Mme Rigal, Discours prononcé […] dans une Assemblée de femmes artistes et orfevres, tenue le 20 Septembre. Pour délibérer sur une Contribution volontaire.

Édition

Édition établie, annotée et commentée en 2020-2021 par Clémentine Peraud-Pommier (M1 GLC), relue par Nolwenn Grall (M1 GLC) et revue, en 2021-2022, par Clémence Prestel Guillemin (M1 GLC), Kathleen Sadey (M2 GLC) et Amanda Sarkis (M2 GLC), sous la direction d’Olivier Ferret (Université Lumière Lyon 2, UMR 5317 IHRIM)

Référencement bibliographique

Discours prononcé par Mme Rigal, dans une Assemblée de femmes artistes et orfevres, tenue le 20 Septembre. Pour délibérer sur une Contribution volontaire, s.l.n.d. [1789].

<https://books.google.fr/books?id=0722AAAAIAAJ>


DISCOURS PRONONCÉ PAR MME RIGAL,
Dans une assemblée de femmes artistes et orfevres,
Tenue le 20 Septembre
Pour délibérer sur une Contribution volontaire.

[1]

Mesdames et Mesdemoiselles,

Le choix que l’on a fait de moi m’honore infiniment1, puisqu’il est une preuve de confiance & une occasion de zele. Je devrois cependant m’effrayer de ce qu’il m’oblige à porter la parole ; mais je me rassure en songeant que je n’ai besoin ici ni d’éloquence ni de réserve. Nous avons les mêmes sentimens. Ils s’expliqueront ensemble. Ils s’animeront de concert. De tous les rapports qui unissent les cœurs sensibles, aucun n’est plus puissant que de participer à une action juste & généreuse.

La liberté, nous le voyons, éleve, exalte toutes les ames. Si elle a produit quelques fruits amers, elle nous en promet de plus heureux & de plus salutaires. L’élite des Citoyens françois travaille à réparer l’Etat. Ne pouvant tous être Législateurs, nos Compatriotes peuvent du moins se [2] rendre tous utiles. L’éclat des lumieres distingue les uns : les autres se distinguent par l’éclat des sacrifices. Notre Sexe est excl[u] des emplois difficiles ; mais il est admis à deux emplois bien intéressants, à l’exercice des vertus délicates, & à celui des sacrifices héroïques.

Le moment en est venu pour la France.

Soit par les fautes de l’Administration, soit par celles des circonstances, malgré la probité reconnue de notre Monarque, malgré le génie unique de son Ministre2, tout ce vaste Empire menace de crouler. La fortune publique est en péril & les fortunes particulieres succomberoient avec elle, si elles hésitoient à venir, à voler à son secours. Toutes les classes de la Société sont tellement dépendantes les unes des autres, & tellement liées au Gouvernement, qu’aucune partie du Gouvernement ne peut tomber sans écraser la plus grande partie de la Société. Les Arts & le Commerce seroient exposés à périr les premiers. Voyez déja combien ils souffrent, combien [3] ils languissent, depuis que le trésor public est en souffrance, & la circulation numéraire en langueur. La Capitale des Arts menace d’en devenir le tombeau.

Nous sommes Artistes, nous sommes Citoyennes ; nous sommes ou mères, ou sœurs, ou épouses d’Artistes & de Citoyens. Nos enfans, ou nos frères, ou nos maris ont signalé leur courage pour la délivrance de la Patrie. La Patrie est notre famille commune. Notre sexe est doué éminemment de l’esprit de famille. Qui s’attendrit mieux que nous sur les calamités publiques ? Qui est plus disposé à la pitié, à l’humanité, aux libéralités secourables ? Qui de nous peut résister à la voix du pauvre sous quelqu’aspect qu’il se présente ?

Un pauvre qui nous apartient, qui nous intéresse3 toutes, s’offre à nos yeux sous les traits les plus touchans & les plus augustes : c’est la Patrie. Si nous pouvions disposer de nos biens4, tous nos biens lui seroient consacrés. Il en est un qu’on laisse à notre [4] usage & dont la vanité se sert pour un triomphe passager. Ce sont nos ornemens, si chers à la beauté, si variés par la mode, si vantés & si recherchés par le goût national & par l’imitation étrangère.

Voilà l’offrande que nous devons faire avec transport. Françoises, nous n’avons pas besoin que l’on nous cite ni les Romaines5 ni les Spartiates6. Le cœur François, l’honneur François, n’ont point de rivaux, n’ont point de semblables dans l’Univers7. Ce ne sont point des vertus étudiées dans l’Histoire, ce sont des sentimens qui nous sont naturels & qui sont également indépendants de l’éducation, & supérieurs aux obstacles. Ils se montrent sur nos théâtres & dans nos hameaux. Deux vertueux Agriculteurs de Champenil ont donné l’exemple à leur sexe8. Quelques femmes Artistes de Versailles9 ont donné l’exemple au nôtre. Leur noble mouvement s’est communiqué à nous, & par nous il se communiquera à toutes les Femmes de France.

Ah ! si ce mouvement général contri-[5]buoit à restaurer un empire défaillant ! Si au seul récit de nos foibles efforts, tous les bons Citoyens, tous les riches propriétaires, tous les capitalistes10 opulens s’unissoient comme nous pour le salut de la Patrie ! Si tant de trésors enfermés sous des clefs de fer & des cercles d’airain11) s’ouvroient pour le trésor public ! si l’intérêt particulier écoutoit les conseils de l’intérêt général ! si l’avare tremblant considéroit que dans la ruine de l’Etat, il sera écrasé sur des monceaux d’or, & mourra sur ses crimes !

Oui, si l’horrible banqueroute arrive, ce ne sera plus le crime de l’administration ; elle a épuisé son génie pour prévenir ce désastre. Ce sera le crime des Citoyens dénaturés qui cachent leur richesse, qui refusent leurs contributions, qui laissent tomber le pouvoir & tarir les revenus. Nul crime plus funeste ni plus déshonorant. S’il s’accomplit, l’empire est dissous [sic] & la Monarchie perdue. Toutes les branches de commerce sécheront. Tous les travaux des [6] arts seront suspendus. Cent millions de bras demanderont en vain de l’emploi & de la subsistance. Ils seront réduits au brigandage & aux attentats. La richesse insensible se verra punie & dépouillée par l’indigence au désespoir. Les Cités seront désertes. Les terres resteront incultes. La banque étrangere fuira loin de nos comptoirs12. Tous les Négociants françois seront repoussés des ports ouverts aux autres peuples. Nos Négociateurs n’oseront aborder les Cours alliées. Notre nom enfin sera rayé de toutes les transactions & diffamé dans toutes les bouches. Cette époque sera l’époque honteuse de la Monarchie.

