Le Cri du Sage. Par une Femme. [Olympe de Gouges]

Édition

Édition établie, annotée et commentée en 2020-2021 par Yuliia Zhuk (M1 GLC)
relue par Amanda Sarkis (M1 GLC) et revue, en 2021-2022, par Isaac Lorenzi, Marie-Lou Douillet et Joseph Rey (M1 GLC), sous la direction d’Olivier Ferret (Université Lumière Lyon 2, UMR 5317 IHRIM)

Référencement bibliographique

[Olympe de Gouges], Le Cri du sage. Par une Femme, s.l.n.d. [1789].

<https://books.google.fr/books?id=0722AAAAIAAJ>


LE CRI DU SAGE.
Par une Femme.

Il est tems d’élever la voix ; le bon sens, la sagesse ne sauroient plus observer le silence ; il est tems de dire définitivement à la Nation, que si elle ne se décide pas promptement à ne faire qu’un travail, elle entraîne sous peu la chûte du Royaume, qu’elle ôtera à jamais la confiance, & que le mal deviendra incurable.

Les anciens François ne péchoient que par trop d’ignorance ; les modernes gatent tout pour avoir trop acquis.

A force d’idées & de lumieres, ils se trouvent aujourd’hui dans une confusion épouvantable.

La Patrie qui attend avec impatience son salut de leur sagesse & de leur entreprise, voit déjà avec peine qu’ils ne s’entendent pas & qu’ils touchent au fatal moment de devenir la fable de l’Europe.

[2] Oui, Messieurs, votre discorde va non-seulement jetter le feu dans les quatre coins de la France, mais soulever nos ennemis, les encourager contre nous, & nous perdre par votre faute ; puissiez-vous lire avec attention la Lettre au Peuple1, les Remarques patriotiques2 & sur-tout le Bonheur primitif de l’homme3, & parcourir les Chapitres avec autant de rapidité que je suis arrivé[e] au Regne de Louis XVI, & vous rappeler que malgré cette précipitation, on peut s’arrêter, & refléchir sur quelques passages qui offrent des observations aussi utiles que salutaires.

Depuis long-tems j’observe les hommes ; j’ai été forcée de reconnoître que la plupart ont le cœur flétri, l’ame abjecte, l’esprit énervé4) & le génie malfaiteur5.

Peut-on sans rougir se déclarer homme aujourd’hui & se croire supérieur à nos sages ancêtres, à ces nobles Chevaliers François qui défendoient à la fois la Patrie & les Dames.

[3] O temps heureux considérés de nos jours comme des siécles fabuleux6, puissiez-vous renaître parmi nous, redonner l’énergie qui manque aux François, & les rendre encore une fois redoutables à tous les Peuples !

Je veux examiner d’où part la source du vice, puis-je la reconnoître sans trahir à la fois mon sexe & mon caractère. L’effort est pénible ; & quoiqu’il puisse m’en coûter de dévoiler ce sexe qui s’est lui-même démasqué, je le trahirai dans ce moment pour le servir un jour.

O Femmes ! Qu’avez-vous fait ? Qu’avez-vous produit ? avez-vous pu croire qu’en vous jettant à la tête des hommes, vous conserveriez votre empire ; il est détruit, & vos graces naturelles ont disparu avec cette noble pudeur qui rendoit jadis les femmes si touchantes & si cheres à leurs yeux.

Vous avez abandonné les renes de vos maisons, vous avez éloigné vos enfants de vos seins maternels ; livrés dans les bras de serviteurs corrompus, ils ont appris à vous hair, à vous mépriser.

[4] O sexe, tout à la fois séduisant & perfide ! O sexe tout à la fois foible et tout-puissant ! O sexe à la fin trompeur & trompé ! O vous, qui avez égaré les hommes qui vous punissent aujourd’hui de cet égarement par le mépris qu’ils font de vos charmes, de vos attaques & de vos nouveaux efforts ! Quelle est actuellement votre consistance7 ? Les hommes se sont instruits par vous-mêmes, de vos travers, de vos détours, de vos ruses, de vos inconséquences ; & ils sont enfin à leur tour devenus femmes.

Peut-on voir sans pitié la suffisance de nos jeunes gens, la légereté de nos vieillards sur des objets majeurs, & l’extravagance des hommes d’un âge raisonnable, sans se récrier contre le siécle & contre les mœurs.

On parle encore de vertus & de patriotisme ; si l’un & l’autre existoient véritablement, ils se seroient déjà fait sentir aux États-Généraux ; tous les cahiers seroient confondus, & les trois Ordres ensemble ne pourroient dans cette réunion qu’opiner pour le bien public8.

