Requête des Dames, à l’Assemblée nationale.

Édition

Édition établie, annotée et commentée en 2020-2021 par Mélina Deneux (M2 GLC), relue par Manon Marquis (M2 GLC) et révisée, en 2021-2022, par Felipe Machuca Serrano et Emma Poulenay (M1 GLC), sous la direction d’Olivier Ferret (Université Lumière Lyon 2, UMR 5317 IHRIM)

Référencement bibliographique

Requête des Dames, à l’Assemblée nationale, s.l.n.d. [1789].

<https://books.google.fr/books?id=0722AAAAIAAJ>


[[1]]

REQUÊTE DES DAMES,
A L’ASSEMBLÉE NATIONALE.

Nosseigneurs,

Il est sans doute étonnant qu’après avoir marché à si grands pas dans la voie des réformes, & abbatu, comme s’exprimoit jadis l’illustre d’Alembert, une très-grande partie de la forêt des préjugés1, vous laissiez subsister le plus antique & le plus général des abus, celui qui exclut des places, des dignités, des honneurs2, & sur-tout du droit de siéger au milieu de vous, la plus belle, & la plus aimable moitié des habitans de ce vaste royaume.

Quoi ! Vous avez généreusement décrété l’égalité des droits pour tous les individus ; vous avez fait marcher l’humble habitant des chaumieres à l’égal des princes & des dieux de la terre ; par vos soins paternels le pauvre villageois n’est plus obligé de ramper devant l’orgueilleux seigneur de sa paroisse ; l’infortuné vassal peut [2] arrêter dans sa course rapide l’impétueux sanglier qui ravage impitoyablement ses moissons3 ; le timide fantassin ose se plaindre d’être écrasé par le brillant phaëton4 du superbe publicain5 ; le modeste curé peut s’asseoir à son aise à la table frugale de son illustrissime & révérendissime pere en Dieu6 ; le sanctuaire consolé ne sera bientôt plus défiguré par les membre parasites qui dévorent sa substance, & surchargent inutilement la terre, ces êtres indéfinissables, espèces amphibies, placés entre l’église & le monde, qui, gémissant sous le poids du temps, vont porter par-tout l’ennui qui les dévore, & accabler le public du fardeau de leur existence ; le noir Africain ne se verra plus comparé à l’animal stupide qui, stimulé par la verge d’un féroce conducteur, arrose de ses sueurs & de son sang nos pénibles sillons7 ; les talens, dégagés des tristes entraves d’une naissance ignoble8, pourront se développer avec confiance, & celui qui les posséde ne sera plus forcé de mendier bassement les suffrages d’un imbécille protecteur, d’encenser un crésus ignare, & de monseigneuriser un fat9 ; bientôt, enfin, par votre heureuse influence, un jour serein va briller sur nos têtes, un peuple nouveau, un peuple de citoyens, de sages, d’heureux, va s’élever sur les ruines d’un peuple barbare, & la terre [3] stupéfaite va voir naître dans son sein cet âge d’or, ce temps fortuné qui jusqu’alors n’avoit existé que dans les descriptions fabuleuses des poëtes.

Ah ! nosseigneurs, serons-nous les seules pour qui existera toujours l’âge de fer, cet âge malheureux qui a pris sa naissance dans l’origine du monde, & qui de siecle en siecle est venu sans interruption jusqu’à nous ? N’y aura-t[-]il que nous qui ne participerons point à cette éclatante régénération qui va renouveller la face de la France, & ranimer sa jeunesse comme celle de l’aigle10 ?

Vous avez brisé le sceptre du despotisme, vous avez prononcé ce bel axiome digne d’être inscrit sur tous les fronts, & dans tous les cœurs : les François sont un peuple libre,… & tous les jours, vous souffrez11 encore que treize millions d’esclaves portent honteusement les fers de treize millions de despotes ! vous avez décerné la juste égalité des droits12,… & vous en privez injustement la plus douce & la plus intéressante13 moitié d’entre vous ! vous avez rompu le frein fatal qui captivoit14 la pensée du sage, & lui ôtoit la faculté d’éclairer ses semblables,… & nous ! hélas, nous nous voyons réduites à l’humiliant partage de recevoir éternellement des leçons de vous, sans avoir la [4] consolation de pouvoir vous en donner à notre tour ! tandis que vous ouvrez toutes les bouches, que vous déliez toutes les langues, vous nous forcez, nous, pour qui c’est une si antique, une si douce habitude, de parler, vous nous forcez de garder un triste & honteux silence, & vous nous privez du plaisir de faire entendre notre voix harmonieuse, notre aimable caquet15 aux représentans de la plus galante, & de la plus aimable des nations ! vous avez enfin noblement décrété que la voie des dignités & des honneurs seroit indistinctement ouverte à tous les talens16 ;…. & vous continuez de mettre encore des barrieres insurmontables aux nôtres ! pensez-vous donc que la nature, cette mere si généreuse pour tous ses enfans, ne se montre avare qu’envers nous, & qu’elle ne prodigue ses graces & ses faveurs qu’à nos impitoyables tyrans ? Ouvrez, ouvrez le grand livre des temps, voyez ce qu’ont fait dans tous les âges tant de femmes illustres, l’honneur de leur province, la gloire de notre sexe, & jugez de ce que nous pourrions encore, si votre aveugle présomption, si votre masculine aristocratie n’enchaînoient sans cesse notre courage, notre sagesse & nos talens ?

Croyez-vous, par exemple, que les Semiramis, les Zénobie, les Elisabeth, les Anne, [5] les Catherine, &c. &c.17 ne sussent pas porter le spectre, & tenir les rênes de leur empire ; quoiqu’elles n’ayent pas été formées à l’école de ces grands précepteurs des rois, des S… des T… des D… des C…18, & de tant d’autres illustres législateurs qui décorent les sieges de votre assemblée ?

Croyez-vous, en lisant les éclatans exploits de la même Zénobie, des Judith19, des Debora20, des Jeanne d’Arck21, des Balmont22, &c. &c. que notre sexe ait beaucoup cédé en courage à ce sublime héros, la terreur des…..23 le désespoir des guerriers à venir, & dont les conquêtes rapides nous rendent enfin croyables tous les prodiges de valeur que ne cesse de nous vanter l’histoire & la fable ?

Croyez-vous que, s’il falloit transmettre aux provinces éloignées le détail si intéressant, & des opérations de votre assemblée & des révolutions qu’elle occasionne, le style des Sevigné24, des Maintenon25, des Grafigny26 ; &c. &c. n’offriroit pas autant de sel et d’agrément, de délicatesse & de pureté que celui des M… des G… des B…27, & de l’auteur du Point du Jour, dont les médecins avisés conseillent de réserver la lecture pour le commencement de la nuit28 ?

S’il s’agissoit, sur-tout, de faire parade de ces graces légeres, de ce ton de mignardise & d’af[6]féterie, de ces aimables riens, de ce brillant verbiage que vous entendez quelquefois sortir de la bouche des C… des B… des M…29 des &c. doutez-vous que nos petites maîtresses, nos héroïnes de coulisses, nos modernes Phrynés30 ne lutteroient pas avec avantage contre les illustres sybarites31) François ?

Doutez-vous même, que s’il falloit tonner avec force contre les abus des priviléges, faire des déclamations sonores contre ce monstre hydeux, ce vilain veto royal32, contre les désordres de la noblesse & du clergé, pensez-vous qu’on ne trouveroit pas, dans les vigoureuses académiennes de la halle33, autant de force & d’énergie, des poumons aussi robustes, & aussi nerveux que chez les C…. les T…. les B…. les P…. & les D….34

Si vous aviez besoin de ces discussions froides, longues, lourdes & lâches, de ces ouvrages narcotiques35) si propres à calmer les cerveaux exaltés de plusieurs de vos membres ; l’immortelle Dacier36 toute seule ne joûteroit-elle pas avec avantage contre ce moderne Lycophron37, qui ne devroit avoir que des Œdipes pour auditeurs, contre les C…. les R…. les G…. les L….38 les &c. &c. &c. &c. &c. &c. &c. &c. &c. &c. &c. &c. &c. &c. &c. &c. &c. &c. &c. &c. &c. &c. &c. &c. &c. &c. &c. &c. &c., [7] & sur-tout, contre ce nouveau Dom Quichotte, si connu par ses aventures, ses systêmes, ses éternels mémoires, & dont le nom a été si plaisamment ridiculisé par toutes les bouches de la capitale & des provinces39 ?

Et comme rien ne doit plus étonner dans ce siecle de prodiges, si par hasard on venoit à s’imaginer que la gloire de la nation fût intéressée à celle des B…40, des courtisannes & des histrions41, o[u] plutôt, si pour dérider les fronts séveres de nos modernes Catons42, on vouloit les régaler d’une apologie presqu’aussi comique que celle dont l’illustre Erasme amusa jadis son siecle43, je vous le demande à vous, immortelle le Couvreur, divine Clairon, incomparable Dangeville44, &c. à vous, dis-je, qui connoissiez si bien le pouvoir de votre voix céleste sur les oreilles & le cœur des François, quelle impression touchante n’eussiez vous pas faite sur nos galans députés, si au lieu de vous laisser si plaisamment doubler par les….. les….. les….45, &c. vous eussiez paru sur la noble tribune, & déployé, en faveur de votre art, toutes les ressources de votre génie, tout le piquant de vos graces, tous les charmes de votre éloquence ?

