1-2. Sur les deux premiers textes, voir, ci-dessus, l’annotation du texte, n. 1 et 2 ; voir aussi Le Bonheur primitif de l’homme, ou les Rêveries patriotiques, Amsterdam/Paris, Royer et Bailly, 1789 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k42599j>. Les « trois Brochures » sont mentionnées le 11 avril 1789 dans le Mercure de France, avril 1789 <https://books.google.fr/books?id=5bU186Opk4IC>, p. 95 : le journaliste écrit qu’elles émanent « d’une Dame, Auteur de plusieurs Ouvrages d’un autre genre » et « offrent le même esprit naturel, en y ajoutant des vûes patriotiques auxquelles tout bon Citoyen doit applaudir, galanterie à part ». []
  31. [Olympe de Gouges], Lettre au Peuple, op. cit., p. 5 ; voir aussi Écrits politiques, éd. citée, t. I, p. 38. []
  32. Ibid., p. 15 ; et Écrits politiques, éd. citée, t. I, p. 41. []
  33. Ibid., p. 22 ; et Écrits politiques, éd. citée, t. I, p. 43. []
  34. [Olympe de Gouges], Remarques patriotiques, op. cit., p. 23-24 ; voir aussi Écrits politiques, éd. citée, t. I, p. 53. L’idée est répétée dans le Dialogue allégorique entre la France et la Vérité (s.l.n.d. <https://archive.org/details/dialogueallegori00goug> : « Je ne vois que deux impôts qui n’écraseront personne, l’impôt territorial, & l’impôt volontaire. » Et plus loin, dans le « Projet utile et salutaire » : « Si l’on indique un impôt volontaire, j’ose croire qu’on établira une caisse Nationale, propre à recevoir les deniers consacrés à acquitter les dettes de l’État ; cela revient à-peu-près à mon projet » (p. 13 et 23 ; et Écrits politiques, éd. citée, t. I, p. 65-66 et 69). []
  35. [Olympe de Gouges], Remarques patriotiques, op. cit., p. 33 ; et Écrits politiques, éd. citée, t. I, p. 56. []
  36. Ibid., p. 32 ; et Écrits politiques, éd. citée, t. I, p. 56. []
  37. [Olympe de Gouges], Lettre au Peuple, op. cit., p. 27 ; et Écrits politiques, éd. citée, t. I, p. 44. []
  38. [Olympe de Gouges], Remarques patriotiques, op. cit., p. 1 et 5 ; et Écrits politiques, éd. citée, t. I, p. 46 et 47. []
  39. Dans le Dialogue allégorique, l’autrice insistait sur ce point : « c’est toujours très-satisfaisant pour mon cœur, d’avoir proposé cette idée [de caisse patriotique] la premiere, avant qu’on eût arrêté l’époque des États-Généraux » (op. cit., p. 23 ; et Écrits politiques, éd. citée, t. I, p. 69). Elle déclarait cependant, dans la Lettre au Peuple : « j’ai appris […] que j’avois été devancée, pour cette bonne intention, dans un ouvrage qui porte pour titre, l’Etat libéré. […] Ne possédant pas les lumières de cet Auteur, & ne voulant pas profiter de l’avantage qu’il a sur moi d’avoir conçu le premier mon projet, je ne dois m’attribuer que le mérite de m’être rencontrée avec lui. » (op. cit., p. 16 ; et Écrits politiques, éd. citée, t. I, p. 41) Voir L’État libéré, s.l., 1788 <https://books.google.fr/books?id=HAlCAAAAcAAJ>. [OF] []
  40. Sur la couverture médiatique dont a bénéficié ce texte, voir, ci-dessous, la rubrique « Réception ». []
  41. On mesure ici une légère inflexion par rapport au discours, peut-être naïvement euphorique, tenu dans la Lettre au Peuple : voir, ci-dessus, la citation correspondant à la note 33. []
  42. Claire Sinquin, « Penser la sollicitude : les Écrits politiques d’Olympe de Gouges ou les Lumières en héritage (1788-1791) », Mémoire de Maîtrise en études littéraires sous la direction de Thierry Belleguic et Charlène Deharbe, Québec, Université Laval, 2017 <https://corpus.ulaval.ca/jspui/bitstream/20.500.11794/28335/1/33756.pdf>, p. 44. []
  43. Geneviève Dermenjian, Jacques Guilhaumou, Karine Lambert et Martine Lapied, « L’autre Panthéon : femmes et héroïsation sous la Révolution française », dans Héros et héroïnes de la Révolution française, dir. Serge Bianchi, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 2012, p. 81-95 <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00753462/document>. []
  44. Journal général de France, année 1788 <https://books.google.fr/books?id=lYokbb17M1EC>, no 134, du 6 novembre 1788, p. 533. []
  45. Ibid., année 1789 <https://books.google.fr/books?id=-LLd67iOJdIC>, no 16, du 5 février 1789, p. 61-62. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search