[5] Mais si l’esprit de parti vient à l’emporter dans cette Assemblée sur la bienséance, la raison & la justice, ces Etats-Généraux qu’on a désiré[s] depuis si long-temps, ne seront donc réunis que pour semer la discorde.

Je l’ai prédit9 ; puisse cette prédiction se détourner & me faire voir que je fus mauvais prophéte ; mais en même-temps, j’obtiendrai le titre de bonne citoyenne.

Vous devez, Messieurs, rassurer ce public impatient.

Qui peut ramener le calme si ce n’est votre union10 ? qui peut enfin établir la confiance, faire refleurir le commerce, si ce n’est l’harmonie dans vos Assemblées ; pour vous accorder, il faut fronder11 vos prétentions particulieres, convaincre le Tiers-Etat qu’il n’a pas le droit lui seul de créer de nouvelles loix, & représenter au Clergé qu’il doit se dépouiller dans ce moment du faste de ses dignités & de la majeure partie de ses prérogatives.

Persuadez à la Noblesse, que c’est une injustice, une vexation criante, de refuser de siéger avec le Tiers-État, comme [6] s’il y avoit entre ces deux Ordres des barrieres invincibles.

Il n’y a pas de jour qu’un Noble sans fortune ne sollicite la main d’une demoiselle du Tiers-État. Il n’y a pas de demoiselle d’un sang illustre qui n’ait mêlé ce sang avec celui du Tiers-Etat ; & dans ce moment de détresse, dans un tems de calamité, vous craignez, Messieurs, de mêler vos idées avec celles des hommes qui vous valent peut-être.

Que l’honneur vous parle, que le bien de la patrie vous guide ; & sans perdre vos titres & vos dignités, vous n’en serez pas moins l’ami de vos freres, leurs supérieurs en modestie puisque vous renoncerez dans un moment d’union à votre rang, à ces droits que le rang vous donne & qui doivent être sacrés dans toute autre circonstance, mais qui sont injustes & déplacés dans cette révolution.

Voila, Messieurs, ce qu’il étoit important d’observer aux trois Ordres.

J’ose me flatter que ces observations ne sauroient vous déplaire en faveur du motif qui me les a inspirées.

[7] Je vois que l’alarme regagne les esprits, que la confiance acheve de se perdre chaque jour, & que tout vient désespérant.

Espérons cependant qu’une crise12 favorable, va se faire avant peu dans les États-Généraux : je n’ai pu m’en défendre ; la crainte que j’ai que la Nation va se perdre & entraîner celle de ma patrie, m’a transporté[e] au-dessus de moi-même. Je m’écrie, je m’élance, & mon zèle perce à travers le préjugé.

On peut exclure les femmes de toutes Assemblées nationales, mais mon génie bienfaisant me porte au milieu de cette Assemblée, il lui dira avec fermeté que l’honneur même des premiers des Gentilhommes Français fut fondé sur le bien de la Patrie, & qu’il s’écarte de ces nobles principes en s’éloignant du sein du reste de la Nation.

Si l’amour-propre l’emporte sur la raison, sans doute, Messieurs, vous allez condamner cet écrit ; mais l’auteur a une trop grande idée de vos nobles procédés, pour ne pas espérer que vos véritables sentimens l’emporteront sur cet [8] amour-propre, & si dans cette circonstance il a employé le ton impératif de son sexe, c’est qu’il a senti qu’aux grands maux, il falloit apposer13 les grands remedes. Et en vous assurant en même tems que si son zéle patriotique l’a porté trop loin, le respect & l’estime qui vous sont dus, Messieurs, le ramene à ses véritables principes, & lui font reconnoître que la modestie doit être le fond de son caractère.

Un des deux partis doit céder ; vraisemblablement, celui du Clergé suivra l’impulsion de celui de la Noblesse.

Est-ce au Tiers-État qu’il convient d’abandoner le sien ? Est-ce à la Noblesse de se départir de ses préjugés ; ces préjugés ne font-ils pas leurs droits, & ces droits ne font-ils pas la gloire & le soutien de la Monarchie Françoise ?

On ne peut se dissimuler que les cahiers14 du troisieme Ordre ont dû révolter la Noblesse, mais enfin, on peut tout ramener à la bienséance ; & celui qui cédera, de la Noblesse ou du Tiers-État, sera toujours le parti patriotique à qui la France devra son salut.


