Ne pas/plus se taire : Nous, les filles de nulle part, un appel à l’empowerment

Portrait d’Amy Reed provenant de son site

Amy Reed est une autrice américaine, spécialisée dans les romans pour “jeunes adultes” (young adult). Ses romans traitent de nombreux sujets de sociétés, tels que l’alcoolisme, les troubles mentaux, les violences (sexistes, sexuelles) touchant les jeunes adultes (14-30ans).

Romans parus aux USA :  Beautiful (2009), Clean (2011), Crazy (2012), Over You (2013), Damaged (2014), Invincible (série en 2 tomes, 2015), Unforgivable (2016) (éditions Harper Collins), The Nowhere Girls (éditions Simon Pulse, New York, 2017), anthology Our Stories Our Voices (2018), The boy and girl who broke the World (2019) (éditions Simon Pulse).

Romans traduits en France :  Invincible traduit par Barbara Versini et sa suite, Le jour où tu es revenue (Unforgivable), traduit par Alexandra Herscovici Schiller et Nous, les filles de nulle part (The Nowhere Girls) (2018) traduit par Valérie Le Plouhinec aux éditions Albin Michel, collection Jeunesse.


1ère de couverture de l’édition française Albin Michel. ©Editions Albin Michel

Grace, lycéenne de 17 ans, vient d’emménager à Prescott dans une maison anciennement habitée par Lucy, une jeune fille de son âge. Nouvellement arrivée dans cette ville, Grace apprend rapidement que cette dernière a fui la ville avec ses parents suite aux accusations de viol qu’elle a émises contre trois jeunes hommes de l’équipe de football locale. Bien décidée à ne pas se taire, Grace, avec l’aide de Rosina et d’Erin, lance « Les Filles de Nulle Part », un groupe de parole qui réunit de plus en plus de membres qui sont bien décidées à réagir et fait le choix de lutter contre ce système qui les opprime.

Une écriture engagée, ancrée dans l’actualité

Le contexte de publication du roman est propice à sa diffusion. En effet, l’écriture du roman est motivée par l’affaire Brock Turner, athlète de l’université de Stanford, condamné à six mois d’emprisonnement suite au viol d’une étudiante inconsciente . Ce qui place d’ores et déjà l’ouvrage dans une optique militante. En outre, le roman est publié en même temps que reparaît et se développe le hashtag #MeToo, qui dévoile le caractère systémique des violences sexistes et sexuelles et découle sur de nombreuses manifestations. Ce mouvement, qui a résonné partout dans le monde, se décline aussi en France, sous l’appellation #Balancetonporc, ce qui peut expliquer sa très rapide traduction.

En ce qui concerne la réception du roman, ce dernier a été globalement bien reçu par le public qui apprécie le traitement de ce genre de thématiques et de ses enjeux complexes à destination d’un public adolescent. Beaucoup de critiques ont apprécié la justesse de ce roman qui ne sombre pas dans un pathos larmoyant ni dans un manichéisme simpliste mais qui présente des personnages déterminés avec leurs forces et leurs faiblesses qui luttent ensemble contre un même système oppressif.

Dans quelle mesure ce roman, paru en même temps que le lancement des hashtags #MeToo et #BalanceTonPorc, peut-il être inscrit comme partie intégrante de ce mouvement et de ses objectifs ? Dans quelle mesure permet-il d’amorcer une réflexion féministe chez ses lecteur/trices, en favorisant leur empowerment ?

« Les Filles de Nulle Part », un groupe inclusif ? Une écriture des féminismes contemporains

Le roman d’Amy Reed s’attache à présenter des féminismes actuels et leurs problématiques tout en fédérant ses personnages autour d’une même cause : la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, en essayant d’éviter toute catégorisation. Le groupe des « Filles de Nulle Part » se révèle être un groupe hétérogène : Grace est une jeune fille blanche, d’un milieu social plutôt aisé ; Erin est un personnage sur le spectre de l’autisme qui ne performe pas la féminité traditionnelle et vient d’une famille monoparentale ; Rosina, quant à elle, est hispano-américaine, lesbienne et vit dans les quartiers pauvres…

L’influence du concept d’intersectionnalité1, qui s’est diffusé très rapidement ces dernières années, se ressent dans la constitution du groupe de lycéennes qui se situe néanmoins dans une perspective inclusive. Il y a, dans « Les Filles de Nulle Part », un dépassement des groupes du lycée (les pom-pom girls, les « intellos », etc.) pour parvenir à la formation graduelle d’un « Nous » dans le roman. On assiste alors à la construction d’une alliance contre des oppressions qui touchent toutes ces lycéennes à divers degrés. La volonté d’une horizontalité dans le mouvement est également présente : en effet, que ce soit Erin, Rosina ou Grace, aucune ne se revendique comme leadeuses/ créatrices du mouvement ce qui souligne la volonté de créer un espace safe, qui ne reconduirait pas de rapports de pouvoir. Le concept de « sororité » tient donc une grande place dans ce roman tant dans ses aspects positifs que dans ses limites.