Non, elle doit en devenir l’époque brillante, l’égire13 fortunée. Un Roi, ami de son Peuple, un Peuple ami de son Roi, contractent une nouvelle alliance14 ; toutes les conditions se rapprochent, non pour se confondre, mais pour se fortifier. L’Assemblée Nationale nous prépare une existence pour ainsi dire immortelle. Le plus savant & le plus integre des Administra-[7]teurs15 résiste, pour nous servir, & à l’excès du travail, & à l’injustice des cabales, & à l’ingratitude des cœurs légers, le plus grand supplice d’un cœur généreux. Travaillant de concert, nos Législateurs & nos Ministres vaincront la fatalité & dompteront l’intrigue. Mais leurs bienfaits seroient tardifs, seroient inutiles, si les finances de l’Etat demeuroient plus longtemps dans la paralysie & dans l’impuissance absolue. Tandis que l’Assemblée Nationale s’occupe à les régénérer en grand, nous osons prétendre à les secourir en petit. Nous apportons sur l’Autel de la Patrie le denier de la veuve16). Compagnes des Arts, Sujettes de l’Etat, annoblissons nos parures frivoles, sanctifions les pompes17 mondaines, en les sacrifiant au besoin public ; attendons pour les reprendre & pour les renouveller, que la Nation ne soit plus en deuil ni dans la disette18. Que le luxe devienne une vertu, & que les Arts qui font briller un Empire, contribuent à le faire renaître & subsister.


Dossier critique

L’autrice

[Mme Rigal est l’épouse d’un orfèvre, Pierre-François Rigal, passé maître en 1770, orfèvre de Monsieur, frère du roi, résidant quai des Orfèvres. Au mois de septembre 1789, elle fonde une Société de femmes et filles de bijoutiers, joailliers, orfèvres et metteurs en œuvre19 dont il est question dans la presse : voir, ci-dessous, la rubrique « Contexte de rédaction ». Le présent discours est prononcé au cours d’une assemblée de cette société.

C’est au nom de cette collectivité que s’exprime l’autrice, qui se montre sensible aux incidences de la crise financière sur « les Arts & le Commerce » (p. 2), exprime une solidarité avec la démarche de « quelques femmes Artistes de Versailles » (p. 4) et se propose, par le sacrifice qu’elle invite les membres de la Société à accomplir, d’œuvrer à ce que « le luxe devienne une vertu » (p. 7). Ce point de vue situé contraste, par exemple, avec celui qu’adopte Olympe de Gouges qui, à la même époque, fonde son projet de « caisse patriotique » sur un discours contre le luxe20.] OF

Contexte de rédaction

L’ensemble de la période révolutionnaire s’inscrit dans un contexte de dette et de disette : les premières émeutes ont émergé de la révolte du peuple, et notamment des femmes du peuple, face à la cherté du prix du pain. Toutefois, si la situation économique s’est aggravée à partir des années 1780, le problème est en réalité plus ancien. Dans son Compte rendu au roi sur l’état des finances de l’État publié en 178121, le directeur général des Finances Jacques Necker met au jour, depuis le milieu du siècle, les dépenses considérables liées aux guerres qui ont engendré une dette de plus en plus difficile de combler en raison de l’augmentation des taux d’intérêts. En outre, le rapport expose les incidences des dépenses de la noblesse dans la pérennité de cette dette, ce qui vaut au ministre d’être contraint à la démission et remplacé par Calonne. Il est cependant rappelé en août 1788, congédié le 11 juillet 1789 en raison de ses positions en faveur du tiers état, enfin à nouveau rappelé le 16 juillet, à la suite des événements du 14 juillet : il devient alors « Premier ministre des Finances ».

Malgré l’abolition des privilèges, dans la nuit du 4 août, les conditions matérielles demeurent, et de fait les nobles disposent toujours de l’essentiel de la richesse. C’est pourquoi, lorsqu’elle s’adresse à des femmes artistes et épouses d’hommes artistes, Mme Rigal vise une certaine classe de femmes aisées qui peuvent se permettre d’effectuer des dons et qui par conséquent ont le devoir moral et patriotique de le faire. L’autrice accuse d’ailleurs les riches qui continuent d’amasser et de dépenser de précipiter la France dans un avenir sombre.

[Le don patriotique du 7 septembre 1789

Alors que la France se trouve dans une période d’instabilité politique, aggravée, comme on l’a vu, par l’ampleur de crise financière, Mme Rigal fait en particulier référence à un événement survenu le 7 septembre 1789 : onze femmes artistes, qui en représentent vingt-et-une, sont venues en députation offrir leurs bijoux pour combler la dette publique. L’épisode est relaté dans les Archives parlementaires : au début de la séance, « M. le Président annonce que plusieurs citoyennes de la ville de Paris, femmes ou filles d’artistes, animées par le patriotisme et par le désir de propager leur exemple, ont réuni les ornements et bijoux dont elles s’étaient jusqu’à présent parées ; qu’elles désirent en faire hommage à la nation pour contribuer au payement de la dette publique, et que si l’Assemblée consent à recevoir leur députation, elles se présenteront pendant le cours de la séance » : « Il est unanimement arrêté que la députation sera admise. » Alors que les débats se sont engagés sur la permanence du corps législatif et sur la sanction royale, « la discussion est interrompue par l’introduction de la députation annoncée ; elle est placée sur des chaises en avant de la barre » :

M. Bouche22, organe des citoyennes qui composent la députation, lit, en leur nom, le discours suivant :

Messeigneurs, la régénération de l’Etat sera l’ouvrage des représentants de la nation.

La libération de l’Etat doit être celui de tous les bons citoyens.

Lorsque les Romaines firent hommage de leurs bijoux au Sénat, c’était pour lui procurer l’or sans lequel il ne pouvait accomplir le vœu fait à Apollon, par Camille, avant la prise de Veïes23.

Les engagements contractés envers les créanciers de l’Etat sont aussi sacrés qu’un vœu. La dette publique doit être scrupuleusement acquittée, mais par des moyens qui ne soient point onéreux au peuple.

C’est dans cette vue que quelques citoyennes, femmes ou filles d’artistes, viennent offrir à l’auguste Assemblée nationale des bijoux qu’elles rougiraient de porter, quand le patriotisme leur en commande le sacrifice. Eh ! quelle est la femme qui préférera l’inexprimable satisfaction d’en faire un si noble usage au stérile plaisir de contenter sa vanité !

Notre offrande est de peu de valeur, sans doute ; mais dans les arts on cherche plus la gloire que la fortune : notre hommage est proportionné à nos moyens, et non au sentiment qui nous l’inspire.

Puisse notre exemple être suivi par le grand nombre de citoyens et de citoyennes dont les facultés surpassent de beaucoup les nôtres !

Il le sera, Messeigneurs, si vous daignez l’accueillir avec bonté ; si vous donnez à tous les vrais amis de la patrie la facilité d’offrir des contributions volontaires, en établissant dès à présent une caisse uniquement destinée à recevoir tous les dons, en bijoux ou espèces, pour former un fonds qui serait invariablement employé à l’acquittement de la dette publique.

