Hommage rendu aux Dames Françaises sur leur patriotisme pour accélérer la fête civique du 14 Juillet 1790.

Édition

Édition établie, annotée et commentée en 2020-2021 par Lucas Mangolini (M1 GLC) et relue par Esther Champavier (M1 GLC), sous la direction d’Olivier Ferret (Université Lumière Lyon 2, UMR 5317 IHRIM)

Référencement bibliographique

Hommage rendu aux Dames Françaises sur leur patriotisme pour accélérer la fête civique du 14 Juillet 1790, [Paris], Imprimerie de Valleyre, s.d. [1790].

<https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56709g>


HOMMAGE RENDU AUX DAMES FRANÇAISES,
SUR LEUR PATRIOTISME
Pour accélérer la Fête Civique du 14 Juillet 1790.

Air : Avec les jeux dans le Village1.

                                               Du plus brûlant Patriotisme

                                               Venez admirer les effets !

                                               Le vaste Champ de l’Héroïsme (1)

                                               En offre à vos yeux mille traits :

                                     5 –    Voyez-vous la Beauté touchante,

                                               De Phébus2 affronter l’ardeur,

                                               Pour presser l’Aurore3 éclatante

                                               Qui doit combler notre bonheur ?      bis.

*

[4]

                                               Tandis que sa main délicate

                                   10 –     Se livre aux plus rudes travaux4,

                                               Avec quel zèle elle se hâte,

                                               Sans se donner aucun repos !

                                               Au sourire de la Patrie

                                               Une Française ouvre son cœur ;

                                   15 –     A lui sacrifier sa vie

                                               Toujours elle mit son bonheur.          bis.

*

                                               D’Hennebond (1) les remparts antiques

                                               Sont tout couverts de vos lauriers ;

                                               Beauvais, (2) en ses fastes civiques,

                                   20 –    Célèbre vos exploits guerriers ;

                                               Vous méritez ce double hommage,

                                               Vous avez vengé leur honneur

[5]                                          Par un nouveau trait de courage (1)

                                               Vous avancez notre bonheur.            bis.

*

                                   25 –     Déja l’on ouvre la barrière5,

                                               Nos cœurs ont donné le signal :

                                               Quel beau moment ! la France entière,

                                               O Liberté, voit ton fanal6 !

                                               Sous tes Drapeaux, et sur tes traces,

                                   30 –    Tu conduis un Peuple vainqueur7 ;

                                               Un groupe formé par les Graces (2)

                                               Augmente encor notre bonheur.        bis.

*

                                               De cette Fête8, avec justice,

                                               Vous deviez être l’ornement ;

[6]                               35 –   De vos joyaux (1) le sacrifice

                                               Couronne votre dévoûment :

                                               Vous plairez toujours sans parure,

                                               Sexe charmant, sexe enchanteur ;

                                               Avec les dons de la Nature,

                                   40 –    N’êtes-vous pas notre bonheur ?       bis.

*

                                               Dans ce grand jour, où l’allégresse

                                               Est le cri de la Liberté,

                                               Que d’agrémens, et quelle ivresse

                                               Répand la douce égalité !

                                   45 –    Tout se confond dans cette arène9,

                                               Le rang n’est qu’une vaine erreur10 ;

                                               L’égalité bien plus certaine,

                                               Avec vous, fait notre bonheur.          bis.

*

                                               Pour mériter de la Patrie,

                                   50 –    Ne bornez pas là vos travaux ;

[7]                                          Votre tâche11 n’est pas remplie,

                                               Donnez-nous des petits Héros :

                                               Dignes émules de leurs p[ère]s,

                                               Qu’ils héritent de leur valeur ;

                                   55 –    De la France, comme leurs m[ère]s,

                                               Qu’ils soient la gloire et le bonheur !            bis.

FIN.

De l’Imprimerie de Valleyre, rue de la Bouclerie.


(1) [p. 3] Le Champ de Mars12.

(1) [p. 4] Le Siège de cette Ville est mémorable par la courageuse resistance que fit la Comtesse de Montfort13.

(2) [p. 4] En 1452, Jeanne Hachette, à la tête des Citoyennes, obligea le Duc de Bourgogne de se retirer avec une armée de quatre-vingt mille hommes qui investissoit Beauvais14.

(1) [p. 5] On n’a pu voir, sans admiration, nos jeunes et aimables Parisiennes, travaillant avec une ardeur incroyable, disputer aux hommes l’honneur de préparer le Théâtre du Patriotisme15.

(2) [p. 5] Toutes les Dames, parées des couleurs de la Nation, doivent être placées sur le second rang de gradins16.

(1) [p. 6] Tout le monde connoît l’hommage que des Citoyennes Patriotes ont fait à la Nation de leurs bijoux les plus précieux17.