Dossier critique

L’autrice

Ce texte est attribué à Olympe de Gouges, une des premières Françaises, à l’époque des Lumières, à dénoncer les régimes esclavagistes et à revendiquer les droits à l’union libre, au divorce et à la protection juridique des enfants bâtards. Née Marie Gouze, elle est elle-même le fruit d’une union hors-mariage entre sa mère, Anne-Olympe Mouisset, issue d’une riche famille bourgeoise, et le marquis Jean-Jacques Lefranc de Pompignan.

Après son mariage malheureux et son déménagement à Paris, si ses premiers écrits relèvent de la fiction – les Mémoires de Mme de Valmont (1784) sont un roman épistolaire fortement autobiographique ; sa première pièce, Zamore et Mirza (1784) s’inscrit dans une perspective anti-esclavagiste –, l’autrice s’implique rapidement dans la vie politique.

En 1788, Olympe de Gouges fait paraître sa première brochure : Lettre au Peuple, ou Projet d’une caisse patriotique15, où elle propose l’instauration d’un « impôt patriotique » et « volontaire », incitant chaque Français à participer à la liquidation des dettes de l’État et critiquant les impôts qui « obèrent » les plus pauvres. La même année, en décembre, elle publie les Remarques patriotiques16, qui prolongent son programme de réformes sociales. Le 5 mai 1789, Louis XVI préside à Versailles à la convocation des États généraux, et quelque temps après, Olympe de Gouges fait paraître coup sur coup plusieurs pamphlets, Le Cri du sage, l’Avis pressant17 et Pour sauver la Patrie18, dans lesquels elle en appelle à la responsabilité des trois ordres et plaide pour qu’un accord soit trouvé entre la noblesse et le tiers état.

[Olivier Blanc cite une lettre adressée le 22 mai à deux députés des États généraux, son compatriote Jean-Baptiste Poncet-Delpech et Gabriel Feydel, également membre de la Société des amis des Noirs, dans laquelle Olympe de Gouges annonce qu’elle « a un écrit curieux à leur communiquer et qui a été aussitôt imprimé que conçu » : « À midi il a été mis en presse et à cinq heures il y en aura deux mille exemplaires tout frais moulus […]. Le tiers état va crier : “bravo, ah ! la bonne femme !” La noblesse fera un peu la moue, le clergé le signe de la croix en pestant tout bas ; mais il jettera de l’eau bénite enfin, et tout ira bien19. » Il pourrait bien s’agir du Cri du sage, en raison de la teneur du discours tenu sur les trois ordres, dont il sera question plus loin. Il est encore question de ce texte, ainsi que de l’Avis pressant, dans une autre lettre adressée le 12 juin au directeur de la Librairie, Poitevin de Maissemy, alors qu’Olympe de Gouges sollicite – en vain – la création d’un nouveau journal, L’Impatient20 : « À travers vos occupations, Le Cri du sage, par une femme, ne saurait-il exciter votre curiosité ? J’espère que vous le lirez ainsi que l’Avis pressant. Ce n’est pas ce que j’ai fait de plus utile mais on [n’]y voit pas moins à la fois l’amour de l’État et de la Patrie21. » Les deux textes figurent aussi dans la liste des écrits « composés en courant, & en partie chez l’imprimeur » que l’autrice mentionne à la fin d’un texte politique postérieur, le Discours de l’aveugle aux François22.] OF

On le voit, ses activités se prolongent bien au-delà de la publication du présent texte. Les détails sont fournis dans la biographie d’Olivier Blanc23, qui retrace les engagements politiques d’Olympe de Gouges jusqu’à son exécution, le 3 novembre 1793, sur ordre du Tribunal révolutionnaire.

Contexte de rédaction

En août 1788, à cause des multiples dettes et de la dégradation de la situation financière du pays, Louis XVI est amené convoquer des États généraux, constitués par les représentants des trois ordres : la noblesse (330 députés), le clergé (326 députés), chacun de ces ordres représentant entre 1 et 1,5% de la population, et le tiers état (661 députés), qui représente 97% de la population. Les doléances du tiers état réclament le vote par tête et non par ordre, ce qui lui donnerait la majorité au sein de l’assemblée, et demandent que le clergé et la noblesse soient assujettis à l’impôt, en particulier à la taxation de leurs territoires. Olympe de Gouges, après avoir assisté à l’ouverture des États généraux, publie deux brochures, Le Cri du sage, par une femme et Pour sauver la Patrie, où elle prône la conciliation entre les ordres.