M. le Président. L’Assemblée nationale voit avec une vraie satisfaction les offres généreuses auxquelles vous a déterminées votre patriotisme : puisse le noble exemple que vous donnez en ce moment propager le sentiment héroïque dont il procède, et trouver autant d’imitateurs qu’il aura d’admirateurs ! Vous serez plus ornées de vos vertus et de vos privations, que des parures que vous venez de sacrifier à la patrie. L’Assemblée nationale s’occupera de votre proposition avec tout l’intérêt qu’elle inspire.

Après ce discours, il a été déposé sur le bureau une cassette renfermant les différents objets offerts à la nation ; et l’Assemblée, désirant connaître les noms des citoyennes qui donnaient un si noble exemple, a ordonné qu’ils fussent lus et inscrits dans le procès-verbal de ce jour, et ce sont :

            Mmes                                                                 Mmes

Moitte, présidente                                               Fragonard.

Vien.                                                                Péron.

De Lagrenée, la jeune.                                         David.

Berruer.                                                            Vernet, la jeune.

Souvée.                                                             Desmarteaux.

Duvivier.                                                          Bonvalet.

Bell.                                                                 Corne de Cerf, négociante.

Vestier

            Mlles                                                                 Mlles

Vassé de Bonrecueil.                                           Phitoud.

Vestier.                                                             De Viefville.

Gérard.                                                             Hotemps.

M. Mougins de Roquefort, député de Grasse. Messieurs, l’auguste sénat de Rome regardait comme un devoir sacré de récompenser avec éclat toutes les actions inspirées par l’amour du bien public ; c’est dans ces vues qu’il accorda aux dames romaines, pour les récompenser de leurs généreux sacrifices, des distinctions honorables ; et lorsque des dames françaises nous rappellent la générosité des dames romaines, les représentants de la nation ne seront ni moins justes, ni moins grands que ces anciens maîtres du monde. Je propose donc : 1o que l’Assemblée vote des remerciements en faveur de ces citoyennes pour l’exemple de patriotisme qu’elles viennent de donner à la nation ; 2o qu’elle décrète que leurs noms seront inscrits dans le procès-verbal ; 3o qu’il leur sera permis ainsi qu’à celles qui suivront leur exemple de porter une marque patriotique telle qu’elle sera déterminée.

L’Assemblée ne donne pas suite à la dernière de ces propositions, mais elle décide que les citoyennes composant la députation conserveront, pendant le reste de la séance, la place d’honneur qui leur a été accordée24.

L’événement a été relayé dans la presse25, comme en témoignent les deux exemples suivants. Le premier en date, dû à Gabriel Honoré Riqueti, comte de Mirabeau, publié dans Le Courrier de Provence, relate l’événement de manière goguenarde :

M. l’Abbé Sieyes devait monter à la tribune lorsqu’on a annoncé à l’Assemblée, que quelques citoyennes demandaient à présenter elles-mêmes une offrande qu’elles faisaient à la Patrie. C’était une contribution volontaire de bijoux qu’elles ont destiné[e] à être le commencement d’un fonds, pour acquitter la dette publique. Ce dépouillement, ce luxe nouveau, si digne de la liberté, ce n’étaient point des femmes d’un rang élevé qui en donnaient l’exemple : c’étaient des femmes ou des filles d’Artistes, qui se sont flattées, qu’à leur imitation, la vanité céderait par-tout au patriotisme, que la modestie du sexe allait créer un nouveau trésor pour l’État, & que l’opinion publique, la seule loi somptuaire qui puisse être efficace, honorant plus les privations que les parures, prendrait une direction nouvelle, aussi favorable aux mœurs que féconde en ressources pour le Royaume. Si leur exemple avait beaucoup d’imitatrices, il est certain que jusqu’à la restauration de l’Etat, le seul ornement des femmes serait de n’en point avoir, & que les métaux dont l’usage est dépravé par ces ruineuses frivolités, rentreraient dans la circulation, & ranimeraient les arts & l’agriculture. C’est ainsi que la vertu s’allie aux plus profondes spéculations de la politique, & qu’une société de femmes estimables auraient commencé une importante révolution, en ne consultant que le sentiment, précisément comme si elles avaient été dirigées par les lumières des plus savans Economistes26.

Tout en prétendant se borner « au récit des faits », Mirabeau ne peut se retenir de décocher quelques sarcasmes :

On a cité les Dames Romaines ; elles ont plus d’une fois sauvé leur Patrie ; mais l’urbanité Romaine n’a jamais égalé la galanterie Française : tout se perfectionne avec le tems. On remarque avec plaisir, ce trait National. Nous sommes loin de juger le mérite de cette offrande par la valeur du présent, l’estimation d’un Huissier-Priseur n’est point la mesure du nôtre ; nous espérons beaucoup de l’exemple ; & nous sommes persuadés que le desir des vingt citoyennes de Paris, est d’avoir un grand nombre de rivales27.

Dans le second exemple, le journaliste se montre plus sensible à la valeur patriotique du geste28. Le rédacteur des Révolutions de Paris29, Antoine Tournon ou Élisée Loustallot, oppose aux « hommes qui jouissent de tout & qui ne veulent point faire de sacrifice à la patrie » ces « simples citoyennes », ces « femmes d’artistes, de négocians, retraçant parmi nous les vertus de la Grece » qui « viennent de déposer aujourd’hui à l’assemblée nationale leurs possessions les plus précieuses, leurs bijoux, leurs diamants, ces ornemens si chers à leur sexe puisqu’ils peuvent embellir la beauté » : « ces généreuses citoyennes les ont offerts à la nation, à titre de contribution volontaire destinée à l’acquittement de la dette publique30. » Le journaliste effectue le compte rendu de la réception de la délégation, en particulier la description, qui ne se déprend pas de ce que l’on appellerait de nos jours le male gaze, de « ces patriciennes modernes » : « elles paroissent ; vêtues de blanc, une cocarde nationale sur le sein ; l’une d’elles, fort jeune & infiniment jolie, portoit une cassette ; la décence, les graces, la timidité que leur inspiroit naturellement une si imposante assemblée, les rendant plus intéressantes encore31. » Sont alors cités in extenso le discours que M. Bouche prononce en leur nom, la réponse du Président ; le journaliste résume la teneur de la proposition du député de Grasse. Le compte rendu s’achève par l’évaluation du montant de l’offrande patriotique et par des considérations politiques :

Nous ignorons quelle peut être la valeur du présent offert par ces citoyennes ; mais nous avons seulement appris par nos recherches, que la valeur des diamans de l’une d’elles montoit à sept mille francs, & que les sacrifices de quelques autres dames étoient plus considérables encore. Quoi qu’il en soit, il nous semble qu’un dévouement si beau, s’il étoit imité même par ceux qui ne feroient que restituer au peuple ses légitimes propriétés ; un tel dévouement auroit bientôt liquidé l’énorme déficit, & fait disparoître enfin les suites de ces déprédations désastreuses qui ont failli d’anéantir la France. Tant de financiers millionnaires, de puissans seigneurs, de riches prélats, de fastueux abbés, de monasteres opulens, ne feront-ils rien pour la patrie ? Ils ont envahi ses trésors. La laisseront-ils succomber à ses maux ? Quoi ! ceux qui prêchent les vertus & qui en doivent l’exemple, ne rougiroient-ils point d’en paroître privés ? Les prêcheroient-ils donc, afin d’en être dispensés ? c’est ce que l’avenir saura nous apprendre32.

