Motion à faire et arrêté à prendre dans les différentes Classes de Corporations de Citoyennes Françoises.

Édition

Édition établie, annotée et commentée en 2020-2021 par Nolwenn Legrand (M2 GLC), relue par Solène Cochet et Barbara Blum (M2 ÉGALITÉS), sous la direction d’Olivier Ferret (Université Lumière Lyon 2, UMR 5317 IHRIM)

Référencement bibliographique

Motion à faire et arrêté à prendre dans les différentes Classes et Corporations de Citoyennes Françoises, s.l., septembre 1789.

<https://books.google.fr/books?id=0722AAAAIAAJ>


MOTION A FAIRE

Et arrêté1 à prendre dans les différentes Classes (1)2 et Corporations3 de Citoyennes Françoises

Septembre 1789.

D’un bout du Royaume4 à l’autre une révolution étonnante s’est faite avec une rapidité plus étonnante encore ; le patriotisme a produit des miracles ; l’histoire n’offre point d’exemple d’un peuple qui ait aussi promptement reconquis sa Liberté, détruit autant d’abus, dompté [2] autant de préjugés ; nous avons en trois jours5 fait l’ouvrage d’un siecle.

Reculerons nous après avoir avancé à pas de géans ? Perdrons-nous le fruit de ce qui est déjà fait, et l’espoir de tout ce qui reste à faire ? Non : les François l’ont tous juré6 ; ils seront libres et heureux.

Mais en attendant ce bonheur qu’une nouvelle constitution7 nous promet, l’Etat éprouve une crise terrible8 ; les besoins publics sont montés au comble, et9 jamais les moyens d’y satisfaire n’ont été aussi affoiblis ; les impôts ne sont point perçus ; le Trésor royal ne peut subvenir qu’à peine au payement des rentes et aux dépenses les plus urgentes ; la dette nationale, mise sous la sauve-garde de l’honneur, de la loyauté françoise, est en danger ; le commerce, l’une des principales sources des richesses de la nation, souffre et languit par la rareté du numéraire10….

Si, dans ces circonstances allarmantes, Dieu, qui veille sur la France, avoit [3] inspiré à quelqu’ame généreuse un projet vraiment patriotique et qui dût sauver tout l’Etat ! Si au prix d’un léger sacrifice particulier, on pouvoit acheter pour toujours sa tranquilité et celle de tous ses Citoyens ! S’il étoit réservé à ce Sexe aimable et sensible, qui déjà a concouru à la révolution, en enflammant, en encourageant les Héros qui l’ont faite, s’il lui étoit réservé d’achever, d’affermir ce grand ouvrage !

Jadis, à Rome, dans un besoin pressant de la République, on vit les Dames romaines s’assembler et délibérer, d’un commun consentement, de porter au Trésor public leurs Bijoux d’or et d’argent ; elles en firent de bon cœur le sacrifice à la Patrie ; leur don fut accepté avec transports11 ; le Sénat leur décerna des honneurs, entr’autres celui d’être louées, après leur mort, par des Oraisons funébres, ce qui n’avoit eu lieu jusqu’alors que pour les grands hommes12.

[4] Françoises, cet exemple vous dit ce que vous pouvez faire ; pourquoi ne l’imiteriez-vous pas ? Etes-vous moins Citoyennes, moins attachées à vos époux, à vos enfans, à votre patrie que ne l’étoient les Dames romaines ?….. Mais que dis-je ? déjà ce noble projet est formé13, déjà on a commencé à l’exécuter ; la vertueuse épouse (1)14 d’un Artiste distingué, a la premiere conçu le dessein et l’espérance d’appeler tout son sexe au secours de la Patrie en danger ; déjà elle a exécuté ce noble projet ; déjà plusieurs femmes ont imité ce grand exemple ; l’Assemblée Nationale a accordé des honneurs à ces généreuses Citoyennes, en invitant toutes les Françoises à les imiter15 ; une association de Dames artistes ont ouvert une souscription où toutes à l’envi s’empressent d’entrer ; et plusieurs autres associations de [5] femmes, animées des mêmes sentimens, marchent sur leurs traces16 ; serons-nous les dernieres à vouloir, à faire le bien ? hâtons-nous de montrer aussi que nous sommes de bonnes Françoises, prêtes à donner nos fortunes, notre vie même s’il le falloit pour notre Patrie : soyons certaines de trouver par-tout le Royaume les mêmes sentimens ; et si chaque femme, suivant ses facultés17, sacrifie seulement un bijou d’or ou d’argent, fût-il même d’une valeur assez modique18 ; quel secours immense il en résulteroit ! En un moment on augmenteroit le numeraire en France d’une somme énorme ; il n’en faudroit pas davantage, peut-être, pour mettre l’Etat au pair19), et pour assurer, en rétablissant la confiance, le payement de la dette nationale.