Dossier critique

L’auteur/trice

Aucune connaissance n’est disponible concernant celui ou celle qui a rédigé ce texte. Nous avons recherché les auteurs et autrices qui gravitaient autour de l’Imprimerie Valleyre18, en particulier autour du fils Jean-Baptiste Paul Valleyre, qui a tenu les rênes de l’entreprise après la mort de son père en 1772, mais cette recherche s’est révélée être infructueuse.

Néanmoins, nous pouvons fortement supposer que ce texte émane de la plume d’un poète masculin qui a vécu l’événement du 14 juillet 1790 tout comme celui de la Révolution française à la manière dont est décrite cette « fête » (v. 33) mais également à sa manière de concevoir le rôle des femmes pour assurer la pérennité de la nation (dernière strophe) et d’évoquer le sexe féminin (cinquième strophe plus précisément).

Contexte de rédaction

Nous ne connaissons pas la date exacte de la publication du texte. Toutefois, il est contemporain de l’événement du 14 juillet 1790 qui s’est déroulé à Paris19, comme l’indique le titre du poème. Il a probablement été écrit peu de temps après dans la mesure où il décrit à la fois la préparation de cette journée et la « fête » en elle-même, dont l’enjeu est d’importance : il s’agit de la Fête de la Fédération au cours de laquelle Louis XVI ainsi que la famille royale prêtent serment à la Nation et à la Constitution.

Cette fête commémore surtout la prise de la Bastille, un an plus tôt, le 14 juillet 1789, qui a constitué un moment fort de rupture entre la monarchie absolue et le peuple. De fait, cette Fête de la Fédération à Paris est un symbole d’unité et de réconciliation entre les nobles, la famille royale, les bourgeois et le petit peuple parisien par l’instauration d’une monarchie constitutionnelle.

Rappelons aussi que la fuite de Varennes n’a lieu qu’un an plus tard : dans ce contexte, il semble impensable, du moins pour les modérées et modérés, majoritaires, de pouvoir se passer de la monarchie bien que la Constitution ait été proclamée et que l’Assemblée nationale se soit imposée dans l’espace politique français.

Charles Monnet, Fédération générale des Français au Champ de Mars le 14 Juillet 1790, A Paris chez l’Auteur et chez M. Ponce, graveur, 1790. Eau forte, burin, col., 27,5 x 44 cm.
BnF, coll. De Vinck, no 3776 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69476006>.

Cette unité est évoquée à plusieurs reprises, notamment dans l’aménagement du « Champ de l’héroïsme » (v. 3). En effet, pour préparer cette grande fête qui a accueilli plus de 200 000 personnes, les travaux ont commencé dès le 1er juillet : 1 200 ouvriers ont été requis pour terrasser le Champ de Mars qui n’était qu’un terrain utilisé par l’École militaire. À ceux-ci s’ajoute le renfort des Parisiens et des Parisiennes qui ont apporté leur aide, tous rangs confondus, pour qu’advienne en temps et en heure cette fête dont la France avait tant besoin après les tumultes politiques et sociaux qui l’ont parcourue20.

[C’est dans ce contexte qu’est paru l’Hommage rendu aux Dames Françaises, chanté sur l’air « Avec les jeux dans le Village », la publication permettant de conférer une certaine pérennité à ce qui est par nature très volatile. Ce n’est apparemment qu’en 1792 que paraît un « Recueil de Chansons, Vaudevilles et Pots-pourris patriotiques », du moins c’est l’argument publicitaire mis en avant au début de l’« Avertissement » : « Il manquoit un recueil où fussent réunies les meilleures chansons patriotiques qui ont paru depuis la révolution ; nous avons cru rendre service à la liberté et à ses amis en l’entreprenant. » Cette entreprise, délibérément placée sous la « devise » de la « Variété » (« Chansons morales, chants historiques, vaudevilles, nous avons tout entremêlé »), participe d’une logique de commémoration : « Toutes les pièces que nous avons insérées n’ont pas le même mérite ; mais il n’en est aucune qui n’ait le sien, ne fût-ce que celui de retracer quelqu’époque mémorable. » Mais elle suppose aussi une sélection justifiée par des considérations idéologiques républicaines :

Nous avons été extrémement sévères pour les principes ; quoique beaucoup de ces chansons aient été faites en 90, en 91 et même en 89, rien n’y blessera les oreilles républicaines les plus austères. On n’y chante que la haine et le mépris des rois, on n’y verse le ridicule que sur leurs partisans, sur les traîtres et les faux patriotes21.