Dans Le Cri du sage,elle fait référence à ses autres textes, la Lettre au Peuple, les Remarques patriotiques et Le Bonheur primitif de l’homme24 où elle aborde les questions liées à la hiérarchie des ordres et propose des solutions à apporter à la crise économique, incluant entre autres un projet de « caisse patriotique ». Dans ces textes, elle effectue une critique aiguë des trois ordres qui, en persistant dans leurs désaccords, sont accusés de manquer « de vertus et de patriotisme » et compromettent le fonctionnement des États généraux.

Commentaire

Un pamphlet

[Ce texte, diffusé peu avant l’ouverture des États généraux, fait entendre des récriminations « contre le siécle & contre les mœurs » (p. 4), tout en prenant pour cibles les représentants – masculins – des trois ordres. À ce double titre, on peut le qualifier de pamphlet, selon les critères définis par Marc Angenot25.

Une parole crépusculaire

L’évocation, au début du texte, des temps anciens et la comparaison avec l’actualité traduisent une sorte de nostalgie qui s’entend surtout comme une condamnation ce qui est désigné comme « une confusion épouvantable » (p. 1) : « Les anciens François ne péchoient que par trop d’ignorance ; les modernes gâtent tout pour avoir trop acquis » (p. 1) ; « O temps heureux considérés de nos jours comme des siécles fabuleux, puissiez-vous renaître parmi nous, redonner l’énergie qui manque aux François, & les rendre encore une fois redoutables à tous les Peuples ! » (p. 3) Le texte est ainsi saturé de termes qui désignent un temps présent « désespérant » (p. 7) : un « moment de détresse », « un temps de calamité » (p. 6), au cours duquel « l’alarme regagne les esprits » (p. 7).

Puisque tout part à vau l’eau, la gravité de la situation (« aux grands maux […] les grands remedes », p. 8) justifie le recours à une parole intempestive désignée, de manière emblématique, dans le titre par le terme Cri, qui souligne à la fois la nécessité pressante de parler et le désespoir de celle qui prend la parole26, tandis que la mention du « sage » semble devoir justifier le « ton impératif » (p. 6) employé par « une femme » qui s’exprime sur un sujet politique, voire qui entend influer sur le déroulement des États généraux. L’entrée en matière tonitruante glose ce titre et dramatise de manière saisissante l’urgence qu’il y a à proférer une parole forte susceptible de faire entendre la voix de la sagesse : « Il est tems d’élever la voix ; le bon sens, la sagesse ne sauroient plus observer le silence » (p. 1).

Le texte revient à plusieurs reprises sur le motif de la sagesse avec la mention de « nos sages ancêtres », par rapport auxquels les actuels représentants de la nation « se croi[ent] supérieur[s] » (p. 2), mais aussi la « sagesse » de ces mêmes représentants dont « la Patrie […] attend avec impatience son salut » (p. 1), ce qui pointe, en creux, leur déraison effective. Recourant au topique du monde à l’envers, le discours accentue le paradoxe de la réunion d’une nation qui révèle sa désunion : « ces États-Généraux qu’on a désiré[s] depuis si long-temps, ne seront donc réunis que pour semer la discorde. » (p. 5) Car si la situation est à ce point préoccupante, et s’il en va de « la chûte du Royaume » (p. 1), c’est en raison du désaccord persistant entre les représentants des différents ordres, ces « Messieurs » auxquels le discours s’adresse de manière récurrente.] OF

Une parole accusatrice

« Voilà, Messieurs, ce qu’il étoit important d’observer aux trois Ordres » (p. 6), conclut Olympe de Gouges, au terme d’un développement qui a successivement évoqué les « prétentions particulieres » (p. 5) du tiers état, du clergé, enfin de la noblesse, et qui s’ouvrait par la mise en évidence de l’ampleur du danger dans une prise à partie directe des hommes qu’elle incrimine : « Oui, Messieurs, votre discorde va non-seulement jetter le feu dans les quatre coins de la France, mais soulever nos ennemis, les encourager contre nous, & nous perdre par votre faute » (p. 2). S’amorce alors une péroraison qui indique les incidences possibles des décisions à prendre.