Allons offrir à l’auguste Assemblée des Représentans de la Nation, le tribut volontaire de ces inutiles ornemens ; jamais ils ne nous auront rendues aussi belles qu’ils nous rendront respectables au mo[6]ment o[ù] nous nous en priverons ! Eh ! que sont les jouissances de la vanité et du luxe auprès de la satisfaction céleste que nous allons trouver dans une bienfaisance dont tous nos Concitoyens ressentiront les effets ? méritons aussi une place dans le souvenir de la postérité ; méritons que nos enfans qui nous sont si20 chers et qui verront des temps plus heureux, disent un jour : nos peres n’ont pas seulement21 travaillé à nous procurer ce bonheur ; nos meres aussi nous ont aimés ; elles ont fait aussi des sacrifices ; elles se sont immortalisées comme leurs époux ; ils avoient servi ou défendu la Patrie par leur sagesse et leur bravoure ; mais ce sont elles qui l’ont sauvée par leur générosité22.

Arrêté dans chaque corporation et association de Citoyennes, qu’il sera ouvert une Souscription volontaire, et nommé une dépositaire à laquelle toutes les Dames et Demoiselles, composant [7] ladite association ou corporation, y étant attachées personnellement ou y tenant par leurs peres ou par leurs époux, porteront, à volonté, un ou plusieurs bijoux d’or ou d’argent, de telle et si modique valeur qu’ils soient (1) ; qu’il sera envoyé, par l’association ou la corporation, une députation à l’Assemblée Nationale, pour lui faire l’offrande patriotique de ces bijoux qui seront convertis en especes, pour le produit en être employé à l’acquit de la dette nationale ou aux besoins les plus urgents de l’Etat.

Nota. Plusieurs associations ont proposé, qu’il soit arrêté de demander, à l’Assemblée Nationale, que les contributions destinées à l’acquit de la dette publique, ne soient employées qu’après la constitution faite & sanctionnée23.


(1) [p. [1]] Le plus grand nombre de Citoyennes ne formant point de corporations en n’ayant d’état que celui de leurs époux, se réuniront et formeront des associations suivant ces états, chacune dans leur classe ; ainsi les femmes de marchands s’associeront avec celles de marchands du même Corps ; de même pour les femmes de Militaires, de Magistrats, d’Artistes, de Finance, de Robe, &c….., celles de Bourgeois, de Rentiers, pourront former des associations par District.24

(1) [p. 4] Madame Moitte, femme du Sculpteur de l’Académie25.

(1) [p. 7] Ou l’argent provenant de la vente de tout autre bijou26.


Dossier critique

L’auteur/trice

Le texte est anonyme, mais, à en juger par l’énonciation, on peut supposer qu’il émane d’une autrice, qui se présente comme une femme et s’adresse aux femmes en utilisant le pronom nous. Rien cependant ne permet de l’affirmer avec certitude. [Comme on le verra, lorsqu’une version du texte paraît, les 12 et 13 novembre 1789, dans la Gazette de Paris, son rédacteur, Durosoy, non seulement ne lève pas l’anonymat mais il n’indique pas s’il émane d’un homme ou d’une femme : « on nous engage », déclare-t-il, « à […] consigner dans la Gazette de Paris » « l’écrit suivant »27.

En s’inscrivant dans les « traces » (p. 5) des sociétés de femmes artistes et de femmes orfèvres qui ont apporté leurs bijoux pour contribuer à l’apurement de la dette nationale, la locutrice envisage la situation des femmes qui appartiennent à des « corporations »28 mais aussi qui, « ne formant point de corporations », se constitueront en « associations » en fonction de l’« état […] de leurs époux » (note (1), p. [1]). L’insistance avec laquelle le texte prend soin de ne pas fixer de valeur plancher en deçà de laquelle un don patriotique ne serait pas accepté – une « valeur » « modique » (p. 5, 7) pourrait suffire – suggère que la locutrice appartient à une catégorie sociale moins aisée que les femmes artistes et les femmes orfèvres.] OF

Contexte de rédaction

L’historiographie de l’Ancien Régime a établi quel’année 1788 a été très mauvaise pour les cultures. Dès la fin de l’hiver, les premières difficultés d’approvisionnement se sont fait sentir et le prix du pain s’est envolé, ce qui a conduit, au début du printemps, en Flandres, à de nombreux soulèvements populaires, de même qu’en Champagne et dans l’Eure. Il s’agit donc, pour les membres de l’Assemblée nationale, de trouver une solution à cette crise économique rendant plus aigu encore le problème de la dette publique qui s’est accumulée au fil des siècles et qui met les finances du royaume en péril.