D’autres suivront. Ainsi, en 1793, du Nouveau Chansonnier patriote, qui s’ouvre par les éloges (versifiés) de Marat, de Michel Le Peletier de Saint-Fargeau et de Marie Joseph Chalier, désignés dans la « Préface de l’éditeur » comme les « martyrs de notre révolution22 ». Ainsi encore, la même année, du Petit Chansonnier républicain23. La collection se poursuit jusqu’à la fin du xixe siècle, avec la publication, par Louis Damade, d’une Histoire chantée de la première République, qui propose un nouvel aperçu des « Chants patriotiques, révolutionnaires et populaires » dont les accents ont résonné entre 1789 et 1799 : Charles Nuitter déclare, au début de sa « Préface », que « la chanson n’a jamais été plus à la mode que pendant cette période révolutionnaire de 1789 à l’an VIII24 ». Le phénomène, qui se cristallise parfois autour d’un événement particulier, n’est pas uniquement français : on connaît par exemple un recueil des Hymnes et chansons patriotiques, chantés à la fête de la Liberté à Gand25.

Bien qu’aucun de ces recueils ne reprenne le texte édité, ils peuvent, à titre d’échantillon, permettre de le réinscrire dans des ensembles dont sa publication séparée l’isole : d’une part, celui des chansons produites à l’occasion de l’événement célébré, la Fête de la Fédération ; d’autre part, celui des textes chantés sur le même air qui invite à considérer l’hypothèse de possibles rapprochements liés à une mémoire sonore. Un sondage dans les recueils précédemment mentionnés indique que l’air « Avec les jeux dans le Village » n’est pas le plus fréquemment utilisé. On relève néanmoins, avant 1790, dans Le Chansonnier patriote, une chanson intitulée « L’abolition des privileges dans la nuit du 4 au 5 août 178926 », attribuée à un certain « T. Rousseau ». Par la suite, l’air est encore employé, par exemple, en 1792, dans l’adresse « Aux citoyens composant la seconde Compagnie des Volontaires de la Section du Panthéon Français », par « Saussay père, citoyen de la Section du Panthéon Français » – il s’agit de l’adresse d’« Une mère à ses fils », dans un contexte de départ au combat, sans doute consécutif à la déclaration de guerre d’avril 1792 –, ou, plus tard encore, dans un « Hymne patriotique sur la fête de l’Être suprême »27. Deux textes supplémentaires sont répertoriés dans l’Histoire chantée de la première République, l’un en 1790, postérieur au texte édité, l’autre en 179328. Au bout du compte, les indices sont trop ténus pour conclure à un possible effet de surimpression, fondé sur le souvenir des auditrices et auditeurs, entre l’unique texte sur l’abolition des privilèges et celui célébrant la Fête de la Fédération.

Il peut être en revanche plus pertinent de mettre en rapport le présent texte avec d’autres produits à l’occasion du même événement. Le Chansonnier patriote comporte ainsi des « Couplets sur la fédération du 14 juillet 1790 »29, sur l’air « On doit soixante mille francs », attribués à Piis, sans doute le même qui a co-signé le livret des Amours d’été, d’où proviendrait l’air « Avec les jeux dans le village »30 et surtout deux textes dont les paroles sont de Marie-Joseph Chénier : un « Chant du 14 juillet », avec une musique de Gossec, et un « Hymne pour la fête de la Révolution, le 14 juillet 1790 »31. L’objet de ces quatre textes est exclusivement politique : il s’agit, à l’occasion de l’anniversaire de la prise de la Bastille, de célébrer la liberté, l’égalité et la fraternité instaurées depuis un an, d’exprimer la détestation des « brigands féodaux », des « tyrans » et des « traîtres », et de rendre hommage aux « François », aux « vainqueurs », aux « premiers législateurs ». En somme, aux hommes de la Révolution : contrairement au texte édité, les femmes brillent par leur absence.] OF

Commentaire

Une chanson

Ce texte est un poème composé de sept strophes comportant toutes huit vers et dont le mètre est l’octosyllabe. Peut-être est-ce là un jeu poétique du fait de l’isométrie des strophes. Il s’agit surtout d’un texte destiné à être chanté, ce que révèlent la mention de l’« air » : « Avec les jeux dans le Village », qui indique à l’auditoire comment le chanter32, ainsi que celle d’un « bis », à chaque fin de strophe pour le dernier vers. Du fait de la métrique, le texte gagne en fluidité et se fait entraînant. En somme, ce texte correspond à la définition de la chanson fournie par Richelet dans son Dictionnaire françois : « vers tournés d’une manière simple, aisée et naturelle qu’on chante ».

L’« Hommage » annoncé dans le titre est un « double hommage » (v. 31) : il s’adresse aux femmes qui ont vécu ce jour de fête civique, participé à son chantier mais également à des figures féminines historiques qui ont marqué la mémoire de la France. Toutefois, soit reflet des mœurs de l’époque, soit parti pris d’une plume que nous pensons être masculine, nous verrons que ce qui se veut être un hommage sincère semble être teinté de raillerie et signe la présence d’un discours patriarcal tenu sur les femmes.

