Saisir sa chance au féminin singulier : une enquête familiale. Rencontre avec Martine Boyer-Weinmann

A l’occasion d’une rencontre organisée dans le cadre de recherches appliquées, séminaire dispensé au master GLC, nous avons rencontré Martine Boyer-Weinmann, professeure émérite de l’université de Lyon 2, chercheuse en littérature du XXème siècle, et désormais autrice puisqu’elle a publié début 2023 son premier récit littéraire, Le siècle d’Irène, aux éditions Champ vallon.  Ses travaux portent sur le vieillissement au féminin, la fiction biographique ou encore le vestiaire en littérature, des thèmes que nous retrouvons directement sous sa plume.

Comment résumer le siècle d’Irène ? Il s’agit de la mise en récit d’une vie qui a traversé un siècle entier : Irène, proche de l’autrice par sa belle-famille, née en 1921 en Allemagne et morte en 2021, à l’aube de ses cent ans. Une vie qui a donc traversé des crises politiques, économiques, le nazisme, la reconstruction après-guerre, etc. Une vie qui est toujours restée en mouvement, entre l’Allemagne, l’Autriche puis les Etats-Unis, la France et même l’Afrique du Sud. Mais Le Siècle d’Irène, c’est aussi la mise en scène du récit biographique, du travail du scénariste-écrivain qui joue avec les documents, pour s’arrêter sur certains, résumer ou éluder d’autres, accepter d’inventer parfois. C’est la mise en scène du travail de l’écrivain-biographe que Martine Boyer-Weinmann se propose également de décrire.

La genèse du livre ou comment mettre en récit une vie singulière.

Après avoir mené une carrière universitaire, Martine Boyer-Weinmann s’est sentie prête à s’engager dans la création, à s’atteler au chantier littéraire. Elle se souvient alors connaitre dans la sphère familiale de son mari une femme, Irène, dont le caractère « romanesque » l’a toujours intriguée. Irène, avant même d’être couchée sur le papier, est déjà un personnage pour l’écrivaine. Il s’agissait alors de passer un accord avec les ayants-droits, les deux filles d’Irène, pour obtenir des documents, des écrits, des photos de la défunte mère. Un dilemme s’est alors posé à l’autrice : soit reprendre ces documents et, avec l’aide d’un.e historien.ne, interroger l’archive du point de vue de l’histoire ; soit, rentrer dans la fiction et produire ce que l’écrivaine nomme un « récit documenté ». Choisir Irène, ce n’était pas choisir une « vie minuscule » pour reprendre les termes de Michon. Irène a brassé un siècle et trois continents, elle a choisi de privilégier sa vie professionnelle sur tout le reste. C’était une femme prise dans un tourbillon continu, nous explique l’autrice. C’est ce mouvement, ce tourbillon dont souhaite rendre compte Martine Boyer-Weinmann. Comment alors ne pas figer le personnage d’Irène ? Comment lui rendre hommage dans sa mouvance, son renouveau continuel ?

Une perspective de genre ?

Dans le livre de Martine Boyer-Weinmann, les problématiques du genre sont abordées par les difficultés qu’Irène a pu rencontrer dans sa vie professionnelle. En effet, en tant que femme, plusieurs postes lui sont refusés, certains enseignements à l’université allemande étaient réservés aux hommes. L’ouvrage aborde également l’injonction à la maternité et le primat de l’archétype de la ménagère dans la famille nucléaire américaine des années 1950. Cependant, le dispositif utilisé par l’autrice met à distance une lecture trop orientée, il vient plutôt problématiser le rapport du personnage avec son identité de mère, d’épouse, voire sa vie sexuelle. En effet, le « dramaturge du futur » se montre plusieurs fois piquant concernant les problématiques de genre, il garde un regard critique.