Enfin, s’il étoit nécessaire de porter le glaive de la réforme sur ces aziles sacrés, jadis le [8] séjour de la paix, de l’innocence & de la piété ; de rajeunir ce tronc antique & majestueux, dont les rides multipliées obscurcissent la gloire & la beauté ; de couper d’une main sévere ces branches gourmandes & sauvageres46 qui en dévorent toute la substance, & en desséchent la racine même ; de retrancher, en un mot, ces abus déplorables qui défigurent les cloîtres, n’eût-on pas trouvé les Thérese, les Catherine de Sienne, les Chantal47, &c. &c. autant de zele, de prudence, de courage, des vues aussi grandes, aussi pures, aussi sublimes que chez les E. d’A. les T. & les D….48

Mais, que dis-je, Nosseigneurs ! pourquoi dérober49 aux siecles antérieurs & aux nations étrangeres les traits héroïques qui combattent en faveur de notre sexe ? Auriez-vous donc oublié déjà ces actions éclatantes qui viennent d’illustrer50 le séjour de nos Rois & la capitale de la France ; ces hauts-faits presqu’incroyables qui ne laissent plus rien à envier à l’antiquité, & qui frapperont d’étonnement51 toutes les générations futures ? N’est-ce pas en effet ce sexe si foible, si frivole en apparence, ce sexe qui semble n’être propre qu’à la toilette52, à l’amusement & aux graces ; n’est-ce pas lui qui a préparé, peut-être même consommé cette heureuse, cette étonnante révolution qui vient de [9] s’opérer parmi nous ? N’est-ce pas lui qui, par sa rapide & bruyante éloquence, par ses raisonnemens énergiques et frappans(1) a converti le vénérable chef de l’église gallicane53, & fait crouler ce mur fatal de séparation élevé depuis tant de siecles entre les membres d’une même famille & les enfans d’un même pere ?

N’est-ce pas lui qui, le premier, a armé son bras vengeur contre les lâches partisans, les vils soutiens du despotisme, & donné l’immortalité à ces monumens fameux, destinés tour à tour à dissiper les ombres de la nuit, & à annoncer la brillante aurore de notre liberté (2) ?

N’est-ce pas lui qui, le premier, a animé le juste courroux de nos phalanges nationales, a devancé même leur course rapide & impétueuse, pour voler au secours de la patrie, & déconcerter54 [l]e noir complot de ces fougueux aristocrates, qui vouloient arracher de notre sein le meilleur des princes & le plus tendre des peres (3) ?

N’est-ce pas lui qui, semblable aux illustres conquérans Romains, traînant à sa suite les dé[10]pouilles des vaincus, & promenant de toute part, avec un courage martial, leurs chefs orgueilleux & superbes, a mérité de faire, au milieu de nos murs, une entrée glorieuse & triomphante, & d’entendre le capitole parisien retentir de ces belles paroles : Henri IV avoit conquis son peuple ; mais vous, vous avez conquis votre roi (1) ?

N’est-ce pas encore lui, dont les entrailles si sensiblement agitées à la vue de la France presque agonisante de besoin, est venu le premier déposer, sur l’autel de la patrie, les dépouilles du luxe & de la vanité, dépouilles si cheres à son cœur, & par conséquent si méritoires aux yeux du vrai citoyen (2) ?

N’est-ce pas lui enfin qui, sacrifiant sans peine ses intérêts les plus précieux, abandonnant à des mains vulgaires le travail honteux de la quenouille, le soin trivial & fastidieux du ménage55, vient tous les jours, & avec une infatigable constance, annoblir & décorer de sa présence les tribunes du sénat François, diriger ses travaux, animer son courage, prévenir ses erreurs, applaudir à ses succès56 ?

Et après des preuves si éclatantes, si multi[11]pliées, & dont vos yeux sont frappés tous les jours, vous douteriez encore de notre zèle, de notre patriotisme & de nos talens !

Ah ! Nosseigneurs, ne laissez donc plus ignominieusement enfouir des qualités si glorieuses pour nous, & si intéressantes pour la nation. Osez, aujourd’hui, réparer en notre faveur les anciennes injustices de votre sexe ; mettez-nous à portée de travailler comme vous & avec vous à la gloire & au bonheur du peuple François, & si, comme nous l’espérons, vous consentez à partager avec nous votre empire, que nous ne devions plus ce précieux avantage à l’éclat de nos attraits & à la foiblesse de votre cœur ; mais uniquement à votre justice, à nos talens & à la sainteté de vos loix.

En conséquence, nous remettons sur le bureau le projet du décret que nous croyons qu’il faudroit porter sur la matiere présente.

PROJET DE DÉCRET.

L’assemblée nationale, voulant réformer le plus grand, le plus universel des abus, & réparer les torts d’une injustice de six mille ans, a décrété & décrete ce qui suit :

 1o. Tous les priviléges du sexe masculin sont entierement & irrévocablement abolis dans toute la France.

[12] 2o. Le sexe féminin jouira à toujours de la même liberté, des mêmes avantages, des mêmes droits & des mêmes honneurs que le sexe masculin.

3o. Le genre masculin ne sera plus regardé, même dans la grammaire, comme le genre le plus noble, attendu que tous les genres, tous les sexes & tous les êtres doivent être & sont également nobles.

4o. On n’insérera plus dans les actes, contrats, obligations, &c. cette clause si usitée, mais si insultante pour le beau sexe : Que la femme est autorisée par son mari à l’effet des présentes57, parce que l’un & l’autre doivent jouir, dans le ménage, de la même puissance & de la même autorité.

5o. La culotte ne sera plus le partage exclusif du sexe mâle, mais chaque sexe aura droit de la porter à son tour58.

6o. Quand un militaire aura, par lâcheté, compromis l’honneur françois, on ne croira plus le dégrader comme il est arrivé souvent59, en lui faisant arborer le costume féminin ; mais comme les deux sexes sont & doivent être également honorables aux yeux de l’humanité, on se contentera désormais de le punir, en le déclarant du genre neutre.

7o. Toutes les personnes du sexe féminin pourront être admises indistinctement aux assem[13]blées de district60 & de département, élevées aux charges municipales, & même députées à l’assemblée nationale, lorsqu’elles auront les qualités exigées par la loi des élections. Elles y auront voix consultative & délibérative ; ce droit peut d’autant moins leur être refusé, qu’elles ont déjà celui de juger l’assemblée elle-même… Elles auront cependant le plus grand soin d’y parler tour à tour, afin qu’on puisse savourer plus aisément les belles choses qui sortiront de leur bouche.

8o. Elles pourront aussi être promues aux offices de Magistrature… Point de moyen plus propre à réconcilier le public avec les tribunaux de la justice, que d’y faire asseoir la beauté & d’y voir présider les graces.

9o. Il en sera de même de tous les emplois, récompenses & dignités militaires… C’est alors que le François sera vraiment invincible, quand son courage sera inspiré par le double motif de la gloire & de l’amour : n’en exceptons pas même le bâton de maréchal de France61 ; & pour que justice puisse être également faite, nous ordonnons que cet instrument si utile passera alternativement entre les mains des hommes & des femmes.

10o. Nous ne balançons pas non plus à ouvrir l’entrée du sanctuaire au sexe féminin, nommé [14] depuis si long-temps & à juste titre le sexe dévôt62. Mais comme la piété des fideles est notablement diminuée, ledit sexe promet & s’engage, quand il montera dans la chaire de vérité, de modérer la grandeur de son zèle, & de ne pas trop long-temps exercer l’attention des auditeurs.


(1) [p. 9] L’archevêque poursuivi à Versailles par la populace, & sur-tout par les femmes, s’est réuni le lendemain aux communes63.

(2) [p. 9] Les réverberes64.

(3) [p. 9] Révolution de Versailles65.

(1) [p. 10] Entrée du Roi à Paris66.

(2) [p. 10] Présent des bijoutieres à l’assemblée nationale67.


Dossier critique

L’auteur/trice

Il reste beaucoup d’incertitudes sur la provenance du texte : non seulement l’opuscule paraît sans lieu ni date, mais il n’est pas signé, ce qui, on le verra, va de pair avec les difficultés que l’on rencontre à en proposer une interprétation stable.

[Il est sûr que, du point de vue de l’énonciation, cette « requête » est prise en charge par un collectif de femmes qui prennent la parole à la première personne du pluriel (« nous ») et s’adressent (« vous ») aux représentants qui siègent à l’Assemblée nationale, selon le protocole de rigueur, attesté par le Dictionnaire de l’Académie française (éd. 1798) : le « Terme pluriel » Nosseigneurs (p. [1], 3, 8 et 11) est « usité principalement dans les Requêtes qu’on présente au Conseil du Roi, aux Cours de Parlement et autres Cours souveraines ».

Le titre du texte identifie ces femmes comme des « Dames », ce qui, d’après les définitions proposées dans le même dictionnaire, les situe au sein d’une classe sociale : selon une première acception, le mot Dame désigne « Celle qui possède une Seigneurie, qui a droit, autorité et commandement sur des vassaux ». Mais, en raison notamment du discours tenu dans le texte sur l’abolition des droits féodaux68, cette acception semble moins pertinente que les suivantes, qui élargissent l’extension de la catégorie : « un simple titre que l’on donne par honneur aux femmes de qualité », voire, « dans un sens plus général », « toutes les femmes et […] toutes les filles d’une condition un peu honnête »69.

Reste que le recours à une énonciation féminine n’implique pas nécessairement qu’il en va de même de l’auctorialité. Et c’est à ce niveau que des désaccords apparaissent dans les travaux des historiennes qui mentionnent ce texte. D’un côté, certaines considèrent que le texte émane effectivement d’un collectif de femmes. C’est notamment la position d’Éliane Viennot, qui avance que cette Requête a été « envoyés au printemps 1792 par un groupe exaspéré de ce que le sexe féminin ne jouisse toujours pas des droits politiques70 ». De l’autre, Béatrice Didier estime que « la Requête des dames à l’Assemblée nationale émane vraisemblablement d’une écriture masculine71 ». Anne Soprani considère également que ce texte fait partie de tout un ensemble de « libelles, rédigés par des hommes pour se moquer du mouvement » auquel la rédaction, par des femmes et sur un mode tout à fait sérieux, de cahiers de doléances a donné une grande impulsion : « la multitude des réclamations des femmes amena les hommes à noyer ces requêtes équitables sous un flot de faux griefs et de doléances inventées72. » Et, après avoir cité quelques extraits de la Requête, de conclure qu’« il s’agit d’un faux rédigé par des hommes73 ».