C’est dans ce contexte que se font jour des projets de caisse patriotique à constituer, sur la base d’un impôt volontaire, pour contribuer au remboursement de la dette. Dès novembre 1788, la proposition est faite par Olympe de Gouges dans son premier écrit politique, la Lettre au Peuple29. En septembre 1789, des initiatives viennent aussi donner une assise concrète à ce projet, à commencer par celle de vingt-et-une femmes d’artistes qui envoient en députation onze d’entre elles, conduite par Mme Moitte, évoquée dans la note (1), p. 4, pour faire offrande de leurs bijoux à l’Assemblée nationale en se réclamant de l’« exemple », présent dans les mémoires, donné par les dames romaines au ive siècle avant notre ère30.

[L’événement, abondamment médiatisé dans la presse31, fait des émules. Dans sa livraison du 14 septembre, le Journal de Paris fait état de la création de deux sociétés de dames destinées à réunir les contributions qui seront portées à l’Assemblée nationale : l’une, constituée de « femmes Artistes », dont la dépositaire est Mme Pajou ; l’autre, constituée de femmes d’orfèvres, dont la dépositaire est Mme Rigal32.

Le 21 septembre, le Journal de Paris fait encore état de l’initiative, « par une délibération du 16 du courant », de « la Communauté des Dames Lingères » de Paris, « pénétrée des sentimens patriotiques, dont plusieurs corporations de Femmes ont donné l’exemple, & désirant offrir, par le moyen d’une souscription volontaire, ses contributions à l’Assemblée Nationale » : « tous les Membres composant la Communauté des Marchandes Lingères, leurs Dlles de Boutiques & de Magasins, autres Femmes, Filles de Communautés ou Professions bourgeoises, &c. sont invités à apporter leurs Dons au Bureau de ladite Communauté, cloître Ste-Opportune, qui sera, à cet effet, ouvert Lundi 21 de ce mois jusqu’au 15 Octobre suivant inclusivement tous les jours, à 3 heures de relevée jusqu’à 7 heures du soir » ; seront reçus « la vaisselle, argenterie, bijoux d’or & argent monnoyé, à l’exception de la Joaillerie »33.

Le 12 novembre 1789, la députation des « Dames Artistes », au mois de septembre, était également saluée par la Gazette de Paris, qui ajoutait :

Le souvenir de ce trait à jamais mémorable a été consacré par l’écrit suivant : on nous engage à le consigner dans la Gazette de Paris. C’est bien un droit & un plaisir, que nous ne devons laisser usurper à personne34.

Cet écrit, présenté comme « l’ouvrage interprête des sentimens de nos aimables Françaises », dont le texte est fourni dans cette livraison et dans la suivante, le lendemain35, où il est désigné comme « la motion faite en faveur des Dames Françaises qui ont offerts [sic] leurs dons à la Caisse Patriotique », constitue une version du texte ici édité. Les variantes, répertoriées dans les notes éditoriales, portent à penser que le texte édité, plus complet36, est postérieur à la publication dans la Gazette de Paris : le texte de la note (1), p. 4, n’y figure pas, de même surtout que la fin du texte37. C’est encore le cas de la fin du troisième paragraphe, qui évoque la situation critique du « Trésor royal », mais la présence d’une succession de points, dans la Gazette de Paris, pourrait laisser entendre que le texte est ici volontairement écourté38. Selon une autre hypothèse, la nécessité d’abréger le texte, publié dans deux livraisons successives de quatre pages quotidiennes, pourrait expliquer l’absence des passages signalés, les coupes n’étant alors pas systématiquement marquées : alors qu’il vient de lancer son périodique, fondé en octobre 1789 et dont le premier numéro connu paraît le 3 novembre, Durosoy aurait alors décidé de donner au public un imprimé déjà en circulation, redimensionné en fonction du format du journal, afin de disposer de la matière nécessaire pour remplir les feuilles du quotidien.

En tout état de cause, compte tenu, d’une part, des références non seulement à la députation des femmes artistes, mais aussi à la création d’une « association de Dames artistes » et de « plusieurs autres associations » (p. 4), et, d’autre part, de la diffusion d’une version de ce texte dans la Gazette de Paris, on peut estimer que l’imprimé paraît après la mi-septembre 1789 – ce qui s’accorderait avec la date indiquée (« Septembre 1789 »). En revanche, si l’hypothèse d’une publication postérieure à celle qui a eu lieu dans le journal est avérée, il faudrait situer la publication peu après la mi-novembre. En l’absence de toute autre trace de réception, il n’est pas possible d’être plus précis.] OF

Commentaire

Daté de septembre 1789, ce texte, comme l’indique son titre, constitue un appel à la constitution de caisses patriotiques au sein des « classes et corporations de citoyennes françaises »39. Il ne faut cependant pas présumer qu’il s’agit d’un texte officiel : il a été publié sous la forme d’une motion, fréquemment employée, en concurrence avec d’autres40, dans les textes politiques contemporains.