Au bout du compte, au sein de ce discours concerté d’un point de vue rhétorique, les considérations relatives aux trois ordres ne sont toutefois pas équitablement réparties. D’une part, la question de la position du clergé est rapidement évacuée : « vraisemblablement, celui [le parti] du Clergé suivra l’impulsion de celui de la Noblesse. » (p. 8) Ne reste plus, en somme, qu’un face à face entre la noblesse et le tiers état : « Un des deux partis doit céder » (p. 8). D’autre part, entre les deux « partis », la pression que fait porter l’autrice ne semble égale qu’en apparence : « Est-ce au Tiers-État qu’il convient d’abandoner le sien ? Est-ce à la Noblesse de se départir de ses préjugés ; ces préjugés ne font-ils pas leurs droits, & ces droits ne font-ils pas la gloire & le soutien de la Monarchie Françoise ? » (p. 8) Tout en rappelant incidemment l’engagement monarchiste d’Olympe de Gouges, le texte construit ici un parallélisme discrètement faussé au niveau de la désignation de la nature des pertes respectives : dans le bras de fer qui s’engage, le tiers état devrait être amené à « abandoner » son parti alors que la noblesse (ne) devrait (que) « se départir de ses préjugés » – et, dans les faits, c’est-à-dire dans la réalité des familles, les membres des deux ordres sont déjà mêlés :

Il n’y a pas de jour qu’un Noble sans fortune ne sollicite la main d’une demoiselle du Tiers-État. Il n’y a pas de demoiselle d’un sang illustre qui n’ait mêlé ce sang avec celui du Tiers-État ; & dans ce moment de détresse, dans un tems de calamité, vous craignez, Messieurs, de mêler vos idées avec celles des hommes qui vous valent peut-être. (p. 6)

Dressant un parallèle audacieux entre l’union des ordres, l’union des sexes, et un rapprochement avec le mélange des « idées », la locutrice aborde ici la problématique de la hiérarchie et procède dans la foulée à sa déconstruction. Il se confirme aussi que, loin de désigner conjointement les représentants des deux ordres évoqués, « Messieurs » se rapporte plutôt à ceux qui appartiennent à l’ordre dont les « préjugés » de supériorité (« des hommes qui vous valent ») sont ici, hypothétiquement (« peut-être ») certes, remis en cause : la noblesse.

En somme, en forçant un peu le trait, il est possible de comprendre qu’Olympe de Gouge s’adresse principalement à la noblesse afin de la convaincre d’accepter le nouveau mode d’organisation du vote préconisé par le tiers état.

Blâmer les femmes, incriminer les hommes

En évoquant la réunion nécessaire de la noblesse et du tiers état, l’autrice estime que leur rupture est le résultat d’un « vice », dont la « source » est à rechercher dans le comportement des femmes. Ces considérations sur les femmes sont amenées par l’apparition du je auctorial qui rappelle l’origine féminine de l’énonciation : « Je veux examiner d’où part la source du vice, puis-je la reconnoître sans trahir à la fois mon sexe et mon caractère.» (p. 3) L’autrice fait cependant de son appartenance au « sexe » un atout qui lui permet de se positionner comme celle qui est en mesure de « dévoiler ce sexe qui s’est lui-même démasqué » (p. 3), tout adoptant la posture d’humilité d’une simple observatrice.

 Le choix de blâmer les femmes, dont le comportement s’écarterait des normes en vigueur à l’époque, peut sembler à première vue étonnant. On peut certes considérer qu’il en va de la respectabilité des femmes – ce que laisse entendre l’emploi du mot consistance (p. 4). On sait aussi qu’Olympe de Gouges ne cesse de plaider en faveur de la reconnaissance à accorder aux « femmes honnêtes27 ». Mais la réaffirmation des assignations de genre ne laisse pas de surprendre. Dans cette attaque du sexe féminin, la locutrice reprend en effet, sans distance apparente, un discours largement répandu sur les devoirs des femmes : leur « empire » sur les hommes est « détruit », leurs « graces naturelles ont disparu avec cette noble pudeur qui rendoit jadis les femmes si touchantes & si cheres à leurs yeux » (p. 3) ; elles ont « abandonné les renes de [leurs] maisons » (p. 3). Par là même, elle attire l’attention sur une maternité que les femmes n’arrivent plus à assumer : « vous avez éloigné vos enfants de vos seins maternels ; livrés dans les bras de serviteurs corrompus, ils ont appris à vous hair, à vous mépriser » (p. 3). L’accumulation des paires antonymiques souligne l’ampleur de l’ambiguïté des femmes, ce que renforce le recours à un style emphatique : « O sexe, tout à la fois séduisant et perfide ! O sexe tout à la fois foible et tout-puissant ! O sexe à la fin trompeur & trompé ! » (p. 4) Et, dans un effet de contagion, la confusion affecte en retour les hommes, qui « sont enfin à leur tour devenus femmes » (p. 4), ce qui réactive le discours sur la confusion des sexes, fréquemment employé par les hommes qui désirent remettre les femmes à leur place.