Le compte rendu est accompagné d’une gravure qui représente la scène :

Révolutions de Paris, no IX, 13 septembre 1789, p. [18]/19.

Légende :

Le 7 Septembre 1789, vingt-une Dames épouses ou filles d’Artistes en députerent onze d’entre elles / qui se transporterent de Paris à Versailles, pour offrir sur l’autel de la Patrie les bijoux qui leur / servoient d’ornement. Elles retracent ainsi parmi nous les vertus de l’ancienne Gréce et de l’ancienne Rome. /

Mesdames.Mesdemoiselles.
Vien. Moitte, auteur du proj. De Lagrenée la jeuneSuvée. Berruer. Duvivier.Belle. Fragonard. Vestier.Peron. David. Vernet la jeuneDemarteaux. Beauvallet. Corne de cerf negteVassé de Bonrecueil. Vesrier. Gerard.Péthoud. De Viefville. Hautemps.

Au Bureau des Révolutions de Paris, rue des Marais, Fg St. G., No. 20

On connaît d’autres représentations iconographiques qui suggèrent que cet épisode a connu une importante exposition médiatique, y compris à long terme. Ainsi d’une estampe contemporaine célébrant le « Don patriotique des illustres Françoises » : si l’on trouve bien, dans la légende qui l’accompagne, la mention du discours prononcé par Bouche, la date indiquée (« le 21. Septem[bre] 1789 ») est manifestement erronée.

Don patriotique des illustres Françoises (1789). Estampe, 30,5 x 41,5 cm
© Photo RMN-Grand Palais – J.-G. Berizzi

Légende :

Si la restauration de l’Empire François dependoit des vertus et du devouement des individus ; si la fortune des nations etoit determinée par des exemples de patriotisme, ce qui s’est passé le / 21 Septem. 1789 à l’Assemblée Nationale devroit bien rassurer les Citoyens. Depuis long-temps, et de toutes parts, elle recoit des adresses, des Offres de sacrifices, des dons de la part des Provinces, Villes, Corps, Tribunaux et des Particuliers ; maintenant des Femmes partagent cet enthousiasme patriotique, semblables aux Romaines, du temps de Camille, elles ne veulent plus être parées que de leur vertu. Plusieurs Citoyennes de Paris sont venues au milieu de l’Assemblée Nationale, et M. Bouche, qui a eu le bonheur d’être choisi pour être leur organe à [sic] lu leur discours : Notre offrande est de peu de valeur, sans doute mais dans les Arts on cherche plus la gloire que la fortune, notre hommage est proportionné à nos moyens, et non aux sentimens qui nous inspirent. Apres cette lecture, interrompue plusieurs fois par de vifs applaudissemens, l’une des Citoyennes est montée au bureau des Secretaires, pour y deposer la cassette qui renfermoit leurs Bijoux.

A Paris, chez J. Chereau Rue St. Jacques pres la Fontaine St. Severin No. 257.

Ainsi encore d’une estampe due à Philippe Joseph Maillart, réalisée entre 1795 et 1799 :

Philippe Joseph Maillart, Offrandes faites par des dames d’artistes à l’Assemblée Nationale Constituante, le 7 septembre 1789. Mme Moitte leur remet une cassette de bijoux (entre 1795 et 1799). Estampe, 50 x 32,5 cm
© Paris Musées / Musée Carnavalet

Au recto du montage, en bas, figure une légende imprimée :

Transcription :

7. 7bre. Députation des Femmes Artistes présentant / leurs piereries et bijoux à l’Assemblée Nationale. Les / noms de ces onze Citoyennes honorent les premières / pages des Annales de la Liberté ; le burin doit les trans= / mettre à la postérité : Mote, Vien, La Grenée, Savée, Berner, du / Vivier, Belle, Fragonar, Vestier, Peryon, David, Vernet, / Desmarteaux, Beauvarlet et Corne de Cerf, sont ceux de / celles qu’on appelloit Dames. Vassé, Beaurecueil, Vestier, Ge= / rard, Pithond, Viefville et Hautemps, sont ceux de celles / qu’on appelloit Demoiselles. Elles eurent les honneurs de la / Séance et l’accueil le plus favorable de leur homage.

La Société des femmes artistes et orfèvres

La presse se fait encore le relais de l’effet d’entraînement engendré par cette initiative. Dans sa livraison du 14 septembre, le Journal de Paris fait état, dans une rubrique intitulée « Bienfaisance nationale », de la création de deux sociétés de dames destinées à réunir les contributions à l’Assemblée nationale : l’une, constituée de « femmes Artistes, femmes d’Architectes, de Peintres, de Sculpteurs, de Graveurs sur métaux, de Peintres ornemanistes ; enfin de tous ceux qui professent les Arts libéraux qui tiennent au dessin », qui « a nommé dépositaire Mme Pajou, place du Louvre » ; l’autre, constituée de « femmes & filles de Bijoutiers, Joailliers, Orfévres & Metteurs-en-œuvre », qui « a nommé Dépositaire Mme Rigal, Orfévre de Monsieur, quai des Orfévres, à la Tête noire33. » Le journal fournit le détail de l’arrêté de la société des femmes d’artistes, tout en précisant, plus loin, que la « 2de Association a unanimement approuvé & adopté l’arrêté de la première » :

La Société a arrêté 1o qu’il étoit honorable aux femmes d’être admises aux charges publiques. 2o Qu’il étoit louable à des mères & à des épouses de prendre cette contribution sur des objets d’un luxe inutile. 3o Que la conversion des bijoux d’or & d’argent, en espèces, étant un moyen d’augmenter le numéraire, la Société ne recevroit point d’autres objets. 4o Que l’honneur, décerné à la première députation des Dames à l’Assemblée Nationale, rejaillit sur tout le sexe, & que, d’après cette considération & celle des objets importans qui occupent l’Assemblée, la Société lui feroit remettre ses contributions, avec une simple adresse, sans demander aucune admission de députation34.

Dans la même rubrique des livraisons ultérieures, le Journal de Paris rend compte des « contributions patriotiques » apportées : le 19 septembre, celles versées à Mme Pajou par « Mmes la Baronne d’Andlau, la Marquise de Sillery, la Vicomtesse de Valence & […] deux Dlles parentes de ces Dames » – une note précise qu’il s’agit de « Mlles de Pamellas & de Cerssay »35. Les informations sont encore relayées dans d’autres périodiques. Le Supplément au numéro XXVI du Journal des États généraux (« Suite de la Séance du 12 [décembre], au soir ») annonce que « Les dames femmes artistes continuent leurs souscriptions » : « leur second offrande monte à 160000 liv. ; les dames orfevres de Paris, présidées par madame Rigal, ont aussi leur souscription ; leur premiere offrande monte à peu près à 6000 liv. »36. Camille Desmoulins, dans le numéro 5 des Révolutions de France et de Brabant, mentionne « quelques-uns des dons patriotiques de la quinzaine », entre autres le « Don de la Société de Me. Rigal, Orfevre, quatre mille cinq cents livres »37. Le détail des objets et espèces constituant le don « présenté à l’Assemblée Nationale par Madame Rigal, au nom d’une Société de Dames Artistes » était déjà fourni, en novembre, dans l’Extrait du Registre des Dons Patriotiques offerts à l’Assemblée Nationale38.