Cette seconde hypothèse, qui se fonde sur l’examen de certains des points constituant le « Projet de décret » placé à la fin du texte, nous paraît la plus vraisemblable : on verra plus loin que d’autres éléments tendent à la corroborer.] OF

Contexte de rédaction

L’été 1789 marque l’entrée dans un processus révolutionnaire qui engendre un certain nombre de bouleversements politiques, sociaux et moraux auxquels fait écho le texte : la suppression des privilèges instaurant une égalité de fait entre les individus (p. [1]-2), l’amorce d’une dynamique – qui tardera cependant à parvenir à son terme – conduisant à l’abolition de l’esclavage (p. 2). Parmi les décisions politiques qui constituent une pierre d’achoppement, il est aussi question du « vilain veto royal », voté par l’Assemblée en septembre74, contre lequel il conviendrait de « faire des déclamations sonores » (p. 6).

Mais si la structuration de la société par ordres n’est plus d’actualité, toute forme de hiérarchie n’a pas disparu, comme en témoigne, dans le prolongement de l’instauration, dans les discours, d’une différence des sexes, l’inégalité de traitement entre les hommes et les femmes que fait entendre le texte. C’est ainsi qu’un large passage est consacré à rappeler l’implication des femmes au cours des épisodes récents de la Révolution, dont on peut dresser une chronologie : les manifestations d’hostilité vis-à-vis de l’archevêque de Paris, en juin 1789 (p. 9 et note (1)) ; les mouvements populaires ayant conduit à la mise à mort du surintendant des Finances et de l’intendant de Paris, en juillet (p. 9 et note (2)) ; les décrets des 4-11 août abolissant le droit exclusif de la chasse (p. [1]-275) ; la promulgation de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, le 26 août (p. 3 et 476) ; les dons patriotiques des « bijoutieres à l’assemblée nationale » (p. 10 et note (2)) ; les journées d’Octobre, marquées par la protestation des femmes contre la disette alimentaire et le prix du pain, à l’issue desquelles la famille royale est ramenée à Paris (p. 9 et note (3) ; p. 10 et note (1)).

[Autant d’épisodes concentrés au cours de quelques mois, ce qui porte à penser, comme l’avance Karen Offen, que le texte a été publié « peu après la marche des femmes sur Versailles » et non, comme le déclare Éliane Viennot, en 1792, pendant la Législative77, aucun événement postérieur à octobre 1789 n’étant mentionné dans le texte alors même que la période 1789-1792 comporte un certain nombre d’« actions éclatantes » et de « hauts-faits ». Du reste, s’agissant des premières, les locutrices indiquent clairement que « ces actions éclatantes […] viennent d’illustrer le séjour de nos Rois & la capitale de la France » (p. 8 ; nous soulignons), ce qui suggère que la publication a lieu dans le contexte d’une actualité récente.] OF

Commentaire

Comme on le signalait, les problèmes liés à l’attribution de la Requête, parue de manière anonyme, rendent difficile l’interprétation de ses enjeux et de sa portée. On verra cependant que l’examen attentif de ce texte permet d’émettre un certain nombre d’hypothèses sur sa provenance et sa visée.

Requête ou réquisitoire ?

[À la différence d’autres textes contemporains, qui s’inscrivent dans la même veine en recourant, par exemple, à ces autres « formes de la parole publique des femmes sous la Révolution » que sont les « doléances », les « déclarations » et les « pétitions », étudiées par Christine Fauré78, le texte, comme on l’a vu à propos de l’adresse à « Nosseigneurs », affiche quelques-unes des marques formelles de la « requête », ainsi rappelées dans l’Encyclopédie :

Requête pris pour demande, est une procédure par laquelle une partie demande quelque chose au juge.

La requête commence par l’adresse, c’est-à-dire par le nom du juge auquel elle est adressée, comme à nosseigneurs de parlement, après quoi il est dit, supplie humblement un tel ; on expose ensuite le fait & les moyens, & l’on finit par les conclusions qui commencent en ces termes, ce considéré, nosseigneurs, il vous plaise, ou bien, missieurs, selon le tribunal où l’on plaide, & les conclusions sont ordinairement terminées par ces mots, & vous ferez bien79.

Formuler requête

Si toutes les formules rituelles ne sont pas ici reprises, le texte adopte bien, du point de vue de l’énonciation, un dispositif de demande : les locutrices (« nous ») en appellent aux membres de l’Assemblée (« Nosseigneurs », « vous »). La suite reprend encore une structure tripartite, quoique les différentes parties, nettement identifiables, ne correspondent pas strictement à l’exposé attendu des « faits », des « moyens » et des « conclusions ».] OF

La première partie est ainsi consacrée à la justification de la « requête » (p. [1]-4) : la célébration, non dénuée d’effets pathétiques, du processus de « régénération » politique, sociale et morale amorcé depuis le début de la Révolution, qui promet de « renouveller la face de la France » (p. 3), sert de point de repère pour faire apparaître une scandaleuse exception : si « l’humble habitant des chaumieres » peut désormais être regardé comme « l’égal des princes & des dieux de la terre », tout comme « le pauvre villageois » face à « l’orgueilleux seigneur de sa paroisse », « l’infortuné vassal » face à son suzerain, le « timide fantassin » face au « superbe publicain », le « modeste curé » face aux hauts dignitaires de l’Église, le « noir Africain », qui « arrose de ses sueurs & de son sang nos pénibles sillons », face à son « féroce conducteur » (p. 2), comment justifier que les femmes soient « les seules » (p. 3) à bénéficier d’un régime différent ? Alors que tous peuvent espérer voir s’instaurer un « âge d’or », les femmes seraient maintenues dans un « âge de fer » qui a été leur lot « de siecle en siecle […] sans interruption » (p. 3).

La mise en évidence de cette situation, littéralement injustifiable (« pensez-vous donc que la nature […] ne se montre avare qu’envers nous […] ? », p. 4), constitue alors le prélude à une légitimation du bien-fondé de la demande (p. 4-11), qui occupe la partie centrale de la Requête. Puisque cette criante asymétrie dure depuis des siècles, il s’agit de procéder à un tour d’horizon historique qui visera à montrer que depuis « l’origine du monde » (p. 3) des « femmes illustres » ont été « l’honneur de leur province » et « la gloire de [leur] sexe » : il suffit d’« ouvr[ir] le grand livre des temps » (p. 4). Le parcours se fait alors chronologique, explorant les temps mythiques et les temps historiques (p. 4-8) avant d’en arriver aux « actions éclatantes qui viennent d’illustrer le séjour de nos Rois & la capitale de la France » et aux « hauts-faits presqu’incroyables qui ne laissent plus rien à envier à l’antiquité, & qui frapperont d’étonnement toutes les générations futures » (p. 8).

Après avoir apporté « des preuves si éclatantes, si multipliées » (p. 10-11), il s’agit d’en tirer une « conséquence » : la conclusion du discours consistera dans la présentation d’un « projet de décret » (p. 11-14), développé en dix articles numérotés, qui constitue l’objet même de la requête « rem[ise] sur le bureau » (p. 11) et qui s’apparente à ce que l’on désignerait de nos jours comme une plateforme de revendications.

[Dresser réquisitoire

Mais par sa teneur et sa facture, le texte convoque aussi un autre modèle rhétorique : celui du réquisitoire. D’abord, l’évocation du processus de « régénération » nationale est l’occasion d’attaquer avec virulence les anciens privilégiés. Recourant à un langage révolutionnaire bien attesté dans les textes contemporains, les locutrices s’en prennent aux représentants des restes d’un régime féodal qui ont commencé à être liquidés par les décrets d’août 1789 : « l’orgueilleux seigneur » (p. [1]) doit en rabattre. Mais les membres des deux ordres dominants sont aussi en ligne de mire : il n’est plus nécessaire, lorsqu’on est de « naissance ignoble », de s’humilier (« mendier bassement », « encenser », « monseigneuriser ») face à un « protecteur » qualifié d’« imbécille », un homme riche mais « ignare », un « fat » (p. 2).

Après la noblesse, le clergé n’est pas oublié ; il fait même l’objet d’un acharnement particulier, du moins s’agissant de ses hauts dignitaires, d’abord ironiquement désignés par la figure emblématique de l’« illustrissime & révérendissime pere en Dieu », puis, plus ouvertement, par des expressions péjoratives (« membres parasites », « êtres indéfinissables, espèces amphibies ») et des images qui soulignent leur inutilité et leur nullité : « le sanctuaire » en est « défiguré » ; ils « dévorent sa substance, & surchargent inutilement la terre » ; ils « port[ent] par-tout l’ennui qui les dévore, & accabl[ent] le public du fardeau de leur existence » (p. 2). De là à dire qu’il serait salutaire de les éliminer… Car c’est ce que confirme, plus loin, la reprise des mêmes métaphores lorsqu’il est question des « abus déplorables qui défigurent les cloîtres », au sein d’une isotopie végétale qui suggère que la régénération passe aussi par la nécessité de trancher : « rajeunir ce tronc antique & majestueux, dont les rides multipliées obscurcissent la gloire & la beauté ; […] couper d’une main sévere ces branches gourmandes & sauvageres qui en dévorent toute la substance, & en dessechent la racine même » (p. 8).