On voudrait émettre l’hypothèse que le propos est ici stratégique, et qu’Olympe de Gouges endosse la posture de l’alliée des hommes auxquels elle s’adresse afin, incidemment, de les incriminer : in cauda venenum. En s’attaquant aux femmes, il s’agit en somme d’atténuer l’impact de la critique des représentants (masculins) de la nation qu’elle effectue ultérieurement dans le texte. Le motif de la confusion des sexes, précédemment relevé, permet en effet, en faisant porter le blâme sur les femmes, mises en opposition binaire avec les hommes, de ne pas insister sur la critique des hommes : « Les hommes se sont instruits par vous-mêmes, de vos travers, de vos détours, de vos ruses, de vos inconséquences ; & ils sont enfin à leur tour devenus femmes. » (p. 4) Mais c’est aussi une manière de laisser entendre qu’ils sont justiciables des mêmes défauts – la faiblesse, la corruption, la ruse.

Une femme patriote et sujet politique

L’autrice assume un rôle de « sage » impartial qui, face à « l’extravagance des hommes » (p. 4), dominés par « l’esprit de parti » (p. 5), tient le discours de la « raison ». Le choix du vocabulaire l’atteste, notamment l’utilisation des verbes « examiner » (p. 3), « observer » (p. 6). Adoptant une posture qui se signale par sa hauteur de vue, elle va jusqu’à faire des hypothèses sur le développement de la situation : « Je l’ai prédit ; puisse cette prédiction se détourner & me faire voir que je fus mauvais prophète » (p. 5).

Ce faisant, Olympe de Gouges prend du champ par rapport au rôle social genré, qu’elle avait stratégiquement convoqué, de la femme qui se tient à l’écart de la vie sociale et politique. Bien plus, elle agit en tant que sujet politique actif, témoignant de ses préoccupations relatives à la France et à son avenir. Elle invoque à plusieurs reprises le souci de la patrie, qui implique un sentiment d’appartenance au territoire du pays mais également à la mémoire collective qui lui est associée. Le terme de nation, également récurrent, désigne non seulement les habitants d’un même pays, mais aussi un peuple représentant une entité homogène qui partage les valeurs de la culture commune.

Le discours d’Olympe de Gouges contribue ainsi à la constitution d’une idée de la nation, tout en insistant sur sa nécessaire unification. En assumant une position de patriote, elle confère également toute sa force à la mise en évidence de la responsabilité que portent les représentants aux États généraux : en dénonçant le désordre engendré par les rapports de forces entre les trois ordres, qui met en péril l’intégrité de la nation, elle réaffirme l’idée maîtresse défendue dans d’autres de ses textes contemporains selon laquelle le gage du bon fonctionnement et du bonheur de la nation dépend de l’accord de trois ordres.

Si l’adoption de cet ethos patriotique légitime son point de vue non pas en tant que femme, mais en tant qu’actrice de la vie politique de son pays, la citoyenne Olympe de Gouges n’en revendique pas moins ses droits en tant que femme impliquée dans la vie politique : « je n’ai pu m’en défendre ; la crainte que j’ai que la Nation va se perdre et entraîner celle de ma patrie, m’a transporté[e] au-dessus de moi-même. Je m’écrie, je m’élance, & mon zèle perce à travers le préjugé » (p. 7). L’intention d’inscrire son identité auctoriale traverse tout le texte, depuis le titre – ce « cri » est explicitement proféré « par une femme » – jusqu’à la fin : « Si l’amour-propre l’emporte sur la raison, sans doute, Messieurs, vous allez condamner cet écrit ; mais l’auteur a une trop grande idée de vos nobles procédés, pour ne pas espérer que vos véritables sentimens l’emporteront sur cet amour-propre. » (p. 7) S’affirme alors l’image d’une locutrice-autrice qui, tout en étant, de même que ses consœurs, exclue « de toutes les Assemblées nationales » (p. 7), entend néanmoins, sous l’impulsion de son « génie bienfaisant », porter sa voix « au milieu de cette Assemblée » (p. 7) et, sinon couvrir le brouhaha des voix discordantes des hommes, du moins tenter de les ramener à la raison. Tout en rappelant que « la modestie doit être le fond de son caractère », son discours tonitruant, qui ne craint pas d’« employ[er] le ton impératif de son sexe », se justifie par un « zéle patriotique » (p. 8) qui la dépasse. Cependant, en introduisant ce nouveau paradigme de l’énonciation où elle s’assume en tant qu’« auteur », l’autrice joue avec les rôles sociaux et s’empare de la parole afin d’être entendue.