Entre-temps, le Journal de Paris confirmait, le 18 septembre, que « l’Assemblée générale, annoncée par les Dames Joaillières, Bijoutières, &c. » aurait lieu le dimanche suivant « 20 Septembre, à 10 heures du matin, au bureau des Orfévres »39 afin de procéder à la désignation d’une dépositaire et de quatre commissaires. Le 24 septembre, le journal rend compte de cette assemblée :

Le 20 Septembre, l’Assemblée générale des Dames Orfévres, Bijoutières, &c., a confirmé la nomination de Mme Rigal, Dépositaire, & a nommé Mme Lemoine, femme du Député à l’Assemblée Nationale, Secrétaire, & Mesdames Marteau, Ouisille, Bailleul & Bouillier Commissaires40.

C’est sans aucun doute de cette « Assemblée de femmes artistes et orfevres, tenue le 20 Septembre », dont il est question dans le titre du texte, qui a dû être publié peu après.] OF

Commentaire

Dans ce discours, prononcé par une femme dans une assemblée de femmes, Mme Rigal effectue un état des lieux de la situation catastrophique de l’État pour ensuite mettre l’accent sur le rôle primordial que peuvent jouer les femmes dans la sauvegarde de la Patrie.

Un « empire » en crise

Prenant appui sur un état de la situation présente de l’« empire », le discours de Mme Rigal est sous-tendu par une logique d’ensemble qui met en œuvre différentes ressources argumentatives.

Convaincre

Un premier fil argumentatif repose sur l’exposé d’une analyse économique de la situation qui n’entre résolument pas dans l’examen de ce qui a pu la provoquer : l’autrice ne se prononce pas sur l’origine des « fautes » qui ont été commises (celles « de l’Administration » ? « celles des circonstances » ?), et elle prend soin de mettre hors de cause le roi et son principal ministre, Necker, dont elle fait l’éloge au début (p. 2) et à la fin (p. 6-7) du texte. Seul importe ici le constat d’une situation, celle de l’organisation des différents pôles économiques, caractérisée par l’interdépendance avec le gouvernement en place : « les fortunes particulieres » sont étroitement corrélées à « la fortune publique » ; la dernière étant déclarée « en péril », les premières « succomberoient avec elle, si elles hésitoient à venir, à voler à son secours » (p. 2). Le raisonnement consiste à poser que l’effondrement de l’une entraîne nécessairement la ruine des autres, par une sorte d’effet domino, du centre à la périphérie, et de proche en proche: « Toutes les classes de la Société sont tellement dépendantes les unes des autres, & tellement liées au Gouvernement, qu’aucune partie du Gouvernement ne peut tomber sans écraser la plus grande partie de la Société. » (p. 2) Ce qui vaut en particulier – et d’abord (« les premiers ») – pour « les Arts & le Commerce » (p. 2).

Persuader

Pour renforcer ce raisonnement, Mme Rigal fait appel à la sensibilité de l’auditoire. La production d’images rend concrète la situation de crise qui affecte l’État dans son ensemble, assimilé à un grand corps malade menacé de « périr » : un « trésor public » « en souffrance », une « circulation numéraire en langueur », des arts qui « souffrent » et leur « Capitale » qui est en passe d’en être « le tombeau » (p. 2-3).

De manière plus évidente encore, illustrant l’effet domino évoqué dans le raisonnement, Mme Rigal brosse plus loin un tableau apocalyptique des conséquences d’un effondrement général, désigné par l’expression « l’horrible banqueroute », affectant toute l’organisation sociale, sous la forme d’une sombre prophétie au futur qui envisage le devenir du commerce (« toutes [s]es branches […] sécheront »), des arts (leurs « travaux […] seront suspendus »), de la main-d’œuvre (« Cent millions de bras demanderont en vain de l’emploi & de la subsistance », « seront réduits au brigandage & aux attentats »), des villes (« seront désertes »), des campagnes (« resteront incultes ») ; au-delà des frontières, les « comptoirs » seront en déshérence (p. 5-6). Est ici sollicitée toute une imagerie religieuse bien ancrée dans l’imaginaire de la monarchie de droit divin41, alors au bord de la ruine, afin de produire un discours presque eschatologique qui s’appliquerait à l’économie française, et de mettre en scène la crise du royaume comme une sorte de basculement vers « la fin des temps » – du moins « l’époque honteuse de la Monarchie » (p. 6) – qui confère une certaine efficacité rhétorique au contenu politique et idéologique du discours.

D’autant que, dans un mouvement oratoire appuyé (« Non », p. 6, s’oppose au « Oui, si l’horrible banqueroute arrive », p. 5), à cette première prédiction succède une contre-prédiction, sur le même mode, envisageant le succès d’une action menée « de concert » : « nos Législateurs & nos Ministres vaincront la fatalité & dompteront l’intrigue. » (p. 7) Mais elle est assortie d’une condition.

Exhorter

Introduite par une marque émotive (« Ah ! »), suggérant que l’oratrice, elle-même saisie par l’horreur de la situation, exprime un sentiment vif de lamentation, la condition, dont le maître-mot est la réunion dans un effort commun, à la mesure de l’interdépendance évoquée précédemment, est exposée dans un énoncé scandé par la cascade anaphorique des si : « si ce mouvement général […] Si […] tous les bons Citoyens, tous les riches propriétaires, tous les capitalistes opulens […] Si tant de trésors […] si l’intérêt particulier […] si l’avare […] » (p. 4-5). Outre la nécessaire convergence de « l’intérêt particulier » et de « l’intérêt général », qui rappelle l’évocation, plus haut, de la corrélation entre la « fortune publique » et « les fortunes particulières » (p. 2), l’accent est surtout mis sur les riches : eux-mêmes pris dans l’engrenage des conséquences funestes de la sombre prophétie qui suit (« La richesse insensible se verra punie & dépouillée par l’indigence au désespoir », p. 6), ils sont inclus dans la catégorie des « riches propriétaires » et des « capitalistes opulens » censés apporter leur contribution au redressement des finances.