Le précédent antique

Lorsque l’auteur ou l’autrice convoque l’exemple des femmes romaines offrant leurs bijoux à la patrie, il ne s’agit pas d’une idée nouvelle : on a vu que le même exemple était invoqué par les femmes d’artistes lors de leur députation à l’Assemblée nationale le 7 septembre. L’anecdote est rapportée par les historiens de l’Antiquité, en particulier Plutarque. À la suite d’invasions gauloises du nord de l’Italie et de la déroute totale de l’armée romaine à l’Allia face aux troupe menées par Brennus en 390 avant notre ère, la ville de Rome est livrée aux Gaulois. Les hommes en âge de se battre, ainsi que leurs femmes et leurs enfants, se retranchent dans la citadelle de l’Arx et sur le Capitole. Après sept mois de siège, les Gaulois, incapables de prendre les places fortes, acceptent une rançon en échange de leur retrait :

il fut décrété qu’on ferait, du produit de la contribution, un cratère d’or, qui serait envoyé à Delphes. Mais l’or n’était pas commun dans Rome : et, comme les magistrats se mettaient en quête pour s’en procurer, les femmes s’assemblèrent, et elles résolurent entre elles de donner tous leurs bijoux d’or, pour les employer à cette offrande, qui fut de huit talents. Le sénat, pour les récompenser par des honneurs dignes d’elles, ordonna que les femmes auraient, après leur mort, leurs oraisons funèbres aussi bien que les hommes : car, auparavant, ce n’était pas l’usage de louer publiquement une femme à ses funérailles41.

La fiabilité de ce récit est cependant discutée par les historiens modernes42, qui ont montré que certaines parties tenaient de la mythologie, et d’autres de transferts de l’histoire grecque.

Cet exemple n’est pas anodin, et représente même un topos dans les discours contemporains portant sur le même sujet, par exemple dans l’Action héroïque d’une Françoise publiée la même année par Olympe de Gouge43, ou encore dans le Discours prononcé par Mme Rigal dans une assemblée de femmes artistes et orfevres44. La référence vient ici légitimer le discours, à une époque de regain d’engouement pour l’Antique dans les arts et la littérature notamment.

L’Antiquité et son imaginaire ont exercé une grande influence sur les révolutionnaires, qui se sont inspirés des démocraties grecques et romaines, et en ont tiré tout un ensemble de symboles, comme l’ont montré Peter Gay dans son étude sur les rapports entre les Lumières et l’Antiquité45 ou encore, plus récemment, José Antonio Dabdab Trabulsi46.

Un patriotisme au féminin ?

Le texte est emphatique et vise à susciter le pathos, ainsi qu’à créer un sentiment de patriotisme fort et d’unité nationale chez les destinataires, dans le moment présent comme à l’échelle de la postérité. Dans le dernier paragraphe s’exprime une volonté d’écrire une histoire au féminin, d’accorder aux femmes toute leur place et de leur donner aussi un rôle aux côté des hommes : « méritons aussi une place dans le souvenir de la postérité » (p. 6). Ou encore, dans le discours prêté à une descendance future : « elles [nos mères] se sont immortalisées comme leurs époux » (p. 6). Le patriotisme est une valeur considérée comme masculine que les femmes s’approprient, pour créer un patriotisme au féminin – un matriotisme, pourrait-on dire : « hâtons-nous de montrer aussi que nous sommes de bonnes Françoises, prêtes à donner nos fortunes, notre vie même s’il le falloit pour notre Patrie » (p. 5). Le texte se termine avec emphase : « ils [leurs époux] avoient servi ou défendu la Patrie par leur sagesse et leur bravoure ; mais ce sont elles [nos mères] qui l’ont sauvée par leur générosité. » (p. 6) On voit que l’auteur ou l’autrice cherche ici à convaincre, mais surtout à émouvoir ses interlocutrices, à galvaniser les troupes : le texte exalte l’idée de sacrifice, de vertu et de solidarité féminine. Si les sacrifices consentis par les femmes sont ainsi mis à égalité, dans l’échelle des valeurs patriotiques, avec la « bravoure » des hommes, il n’en reste pas moins que l’on retrouve ici une partition genrée conforme aux représentations qui circulent dans l’espace public, que l’auteur ou l’autrice semble avoir parfaitement intégrée.

Il est cependant intéressant de noter que le texte s’adresse aux femmes des classes et des corporations, donc à les femmes qui travaillent, qui ne sont sans doute pas les plus riches des citoyennes françaises, et pour lesquelles il n’est pas anodin de « sacrifie[r] seulement un bijou d’or ou d’argent, fût-il même d’une valeur assez modique » (p. 5)… L’auteur ou l’autrice tente de créer chez ses destinataires une sorte d’émulation, comme si la survie de l’État dépendait de chaque citoyenne, même des moins riches.