Un poème de circonstance

Cette chanson donne à voir d’une manière spectaculaire l’effervescence, la joie et le passage des préparatifs à la Fête de la Fédération en elle-même. En effet, il se dégage à la première strophe un lexique du regard, de la vue, de ce qui est donné à voir : « vos yeux », « mille traits » (v. 4), « voyez-vous » (v. 5). De même, le « Patriotisme » allégorisé et qualifié de « brûlant » (v. 1) suggère que l’ardeur patriotique est forte et palpable en ce jour du 14 juillet 1790 où l’on célèbre à la fois la Prise de la Bastille et l’espérance d’une unité retrouvée avec cette Fête de la Fédération. Le poème représente cette émotion collective, cette « Beauté touchante / De Phébus » (v. 5-6), le « zèle » (v. 11) de celles et ceux qui œuvrent au chantier du Champ de Mars pour installer l’arène qui doit accueillir le public pour la Fête. Un Champ de Mars qui offre aux yeux des lecteurs et lectrices et des personnes présentes lors de l’événement « mille traits » (v. 4) de ce « Patriotisme » (v. 1), cette hyperbole soulignant elle aussi le caractère exceptionnel de ce qui est donné à voir. Quant à cette « Beauté » qui est « touchante » (v. 5), nous pouvons la comprendre comme l’expression de l’émotion suscitée par la participation des femmes au chantier. Tel est sûrement l’un des objectifs du poète qui, lorsqu’il écrit « Voyez-vous » (v. 5), donne à voir, représente, imite au mieux ce qui s’est passé dans les faits et dans les cœurs de celles et ceux qui ont assisté à cette journée unique. Plus encore, les lecteurs et lectrices, à travers cette adresse, deviennent presque acteurs et actrices de cette effervescence et des bouleversements qui sont célébrés.

Ce texte met aussi en œuvre une symbolique sans précédent de la Fête33. La quatrième strophe en est un parfait exemple. « Déja » indique que la Fête commence : c’est un retour au présent, les travaux sont achevés et la « barrière » (v. 25) est ouverte. S’ensuit une véritable exaltation d’un lyrisme, osons le dire, épidictique, rendu par les exclamations aux vers 27 et 28 qui viennent rendre compte de l’enthousiasme collectif et de la puissance du sentiment qu’éprouvent les « cœurs » des Françaises et Français qui assistent à la cérémonie : « Nos cœurs ont donné le signal : / Quel beau moment ! la France entière / O Liberté, voit ton fanal ! » (v. 26-28) Cette Fête apparaît comme très forte symboliquement, la « Liberté » (v. 28) est dressée comme une figure allégorique guidant le peuple français qui marche sur ses « traces » (v. 29). Les « Drapeaux » (v. 29), sous le signe de l’allégorie, sont un symbole de la Nation, qui a été acquis au prix du sang et de la lutte révolutionnaire pour que le peuple puisse être libre. Le peuple est considéré par le poète comme « vainqueur » (v. 30) puisque le roi fait le serment de respecter la volonté populaire lors de cette Fête en se soumettant à la Constitution et de facto de transformer la monarchie absolue d’Ancien Régime en monarchie constitutionnelle.

Ce sentiment de victoire populaire se ressent à la lecture de la sixième strophe. La Fête est considérée comme un « grand jour » où « l’allégresse / Est le cri de la Liberté » (v. 41-42) : c’est une démonstration bruyante et collective de la joie qui s’opère ici, la Fête est vécue véritablement comme un puissant moment collectif de victoire, d’unité et d’exaltation. Exaltation ou euphorie du moment que l’on retrouve dans l’idée d’« ivresse » et d’« agrémens » (v. 43) parce que la Fête tout comme son élaboration sont placées sous le signe de la « douce égalité » (v. 44). En effet, toutes les classes de la société de 1790 ont participé aussi bien dans les travaux que lors de la fête. La légende raconte même que le roi en personne est venu donner un coup de pioche lors du chantier. Égalité que suggère aussi l’effet coalisant de la foule (« tout se confond dans cette arène », v. 45), et qu’exprime encore le vers qui suit (« Le rang n’est qu’une vaine erreur », v. 46) : l’Ancien Régime et son système de hiérarchie dont les fondations reposaient sur les ordres n’est plus ; il n’y a qu’un seul peuple derrière la Nation, qui forme une communauté de destin, fraternelle. Il semble même que cette « égalité » soit posée comme pérenne (« bien plus certaine », v. 47) mais aussi comme le nouveau fondement de cette société nouvelle qui a vu le jour ce 14 juillet 1790.

Un hommage rendu aux « Dames Françaises » ?