Mais cette fois-ci, alors que ce qui était un ensemble de « fautes », éventuellement imputables à « l’Administration » (p. 2), devient un « crime » (p. 5), les coupables sont clairement désignés : « ce ne sera plus le crime de l’administration » ; « Ce sera le crime des Citoyens dénaturés qui cachent leur richesse, qui refusent leurs contributions, qui laissent tomber le pouvoir & tarir les revenus » (p. 5), dans un nouvel effet de rythme ternaire. Entrant en opposition avec les « bons Citoyens » précédemment évoqués, la stigmatisation des « Citoyens dénaturés » s’effectue à travers la figure de « l’avare » : s’il est dit « tremblant », c’est moins, comme les bons, face au spectre de « la ruine de l’Etat », mais par la perspective, que Mme Rigal donne à « considér[er] » d’une manière imagée, d’être anéanti par le désastre global : « il sera écrasé sur des monceaux d’or, & mourra sur ses crimes ! » (p. 5)

L’action des femmes

Dans ce « mouvement général » (p. 4), les femmes ont un rôle éminent à jouer, et Mme Rigal le revendique en se faisant porte-parole d’une collectivité présentée d’entrée de jeu comme réunie par « les mêmes sentimens » qui « s’expliqueront ensemble » et « s’animeront de concert » (p. 1). « Les Arts & le commerce » étant les premiers affectés par la ruine, comme on l’a vu, les femmes artistes et orfèvres se doivent d’être les instigatrices de cette action. Un « noble mouvement » a été amorcé par « quelques femmes Artistes de Versailles », le 7 septembre 1789, et il doit être relayé, porté par la dynamique de « l’exemple », par les membres de la Société qui a désigné Mme Rigal comme dépositaire : « Leur noble mouvement s’est communiqué à nous, & par nous il se communiquera à toutes les Femmes de France. » (p. 4) Aux femmes mais aussi, plus généralement, à « tous les bons Citoyens » (p. 5), qui devraient être galvanisés « au seul récit de nos foibles efforts » (p. 5).

On observe au passage qu’il y a néanmoins une hiérarchie, au sein du corps social, au niveau des moyens dont disposent les hommes et les femmes, ce qui est rappelé avec force à la fin du texte : s’il appartient à « l’Assemblée Nationale » de « régénérer en grand » les finances, les femmes, par leur action collective (« nous osons prétendre ») vise à « les secourir en petit » (p. 7). Le discours exprime ainsi qu’il y a une action propre aux femmes, dont la teneur est indiquée plus haut : parmi leurs « biens », « il en est un qu’on laisse à notre usage […]. Ce sont nos ornemens » ; « Voilà l’offrande que nous devons faire avec transport » (p. 3-4).

Pour autant, le constat de la minorité des femmes dans leur capacité à « disposer de [leurs] biens » (p. 3) ne donne apparemment pas lieu à une dénonciation : c’est une donnée de fait avec laquelle il convient de composer. Ce que confirme la dimension conformiste du discours que Mme Rigal tient sur les femmes, qui reconduit, sans les mettre en question d’aucune manière, les principaux stéréotypes de genre qui circulent dans l’espace public : la mention des « foibles efforts » que les femmes sont prêtes à faire, mise en regard de la régénération « en grand » (p. 5) qui se joue à l’Assemblée nationale, fait entendre le discours topique sur la modestie attendue des femmes. Mme Rigal déclare aussi sans ambages : « Notre Sexe est excl[u] des emplois difficiles ; mais il est admis à deux emplois bien intéressants, à l’exercice des vertus délicates, & à celui des sacrifices héroïques. » (p. 2) Au titre des « emplois difficiles », réservés aux hommes, on rangera sans doute l’entreprise de la législation (il est question des « Législateurs », p. 1, des « Législateurs » et des « Ministres », p. 7) ainsi que le métier des armes : « Nos enfans, ou nos frères, ou nos maris ont signalé leur courage pour la délivrance de la Patrie. » (p. 3) Au titre des « emplois bien intéressants » – c’est-à-dire touchants –, auxquels les femmes sont « admi[ses] » – Mme Rigal n’ira pas jusqu’à prétendre qu’ils leur sont réservés –, ceux qui impliquent « l’exercice des vertus délicates » et le sens du « sacrifice » : ils sont du ressort de la collectivité des femmes constituant l’assemblée, que l’autrice présente comme des « Artistes », « Citoyennes », « mères, ou sœurs, ou épouses d’Artistes & de Citoyens » (p. 3). L’autrice renchérit par une suite de questions rhétoriques : « Qui s’attendrit mieux que nous sur les calamités publiques ? Qui est plus disposé à la pitié, à l’humanité, aux libéralités secourables ? Qui de nous peut résister à la voix du pauvre sous quelqu’aspect qu’il se présente ? » (p. 3) Modestie, sensibilité et souci de l’autre, en somme.

Cette partition, qui n’est pas remise en cause, était exprimée dès le début du texte lorsque l’autrice évoquait la double distinction que permet, pour les uns, « l’éclat des lumieres », et pour les autres – autrement dit les femmes – « l’éclat des sacrifices » (p. 2). La similarité dans la construction des deux expressions pourrait suggérer que, par delà une partition entérinée, le discours procède à une certaine mise à égalité, par un « éclat » de même nature, de la dignité des deux qualités. Il n’en reste pas moins que l’asymétrie que marque l’opposition du « grand » et du « petit » invite à nuancer cette lecture.

L’idéologie patriotique et nationale

Mme Rigal se réclame certes d’un engagement révolutionnaire, saluant d’entrée de jeu une « liberté » qui « éleve, exalte toutes les ames » et qui – le discours invite à le croire – « promet » des « fruits […] des plus heureux & des plus salutaires » (p. 1). On s’aperçoit vite cependant qu’elle prône une révolution modérée, respectueuse non seulement de l’autorité monarchique mais aussi des hiérarchies en vigueur.

Le partage des tâches patriotiques

Tout en prônant une action de masse, Mme Rigal n’en demeure en effet pas moins consciente des hiérarchies dans l’importance des contributions des uns et des unes au niveau de l’action publique. On l’a vu, c’est le cas des hiérarchies genrées entre les lumières, la législation, le courage des uns, et le sacrifice des unes. Les femmes se voient assigner des actions à entreprendre, mais qui demeurent cantonnées à des rôles sociaux que Mme Rigal n’envisage pas de contester et qui paraissent même sous-tendues par des positionnements idéologiques. Un patriotisme féminin est ainsi défini à la faveur d’un syllogisme implicite : « La Patrie est notre famille commune ». [Or] « notre sexe est doué éminemment de l’esprit de famille » (p. 3). La conclusion à retirer du raisonnement est laissée à l’initiative des lecteurs et lectrices : les femmes doivent donc aussi (d’abord) s’en occuper. La référence à la famille sert alors moins à introduire la question de la maternité qu’à susciter et glorifier une imagerie issue d’une idéologie de la nation-famille fréquemment invoquée dans les discours contemporains. La définition se précise peu après avec l’assimilation de la patrie au pauvre : « Un pauvre qui nous apartient, qui nous intéresse toutes » et qui « s’offre à nos yeux sous les traits les plus touchans & les plus augustes » (p. 3). En contexte se trouve ainsi convoqué un sous-texte religieux, pétri de l’idée de charité chrétienne, qui peut aussi renvoyer à ce que l’on appellerait de nos jours l’idéologie du care : le rôle des femmes est de prendre soin de l’État.