Mais les attaques ne sont pas moins vives contre ce que l’on désignerait de nos jours comme la domination masculine. Les hommes de l’Assemblée nationale sont mis en contradiction avec eux-mêmes, dans une virulente prise à partie : « Vous avez brisé le sceptre du despotisme […] & [pourtant] vous souffrez encore que treize millions d’esclaves portent honteusement les fers80 de treize millions de despotes ! » (p. 3) Reprenant la double analogie avec le régime despotique et le régime esclavagiste, les mêmes sont encore qualifiés plus loin d’« impitoyables tyrans » (p. 4) qui « enchaîn[ent] sans cesse notre courage, notre sagesse & nos talens », sous l’effet non seulement d’une « aveugle présomption » mais aussi d’une « masculine aristocratie » (p. 4). Le discours accusateur parachève la mise en contradiction : tels ont prétendu mettre à bas « l’ancien régime » qui se montrent – à leur insu ? – les plus intéressés à en perpétuer les modes de fonctionnement inégalitaires81.] OF

Un plaidoyer en faveur des droits des femmes ?

Comme on l’a vu, la partie centrale de la Requête est dévolue à la légitimation du bien-fondé de la demande que les « Dames » formulent auprès des hommes de l’Assemblée nationale. On verra aussi que la valeur signalée des « femmes illustres » (p. 4) qui jalonnent le parcours historique brossé à grands traits rejoint les revendications qui s’expriment dans le « Projet de décret » final.

La preuve par l’histoire

Le développement central est ainsi conçu comme une démonstration des actions honorables et glorieuses entreprises, au fil du temps, par certaines « femmes illustres » (p. 4). La disposition de l’argumentation, élaborée à partir de séries anaphoriques, repose sur l’orchestration d’une succession variée de questions rhétoriques. Les premières ont trait à l’opinion prêtée aux destinataires du discours : « Croyez-vous […] que… » (p. 4-5 ; 3 occurrences), relayé ensuite par « pensez-vous qu[e]… » (p. 6). Entre-temps, une nouvelle série anaphorique a été amorcée, fondée sur les doutes (« doutez-vous que… » / « Doutez-vous même que », p. 6) avant que ne soit énumérée une suite de suppositions, selon une formule dont une première occurrence était fournie en amont : « S’il s’agissait… » (p. 5) est le premier élément d’une série reprise par « Si vous aviez besoin » (p. 6), « si par hasard on venoit à s’imaginer […] o[u] plutôt, si… » (p. 7), « Enfin, s’il étoit nécessaire… » (p. 7). Et lorsque les références à l’actualité récente des « actions éclatantes » et « hauts-faits » à mettre à l’actif des femmes depuis le début de la Révolution succèdent aux références aux « siecles antérieurs » et aux « nations étrangeres » (« Mais, que dis-je, Nosseigneurs ! pourquoi dérober aux siecles antérieurs & aux nations étrangeres les traits héroïques qui combattent en faveur de notre sexe ? », p. 8), une nouvelle salve de questions rhétoriques se met en place : « n’est-ce pas […] ? », « N’est-ce pas encore […] ? », « N’est-ce pas […] enfin […] ? » (p. 8-10 ; 8 occurrences au total).

Le passage en revue des « femmes illustres » du passé, à l’étranger comme en France, s’organise encore selon le modèle argumentatif, parfois exploité dans l’historiographie, du parallèle. D’une part, il s’agit pour les locutrices de rendre hommage aux femmes qui ont marqué l’histoire, de poser les jalons de ce qui pourrait apparaître comme une histoire des femmes au cours du temps et de constituer par là même une mémoire ayant valeur d’héritage, suscitant une identification forte des femmes de la Révolution française à ces figures de femmes puissantes, courageuses et savantes exemplifiées par le recours aux antonomases. Certaines figures évoquées (« les Elisabeth, les Anne, les Catherine », p. 4-5) sont autant de références à des souveraines, tantôt craintes et haïes, tantôt adulées : Catherine de Médicis, par exemple, est une figure très controversée, s’agissant notamment du rôle qu’elle a joué pendant les guerres de Religion entre catholiques et protestants. Ou, s’il s’agit de Catherine II, l’impératrice de Russie, certes célébrée, jusqu’à l’aveuglement, par la plupart des « philosophes » des Lumières, mais qui a récemment vu son image quelque peu écornée en raison de son hostilité à l’égard de la Révolution. Il est également fait référence à Anne d’Autriche qui, en plus d’avoir été reine de France, est devenue régente pendant la minorité de son fils Louis XIV. La liste comporte également des figures guerrières, le personnage de Zénobie assurant la transition d’une série à l’autre, les références bibliques (Judith, Debora) voisinant avec des personnages historiques très (Jeanne d’Arc) ou moins (la comtesse de Saint-Balmont) connues (p. 5). Sont enfin convoquées des femmes de lettres des xviie (Sévigné, Maintenon) et xviiie siècles (Graffigny), mais aussi, plus loin, d’une savante, « l’immortelle Dacier » (p. 6), à propos de laquelle s’introduit un élément de dissonance : si les premières sont saluées pour leur « style » (p. 5), la dernière est surtout citée pour avoir commis des « ouvrages narcotiques » (p. 6).

Il s’agit, d’autre part, selon le principe du parallèle, de mettre la valeur de ces « femmes illustres » en regard de celle leurs alter ego masculins – du moins, c’est ce que l’on peut déduire du seul personnage identifiable dans ces listes, « l’auteur du Point du Jour » (p. 5)82, tous les autres n’étant indiqués que par l’initiale de leur nom, suivie de séries de points, ce qui constitue un défi à leur identification. Ce parti pris, en lui-même, mérite d’être commenté. La stratégie d’anonymisation ne s’explique sans doute pas par des raisons de censure : outre le fait que la liberté de la presse, reconnue dans l’article XI de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, est effective au moment de la parution du texte, d’éventuelles poursuites pour diffamation sont rendues difficiles par l’anonymat dont est revêtue la publication de la Requête. Il semble dès lors plus pertinent de s’interroger sur la raison d’être de ce qui apparaît comme une mise en scène de l’autocensure : serait-ce une manière d’insinuer que les locutrices, pourtant promptes à produire un discours virulent, manifesteraient quelque réticence à désigner ouvertement les adversaires qu’elles égratignent au passage, sur le mode de l’ironie, certains d’entre eux se trouvant peut-être parmi les « illustres législateurs qui décorent les sieges » de l’« assemblée » de ceux auxquels elles s’adressent ?

[Des revendications

Même si l’on ne relève dans le texte aucune allusion à la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne d’Olympe de Gouges, vraisemblablement parue avant ce texte, la Requête n’en entretient pas moins des rapports intertextuels étroits avec la teneur de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, implicitement convoquée à plusieurs reprises : l’objet de la « requête » consiste, pour les locutrices, à dénoncer vis-à-vis de leurs interlocuteurs une exclusion « des places, des dignités, des honneurs » (p. [1]83 ; voir aussi p. 4), et peut-être d’abord (« sur-tout »), « du droit de siéger au milieu d[’eux] » (p. [1]).

Le « Projet de décret », qui fait écho à cette plainte, exprime, d’une manière positive, l’aspiration à bénéficier d’une égalité des droits. Il s’agit donc d’abord de revendiquer des droits civiques, dans le droit fil de ce que les locutrices déploraient de leur privation au début du texte. Le septième article, particulièrement audacieux, l’exprime sans ambage :

7o. Toutes les personnes du sexe féminin pourront être admises indistinctement aux assemblées de district & de département, élevées aux charges municipales, & même députées à l’assemblée nationale, lorsqu’elles auront les qualités exigées par la loi des élections.

Et d’ajouter qu’« Elles y auront voix » non seulement « consultative » mais aussi « délibérative » (p. 13)84. Il est aussi question de droits civils, à commencer par les droits juridiques : au sein d’un arsenal qui considère les femmes comme des individus minorés, il s’agit de ne plus conditionner la jouissance des droits afférents à l’autorisation d’un mari (art. 4, p. 12). Faisant encore pendant à l’exclusion, précédemment signalée, des « places » et « dignités » (p. [1]), quels que soient les « talens » (p. 4), certaines dispositions concernent l’accès des femmes à des professions considérées comme masculines : la magistrature (art. 8), l’armée (art. 9, p. 13), et même la prêtrise (art. 10, p. 14). Il en va de même pour les « honneurs » (p. [1]), en particulier les « récompenses & dignités militaires » (art. 9, p. 13).

C’est dire que, même en contexte révolutionnaire, le programme, qui aborde tous les aspects (voter, porter les armes, délibérer dans les assemblées) qui définissent ce que l’on ne nomme pas encore la citoyenneté85. »] OF

Texte radical ou à charge ?

L’ambiguïté du texte tient à ce qu’il met en avant des revendications qu’une relecture actuelle pourrait considérer comme avant-gardistes et proto-féministes : faut-il rappeler que ce n’est qu’en 1944 que le droit de vote est accordé aux femmes, et qu’il faut attendre 1965 pour qu’elles se voient reconnue une indépendance financière – ouvrir un compte en banque, signer un contrat de travail sans l’autorisation de leur mari ? Il n’en est pas moins nécessaire de procéder à une contextualisation du discours, au sein duquel, du reste, des prises de position progressistes voisinent avec des stéréotypes genrés voire des traits franchement misogynes.