Par son titre, ce poème se présente comme un hommage aux « Dames Françaises », ce qu’il est dans la mesure où il fait l’éloge des Françaises qui ont participé et contribué à l’élaboration de cette Fête par leur unique bonne volonté. Les femmes qui travaillent sur le chantier du Champ de Mars sont évoquées, au début de la deuxième strophe, par l’emblème féminin de la « main délicate » (v. 9) : au-delà du blason centré sur la main qui est un cliché poétique fortement répandu, l’opposition adjectivale entre « délicate » (v. 9) et « rudes travaux » (v. 10) construit l’image des travailleuses aux mains délicates, c’est-à-dire qui se distinguent par leur finesse, s’abiment les mains en travaillant avec « zèle » (v. 11), « Sans se donner aucun repos » (v. 12), ce qui a pour effet de renforcer leur caractère éminent. Par la suite, la « Française » (v. 14) devient une figure allégorique prête à sacrifier sa vie pour la Patrie : « Au sourire de la Patrie / Une Française ouvre son cœur ; / A lui sacrifier sa vie / Toujours elle mit son bonheur. » (v. 13-16) Dès lors, elle est représentée comme prête au plus ultime sacrifice, donner sa vie, pour le bien-être général et le pays, et ce avec joie comme l’illustre le dernier vers de la seconde strophe, qui l’érige en exemple impressionnant sinon remarquable de solidarité et de fraternité à suivre.

Un autre hommage est rendu aux femmes du passé, ce qui fait bien de ce poème un « double hommage » (v. 21). L’histoire est invoquée pour saluer la bravoure, la pugnacité et la combativité qui semblent être les caractéristiques de la femme française dans le temps. En témoigne le vers sur « Hennebont » (v. 17) qui fait référence à la guerre de Blois et de Montfort au xive siècle. La note de l’auteur ou de l’éditeur est plutôt claire à cet égard : « Le siège de cette nouvelle ville est mémorable par la courageuse résistance que fit la Comtesse de Montfort. » Les « lauriers » (v. 18) rappellent la victoire de cette figure historique qui s’est battue pour défendre sa ville. De même avec « Beauvais » (v. 19), une autre femme – du xve siècle cette fois-ci – est mentionnée, Jeanne Hachette qui, selon la note de l’auteur ou de l’éditeur, « à la tête des Citoyennes, obligea le Duc de Bourgogne de se retirer avec une armée de quatre-vingt mille hommes qui investissoit Beauvais ». Ces femmes sont des combattantes et ont mené des « exploits guerriers » (v. 20) : l’histoire a retenu leurs noms et leur rend les honneurs, tout comme le présent texte. S’opère ensuite un parallélisme entre ces femmes historiques et les femmes qui participent à l’élaboration de la Fête à travers le « vous » (v. 21 et 22) qui s’adresse à la fois aux illustres personnages de l’histoire et aux anonymes qui ont donné de leur sueur pour qu’advienne cette fête. Aussi lorsque le poète écrit « vous méritez ce double hommage » (v. 21), non seulement il déclare que les femmes sont méritantes mais qu’elles méritent aussi d’être célébrées. Enfin, la répétition du dernier vers de cette strophe avec un bis (« Vous avancez notre bonheur », v. 24) indique que ce sont les femmes qui permettent de faire advenir un bonheur collectif et qu’elles y contribuent à travers leur bravoure.

Le retour du paradigme patriarcal

En dépit de l’éloge qui a été fait, il semble cependant qu’un changement de ton se manifeste à partir de la cinquième strophe. La femme est alors comparée à un « ornement » (v. 34), c’est-à-dire à quelque chose qui sert à agrémenter et embellir. Ce qui peut apparaître à nos yeux comme un compliment à double tranchant a sans doute pour enjeu de prolonger l’éloge : à la bravoure et à l’héroïsme, dûment célébrés, s’ajoute l’agrément esthétique. Apparaît dès lors qu’à travers cette comparaison, l’auteur dépeint une vision masculine de ce qu’est le corps féminin, et plus généralement de la féminité, à travers une représentation topique de ses agréments. Une interprétation critique pourrait porter à conclure que c’est une manière de rappeler que la femme n’a pas à être au cœur des actions révolutionnaires ni même au cœur de la fête, qu’elle ne doit pas occuper le premier rôle qui est celui des hommes mais simplement les assister.

Cette image du bijou se déploie encore sur les deux vers qui suivent : « De vos joyaux le sacrifice / Couronne votre dévoûment » (v. 35-36). Dans la liste des actions héroïques –avoir combattu au péril de leur vie comme l’ont fait Jeanne Hachette ou la comtesse de Montfort, avoir activement participé au processus révolutionnaire ou à l’élaboration de la Fête de la Fédération –, le poète inclut cet ultime sacrifice que représente le don de bijoux à l’Assemblée nationale, le 7 septembre 1789, ce qui à côté des résistances guerrières citées dans le texte peut paraître dérisoire, même si le geste a eu un indéniable effet d’entraînement34. Cet usage hyperbolique de l’anecdote historique contribue-t-il véritablement à rendre hommage aux femmes ? Si on lie « couronne » (v. 36), au « dévouement » (v. 36) et au « sacrifice » (v. 35), on s’interroge sur le sens et la valeur de l’évocation de ce micro-événement historique. Il est certes possible d’envisager ce don de bijou comme étant le plus grand et le plus louable des sacrifices faits par les femmes, d’autant plus aisément louable qu’il ne les a pas fait sortir des attributs caractéristiques de leur sexe.