Choix du dispositif : la distance

Ce récit littéraire, c’est aussi le récit de l’élaboration, de la mise en scène de l’histoire. Montrer les ficelles du métier, voir comment les documents sont utilisés pour créer un récit. L’autrice utilise donc la métaphore du « dramaturge » élaborant une mise en scène de la vie d’Irène. Cette forme lui a été inspirée du texte de Philippe Forest, Le Siècle des nuages où ce dernier interroge la légitimité du biographe à juger le passé, les faits et gestes des uns, les choix de vie des autres. Toutes ces réflexions sont tangibles dans le texte, celles de l’autrice sont mises à nu :

Jusqu’à quel point se rendra-t-elle complice de trahir l’être en fuite en le figeant dans une image fixe ou un long plan américain ? Comme si une forme de justesse, à défaut de vérité, ne se tenait pas plutôt tapie là où aucune caméra ne plonge, dans ces fonds de poche troués, ces lettres manquantes, unilatérales, tronquées, ces photos décollées des albums pour raison inconnue de colère, de jalousie ou d’amour. (p. 219)

C’est peut-être parce que le personnage d’Irène est insaisissable que l’autrice a eu besoin de cette médiation :

« accepter d’essayer, accepter le tâtonnement, comme Irène, peut-être, [le dramaturge] est en train de changer d’axe » (p. 126).

Parfois le dramaturge revient sur ses pas, change une scène. C’est aussi accepter que le biographe n’est pas complètement maître, il fait des choix, accepte de se tromper, de ne montrer qu’une version toujours inachevée, incomplète, un regard. Le personnage d’Irène n’est pas « rassemblable » pour reprendre les termes de l’autrice, utiliser cette médiation, c’est garder une part d’énigmatique autour de cette figure. Certains éléments sont remodelés, d’autres à l’état d’hypothèses, les questions restent suspendues autour du personnage. Passer par ce « dramaturge du futur » permet de toujours garder le document en tension, dans un espace résolument intermédiaire entre le réel insaisissable et les discours qui prétendent l’éclairer. C’est peut-être parce que travailler sur des documents requiert de revenir toujours à la position de compilateur, d’agenceur du discours, ce que Michel de Certeau qualifie de « lieu d’où l’on parle ».

Travailler avec le document, c’est aussi jouer avec la véracité de celui-ci : comment interpréter le cadrage d’une photo ? Doit-on croire les mémoires, les notes, les dires dans les lettres ? Le travail de l’écrivain à sa table est toujours de remettre en contexte, de se questionner, et questionner le.a lecteur.ice, quitte à rétablir la vérité. Ainsi, juste après avoir cité un passage de ses écrits, le dramaturge les nuance :

« Et non, chère Irène, Halt, Achtung, stop, s’écrie le dramaturge du futur, qui vient de contrôler sur Wikipédia : vous êtes un peu confuse. Frank Capra n’a pas réalisé en 1939 le film que vous lui attribuez mais bien le magnifique Mr Smith goes to Washington (…) » (p. 94).

Ce dialogue entre passé et présent, fausse véracité du document et rétablissement des faits met au centre des réflexions la subjectivité de l’archive et la nécessité d’une très grande attention pour qui les manipule dans le cadre d’un récit documentaire.

Nous avons interrogé l’autrice sur l’utilisation du masculin tout au long du récit – même si les lecteur.ices auront deviné dès le prologue que le personnage du dramaturge n’est qu’à demi fictif. Pourquoi avoir choisi le masculin ? pourquoi cette distance du genre ? Pour Martine Boyer-Weinmann, il s’agissait de ne pas s’impliquer personnellement tout de suite, elle se refusait à juger de manière tranchée. L’autrice avait besoin d’un double artificiellement distant d’elle.

L’usage de la photographie 

Martine Boyer-Weinmann choisit dans son récit d’intégrer de nombreuses photographies. Celle-ci sont parfois décrites, parfois servent d’exemple au texte, sont en regard de celui-ci. Elles viennent l’interroger, s’y confronter. Le.a lecteur.ice fait des aller-retour entre le texte et la photographie. L’autrice crée ainsi des « diagonales photolittéraires »[1] tout au long de son récit, l’usage de la photographie change en profondeur la relation entre la sphère publique et la sphère privée puisqu’elle donne un exemple visuel concret, fait entrer dans une intimité directe.