Stéréotypes de genre

Certains passages du texte semblent certes tenir à distance les clichés les plus répandus sur la nature féminine, en particulier ceux liés à la faiblesse, à la frivolité et aux agréments : l’implication des femmes dans les événements récents de l’« étonnante révolution qui vient de s’opérer » ont révélé ce qu’il en est de « ce sexe si foible, si frivole en apparence, ce sexe qui semble n’être propre qu’à la toilette, à l’amusement & aux graces » (p. 8-9). Elle les a aussi montrées capables de produire des « raisonnemens énergiques » (p. 9) – mais on verra plus loin qu’ils sont aussi « frappans ». Et c’est en raison de leurs « talens », rendus manifestes par leur zèle patriotique, plutôt que de « l’éclat » de leurs « attraits », que les locutrices invitent les hommes de l’Assemblée nationale à « consent[ir] à partager avec [elles leur] empire » (p. 11). Ailleurs, toutefois, le discours reprend – et par là même entérine – les mêmes stéréotypes, comme on peut l’observer dans la manière de désigner, dès le début du texte, la collectivité des femmes comme la « moitié » du genre humain, à grand renfort de superlatifs : « la plus belle, & la plus aimable moitié des habitans de ce vaste royaume » (p. [1]) ; « la plus douce & la plus intéressante moitié d’entre vous » (p. 3). Parmi les articles du « Projet de décret », le bénéfice escompté de l’accès des femmes à la magistrature, en « réconcili[ant] le public avec les tribunaux de la justice », consisterait à « y faire asseoir la beauté » et à « y voir présider les graces » (art. 8, p. 13)…

Ailleurs encore, la portée du discours est en quelque sorte désamorcée, voire décrédibilisée, par tout un ensemble de traits misogynes sans grande finesse, notamment sur la volubilité des femmes et la valeur de leurs paroles. Ainsi, à propos de l’injustice qu’il y a à réduire les femmes au silence :

tandis que vous ouvrez toutes les bouches, que vous déliez toutes les langues, vous nous forcez, nous, pour qui c’est une si antique, une si douce habitude, de parler, vous nous forcez de garder un triste & honteux silence, & vous nous privez du plaisir de faire entendre notre voix harmonieuse, notre aimable caquet aux représentans de la plus galante, & de la plus aimable des nations ! (p. 4)

Le trait, qui reprend le discours topique sur les éternelles bavardes (les femmes ne peuvent pas s’empêcher de parler ; elles sont mues par la simple et unique envie de faire entendre leur voix), se trouve renforcé par l’évocation péjorative du « caquet », qui laisse clairement entendre que ce que disent les femmes n’est que piaillements et futilités. L’article qui décrète le « droit » des femmes à prendre part aux débats qui se déroulent dans les assemblées, jusqu’à la plus prestigieuse d’entre elles, fait « cependant » état d’une réserve : « y parler tour à tour, afin qu’on puisse savourer plus aisément les belles choses qui sortiront de leur bouche. » (art. 7, p. 13) À l’ironie qui s’attache à l’évocation de ces « belles choses » s’ajoute l’implicite de la précaution à prendre, faute de quoi la parole indisciplinée des femmes risquerait de tourner à la cacophonie générale.

C’est encore de paroles dont il est question lorsque sont évoquées certaines « femmes illustres » (p. 4). On ne reviendra pas sur les « discussions froides, longues, lourdes & lâches » ni sur les « ouvrages narcotiques » censés « calmer les cerveaux exaltés » : « l’immortelle Dacier toute seule » serait capable de rivaliser « avec avantage » avec ses homologues masculins (p. 6). A contrario, ce qui est retenu de l’« immortelle le Couvreur », de la « divine Clairon » et de l’« incomparable Dangeville », c’est plutôt « le pouvoir » de leur « voix céleste sur les oreilles & le cœur des François », l’« impression touchante » qu’elles seraient susceptibles de produire « sur nos galans députés » (p. 7). Et lorsque le texte souligne « les ressources » de leur « génie », « le piquant » de leurs « graces », « les charmes » de leur « éloquence », il est sans doute question de l’envoûtement engendré, au sens littéral, par ces charmes, mais aussi, par effet de syllepse, de leurs attraits, renouant avec les turpitudes morales couramment prêtées aux comédiennes : peu avant, les « histrions » étaient rapprochés, au sein d’une énumération, des « courtisannes » (p. 7), ce qui peut encore être rapproché de l’évocation, en amont, de « nos petites maîtresses, nos héroïnes de coulisses, nos modernes Phrynés » qui l’emportent par leur talent de « faire parade » de leurs « graces légeres », de leur « ton de mignardise & d’afféterie », des « aimables riens » et du « brillant verbiage » (p. 5-6). On n’en comprend que mieux que, si les femmes accèdent à la prêtrise, elles promettent en contrepartie de limiter leurs emportements afin de ne pas distraire les « auditeurs » : « comme la piété des fideles est notablement diminuée, ledit sexe promet & s’engage, quand il montera dans la chaire de vérité, de modérer la grandeur de son zèle, & de ne pas trop long-temps exercer l’attention des auditeurs. » (p. 14) Ce sont les derniers mots du texte.

[Réversibilité du discours

À la lumière de ces analyses, il est alors possible de proposer une réorientation de l’interprétation des revendications portées par les locutrices que le texte met en scène. Il s’agirait moins de faire entendre, de manière sérieuse, un discours en faveur de l’égalité des droits civils et politiques entre les hommes et les femmes que de rendre difficilement audible un tel discours qui, au même moment, se donne à lire dans d’autres textes. Anne Soprani cite en particulier le Cahier des doléances et réclamations des femmes, signé par une certaine « Madame B*** B*** »86, et la Pétition des femmes du tiers-état au roi87, et elle ajoute :

Ces deux cahiers de doléances ne furent pas les seuls ; la multitude des réclamations des femmes amena les hommes à noyer ces requêtes équitables sous un flot de faux griefs et de doléances inventées. Mais ces libelles, rédigés par des hommes pour se moquer du mouvement qui se dessinait, témoignent, par le fait même, de la vigueur et de l’ampleur de la manifestation féminine88.

On verra qu’en effet, selon l’analyse d’A. Soprani, « Le but de cette pétition était, avant tout, de chercher à perturber les lecteurs en leur suggérant les effets néfastes d’un partage du pouvoir avec les femmes89 ».

Il s’agit d’abord, de manière peu subtile, de décrédibiliser le discours prêté aux « Dames » en insérant, parmi leurs revendications, des prétentions ridicules. On ne reviendra pas sur l’accès à la prêtrise, déjà relevé par A. Soprani. L’article 5 du « Projet de décret » s’inscrit dans la même veine : « La culotte ne sera plus le partage exclusif du sexe mâle, mais chaque sexe aura droit de la porter à son tour. » (p. 12) À l’horizon de cette proposition se donne à entendre l’expression porter la culotte, qui n’est certes pas encore attestée par le Dictionnaire de l’Académie française90, mais qui est appelée à une certaine fortune en langue et en discours. Si le texte insinue qu’il s’agit là d’une transgression grotesque des usages, notamment vestimentaires91, s’exprime aussi de manière plus sourde une inquiétude face à des exigences jugées irrecevables en termes de partage du pouvoir, dont la culotte est ici l’exemple type.

Car, comme l’a remarqué A. Soprani, les préoccupations (masculines) se cristallisent autour de la question du pouvoir des femmes, notamment dans sa composante politique. L’article 7 du « Projet de décret », qui instaure un « droit » pour les femmes de siéger, y compris à l’Assemblée nationale, avec « voix consultative & délibérative » justifie ainsi cette revendication : « ce droit peut d’autant moins leur être refusé, qu’elles ont déjà celui de juger l’assemblée elle-même… » (p. 13) Le passage fait écho à ce qui était dit plus haut des modalités de leur présence en séance :

N’est-ce pas lui92 enfin qui, sacrifiant sans peine ses intérêts les plus précieux, abandonnant à des mains vulgaires le travail honteux de la quenouille, le soin trivial & fastidieux du ménage, vient tous les jours, & avec une infatigable constance, annoblir & décorer de sa présence les tribunes du sénat François, diriger ses travaux, animer son courage, prévenir ses erreurs, applaudir à ses succès ? (p. 10)

Le problème n’est évidemment pas que les femmes assistent – muettes – aux débats93 : on retrouve ici le discours topique sur la fonction ornementale du « beau sexe », qui « annobli[t] & décor[e] de sa présence les tribunes ». Plus difficile à tolérer est qu’elles puissent faire entendre, sous la forme d’un jugement (« juger l’assemblée elle-même », comme on l’a vu plus haut), une position personnelle sur les débats : passe encore qu’elles encouragent (« animer son courage ») le « sénat François », mais de là à exercer une faculté de discernement entre « ses succès » (à « applaudir ») et « ses erreurs » (à « prévenir »), il y a un pas que les locutrices franchissent un peu trop allègrement. Et il est plus difficile encore d’admettre qu’elles puissent prendre une part active aux échanges qui s’y déroulent en allant jusqu’à prétendre « diriger ses travaux ». Dans le cadre d’une énonciation biaisée envahie par une ironie diffuse, on en conclura alors que le fait d’abandonner à d’autres « le travail honteux de la quenouille, le soin trivial & fastidieux du ménage », loin d’être un sacrifice honorable, constitue, pour ce « sexe », un reniement scandaleux de « ses intérêts les plus précieux ». L’enjeu est ici de dénoncer la transgression de la partition genrée des sphères privée et publique : en délaissant les « intérêts » liés à la domesticité, les femmes s’aventurent avec présomption dans l’espace public réservé aux hommes, en l’espèce l’un des plus prestigieux, celui d’une assemblée alors chargée d’inventer un nouveau cadre de vie pour « un peuple nouveau, un peuple de citoyens, de sages, d’heureux » (p. 2). Même si la perspective n’est ici que suggérée, la hantise est bien présente, dans le sous-texte du discours, d’une prise de pouvoir des femmes94.