En tout état de cause, la suite de la strophe réaffirme avec force la présence d’un regard masculin : « Vous plairez toujours sans parure / Sexe charmant, sexe enchanteur ; / Avec les dons de la Nature, / N’êtes-vous pas notre bonheur ? » (v. 37-40) Le verbe plaire suggère que les femmes sont sources d’agréments, de satisfaction, de désir. Ce qui est exacerbé au vers 38 du fait de l’utilisation d’une isocolie (4/4) qui non seulement crée un effet prosodique et rythmique mais également un effet d’insistance qui engendre une emphase. Combiné à un effet de parallélisme articulé à la césure, l’emphase apparaît doublement importante : « Sexe charmant, sexe enchanteur » (v. 38) marque le retour du paradigme patriarcal qui stipule que la femme est un être agréable par sa nature qui enchante les hommes. À quoi s’ajoute une pointe de grivoiserie au vers 37 (« Vous plairez toujours sans parure ») qu’il faut relier au vers 39 : « avec les dons de la Nature ». L’adverbe toujours ainsi que la litote on ne peut plus suggestive (« sans parure »), reliée aux « dons de la Nature », renvoient expressément à la nudité et aux attributs féminins, réaffirmant la présence d’une sorte de male gaze, informé par les codes de l’époque, qui se donne à lire dans ce texte.  De même, si nous avions pu hésiter au vers 32 (« Augmente encor notre bonheur ») sur le référent du déterminant possessif (la société ? ou les hommes ?), le doute ne peut subsister au vers 40 (« N’êtes-vous pas notre bonheur ? ») qui désigne sans ambiguïté la gent masculine. C’est une vision du monde masculine dans laquelle les femmes sont et font le bonheur des hommes, illustrant à nouveau la prégnance du paradigme patriarcal et hétérocentré au cœur de ce poème.

D’une manière plus nette encore, la femme est enjointe à retourner dans son foyer pour procréer. Tout ce qu’elle a fait jusqu’alors apparaît comme insuffisant : « Pour mériter de la Patrie / Ne bornez pas là vos travaux » (v. 49-50), car la « tâche n’est pas remplie » (v. 51). Pour assurer et pérenniser son œuvre, la Révolution doit se continuer dans le ventre. Les « petits Héros » (v. 52) seront les égaux de leurs pères, des petits révolutionnaires en somme. Apparaît dès lors l’idée que la poursuite des valeurs et des idées révolutionnaires ne peut se faire qu’à travers l’héritage et donc par le fait de donner la vie. Par conséquent, la femme en dépit de ses qualités de combattante, d’actrice du processus révolutionnaire se voit brusquement rappelée à son rôle social défini exclusivement, dans le cadre d’une société patriarcale, par la maternité et la procréation. Ainsi, en assumant ce rôle, et en se montrant par là même dignes de la Patrie et au service de la Nation, les femmes seront la « gloire et le bonheur » de la France tout comme leurs fils – car il n’est pas question des filles – qui seront la relève de leurs pères et qui continueront d’incarner les principes de la Révolution.

En somme, les « Dames Françaises » ne doivent pas oublier que leur tâche est avant tout d’aider les hommes, en procréant mais aussi en assurant la postérité des idées révolutionnaires par l’éducation. Si la fête nationale procède d’une volonté de commémoration et s’il s’agit, par conséquent, de faire passer les événements de la Révolution à la postérité, dans l’histoire, dans la culture, c’est aux mères et donc aux femmes d’assurer ce rôle de transmission, selon ce qui semble être suggéré par le poème.

Réception

Malgré la production littéraire et journalistique qui a rendu compte de cet événement historique, à la fois très attendu et hautement symbolique, il semblerait que ce texte n’ait trouvé aucun écho dans la presse contemporaine.

Éléments de bibliographie

Études

Ce texte ne paraît pas avoir retenu l’attention de la critique bien qu’il ait été mentionné de manière tout à fait ponctuelle dans les notes de deux ouvrages sans pour autant avoir été étudié en profondeur :

Joan B. Landes, Visualizing the Nation: Gender, Representation, and Revolution in Eighteenth-Century France, Ithaca/London, Cornell University Press, 2001.

Noah Shusterman, The French Revolution: Faith, Desire and Politics, London/New York, Routledge, Taylor & Francis Group, 2014.