Réception

L’appel à l’union que porte Olympe de Gouges n’a guère eu d’effets – du moins, l’actualité d’une révolution en marche, avec le coup de force du tiers état, qui se déclare « Assemblée nationale » (17 juin 1789) peu avant la prestation du serment du Jeu de paume (20 juin), l’a frappé de caducité. En tout état de cause, on ne trouve pas trace, dans la presse contemporaine, de réactions suscitées par ce texte.

Éléments de bibliographie

Autres éditions du texte

Olympe de Gouges, Écrits politiques, éd. Olivier Blanc, t. I (1788-1791), Paris, côté-femmes, 1993, p. 73-76 : le texte, daté de « mai 1789 », est donné sous une forme brute, ponctuellement fautive, sans annotation ni commentaire.

Olympe de Gouges, Œuvres, Montauban, Cocagne, t. III, Pamphlets, épîtres : libelles positions, propositions & autres, 1788-1790, 2017.

Études

Geneviève André-Acquier, « Olympe de Gouges dans la tourmente révolutionnaire. Parole de citoyenne », avril 2009 <http://www.academiemontauban.fr/dossiers-et-documents/olympe-de-gouges-au-pantheon>.

Olivier Blanc, Marie-Olympe De Gouges 1748-1793 Des Droits De La Femme à La Guillotine [1981, 1989], Paris, Tallandier, 2014.

Sophie Mousset, Olympe de Gouges et les droits de la femme, Paris, le Félin, coll. « Les Marginaux », 2003.

Claire Sinquin, « Penser la sollicitude : les Écrits politiques d’Olympe de Gouges ou les Lumières en héritage (1788-1791) », Mémoire de Maîtrise en études littéraires sous la direction de Thierry Belleguic et Charlène Deharbe, Québec, Université Laval, 2017 <https://corpus.ulaval.ca/jspui/bitstream/20.500.11794/28335/1/33756.pdf>.



Citer ce billet
Yannick Chevalier (2022, 20 mai). Le Cri du Sage. Par une Femme. [Olympe de Gouges]. Master Genre, littératures, cultures. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oz81