La célébration en demi-teinte de l’action politique des femmes fait encore entendre une autre source d’inquiétude, liée à la violence à laquelle peut se livrer un « sexe si foible, si frivole en apparente » (p. 9). Outre que le texte fait précisément entendre, dans le réquisitoire prononcé à l’encontre du haut clergé, mais aussi, on l’a vu, de la collectivité des hommes, des emportements de langage caractéristiques d’une violence verbale, parmi les événements implicitement convoqués pour étayer les « actions éclatantes » et « hauts-faits », deux retiennent ici l’attention. La « conver[sion] », en juin 1789, du « vénérable chef de l’église gallicane », présentée comme le résultat d’une action rhétorique mettant en jeu une « rapide & bruyante éloquence » et des « raisonnemens énergiques et frappans » (p. 9), est d’abord le fait d’arguments qui – l’italique suggère une syllepse de sens – sont destinés à frapper les esprits autant que les corps : la note (1) évoque la fuite de l’archevêque de Paris, « poursuivi à Versailles par la populace95, & sur-tout par les femmes », et Jean Duchene rappelle que Mgr de Juigné a été en butte à « une hostilité populaire allant jusqu’à la lapidation de son carrosse dans les rues de Versailles le 24 juin96 ». Il est aussi question, dans la foulée, à partir de la mention, anodine en apparence, des « monumens fameux, destinés tour à tour à dissiper les ombres de la nuit, & à annoncer la brillante aurore de notre liberté » (p. 9), autrement dit « Les réverberes » – la note (2) fournit la clé de l’énigme –, des exécutions qui s’effectuent « à la lanterne », la plus récente d’entre elles étant la mise à mort du surintendant des Finances et de l’intendant de Paris en juillet 1789. À ce niveau encore, suggère le texte, il convient de se méfier de semblables déportements.] OF

La Requête des Dames, à l’Assemblée nationale est donc un texte éminemment complexe, qui fait entendre à la fois certaines revendications, certes présentées comme intolérables car relevant de ce qui apparaît, en contexte, comme des interdits de penser, mais promises, rétrospectivement, à un bel avenir, et un discours à charge qui mobilise et renforce toutes sortes de stéréotypes genrés et fait bon accueil à des traits misogynes sans finesse.

En ce qu’elle tient un discours réversible sur l’égalité entre hommes et femmes, autant sur le plan politique que social, cette Requête est ainsi un texte ambigu qui suscite encore aujourd’hui des questionnements sur son attribution. Qu’il émane d’un groupe de femmes ou – plus probablement – d’un homme ou d’un groupe d’hommes, il n’en reste pas moins qu’il met en lumière, en plein ou en creux, un certain nombre de préoccupations relatives à la place des femmes dans la société nouvelle qui naît de la Révolution française.

Réception

Aucune trace de réception contemporaine au texte n’a été trouvée.

Éléments de bibliographie

Autres éditions du texte

Le texte a été transcrit dans Les tracts féministes au xviiie siècle, publiés avec une introduction par Colette Michael, Genève, Slatkine, 1986, p. 137-142. Cette édition ne comporte cependant aucune annotation ni aucun commentaire.

Des extraits du texte sont cités par Anne Soprani dans La Révolution et les Femmes de 1789 à 1796, Paris, MA Éditions, 1988, p. 21 : ces extraits ne sont pas annotés.

Études

Mélina Deneux, « La Révolution française : et les femmes ? Analyse de discours sur l’égalité », Mémoire de Master 2 Genre, littératures, cultures, sous la direction d’Olivier Ferret, Université Lumière Lyon 2, 2021.

Béatrice Didier, Écrire la Révolution, 1789-1799, Paris, PUF, 1989.

Christine Fauré, « Doléances, déclarations et pétitions, trois formes de la parole publique des femmes sous la Révolution », Annales historiques de la Révolution française, no 344, avril-juin 2006, p. 5-25 <https://journals.openedition.org/ahrf/5823>.

Dominique Godineau, « Le genre de la citoyenneté, ou quelle identité politique pour les femmes pendant la Révolution française ? », dans Genre, femmes, histoire en Europe : France, Italie, Espagne, Autriche, dir. Anna Bellavitis et Nicole Edelman, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011, p. 315-339 <https://books.openedition.org/pupo/2901>.

—, « Le vote des femmes pendant la Révolution française », dans La démocratie « à la française » ou les femmes indésirables, dir. Éliane Viennot, Paris, Publications de l’Université Paris 7, 1996, p. 199-211 <https://revolution-francaise.net/2008/03/12/215-privees-notre-sexe-droit-honorable-donner-suffrage>.

Karen Offen, Les féminismes en Europe, 1700-1950 [2000], trad. Geneviève Knibiehler, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012.

Anne Soprani, La Révolution et les Femmes de 1789 à 1796, Paris, MA Éditions, 1988, chap. 1, « Les femmes exclues des États généraux », p. 15-25.

Éliane Viennot, Et la modernité fut masculine, La France, les femmes et le pouvoir, t. III, 1789-1804, Paris, Perrin, 2016.



Citer ce billet
oferret (2022, 20 mai). Requête des Dames, à l’Assemblée nationale. Master Genre, littératures, cultures. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oz85