Un acte politique collectif

Ce don patriotique représente le premier acte politique, public et symbolique, d’un groupe de femmes dont on connaît l’investissement durant la Révolution française. La mise en valeur, à travers l’histoire, de femmes d’exception pionnières et de leur implication dans le processus révolutionnaire, à l’exemple d’Olympe de Gouge, a pu occulter la participation des femmes de toutes classes sociales aux événements révolutionnaires.

Cependant, on voit que les femmes n’ont pas réellement voix au chapitre et que leur rôle reste secondaire. En effet, la fin du texte précise qu’« il sera envoyé, par l’association ou la corporation, une députation à l’Assemblée Nationale, pour lui faire l’offrande patriotique de ces bijoux qui seront convertis en especes, pour le produit en être employé à l’acquit de la dette nationale ou aux besoins les plus urgents de l’Etat » (p. 7). En tout état de cause, cette offrande sera utilisée selon ce que les hommes de l’Assemblée nationale auront décidé d’en faire, sans consulter les personnes à l’origine du don. Les femmes donnent mais n’ont pas de réel pouvoir décisionnel. On interprétera toutefois la présence de la note finale de la motion comme l’expression d’une lucidité et d’une prudence politiques qui tranche par rapport à l’euphorie qui, dans d’autres textes, caractérise l’évocation des dons patriotiques : « plusieurs associations ont proposé, qu’il soit arrêté de demander, à l’Assemblée Nationale, que les contributions destinées à l’acquit de la dette publique, ne soient employées qu’après la constitution faite & sanctionnée » (p. 7). C’est rappeler aux députés le sens politique de ces offrandes, qui ne peuvent être gaspillées. C’est aussi leur rappeler, par cette échéance, que, comme le texte le mentionne au début (p. 2), la tâche première pour laquelle ils ont été mandatés est de produire une constitution et qu’ils ne doivent pas perdre de vue cette priorité47.

La portée de l’épisode

Dans l’article qu’elle consacre au « don patriotique des femmes sous la Révolution », Nathalie Janes explique que, « En réalité, c’est surtout le geste – le renoncement à la parure, reflet d’un sacrifice héroïque à l’antique – et son impact public qui prévalurent ; l’ensemble des bijoux récoltés n’avait pas une très grande valeur48 ». Il semble ainsi que le geste ait été plus symbolique que réellement efficace pour résoudre la crise économique. Tout l’impact médiatique et public de ce don a cependant peut-être été un moyen de renforcer le sentiment de cohésion nationale et de patriotisme, impliquant l’ensemble de la population, y compris les femmes qui avaient montré vouloir exprimer leur soutien à la Révolution.

Beaucoup de réactions, cependant, ont consisté à minimiser ou tourner en ridicule l’épisode, comme le constate Christine Fauré49. Mirabeau par exemple, dans Le Courrier de Provence, émet plusieurs commentaires à connotation sexiste sur le ton de la raillerie. Michel Maupetit, le député du Maine, rapporte le malaise qu’il a ressenti à la suite des plaisanteries misogynes de ses collègues. Les Révolutions de Paris font ainsi le rapport de l’événement :

On annonce ces patriciennes modernes ; elles paraissent vêtues de blanc, une cocarde nationale sur le sein ; l’une d’elles, fort jeune et infiniment jolie, portait une cassette ; la décence, les grâces, la timidité que leur inspirait une si imposante assemblée, les rendant plus intéressantes encore.

Bien que le rédacteur souligne la portée patriotique du geste, l’attention portée à l’apparence des femmes, leur « grâce » et leur « timidité » tend à détourner le regard de la portée politique ou subversive du geste. Mais cette attitude paternaliste et ces sarcasmes indiquent aussi que ce geste comporte une dimension transgressive qui dérange. Il ne faudrait donc pas trop minimiser l’impact public qu’il a eu à l’époque.

Réception

On ne trouve aucun écho de cette publication dans la presse contemporaine. [On a vu cependant que, lorsqu’une version du texte paraît dans la Gazette de Paris les 12 et 13 novembre 1789, son rédacteur, Barnabé Farmian Durosoy, se montre élogieux, sinon sur la qualité du texte, du moins sur l’initiative qui l’inspire : « après avoir lu, chaque Patriote verra quelle nouvelle idée charmante sera la suite de l’idée premiere à laquelle la France a tant applaudi50 », lit-on avant que le texte ne soit cité.

