Note d’intention de recension – Nous les filles de nulle part d’Amy Reed

En octobre 2017, l’actrice Alyssa Milano reprend le hashtag #MeToo créé par la militante féministe Tarana Burke quelques années auparavant, appelant à une libération de la parole quant aux violences sexistes et sexuelles.

The Nowhere Girls est publié aux USA en octobre 2017, au moment du lancement du hashtag, et par la suite publié en France en février 2018, sous le titre Nous les filles de nulle part. Amy Reed écrit[1] ce roman en réaction à l’affaire Brock Turner, un athlète de l’université de Stanford ayant violé une étudiante inconsciente et condamné à six mois d’emprisonnement en 2016, ainsi qu’à la suite de la lecture de deux romans jeunesse sur la culture du viol. C’ est un roman d’actualité au sens il aborde les sujets repris par le mouvement #MeToo ou #BalanceTonPorc.

Grace, 17 ans, emménage à Prescott (Oregon) dans l’ancienne maison d’une dénommée Lucy, jeune fille de son âge au sujet de laquelle Grace apprend qu’elle a été violée par trois jeunes hommes de l’équipe de football locale et qu’elle a déménagé suite aux accusations de viol qu’elle avait émises. Indignée par ce qui est arrivé à Lucy, Grace, avec l’aide de Rosina et Erin, lance « The Nowhere Girls » au sein de leur lycée, un groupe de parole qui fait le choix de lutter contre le système qui les opprime.

Ce roman pour jeunes adultes, ayant entre 14 et 30 ans, paru aux éditions Albin Michel, collection Jeunesse, résonne avec ce mouvement de libération de la parole, ce qui explique sa traduction rapide.

Les romans « jeunes adultes », définis comme « réalistes, didactiques et initiatiques » par Mathilde De Chalonge[2], traitent de sujets sociaux touchant cette catégorie : le fait de grandir, la construction de l’identité, la sexualité, l’amour. Tous ces thèmes se retrouvent dans Nous les filles de nulle part qui affiche dès le résumé de la quatrième de couverture un certain engagement et présente ce récit comme celui d’une révolte de lycéennes face aux oppressions auxquelles elles font face, en se concentrant sur les violences sexistes et sexuelles, allant du harcèlement sexuel et de l’humour sexiste aux agressions sexuelles.

Ce roman se présente comme un roman féministe tant au niveau de sa composition qu’au niveau de ce qu’il transmet au lectorat mais de quel(s) féminisme(s) est-il question dans le roman ? Quelles sont les mesures prises par les lycéennes pour lutter contre ces violences et quelles formes de militantisme apparaissent (ou non) dans ce roman ?


[1] Interview d’Amy Reed par Caroline Delabroy, publiée le 13/03/2018. [URL : https://www.20minutes.fr/culture/2238295-20180316-amy-reed-devons-etre-complices-propre-oppression-clame-auteur-filles-nulle-part]

[2] De Chalonge Mathilde, « La littérature Young Adult, une quête qui transgresse les âges », sur ActuaLitté, 6 janvier 2016, [URL : https://www.actualitte.com/article/monde-edition/la-litterature-young-adult-une-quete-qui-transgresse-les-ages/62833]


Auteur : Julie C.

Actuellement étudiante en M2 Genre, Littérature(s) et Culture(s), c’est l’intérêt qu’elle porte aux problématiques de genre depuis son adolescence qui l’a conduite à postuler dans ce master. Sa volonté de combattre toute forme de discrimination de genre et d’en apprendre toujours plus la conduisent à sans cesse se remettre en question. Diplômée de Licence de Lettres et passionnée par la littérature allemande, elle travaille en ce moment sur un mémoire qui tend à analyser quatre œuvres d’une autrice de République Démocratique Allemande, Christa Wolf, en étudiant la réception féministe qui en a été faite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.