  1. Allusion à un mot du mathématicien et homme de lettres Jean Le Rond D’Alembert, rapporté, entre autres, dans le compte rendu des Matinées Sénonoises dans L’Année littéraire (t. III, octobre 1789, p. 20-21), date proche de celle de la première édition du présent texte : dans une assemblée de gens de lettres, en réponse à Mme de Forgeville, qui demandait « quel bien avoient fait à l’humanité les Philosophes du siécle qu’elle entendoit vanter sans cesse », « Quel bien ils lui ont fait, Madame, répondit d’Alembert ?Ils ont abattu la Forêt des préjugés, qui la séparoit du chemin de la Vérité. — Je ne suis plus surprise, lui dit la Dame en riant,si vous nous débitez ici tant de Fagots. » []
  2. Voir la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, art. VI : « Tous les citoyens étant égaux à ses yeux [de la loi], sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autres distinctions que celles de leurs vertus et de leurs talens. » [OF] []
  3. Allusion à l’abolition sans indemnité de l’exclusivité seigneuriale sur la chasse parmi les décrets des 4, 6, 7, 8 et 11 août 1789, art. III : « Le droit exclusif de la Chasse & des garennes ouvertes est […] aboli, & tout Propriétaire a le droit de détruire & faire détruire, seulement sur ses possessions, toute espece de gibier, sauf à se conformer aux Loix de Police qui pourront être faites relativement à la sûreté publique. » (Lettre du Roi à l’Assemblée nationale. Réponse du Roi à l’Assemblée nationale. Décrets de l’Assemblée Nationale, des 4, 6, 7, 8 & 11 Août 1789, Lyon, de l’Imprimerie du Roi, 1789 <https://books.google.fr/books?id=Np7A5Q3PqwYC>, p. 13) Sur la question de la suppression du régime féodal entre 1789 et 1793, voir Jean-Jacques Clere, « L’abolition des droits féodaux en France », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no 94-95, 2005, p. 135-157 <https://journals.openedition.org/chrhc/1227>. [OF] []
  4. « Petite calèche à deux roues fort légère et découverte. C’est ce qu’on nomme aussi Cabriolet. » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798) []
  5. Le Dictionnaire de l’Académie française (éd. 1798), qui rappelle que « Parmi les Romains, on appeloit ainsi Les Fermiers des deniers publics », signale aussi que « Aujourd’hui dans le style familier, on appelle Publicains, Les Traitans et les gens d’affaires » : « mais alors il se dit toujours en mauvaise part. » Ce que confirme ici l’adjectif superbe, « Orgueilleux, arrogant, qui s’estime trop, qui présume trop de lui ». []
  6. Le Dictionnaire de l’Académie française (éd. 1798) signale que l’adjectif révérendissime « est un titre d’honneur plus relevé que celui de Très-Révérend, et que l’on donne aux Évêques, aux Archevêques et aux Généraux d’Ordres » : « Monseigneur l’Illustrissime et Révérendissime Archevêque de…. Le Révérendissime Père Général des Capucins. La Révérendissime Mère Générale. » []
  7. La question de l’esclavage est une des préoccupations politiques de la seconde moitié du xviiie siècle et de la Révolution. La Société des amis des Noirs, fondée en février 1788 par Brissot, Clavière et l’abbé Grégoire, plaide en faveur de son abolition, qui ne sera cependant effective qu’en 1794. []
  8. Au sens étymologique de non-noble : « Qui est bas, qui sent l’homme de basse extraction. » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798) [OF] []
  9. Selon le Dictionnaire de l’Académie française (éd. 1798), monseigneuriser signifie « Donner le titre de Monseigneur », c’est-à-dire un « Titre d’honneur que l’on donne en parlant ou en écrivant aux personnes distinguées par leur naissance ou par leur dignité ». L’adjectif fat (« Impertinent, sans jugement, plein de complaisance pour lui-même ») « se met plus ordinairement au substantif ». []
  10. Voir les Psaumes (cii, 5) : David invite à bénir le Seigneur « qui renouvelle votre jeunesse comme celle de l’aigle » (traduction Lemaître de Sacy). []
  11. Au sens, attesté par le Dictionnaire de l’Académie française (éd. 1798), de « Supporter ». []
  12. Voir la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, art. I : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits » [OF]. []
  13. Au sens de « Émouvoir, toucher » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1762, 1798). [OF] []
  14. Au sens d’« Assujettir » : « Vous ne sauriez captiver cet esprit. » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798). [OF] []
  15. « Babil. Caquet importun. Avoir bien du caquet. Avoir trop de caquet. Elle a le caquet bien affilé. Cet homme-là n’a que du caquet. » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798) []
  16. Voir, ci-dessus, n. 2. [OF] []
  17. Tous ces noms propres, ici employés en antonomase, font références à des figures féminines importantes, la plupart des reines, toutes célèbres et représentantes de la puissance féminine. Sémiramis était une reine légendaire d’un vaste royaume qui s’étendait de l’Anatolie au Plateau iranien. Zénobie était reine de Palmyre, soupçonnée d’être responsable du meurtre de son époux le roi Odenath dont le règne s’étend de 260 à 267. Les trois noms suivants font référence à des reines qui ont marqué l’histoire de la France ou de d’autres pays : Elisabeth Ire, reine d’Angleterre et d’Irlande (1558-1603) ; Anne d’Autriche, épouse de Louis XIII, reine de France (1615-1643) puis régente pendant la minorité de Louis XIV (1643-1651) ; Catherine de Médicis, épouse de Henri II, reine de France (1547-1559) puis régente pendant la minorité de Charles IX (1560-1563), mais on songe aussi à l’impératrice Catherine II, qui est alors sur le trône de Russie depuis 1762. []
  18. Références obscures. []
  19. Personnage biblique qui apparaît dans le Livre de Judith, jeune femme juive, vierge et pieuse, Judith sauve son peuple en tuant le général assyrien Holopherne qui, après avoir massacré une grande partie du peuple juif, assiège Béthulie. Elle représente ici les qualités de courage et d’intelligence puisqu’elle parvient à décapiter le roi après l’avoir séduit. []
  20. Autre figure courageuse et tenace dans l’Ancien Testament, reconnue comme la seule femme juge des textes bibliques (voir Juges, iv et v) : libératrice d’Israël, elle est dotée de dons prophétiques. []
  21. Héroïne de l’histoire de France, sainte de l’Église catholique et figure guerrière, également appelée « la Pucelle d’Orléans ». []
  22. Sans doute la comtesse de Saint-Balmont, présentée, dans le Dictionnaire portatif des femmes célèbres, comme « l’honneur de son sexe », car « Elle avoit sçu joindre la fierté d’un militaire à la modestie d’une femme vertueuse » : « en habit d’homme », elle provoque en duel un officier de cavalerie qui lui a manqué de respect et a « l’avantage sur lui » (Paris, Belin et Volland, 1788, t. I <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5795129j>, p. 276). Voir Jean-Marie de Vernon, L’Amazone chrétienne ou les Aventures de Madame de Saint-Balmon (1678), éd. René Muffat, Paris, E. de Soye, 1873 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5815094t> Voir Dominique Godineau, « De la guerrière à la citoyenne. Porter les armes pendant l’Ancien Régime et la Révolution française », Clio. Femmes, Genre, Histoire, no 20, 2004, p. 43-69 <https://journals.openedition.org/clio/1418>, § 5. [OF] []
  23. Référence obscure. []
  24. La marquise de Sévigné (1626-1696), femme de lettres et épistolière française. []
  25. Mme de Maintenon (1635-1719), devenue marquise à la suite de la mort de son époux Paul Scarron, est la gouvernante des enfants naturels de Louis XIV ; elle épouse secrètement le roi en 1683 et exerce dès lors une grande influence. Elle entretient toute sa vie une abondante correspondance qui a été éditée au xviiie siècle sous le titre : Lettres de Madame de Maintenon, contenant des lettres à differentes personnes, celles à Mr d’Aubigné et celles à Mr et Me de Villette, s.l., 1758, 8 tomes en 4 vol. []
  26. Françoise de Graffigny (1695-1758), romancière et autrice dramatique, est l’une des femmes de lettres françaises les plus importantes de la littérature du xviiie siècle. []
  27. Références obscures. []
  28. Trait décoché à l’encontre de Bertrand Barrère de Vieuzac (1755-1841), fondateur, le 19 juin 1789, du journal Le Point du jour, qui relate les séances parlementaires jusqu’à la fin de l’Assemblée Constituante. Voir le Dictionnaire des journalistes <https://dictionnaire-journalistes.gazettes18e.fr/journaliste/032-bertrand-barere-de-vieuzac>. []
  29. Références obscures. []
  30. Phrynes, ou Phryné, courtisane célèbre du ive siècle avant notre ère. []
  31. « Il se dit, par allusion aux anciens habitants de la ville de Sybaris, d’Un homme qui mène une vie molle et voluptueuse. » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1762, 1798 []
  32. Allusion au droit de veto (« je m’oppose »), accordé à Louis XVI le 11 septembre 1789, qui, en régime de monarchie constitutionnelle, permet au roi de ne pas sanctionner par son autorité les lois votées par l’Assemblée. [OF] []
  33. Référence aux marchandes de la Halle, souvent désignées comme les harengères, femmes du peuple au langage grossier et aux mauvaises manières. Le Dictionnaire de l’Académie française (éd. 1798) atteste le sens figuré et familier de « femme qui se plaît à quereller et à dire des injures » : « Crier comme une harengère. Dire des injures comme une harengère. Parler comme une harengère. » []
  34. Références obscures. []
  35. « Qui assoupit. » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798 []
  36. Anne Dacier (1645-1720), grande philologue et traductrice d’Homère. []
  37. Selon l’Encyclopaedia Universalis, né à Chalcis en Eubée au ive siècle avant notre ère, Lycophron, a été chargé par Ptolémée Philadelphe de classer les comédies de la Bibliothèque d’Alexandrie. Il aussi écrit un traité, aujourd’hui perdu, Sur la comédie. On ignore qui est ici désigné comme le « moderne Lycophron ». []
  38. Références obscures. []
  39. Référence obscure. []
  40. Référence obscure. []
  41. « Bâteleur, Baladin, Joueur de farces », selon le Dictionnaire de l’Académie française (éd. 1798), qui rappelle que « Ce terme s’est dit autrefois de toutes sortes de Comédiens, suivant la signification Latine » et qu’« On ne le dit présentement que par mépris ». []
  42. En référence à Caton l’Ancien ou le Censeur (iie siècle avant notre ère), l’antonomase désigne un homme sage, austère ou qui affecte de l’être. []
  43. Allusion à l’Éloge de la folie (1511). []
  44. Trois actrices particulièrement célèbres au xviiie siècle : Adrienne Lecouvreur (1692-1730), Claire Josèphe Hippolyte Léris, dite « Mlle Clairon » (1723-1803), Marie-Anne Botot, dite « Mlle Dangeville la Jeune » (1714-1796). []
  45. Références obscures. []
  46. Néologisme qui n’est attesté dans aucun dictionnaire. [OF] []
  47. Par antonomase, trois mystiques chrétiennes déclarées saintes par l’Église : Thérèse d’Avila (1515-1582), religieuse espagnole, canonisée en 1622 ; Catherine de Sienne (1347-1380), religieuse italienne, canonisée en 1461 ; Jeanne-Françoise Fremyot de Chantal (1572-1641), religieuse française bourguignonne, fondatrice, avec François de Sales, de l’ordre de la Visitation avec saint François de Sales, canonisée en 1767. []
  48. Références obscures. []
  49. Comprendre qu’il n’est pas nécessaire de « Faire un larcin », de « prendre en cachette ce qui appartient à autrui » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798) puisque l’actualité, en France, fournit des exemples tout aussi probants. []
  50. Au sens, attesté par le Dictionnaire de l’Académie française (éd. 1798), de « Rendre illustre ». [OF] []
  51. Le terme, qui a un sens très fort dans la langue classique, « signifie » ici « Admiration », comme l’indique l’exemple fourni par le Dictionnaire de l’Académie française (éd. 1798) : « Cette action fera l’étonnement des siècles futurs. » [OF] []
  52. Le terme qui, employé absolument, désigne « la table […] chargée de ce qui sert à la parure d’une femme », « se dit aussi pour Les détails de l’ajustement, l’habillement soigné » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798). [OF] []