L’extrait est suivi d’un paragraphe dans lequel les lecteurs et lectrices du journal ne peuvent distinguer ce qui relève de nouvelles citations du texte, non marquées comme telles, et ce qui relève du commentaire du journaliste :

Po[u]r donner [à] ce projet, créé par la plus aimable & la plus sensible moitié de l’espèce humaine, il a été arrêté que le plus grand nombre de Citoyennes ne formant point de corporations, & n’ayant d’état que celui de leur époux, s[e] réuniron[t] & formeront des associations suivant ces états, chacune dans leur classe. Ainsi les femmes des Corps de Marchands, d’Artistes, de Magistrats, de Militaires, s’associeroient entre elles. Un même esprit animeroit ces Tribus différentes ; la noble émulation qui en naîtroit, ne pourroit que tourner au profit & au bonheur de la Patrie. Ce génie Patriotique deviendroit également dans chaque classe une sorte de patrimoine héréditaire pour chaque génération nouvelle. Sexe aimable, donnez à ce plan tout le succès qu’il mérite, toute l’étendue dont il est susceptible. Votre exemple doit être à l’âge de la puberté, ce que, depuis le bon & vertueux Jean Jacques, le lait maternel est pour l’enfance51.

S’il ne fait pas de doute que les deux dernières phrases sont à mettre à l’actif du journaliste, qui salue à nouveau l’initiative du « sexe aimable » et effectue, à l’occasion de la métaphore finale à valeur de clausule, un rapprochement avec les écrits de Rousseau, une partie de ce qui précède exprime des jugements qui, pour partie, se retrouvent la note (1), p. [1], mise au titre du texte ici édité. La dernière phrase de ce passage, qui présente des variantes, se caractérise par le glissement du futur jusque-là employé (« se réuniront », « formeront ») au conditionnel (« s’associeroient), alors que le texte édité recourt au futur : « les femmes de marchands s’associeront avec celles de marchands du même Corps ». La célébration, sur le mode conjectural, de la « noble émulation » et du « génie Patriotique », pourrait exprimer l’avis du journaliste sur une entreprise digne d’éloges. À moins qu’il ne s’agisse de la glose d’un développement du texte qui n’aurait pas été repris dans l’imprimé.] OF

Éléments de bibliographie

Texte référencé dans Maurice Tourneux, Bibliographie de l’histoire de Paris pendant la Révolution française, Paris, Imprimerie nouvelle, 1890-1913, 5 vol., t. I, no 1606.

Autres éditions du texte

Édition contemporaine

Une version du texte paraît dans la rubrique « Variété » des livraisons des 12 et 13 novembre 1789 de la Gazette de Paris : une partie, le 12 novembre ; « la suite », annoncée « au Numéro prochain », est en effet donnée le 13 : « Suite de la motion faite en faveur des Dames Françaises qui ont offerts [sic] leurs dons à la Caisse Patriotique »52. Les variantes par rapport au texte édité sont signalées dans les notes éditoriales (Var.).

Édition du xxe siècle

Le texte a été transcrit dans Les tracts féministes au xviiie siècle, publiés avec une introduction par Colette Michael, Genève, Slatkine, 1986, p. 113-119. Cette édition, qui consiste en une reproduction du texte en fac-similé, ne comporte aucune annotation et aucun commentaire.

Études

Christine Fauré, « Les gestes militants des citoyennes, l’offrande patriotique, septembre 1789 », dans Citoyen et citoyenneté sous la Révolution française, éd. Raymonde Monnier, Paris, Société des études robespierristes, coll. « Études révolutionnaires », no 9, 2006, p. 245-258.

Nathalie Janes, « Le don patriotique des femmes sous la Révolution », Histoire par l’image [en ligne] <http://histoire-image.org/fr/etudes/don-patriotique-femmes-revolution>.

Bibia Pavard, Florence Rochefort et Michelle Zancarini-Fournel, Ne nous libérez pas, on s’en charge. Une histoire des féminismes de 1789 à nos jours, Paris, La Découverte, 2020, chap. 1, « “Aux armes citoyennes !” (1789-1804) ».

Nicole Pellegrin, « Les femmes et le don patriotique : les offrandes d’artistes de septembre 1789 », dans Les femmes et la Révolution française, t. II, « L’individuel et le social. Apparitions et représentations », Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1990, p. 361-380.



Citer ce billet
oferret (2022, 20 mai). Motion à faire et arrêté à prendre dans les différentes Classes de Corporations de Citoyennes Françoises. Master Genre, littératures, cultures. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oz83