Mais c’est aussi le cas des hiérarchies sociales. Dès le début, Mme Rigal prend garde de distinguer, face à « l’élite des Citoyens françois », ceux qui, parmi « nos Compatriotes », ne peuvent pas « être Législateurs » mais « peuvent […] se rendre tous utiles » (p. 1-2). La fin rappelle encore qu’un statut particulier doit être réservé à « nos Législateurs & nos Ministres » (p. 7). Elle signalait peu avant, dans une formule de nature à rassurer l’élite politique, que « toutes les conditions se rapprochent, non pour se confondre, mais pour se fortifier » (p. 6).

La ferveur nationale

Tout invoquant, comme on l’a vu, le discours topique sur la liberté, Mme Rigal, qui est la femme de l’orfèvre de Monsieur et s’adresse à d’autres « femmes artistes et orfevres », met ici surtout l’accent sur la prospérité économique qui doit la garantir. La défense du commerce qui se fait entendre, dans l’intérêt de toutes et tous, n’est par ailleurs pas exempte de partis pris nationalistes. Mme Rigal met en avant la gloire nationale lorsqu’elle évoque des « ornemens […] si recherchés par le goût national & par l’imitation étrangère » (p. 4). On peut aussi relever que, si l’on retrouve une référence aux dames romaines, fréquemment invoquée dans les discours contemporains, à commencer par les femmes artistes lors de leur récente députation à l’Assemblée nationale, le discours marque une réticence à se réclamer d’un tel exemple : « Françoises, nous n’avons pas besoin que l’on nous cite ni les Romaines ni les Spartiates. » Mais c’est afin de mieux affirmer une spécificité française : « Le cœur François, l’honneur François, n’ont point de rivaux, n’ont point de semblables dans l’Univers. » (p. 4) Et par la distinction effectuée dans la foulée entre les « vertus étudiées dans l’Histoire » et les « sentimens », l’opération idéologique conduit à naturaliser les sentiments patriotiques français : « ce sont des sentimens qui nous sont naturels & qui sont également indépendants de l’éducation » (p. 4). La substitution du naturel au culturel permet ainsi de construire une prétendue supériorité naturelle des Français qui vient encore renforcer la prégnance d’une idéologie nationale adossée à un système de commerce international, sinon colonial.

Ce qu’il s’agit de défendre, c’est donc non seulement de la « patrie » mais aussi l’« empire », le terme renvoyant à l’ensemble des pays sur lesquels se fonde le commerce français par l’intermédiaire de ses « comptoirs ». On peut du moins le comprendre dans cette évocation, en creux, des conséquences ultimes de « l’horrible banqueroute » (p. 5) :

La banque étrangere fuira loin de nos comptoirs. Tous les Négociants françois seront repoussés des ports ouverts aux autres peuples. Nos Négociateurs n’oseront aborder les Cours alliées. Notre nom enfin sera rayé de toutes les transactions & diffamé dans toutes les bouches. (p. 6)

Le discours vise ainsi à sauvegarder non seulement l’économie intérieure de la monarchie française mais aussi – et solidairement – l’économie d’une France dont la grandeur repose sur la place qu’elle entend occuper dans les échanges commerciaux internationaux.

Réception

Si, comme on l’a vu42, l’assemblée de la Société des femmes artistes et orfèvres du 20 septembre 1789 est mentionnée dans la presse contemporaine, le discours que prononce Mme Rigal n’a apparemment pas bénéficié de relais médiatiques.

Éléments de bibliographie

Texte référencé dans Maurice Tourneux, Bibliographie de l’histoire de Paris pendant la Révolution française, Paris, Imprimerie nouvelle, 1890-1913, 5 vol., t. I, no 1610.

Autre édition du texte

Le texte a été transcrit dans Les tracts féministes au xviiie siècle, publiés avec une introduction par Colette Michael, Genève, Slatkine, 1986, p. 53-59. Cette édition ne comporte cependant ni annotation ni commentaire.

Études

Christine Fauré, « Les gestes militants des citoyennes, l’offrande patriotique, septembre 1789 », dans Citoyen et citoyenneté sous la Révolution française, éd. Raymonde Monnier, Paris, Société des études robespierristes, coll. « Études révolutionnaires », no 9, 2006, p. 245-258.

Nathalie Janes, « Le don patriotique des femmes sous la Révolution », Histoire par l’image [en ligne] <http://histoire-image.org/fr/etudes/don-patriotique-femmes-revolution>.

Nicole Pellegrin, « Les femmes et le don patriotique : les offrandes d’artistes de septembre 1789 », dans Les femmes et la Révolution française, t. II, « L’individuel et le social. Apparitions et représentations », Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1990, p. 361-380.



Citer ce billet
oferret (2022, 20 mai). Mme Rigal, Discours prononcé […] dans une Assemblée de femmes artistes et orfevres, tenue le 20 Septembre. Pour délibérer sur une Contribution volontaire. Master Genre, littératures, cultures. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://genrelittculture.hypotheses.org/2331