  1. Olympe de Gouges, Lettre au peuple, ou Projet d’une caisse patriotique ; Par une Citoyenne, Vienne et Paris, Maradan et les Marchands de Nouveautés, 1788 <https://archive.org/details/lettreaupeupleou00goug>. Voir Écrits politiques, éd. Olivier Blanc, Paris, côté-femmes, 1993, 2 vol., t. I, p. 37-45 []
  2. Olympe de Gouges, Remarques patriotiques, Par la Citoyenne, Auteur de la Lettre au Peuple, s.l.n.d. [1788] <https://archive.org/details/remarquespatriot00goug>. Voir Écrits politiques, éd. citée, t. I, p. 46-61. []
  3. Olympe de Gouges, Le Bonheur primitif de l’homme, ou les Rêveries patriotiques, Amsterdam/Paris, Royer et Bailly, 1789 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k42599j>. []
  4. Au sens d’« Affoiblir par la débauche, ou par quelque autre cause » : « On dit figurément, que Les voluptés énervent, qu’elles énervent le courage, pour dire, qu’Elles amollissent, qu’elles affoiblissent le courage. » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798 []
  5. Le Dictionnaire de l’Académie française (éd. 1798) n’atteste que le substantif, « Qui fait des crimes, de méchantes actions ». []
  6. « Feint, controuvé, inventé. » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798 []
  7. Au sens d’« État de solidité » mais sans doute aussi, dans une acception plus rare mais attestée par Féraud, de « considération » : « Quelques Auteurs l’ont employé pour considération, pris passivement : “Le Cardinal de Rohan venoit de donner l’exemple, ce qui fournit matière à des plaintes, à l’ocasion du Cardinal Du Bois, à qui sa naissance ne donoit pas la même consistance.” Anon. » (Féraud, Dictionnaire critique de la langue française, 1787) [OF] []
  8. En vue de préparer la tenue des États généraux, des cahiers de doléances sont rédigés par chacun des trois ordres, noblesse, clergé et tiers état, dont les intérêts sont divergents. Ceux présentés par le tiers état expriment un désaccord avec le mode de vote et réclament l’égalité des impôts et un système de justice plus équitable. []
  9. Voir en particulier le Dialogue allégorique entre la France et la Vérité, dédié aux États-Généraux, s.l.n.d. [mai 1789] <https://archive.org/details/dialogueallegori00goug>, p. 19-20 : alors que la Vérité espère « que l’amour du bien plus que l’esprit de parti ramenera toujours la concorde » entre les ordres, et qu’elle indique à la France les conditions à réunir pour « arrêter le mal & consolider le bien », cette dernière réplique : « Puisse ta redoutable voix pénétrer le cœur, l’ame, l’esprit des États-Généraux & confondre dans leur union les trois Ordres ensemble. Mais, hélas ! si l’on s’arrête sur quelques préjugés ou préférences dans ce moment de crise ; si le Clergé, la Noblesse & le Tiers-État n’ont pas les mêmes opinions, je suis perdue ; & d’après cette fameuse Assemblée, je succomberai sans l’espoir de m’en relever. » C’est ainsi que d’achève le texte du « Dialogue allégorique ». Voir aussi Écrits politiques, éd. citée, t. I, p. 68. Dans le chapitre 4 (« De la scélératesse de l’homme ») du Bonheur primitif de l’homme, Olympe de Gouges brosse également un tableau apocalyptique des discordes présentes : « Le genre humain veut donc se détruire, & faire de la race future, la boucherie du monde. Riches, sans asile ; savans, sans émulation ; grands, sans pouvoirs ; médiocres, sans force ; pauvres, sans secours ; tous dévorés par la soif de se subordonner, tous périroient dans une anarchie épouvantable & dans une affreuse égalité » (op. cit., p. 65-66). [OF] []
  10. L’union des trois ordres. []
  11. Au sens figuré de « Blâmer, condamner, critiquer hautement » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798). []
  12.  Selon le Dictionnaire de l’Académie française (éd. 1798), le terme « se prend figurément pour Le moment périlleux ou décisif d’une affaire. On dit dans ce sens : Les affaires sont dans la crise. Voilà le moment de la crise ». []
  13. On attendrait plutôt opposer ou apporter, le verbe apposer ayant un sens plus concret : « Appliquer, mettre. Apposer le cachet de ses armes à un certificat, etc. […] Apposer le scellé […]. » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798) [OF] []
  14. Voir, ci-dessus, n. 8. []
  15. Voir, ci-dessus, l’annotation du texte, n. 1. []
  16. Voir, ci-dessus, l’annotation du texte, n. 2. []
  17. [Olympe de Gouges], Avis pressant, ou Réponse à mes calomniateurs, s.l.n.d. [1789] <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k42593g> ; voir aussi Écrits politiques, éd. citée, t. I, p. 77-81. []
  18. Pour sauver la Patrie, il faut respecter les trois Ordres ; c’est le seul moyen de conciliation qui nous reste, s.l.n.d. [1789] <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k42588w> ; voir aussi Écrits politiques, éd. citée, t. I, p. 82-85. []
  19. Lettre citée par Olivier Blanc, Marie-Olympe de Gouges, 1748-1793. Des droits de la femme à la guillotine [1981, 1989], Paris, Tallandier, 2014, p. 113. []
  20. Ce titre ne figure pas dans la liste des « journaux politiques » dont Pierre Rétat examine les demandes de création auprès de Maissemy entre janvier et mai 1789 : voir « L’administration de la librairie et la demande de création de journaux (janvier-mai 1789) », Recherches et travaux, no 48, « Journaux et journalistes », 1995, p. 95-108. []
  21. Lettre citée par Olivier Blanc, Marie-Olympe de Gouges, op. cit., p. 115. []
  22. [Olympe de Gouges], Discours de l’aveugle aux François, s.l.n.d. <https://archive.org/details/discoursdelaveug00goug>, p. 18 ; voir Écrits politiques, éd. citée, t. I, p. 96. []
  23. Olivier Blanc, Marie-Olympe de Gouges, op. cit. []
  24. Voir, ci-dessus, l’annotation du texte, n. 3. []
  25. Marc Angenot, La parole pamphlétaire : contribution à la typologie des discours modernes, Paris, Payot, 1982. []
  26. Voir, plus loin, « Je m’écrie » (p. 7). Sur cette forme, voir Vincent Milliot, Les Cris de Paris ou le Peuple travesti. Les représentations des petits métiers parisiens (xvie-xviiie siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, chap. 9, « Cris en Révolution », p. 336-344. []
  27. Voir, entre autres, Le Bonheur primitif de l’homme, chap. 5 (« De l’Espérance »), où Olympe de Gouges propose de « donner à la vertu des marques distinctives » : « Les femmes, par exemple, […] ne devroient-elles pas recevoir quelques marques d’encouragement, quand le mérite & l’honneur élèvent leur sexe ? » (op. cit., p. 68) [OF] []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search