  1. Selon le Dictionnaire de l’Académie française (éd. 1798), « On dit depuis quelques années, Une motion, pour exprimer Une proposition faite par quelqu’un dans une assemblée. » Un arrêté est une « Résolution prise dans une Compagnie ». []
  2. Variante dans la Gazette de Paris, 12-13 novembre 1789 [désormais, Var.] : le contenu de la note est inclus, sans marque de citation, dans le commentaire du journaliste à la suite du texte, introduit par : « Po[u]r donner [à] ce projet, créé par la plus aimable & la plus sensible moitié de l’espèce humaine, il a été arrêté que ». Quelques variantes par rapport au texte de la note : « & n’ayant d’état » ; « Ainsi les femmes des Corps de Marchands, d’Artistes, de Magistrats, de Militaires, s’associeroient entre elles. » Il n’est pas question des « Bourgeois » et « Rentiers ». [OF] []
  3. « Association autorisée par la Puissance publique, et formée de plusieurs personnes qui vivent sous une police commune relativement à leur profession. Les Arts et Métiers forment des Corporations distinctes. » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798) []
  4. Var. : de la France. [OF] []
  5. Var. : nous avons fait en trois jours. [OF] []
  6. Var. : l’ont juré. [OF] []
  7. Après le coup de force du tiers état, qui se proclame Assemblée nationale (17 juin 1789), et les députés, par le serment du Jeu de paume (20 juin), prêtent « serment solennel de ne jamais se séparer, et de se rassembler partout où les circonstances l’exigeront, jusqu’à ce que la Constitution du royaume soit établie et affermie sur des fondements solides ». []
  8. Voir, ci-dessous, dans le dossier critique, la rubrique « Contexte de rédaction ». []
  9. Var. : jamais les moyens d’y satisfaire n’ont été aussi affaiblis…… ¶ Si dans ces circonstances allarmantes… [OF] []
  10. « On dit substantivement, Le numéraire, pour dire, La quantité d’argent monnoyé. Le numéraire est fort augmenté en France depuis un siècle. » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798) []
  11. Var. : transport. [OF] []
  12. L’événement est rapporté par de nombreuses sources contemporaines telles que Tite-Live ou Plutarque : voir, ci-dessous, dans le dossier critique, la rubrique « Commentaire ». []
  13. Var. : déjà on a applaudi, déjà on a commencé… [OF] []
  14. Var. : note absente. [OF] []
  15. Le 7 septembre 1789, un groupe de onze femmes, artistes ou parentes d’artistes, qui en représentent vingt-et-une, se rend en députation devant les membres de l’Assemblée nationale pour faire don à la nation d’une cassette contenant leurs bijoux. [L’Assemblée « vote des remerciements en faveur de ces citoyennes pour l’exemple de patriotisme qu’elles viennent de donner à la nation » et « décrète que leurs noms seront inscrits dans le procès-verbal » (Archives parlementaires de 1787 à 1860, éd. J. Mavidal, E. Laurent et E. Clavel, 1re série (1789-1799), t. VIII, du 5 mai 1789 au 15 septembre 1789, Paris, Librairie administrative de Paul Dupont, 1875 <https://archives-parlementaires.persee.fr/fr/c65567e0-1fb3-4933-9a4e-7905378d2d90>, p. 592).] OF Voir, ci-dessous, dans le dossier critique, la rubrique « Contexte de rédaction ». []
  16. Après l’événement du 7 septembre, deux sociétés de femmes s’organisent rapidement autour de leurs métiers, d’une part la société des femmes artistes, autour de Mme Pajou, de l’autre, la société des femmes orfèvres, autour de Mme Rigal. À la mi-septembre, c’est au tour de la communauté des dames lingères de Paris de lancer une souscription volontaire. Voir, ci-dessous, dans le dossier critique, la rubrique « Contexte de rédaction ». []
  17. Le Dictionnaire de l’Académie française (éd. 1798) rappelle que le terme, employé « au pluriel, signifie quelquefois Les biens, les talens, les connoissances, les moyens de chaque personne ». []
  18. Selon le compte rendu publié le 14 septembre 1789 dans le Journal de Paris, la société de Mme Pajou prévoit que « les Dames, qui n’auront point de bijoux d’or ou d’argent, pourront remettre le produit de la vente d’un autre bijou, mais il devra s’élever au moins à 3 liv[res] ». Dans la société de Mme Rigal, le montant plancher est de 6 livres. Voir Journal de Paris, septembre 1789 <https://books.google.fr/books?id=kiAgiWUJ0msC>, no 257, p. 1165. [OF] []
  19. « On dit, en terme de Commerce, que Le change est au pair, pour dire, qu’il n’y a rien ni à gagner ni à perdre, dans les traites et dans les remises d’argent d’un Pays à l’autre. » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798 []
  20. Var. : qui nous sont chers… [OF] []
  21. Var. : seuls. [OF] []
  22. Var. : la suite du texte n’est pas donnée. [OF] []
  23. Voir, ci-dessus, n. 3. []
  24. NdA. Le district, « Terme de Pratique », désigne une « Étendue de Juridiction » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798). []