Sur la chanson révolutionnaire

Frédéric Derne, « La chanson, “arme” révolutionnaire et chambre d’écho de la société en Auvergne », Annales historiques de la Révolution française, no 341, 2005, p. 25-51 <https://journals.openedition.org/ahrf/1608>.

Hinrich Hudde, « L’air et les paroles : l’intertextualité dans les chansons de la Révolution », Littérature, no 69, 1988, p. 42-57 <https://www.persee.fr/doc/litt_0047-4800_1988_num_69_1_1456>.



Citer ce billet
oferret (2022, 20 mai). Hommage rendu aux Dames Françaises sur leur patriotisme pour accélérer la fête civique du 14 Juillet 1790. Master Genre, littératures, cultures. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oz86

  1. L’air « Avec les jeux dans le village » est connu en 1790 et proviendrait des Amours d’été, « divertissement en un Acte & en Vaudeville », que l’on retrouve dans le livret de Pierre-Yvon Barré et Pierre-Antoine-Augustin de Piis en 1781 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5836484p>. Dans une réédition (Paris, Vente, 1784) <https://www.loc.gov/resource/musschatz.17123.0/?sp=3>, l’air noté est d’emblée donné au début de la pièce. []
  2. Du grec Phoìbos, dieu du soleil, connu aussi sous le nom d’Apollon, dieu de la musique, du chant et de la poésie. []
  3. Dans le contexte, un apaisement et une joie retrouvée qui trouve racine dans l’élaboration de cette fête. Cette image de l’aurore est le signe d’un renouveau. []
  4. Ici, l’élaboration de la fête qui a été possible grâce à la bonne volonté des Parisiens et des Parisiennes. []
  5. Signe du commencement de la Fête de la Fédération : la foule prend place. []
  6. Emploi métaphorique du terme qui désigne « Des feux qu’on allume durant la nuit sur les tours à l’entrée des ports, et le long des plages maritimes, pour indiquer aux vaisseaux la route qu’ils doivent tenir » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. 1762, 1798). []
  7. « Vainqueur » parce que le roi doit prêter serment de respecter la Constitution et le rôle de l’Assemblée nationale après les épisodes révolutionnaires de 1789. []
  8. La Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790. []
  9. Référence à la sorte d’arène ou de cirque construite sur le Champ de Mars pour l’occasion. []
  10. Idée que l’Ancien Régime et son système d’ordres est dépassé à partir de ce jour de fête où l’on célèbre l’union du peuple, de la monarchie et de la Constitution. Le rang ne prévaut plus sur la Nation. []
  11. Ici, sens de « devoir » ou de « travail ». Dans ce contexte, les femmes n’ont pas terminé de rendre service à la Nation : elles sont appelées à procréer pour pérenniser l’œuvre révolutionnaire. []
  12. NdA. []
  13. NdA. Allusion à l’épisode du siège d’Hennebont lors de la guerre de Blois et de Montfort en 1342. [Boudier de Villemert consacre une courte notice à Jeanne [de] Montfort, « Duchesse de Bretagne », qui « défendit les armes à la main ses Etats contre le Comte de Blois. Dans l’assaut donné à Hennebon, elle sortit à la tête de soixante hommes, brûla le camp & fit lever le siege. » : voir Le Nouvel Ami des femmes, ou la Philosophie du sexe, Amsterdam et Paris, Monory, 1779 <https://books.google.fr/books?id=boEEAAAAcAAJ>, « Notice alphabétique des Femmes Françoises qui se sont distinguées dans les Lettres, ou autrement », p. 254.] OF []
  14. NdA. Le siège de Beauvais de 1472 est une opération militaire de Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, contre le roi de France Louis XI, dans un contexte d’affrontement pour le pouvoir. Le siège a duré un peu moins d’un mois, du 27 juin au 22 juillet. Le doute subsiste sur le personnage de Jeanne Hachette : on ne sait pas vraiment si elle a réellement existé, mais nous pouvons affirmer qu’elle symbolise le courage et le dévouement de toutes les femmes de Beauvais qui se sont battues pour la patrie, par amour et fidélité. Sur cette figure emblématique, voir l’article AMAZONES ; femmes guerrières de l’Encyclopédie méthodique, Art militaire, t. I, Paris, Panckoucke, 1784 <https://books.google.fr/books?id=mqldAAAAcAAJ>, p. 78. []
  15. NdA. Ici, l’aménagement du Champ de Mars qui était un terrain vague utilisé par l’École militaire de Paris afin que puisse avoir lieu la Fête de la Fédération. []
  16. NdA. []