L’autrice nous explique avoir voulu travailler sur le visage, sur les signes du temps. Elle a notamment mis en regard deux photographies : la première est « professionnelle », date de 1952, il s’agit d’Irène à Toronto, les lumières sont travaillées, le visage est mis en valeur ; la deuxième est prise à Washington D.C, Noël 1954, elle tient une boîte de chocolats. Cette deuxième photo est censée saisir un moment de bonheur, pourtant, pour Martine Boyer-Weinmann, il exprime en sourdine d’autres émotions. Dans l’intervalle de ces deux ans, quelque chose se joue sur le visage : le mariage, une forme de lassitude peut-être, du moins le fait d’être entrée dans une vie rangée, bourgeoise. L’autrice assume l’ambiguïté qu’elle pose dans le texte faisant entendre que le mari d’Irène n’était surement pas l’homme de sa vie, que ce mariage a été opportuniste. Mettre ces deux images en regard, c’est donc les faire se rencontrer d’abord, se confronter, c’est permettre au lecteur de percevoir le passage du temps et des modifications intrafamiliales.

Comment raconter une vie sans linéarité du récit ?

La vie d’Irène était une vie d’éclat selon l’autrice, une vie fragmentée entre différentes langues, différents pays. Même si le texte garde une trame linéaire, les matériaux appelaient forcément un texte éclaté, fragmenté, que ce soit par le biais des documents utilisés ou des intertextes. En effet, Martine Boyer-Weinmann utilise plusieurs textes littéraires qu’elle fait jouer en parallèle de la vie d’Irène. Ces textes sont minutieusement consignés à la fin de l’ouvrage, allant de Borges, à Beauvoir où Gunter Anders. La polyphonie est constitutive du texte et vient apporter une autre dimension à ces voyages. Prenons par exemple le voyage d’Irène aux Etats-Unis, celui-ci est mis en regard de celui de Simone de Beauvoir dans son Amérique au jour le jour. Mettre en regard ces deux textes permet de faire voir en creux ce que Martine Boyer Weinmann ne souhaitait pas traiter de front : la vie sexuelle d’Irène. Il est en effet compliqué de traiter de tels sujets pour l’autrice. L’utilisation des intertextes en regard lui a donc permis de faire émerger chez les lecteur.ices des images, des pensées entourant le voyage d’Irène aux Etats-Unis sans avoir à les décrire.

L’invitation au voyage dans le siècle d’Irène est donc celle d’une déambulation dans le temps, dans les fragments de cette vie foisonnante qui se dit toujours à demi-teinte, mystérieuse, qui ne se révèle jamais vraiment. C’est aussi une invitation à la table de l’écrivain, dans le chantier littéraire, dans les réflexions littéraires qui suivent la construction d’un texte, les doutes, les essais, le travail des documents et leur agencement. C’est tout à la fois avec Irène mais aussi avec l’autrice que le.a lecteur.ice construit une complicité et effectue son voyage.

Bibliographie consultée :

  • Camille Bloomfield et Marie-Jeanne Zenetti, “Ecrire avec le document : quels enjeux pour la recherche et la création littéraire contemporaines ?”, Armand Collin, “Littérature”, 2012.
  • Martine Boyer-Weinmann, Le Siècle d’Irène, Ed. Champ Vallon, 2023
  • Jean-Pierre Montier, Transactions photolittéraires, coll « interférences », Presses Universitaires de Rennes, 2015
  • Marie-Jeanne Zenetti, “Prélèvement/déplacement : le document au lieu de l’œuvre”, Armand Collin, “Littérature”, 2012.


[1] Jean-Pierre Montier, Transactions photolittéraires, coll « interférences », Presses Universitaires de Rennes, 2015.



Citer ce billet
Camille Lorenzi (2023, 30 mai). Saisir sa chance au féminin singulier : une enquête familiale. Rencontre avec Martine Boyer-Weinmann. Master Genre, littératures, cultures. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oz8d

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search