  25. NdA. Le sculpteur Jean Guillaume Moitte (1746-1810). []
  26. NdA. Voir, ci-dessus, n. 10. []
  27. Gazette de Paris, novembre 1789 <https://books.google.fr/books?id=RL2tr9VoyZMC>, p. [33]. []
  28. Sur le sens de ce terme, voir, ci-dessus, l’annotation du texte, n. 3. Dans la livraison du 21 septembre 1789, le Journal de Paris signale l’initiative de la « Communauté des Dames Lingères » de Paris, « pénétrée des sentiments patriotiques, dont plusieurs corporations de Femmes ont donné l’exemple », et désireuse d’« offrir, par le moyen d’une souscription volontaire, ses contributions à l’Assemblée Nationale » : voir Journal de Paris, septembre 1789 <https://books.google.fr/books?id=kiAgiWUJ0msC>, no 264, p. 1197-1198. []
  29. Lettre au Peuple, ou Projet d’une Caisse Patriotique ; Par une Citoyenne, Vienne et Paris, Maradan et les Marchands de Nouveautés, 1788 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k425866>. Texte réédité par Olivier Blanc : Olympe de Gouges, Écrits politiques, Paris, côté-femmes, 1993, 2 vol., t. I, p. 37-45. Olympe de Gouges évoque un don de bijoux, sur le modèle des dames romaines, dans l’Action héroïque d’une Françoise, ou la France sauvée par les femmes, Paris, Guillaume junior, 1789 : voir l’édition de Margaux Michiels. []
  30. Voir, ci-dessus, l’annotation du texte, n. 12. []
  31. Voir le Discours prononcé par Mme Rigal, dans une Assemblée de femmes artistes et orfevres, s.l.n.d. [1789], éd. Clémentine Peraud-Pommier, Dossier critique, rubrique « Contexte de rédaction ». []
  32. Voir, ibid., les détails relatifs à ces deux sociétés. []
  33. Journal de Paris, septembre 1789 <https://books.google.fr/books?id=kiAgiWUJ0msC>, no 264, p. 1197-1198. []
  34. Gazette de Paris, novembre 1789, p. [33]. []
  35. Ibid., p. [33]-34 et 38-39. []
  36. À l’exception d’un membre de phrase, qui peut avoir été oublié dans l’imprimé car il correspond à un saut du même au même : voir, ci-dessus, l’annotation du texte, n. 13. []
  37. Voir, ci-dessus, l’annotation du texte, n. 14 et 22. Le cas de la note (1), p. [1], est plus étrange : son texte ne figure pas en note dans le titre, l’écrit publié dans la Gazette de Paris n’étant pas titré, mais il se trouve intégré à ce qui peut apparaître comme le discours du journaliste, à la suite de l’extrait : voir n. 2 et, ci-dessous, la rubrique « Réception ». []
  38. Voir, ci-dessus, l’annotation du texte, n. 9. []
  39. Sur le sens des termes arrêté et corporations, voir, ci-dessus, l’annotation du texte, n. 1 et 3. []
  40. Voir Christine Fauré, « Doléances, déclarations et pétitions, trois formes de la parole publique des femmes sous la Révolution », Annales historiques de la Révolution française, no 344, avril-juin 2006, p. 5-25 <https://journals.openedition.org/ahrf/5823>. []
  41. Plutarque, Vies des hommes illustres, « Vie de Camille », 307, trad. Alexis Pierron, Paris, Charpentier, 1853. []
  42. L’événement est toutefois encore relaté par Charles Rollin dans son Histoire romaine, VI, 2, Paris, Veuve Estienne et fils, 1748, t. II <https://books.google.fr/books?id=tFdDAAAAYAAJ>, p. 416 : « Les Dames Romaines se défont de leurs bijoux ». [OF] []
  43. Olympe de Gouges, Action héroïque d’une Françoise, éd. citée. []
  44. Mme Rigal, Discours prononcé […] dans une Assemblée de femmes artistes et orfevres, éd. citée. []
  45. Peter Gay, The Enlightenment: An Interpretation. 1. The Rise of Modern Paganism, London, Wildwood House, 1966. []
  46. José Antonio Dabdab Trabulsi, « Liberté, Égalité, Antiquité : la Révolution française et le monde classique », dans L’Antique et le Contemporain : études de tradition classique et d’historiographie moderne de l’Antiquité, Besançon, Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité, 2009, p. 207-248 <https://www.persee.fr/doc/ista_0000-0000_2009_ant_1135_1_2719>. []
  47. Voir l’analyse de Christine Fauré, « Les gestes militants des citoyennes. L’offrande patriotique (septembre 1789) », dans Citoyen et citoyenneté sous la Révolution française, éd. Raymonde Monnier, Paris, Société des études robespierristes, coll. « Études révolutionnaires », no 9, 2006, p. 245-258. [OF] []
  48. Nathalie Janes, « Le don patriotique des femmes sous la Révolution », Histoire par l’image [en ligne], <http://histoire-image.org/fr/etudes/don-patriotique-femmes-revolution>. []
  49. Christine Fauré, « Les gestes militants des citoyennes », art. cité. []
  50. Gazette de Paris, novembre 1789, p. [33]. []
  51. Ibid., p. 38-39. Le passage en couleur constitue, avec des variantes, la note (1), p. [1], du texte : voir, ci-dessus, l’annotation du texte, n. 2. []
  52. Ibid., p. [33]-34 et 38. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search