  1. Au moment de la création de la Société de femmes et filles de bijoutiers, joailliers, orfèvres et metteurs en œuvre, à la mi-septembre, Mme Rigal en avait été nommée dépositaire, nomination que vient de confirmer son assemblée générale qui s’est tenue le 20 septembre : voir, ci-dessous, dans le dossier critique, la rubrique « Contexte de rédaction ». [OF] []
  2. Jacques Necker : voir, dans le dossier critique, la rubrique « Contexte de rédaction ». []
  3. Au sens de « Émouvoir, toucher » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798). [OF] []
  4. Dans l’article « Femme mariée » du Dictionnaire de droit et de pratique, Ferrière rappelle que « la communauté appartient au mari tant qu’elle dure » et que, par conséquent, « on ne lui peut pas ôter la joüissance des biens de sa femme, dont il ne joüit qu’à titre onéreux, pour soutenir les charges du mariage » (Paris, Saugrain fils, 1740, 2 vol., t. I <https://books.google.fr/books?id=2dtz3JI4Oj8C>, p. 859). [OF] []
  5. Allusion à la députation des femmes venues, le 7 septembre 1789, faire offrande de leurs bijoux à l’Assemblée nationale pour contribuer à apurer la dette publique : dans le discours lu en leur nom, les citoyennes se prévalent de l’exemple des dames romaines qui, au ive siècle avant notre ère, pendant le sac de Rome par les Gaulois, avaient consenti un semblable sacrifice de leurs bijoux. Voir, ci-dessous, dans le dossier critique, la rubrique « Contexte de rédaction ». Dans l’Action héroïque d’une Françoise (s.l.n.d. [1789]), Olympe de Gouges fait également référence à cet épisode : voir l’édition de Margaux Michiels. []
  6. À Sparte, les femmes bénéficiaient dans la Grèce antique de plus de libertés et de droits que les femmes des autres États grecs. [On verra plus loin, dans le dossier critique (rubrique « Contexte de rédaction »), que, dans les discours contemporains, l’offrande patriotique des femmes d’artistes est rapprochée des « vertus » dont les femmes ont témoigné à la fois dans « l’ancienne Grèce » et « l’ancienne Rome ».] OF []
  7. Possible allusion au texte d’Olympe de Gouges, qui écrit de l’« exemple » des dames romaines « n’a jamais été suivi depuis, chez aucune Nation de l’Univers, parce que jamais la Patrie n’a parlé plus fortement qu’à Rome » (Action héroïque d’une Françoise, op. cit., p. 5). []
  8. L’allusion n’a pas été identifiée. []
  9. Voir, ci-dessus, n. 5. []
  10. « Celui ou celle qui a des capitaux ou sommes d’argent considérables, et qui les fait valoir dans les entreprises de commerce, d’agriculture, de manufacture ou de finance. » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798) []
  11. Possible allusion à la prophétie du Messie figuré par Cyrus : « Je marcherai devant vous ; j’humilierai les grands de la terre, je romprai les portes d’airain, et je briserai les gonds de fer. » (Isaïe, xlv, 2 ; trad. Lemaître de Sacy []
  12. Le terme désigne ici le « Bureau général de Commerce d’une nation en Pays étranger » : « Les Hollandois ont plusieurs comptoirs dans les Indes. Toutes les nations de l’Europe ont des comptoirs en Asie. » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798) []
  13. Selon le Dictionnaire de l’Académie française (éd. 1798), le « terme » hégire « est pris de l’Arabe, où il signifie Fuite ; et il dit parmi nous pour signifier L’époque d’où les Mahométans commencent à compter les années, parce qu’ils les comptent du temps que Mahomet s’enfuit de la Mecque ». []
  14. Par référence à la « nouvelle alliance avec la maison d’Israël et la maison de Juda » annoncée par « le Seigneur » (« J’imprimerai ma loi dans leurs entrailles, et je l’écrirai dans leur cœur, et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple », Jérémie, xxxi, 31-34), l’expression désigne ici le renouveau engendré par l’abolition des privilèges (4 août 1789) et la promulgation de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (26 août), qui semblent marquer le début d’une entente entre la monarchie et le peuple. []
  15. Sans doute Necker (voir, ci-dessus, n. 2), dont la politique financière rencontre l’hostilité de l’Assemblée constituante, en particulier de Mirabeau. []
  16. « On appelle proverbialement, Denier de la veuve, Ce qu’on donne en prenant sur son nécessaire. Le denier de la veuve est l’aumône du pauvre. » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798 []
  17. « Appareil magnifique, somptuosité. » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798) []
  18. « Nécessité, manque de quelque chose nécessaire. » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798) []
  19. Sur les femmes qui composent cette société, voir Solange Brault et Yves Bottineau, L’orfèvrerie française au xviiie siècle, Paris, PUF, 1959, p. 116 et 118-119 ; référence fournie par Christine Fauré, « Les gestes militants des citoyennes. L’offrande patriotique (septembre 1789) », dans Citoyen et citoyenneté sous la Révolution française, éd. Raymonde Monnier, Paris, Société des études robespierristes, coll. « Études révolutionnaires », no 9, 2006, p. 245-258 (ici p. 251, n. 22). []
  20. Voir, en particulier, Olympe de Gouges, Action héroïque d’une Françoise, éd. Margaux Michiels. []
  21. Necker, Compte rendu au roi, Paris, Imprimerie royale, 1781 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k851249h>. []
  22. L’avocat Charles-François Bouche (1737-1795), député du tiers état de la sénéchaussée d’Aix aux États généraux. []
  23. L’épisode est entre autres relaté par Plutarque, Vies des hommes illustres, « Vie de Camille ». []
  24. Archives parlementaires de 1787 à 1860, dir. J. Mavidal, E. Laurent et E. Clavel, 1re série (1789-1799), t. VIII, du 5 mai 1789 au 15 septembre 1789, Paris, Librairie administrative de Paul Dupont, 1875 <https://archives-parlementaires.persee.fr/fr/c65567e0-1fb3-4933-9a4e-7905378d2d90>, p. 588 et 591-592. []
  25. Voir aussi le compte rendu publié dans le Supplément (« De Versailles, le 16 septembre ») du Mercure de France, septembre 1789 <https://books.google.fr/books?id=FSgXAAAAYAAJ>, p. 202-203. []
  26. Le Courrier de Provence, no XIX, du 5 au 7 septembre 1789, t. II <https://books.google.fr/books?id=47NQAAAAcAAJ>, p. 415-416. []
  27. Ibid., p. 416. []
  28. Sur l’épisode et les réactions contrastées qu’il suscite, voir Christine Fauré, « Les gestes militants des citoyennes. L’offrande patriotique (septembre 1789) », art. cité. []
  29. Révolutions de Paris, no IX, du 13 septembre 1789 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1051138n>, p. 19-22. []
  30. Ibid., p. 19. []
  31. Ibid., p. 20. []
  32. Ibid., p. 22. []
  33. Journal de Paris, septembre 1789 <https://books.google.fr/books?id=kiAgiWUJ0msC>, no 257, p. 1165. Le phénomène connaît un retentissement international à en juger par l’annonce, dans la rubrique des « Foreign News » de la livraison d’octobre 1789 de The Lady’s Magazine, de la création, en date du 12 septembre, de ces « Two female societies » : voir The Lady’s Magazine; or Entertaining Companion for the Fair Sex, Appropriated solely to their Use and Amusement, vol. XX for the Year 1789, London, G.G.J. and J. Robinson <https://books.google.fr/books?id=hoFPAQAAMAAJ>, p. 553-554. []
  34. Journal de Paris, septembre 1789, no 257, p. 1165. []
  35. Ibid., no 262, p. 1189. []
  36. Journal des États généraux, t. VI, Paris, chez le Rédacteur et chez Devaux, 1789 <https://books.google.fr/books?id=NHQwAAAAYAAJ>, p. 417. []
  37. Révolutions de France et de Brabant [Prospectus – no 13 <https://books.google.fr/books?id=febGDLQ0K-cC>], p. 206. Il s’agit de la deuxième quinzaine de décembre 1789. []
  38. Extrait du Registre des Dons Patriotiques offerts à l’Assemblée Nationale, Versailles, Baudouin, 1789 <https://books.google.fr/books?id=v4ug_pLJkREC>, « Treizieme Semaine », du 28 novembre 1789, Versailles, Baudouin, [1789], don no 660, p. 10. []
  39. Journal de Paris, septembre 1789, no 261, p. 1185. []
  40. Ibid., no 267, p. 1[2]17. []
  41. Le discours de Mme Rigal comporte aussi plusieurs allusions bibliques : voir, ci-dessus, l’annotation du texte, n. 11 et 14. []
  42. Voir, ci-dessus, la rubrique « Contexte de rédaction ». []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search