  53. Selon l’article GALLICANE (1757) de l’Encyclopédie, « L’église gallicane est l’assemblée des prélats de France » (t. VII, p. 450a). [OF] []
  54. Au sens figuré de « Rompre les mesures prises par une ou par plusieurs personnes » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798). []
  55. « Gouvernement domestique, et tout ce qui concerne la dépense et l’entretien d’une famille. » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798) [OF] []
  56. Allusion aux femmes qui assistent aux séances de l’Assemblée et que l’on appellera, à partir de 1793, les « tricoteuses ». Voir Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Aix-en-Provence, Alinea, 1988. [OF] []
  57. Dans La Science parfaite des Notaires, ou le Parfait Notaire, livre V, chap. xviii (« Formules de Contrats de constitution & des autres Actes qui se font en conséquence »), Ferrière donne pour exemple de ratification d’un contrat de constitution le modèle suivant : « Et le [laissé en blanc] jour de [laissé en blanc] pardevant, &c. sont comparus Jean [laissé en blanc] Marchand, demeurant en la Ville de [laissé en blanc] & Catherine [laissé en blanc] sa femme de lui autorisée à l’effet des presentes […] » (nouvelle édition, Paris, Mouchet, 1758, t. I <https://books.google.fr/books?id=TA7Pu9YvKXUC>, p. 396). [OF] []
  58. L’expression figurée et considérée comme familière « porter la culotte » n’est attestée que dans l’édition de 1935 du Dictionnaire de l’Académie française : « Cette femme porte la culotte, Elle est plus maîtresse dans sa maison que son mari. » []
  59. À l’appui de son examen de « quelques propositions de punitions, qui recommandent que les soldats fautifs soient revêtus d’un habit de femme », Naoko Seriu cite le texte de Notes sur l’infanterie (1769), qui stipule, par exemple, que « le lâche sera couvert d’une jupe de femme » (« Du féminin dans les discours militaires au xviiie siècle », Genre & Histoire, no 1, automne 2007, <https://journals.openedition.org/genrehistoire/103>, § 5. []
  60. « Terme de Pratique », qui désigne une « Étendue de Juridiction » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798). [OF] []
  61. « On appelle […] Bâton de Maréchal, ou simplement Bâton, La dignité de Maréchal de France. […] Et on appelle Bâtons de Maréchal, Les deux bâtons fleurdelisés que les Maréchaux de France portent derrière leur écu, passés en sautoir. » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1798) [OF] []
  62. Le Dictionnaire de Trévoux (éd. 1771), à l’article « Dévot, ote », indique que « Les femmes sont appelées par S. Augustin & par l’Eglise, le sexe dévot. » [OF] []
  63. NdA. Alors que Mgr de Juigné, archevêque de Paris, élu député du clergé aux États généraux, s’est opposé, le 19 juin, à la réunion des trois ordres, son carrosse est lapidé dans les rues de Versailles le 24 juin : il doit rejoindre dès le 26 la chambre des Communes. Voir Jean Duchene, « Monseigneur Leclerc de Juigné (1728-1811) archevêque de Paris de 1782 à 1801 », Histoire, économie & société, 1994, 13e année, no 4, p. 605-608 (p. 606) <https://www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_1994_num_13_4_1716>. []
  64. NdA. Possible allusion à l’exécution « à la lanterne » de Jean-François Foullon, dit « Foulon de Doué », surintendant des Finances en remplacement de Necker, et de Berthier de Sauvigny, intendant de Paris, le 22 juillet 1789. Voir Alain Cohen, « L’assassinat de l’Intendant de Paris le 22 juillet 1789, un prélude à la Grande Peur », La Révolution française [En ligne], no 12, 2017, mis en ligne le 15 septembre 2017 <https://journals.openedition.org/lrf/1828>. Voir aussi Camille Desmoulins, Discours de la lanterne aux Parisiens, En France, l’an premier de la liberté [1789] <https://books.google.fr/books?id=OpZA_LWLVS0C>, p. 11. OF []
  65. NdA. Allusion à la marche des femmes vers Versailles, les 5 et 6 octobre 1789, à l’issue de laquelle la famille royale est contrainte de venir résider à Paris : selon les rumeurs relayées par la presse, il y aurait eu un projet d’évasion du roi. Voir les Révolutions de Paris, no XIII <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10511466>, p. 19 : « On sollicitoit alors le roi de sortir de Versailles, des voitures étoient chargées, préparées. » Prudhomme ajoute cependant qu’« Il s’y est refusé avec une énergie, une constance, disons mieux, avec une confiance qui honore également le monarque & son peuple ». Sur les journées d’Octobre, voir la rubrique « Contexte de rédaction » du dossier critique de l’édition de Nolwenn Grall : Les Héroïnes de Paris, ou L’entière liberté de la France, par les Femmes, [Paris], Knapen fils, 5 octobre 1789. [OF] []
  66. NdA. Prudhomme fournit une version différente de l’anecdote, à l’annonce de l’arrivée du roi et de sa famille à Paris, le 6 octobre : « Dès qu’on sut ette heureuse nouvelle, le peuple se répandit en foule dans toutes les rues. […] Une pluie abondante & continuelle ne put dissiper la foule immense qui s’étoit rassemblée sur les lieux où le roi devoit passer. On se rappelloit alors ce mot d’Henri IV, ils sont affamés de voir un roi. » (Révolutions de Paris, no XIII, p. 23). [OF] []
  67. NdA. Allusion au don patriotique des femmes d’orfèvres qui, le 7 septembre 1789, viennent en députation à l’Assemblée nationale faire l’offrande de leurs bijoux. [Voir la rubrique « Contexte de rédaction » du dossier critique de l’édition de Clémentine Peraud-Pommier : Discours prononcé par Mme Rigal, dans une Assemblée de femmes artistes et orfevres, tenue le 20 Septembre. Pour délibérer sur une Contribution volontaire, s.l.n.d. [1789] OF] []
  68. Voir, ci-dessus, l’annotation du texte, n. 3. []
  69. On exclura en revanche la dernière acception possible, qui désigne « Des femmes de la plus basse condition » car « alors c’est comme une espèce de titre qu’on leur donne, et qu’on joint toujours à leur nom, soit en parlant d’elles, soit en parlant à elles » : « Dames Françoises. Dame Nicole. » []
  70. Éliane Viennot, Et la modernité fut masculine, La France, les femmes et le pouvoir, t. III, 1789-1804, Paris, Perrin, 2016, p. 54. La datation du texte fait également débat : Karen Offen écrit ainsi que cette « brochure remarquable » a été imprimée « peu après la marche des femmes sur Versailles », les 5 et 6 octobre 1789 (Les féminismes en Europe, 1700-1950 [2000], trad. Geneviève Knibiehler, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. XXX). []
  71. Béatrice Didier, Écrire la Révolution, 1789-1799, Paris, PUF, 1989, chap. 4, « Les femmes dans la lutte », p. 62, n. 7. []
  72. Anne Soprani, La Révolution et les Femmes de 1789 à 1796, Paris, MA Éditions, 1988, chap. 1, « Les femmes exclues des États généraux », p. 19. []
  73. Ibid., p. 22. []
  74. Voir, ci-dessus, l’annotation du texte, n. 32. []
  75. Voir, ci-dessus, l’annotation du texte, n. 3. []
  76. Voir, ci-dessus, l’annotation du texte, n. 2, 12 et 16. []
  77. Voir, ci-dessus, n. 65. []
  78. Christine Fauré, « Doléances, déclarations et pétitions, trois formes de la parole publique des femmes sous la Révolution », Annales historiques de la Révolution française, no 344, avril-juin 2006, p. 5-25 <https://journals.openedition.org/ahrf/5823> []
  79. Encyclopédie, art. REQUETE (1765), t. XIV, p. 162a. []
  80. Le trait s’entend en résonance avec l’évocation, peu avant, de l’indignité de l’esclavage. De nombreux textes contemporains effectuent ce rapprochement entre la condition des « noir[s] Africain[s] » (p. 2) et celle des femmes. Sur « la valeur heuristique » de cette « analogie », voir Olivier Ferret, « De l’esclavage des femmes », Dix-huitième siècle, no 55, 2023, à paraître. []
  81. Dans le « Supplément » ajouté à la fin du tome II du Dictionnaire de l’Académie française (éd. 1798), qui contient « les mots nouveaux en usage depuis la Révolution », le substantif aristocrate est défini comme le « Nom donné depuis la Révolution Françoise aux partisans de l’ancien régime ». Sur les « catégories piégées » que sont la « noblesse » et l’« aristocratie », voir Maxime Triquenaux, « Des aristocrates de papier. Trois figurations littéraires de nobles à la fin de l’Ancien Régime (Besenval, Polignac, Richelieu) », thèse de doctorat en lettres et arts, mention langue et littérature françaises, soutenue, sous la direction d’Olivier Ferret, à l’université Lumière Lyon 2 le 7 novembre 2020, « Préambule », p. 45-91. []
  82. Voir, ci-dessus, l’annotation du texte, n. 28. []
  83. Voir, ci-dessus, l’annotation du texte, n. 2. []
  84. Voir Dominique Godineau, « Le vote des femmes pendant la Révolution française », dans La démocratie « à la française » ou les femmes indésirables, dir. Éliane Viennot, Paris, Publications de l’Université Paris 7, 1996, p. 199-211 <https://revolution-francaise.net/2008/03/12/215-privees-notre-sexe-droit-honorable-donner-suffrage>. []
  85. Voir Dominique Godineau, « Le genre de la citoyenneté, ou quelle identité politique pour les femmes pendant la Révolution française ? », dans Genre, femmes, histoire en Europe : France, Italie, Espagne, Autriche, dir. Anna Bellavitis et Nicole Edelman, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011, p. 315-339 <https://books.openedition.org/pupo/2901>.), se signale par sa radicalité, à l’instar, on l’a vu, de l’égalité politique que les locutrices souhaitent voir instaurée entre les hommes et les femmes. La question se pose néanmoins du sérieux à accorder à cette plateforme de revendications. Commentant en particulier le dernier article du « Projet de décret », Anne Soprani considère que c’est ici que les auteurs du texte soulèvent le masque : « Les auteurs furent cependant étrangement inspirés en rédigeant les articles sept [sur l’égalité politique] et huit [sur l’accès à la magistrature], mais ils signèrent leur faux en écrivant le dixième : aucune femme du xviiie siècle ne pouvait imaginer accéder à la prêtrise ((Anne Soprani, La Révolution et les Femmes de 1789 à 1796, op. cit., p. 22. []
  86. Cahier des doléances et réclamations des femmes, par Madame B*** B***, s.l., 1789, éd. Emma Corbet, Marie Gelin et Romane Piazza. []
  87. Pétition des femmes du tiers-état au roi, s.l., 1er janvier 1789, éd. Othilie Pougniet. []
  88. Anne Soprani, La Révolution et les Femmes de 1789 à 1796, op. cit., p. 19-20. []
  89. Ibid., p. 22. []
  90. Voir, ci-dessus, l’annotation du texte, n. 58. []
  91. L’histoire du processus révolutionnaire est jalonnée de crispations autour des vêtements et insignes portés par les femmes : doivent-elles arborer la cocarde tricolore ? Le port du pantalon et du bonnet rouge défraiera la chronique en 1793, au moment de l’interdiction des clubs de femmes. Entre-temps, en 1791-1792, certaines ont revendiqué le droit de porter les armes : voir Dominique Godineau, « De la guerrière à la citoyenne… », art. cité. Voir Christine Bard, Une histoire politique du pantalon, Paris, Éditions du Seuil, 2010, chap. I, « Le pantalon sans-culotte » et II, « L’impossible citoyenne ». []
  92. Le pronom reprend l’expression « ce sexe si foible, si frivole en apparence » (p. 8), déjà commentée. []
  93. Voir Dominique Godineau, « Le genre de la citoyenneté… », art. cité, « “Les citoyennes des tribunes” », § 19. []
  94. Dans ce texte, sous-tendu par le motif de la gynécocratie, n’est pas envisagée la perspective d’une féminisation des hommes, qui constitue le symétrique de la virilisation des femmes : voir Maxime Triquenaux, « Des aristocrates de papier… », thèse citée, chap. 5, « Gynécocratie ». []
  95. Ce terme dépréciatif, qui se ressent d’un mépris de classe, apparaît cohérent avec le statut de « Dames » des locutrices mises en scène dans le texte : on peut en dire autant de l’évocation, plus haut, de l’éloquence des « vigoureuses académiciennes de la halle » (p. 6), au sein d’une formulation proche de l’oxymore. []
  96. Jean Duchene, « Monseigneur Leclerc de Juigné (1728-1811)… », art. cité, p. 606. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search