  17. NdA. Le 7 septembre 1789, un groupe de onze femmes, qui en représentent vingt-et-une, sont reçues en délégation par l’Assemblée nationale pour faire don à la Nation d’une cassette contenant leurs bijoux. Voir le Discours prononcé par Mme Rigal, dans une Assemblée de femmes artistes et orfevres, s.l.n.d. [1789], éd. Clémentine Peraud-Pommier ; voir aussi Motion à faire et arrêté à prendre dans les différentes Classes et Corporations de Citoyennes Françoises, s.l., septembre 1789, éd. Nolwenn Legrand. []
  18. Voir la notice consacrée à Jean-Baptiste Paul Valleyre : https://data.bnf.fr/fr/12466450/jean-baptiste-paul_valleyre/. Voir aussi : https://data.bnf.fr/fr/12384443/gabriel_valleyre/. []
  19. D’autres fêtes ont lieu la même année dans d’autres villes, par exemple à Lyon, le 30 mai 1790. []
  20. Sur les circonstances de l’organisation de la Fête de la Fédération de Paris, voir Confédération nationale, ou récit exact & circonstancié de tout ce qui s’est passé à Paris, le 14 juillet 1790, Paris, Garnéry, 1790 <https://books.google.fr/books?id=9lf8SfJ2XVcC>. []
  21. Le Chansonnier patriote, ou Recueil de Chansons, Vaudevilles et Pots-pourris patriotiques. Par différens auteurs, Paris, Garnéry, an I [1792] <https://books.google.fr/books?id=UEUGAAAAQAAJ>, « Avertissement » non paginé. []
  22. Nouveau Chansonnier patriote, ou Recueil de Chansons, Vaudevilles et Pots-Pourris patriotiques, par différens Auteurs ; dédié aux Martyrs de la Révolution, avec leurs portraits, précédé de leurs Eloges, par Dorat-Cubiere, et suivi du nouveau Calendrier comparatif, Quatrième Édition Augmentée, Lille, de Perne et Paris, Barba, an II [1793] <https://books.google.fr/books?id=yNlK7TNPzkIC>, « Préface de l’éditeur », p. [5]. []
  23. Le Petit Chansonnier républicain, ou Recueil d’hymnes et chansons patriotiques, A Commune-affranchie, chez Destefanis, s.d. [1793] <https://books.google.fr/books?id=nohCBSDCHbwC>. []
  24. Louis Damade, Histoire chantée de la première République, 1789 à 1799. Chants patriotiques, révolutionnaires et populaires, Paris, Paul Schmidt, 1892 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65326569>, « Préface », p. [v]. []
  25. Hymnes et chansons patriotiques, chantés à la fête de la Liberté. A Gand, le 5me Sans-Culotides l’An 2me de la République Française, Gand, A. B. Stéven, [1794] <https://books.google.fr/books?id=zSVbAAAAQAAJ>. []
  26. Le Chansonnier patriote, op. cit., p. 119-122. Le texte se trouve également dans l’Histoire chantée de la première République, op. cit., p. 19-21. []
  27. Le Chansonnier patriote, op. cit., p. 163-164 (texte repris dans l’Histoire chantée de la première République, op. cit., p. 191-192) ; Nouveau Chansonnier patriote, op. cit., p. 174-176 ; Le Petit Chansonnier, op. cit., p. 67-69, respectivement. []
  28. « Hommage à l’acte constitutionnel. Hymne pour la fête de la sanction par le peuple », « par E. Rousseau » (Histoire chantée de la première République, op. cit., p. 92-94) ; « Couplets chantés sur le théâtre du Lycée des arts le 29 brumaire, l’an II de la République, le mardi 19 novembre 1793 », « Paroles du Citoyen La Coretterie » (ibid., p. 291). []
  29. Le Chansonnier patriote, op. cit., p. 86-88 ; texte repris dans l’Histoire chantée de la première République, op. cit., p. 74-75. []
  30. Voir, ci-dessus, l’annotation du texte, n. 1.). L’Histoire chantée de la première République comporte aussi un « Serment de la confédération le 14 juillet 1790, par les fédérés de Senlis » ((Histoire chantée de la première République, op. cit., p. 72-73. []
  31. Ibid., p. 68-70 et 71. []
  32. Le timbre de cet air est noté dans une réédition (Paris, Vente, 1784), des Amours d’été de De Piis et Barré, p. 3-4 <https://www.loc.gov/resource/musschatz.17123.0/?sp=3>. On peut entendre la partition exécutée à l’adresse suivante : https://musescore.com/user/69096/scores/5813194. []
  33. Voir Mona Ozouf, La Fête révolutionnaire, 1789-1799, Paris, Gallimard, 1976 ; Marie-Louise Bivert, Fêtes révolutionnaires à Paris, Paris, PUF, 1979. []
  34. Voir le Discours prononcé par Mme Rigal, dans une assemblée de femmes artistes et orfèvres, tenue le 20 Septembre [1789], éd. citée ; voir aussi Motion à faire et arrêté à prendre dans les différentes Classes et Corporations de Citoyennes Françoises, éd. citée. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search