Ce qui est intéressant, ce sont les limites de cette perspective inclusive qui sont présentées en filigrane dans le roman. Certaines voix de ce roman polyphonique, anonymes, ne se reconnaissent pas dans le féminisme du groupe. Par exemple, l’un des chapitres nous donne à entendre la voix d’une lycéenne afro-américaine qui dénonce tout de même le féminisme majoritairement « blanc » des « Filles de Nulle Part » tandis qu’une jeune fille trans(genre) s’interroge sur son acceptation dans le groupe. Un des exemples les plus marquants reste celui d’Amber, considérée comme la «fille facile du lycée » et rejetée par certaines des membres du groupe, démontrant ainsi la difficulté à se déconstruire face à certains stéréotypes et préjugés.

Des voix qui brisent le silence, voies ouvertes à l’empowerment ?

Les chapitres du roman comportent pour titres les noms des personnages principaux ou bien « Nous ». C’est par cette polyphonie qu’A. Reed nous présente l’empowerment des lycéennes. En effet, ce dernier passe par cette libération de la parole, qui a lieu au sein du groupe « Les Filles de Nulle Part », et qui mène à des prises de conscience du caractère systémique des violences dont elles sont victimes. Les débats ont pour sujets les relations amoureuses, la notion de consentement, les sexualités des lycéennes par exemple et s’articulent autour de divers récits d’expériences de ses membres. A. Reed parvient alors à créer, au fur et à mesure, une communauté, tout en mettant en avant l’importance d’Internet dans ce processus. En effet, Internet est présenté comme un support de lutte qui permet la création du groupe. On reconnaît ici une forme de « féminisme 2.0 » qui s’est très largement développé avec l’essor d’Internet et des réseaux sociaux dès le début des années 2000. Si leurs paroles ne se libèrent pas, comme pour le mouvement #MeToo, sur les réseaux sociaux, c’est bien grâce à Internet qu’elles font lien. On notera notamment la présence d’un symbole féministe fort sur la première de couverture française, celui du poing levé, qui témoigne de cet empowerment, le préfigure.

Si l’empowerment se produit en partie via les paroles échangées, il survient également par le biais d’actions concrètes : les débats ont lieu en non-mixité, dans des lieux secrets, une « grève du sexe » est organisée ce qui n’est pas sans nous rappeler les moyens de lutte des féministes des années 70.

Si ce roman s’attache à montrer la libération de la parole des lycéennes, il présente également les violences auxquelles elles sont confrontées tous les jours.

Du sexisme ordinaire aux communautés masculinistes

Le roman tente de représenter la réalité complexe, informée par le système patriarcal ainsi que ses différent.e.s acteur/trices. Les garçons sont présentés comme de potentiels alliés, A. Reed contre alors subtilement le discours tant entendu du #notallmen en développant des personnages masculins qui peuvent devenir des soutiens pour les jeunes filles, tel que Jesse ou Otis. Tous ne sont pourtant pas des soutiens solides dans la lutte que mènent les lycéennes dès l’instant où cela les touche personnellement. La « grève du sexe », instaurée par un certain nombre de filles du lycée participant aux réunions des « Filles de Nulle Part », est très mal reçue de la part des garçons. Les amis et surtout petits-amis, qui se présentaient comme alliés dans leur lutte, dévoilent très rapidement leur agacement lorsqu’ils se rendent compte que cette grève va durer bien plus longtemps et tentent de la briser par divers moyens (persuasion, manipulation, etc.), pensant que le sexe dans la relation leur est dû.

Le roman ne se contente pas de mettre en scène de potentiels alliés dans la lutte des lycéennes mais présente également à son lectorat des personnages que l’on peut considérer comme des représentants de groupes masculinistes. Ces personnages permettent de visibiliser les violences, aussi bien symboliques que matérielles, engendrées par la pensée masculiniste2 qui pousse à son extrême le degré de misogynie et d’anti-féminisme. Les représentants de cette communauté, dépeints par les personnages de Spencer, Eric et Ennis semblent intouchables car ils participent au rayonnement de la ville de par leur position de joueurs talentueux de l’équipe de football. Le blog « Les Vrais Mecs de Prescott », tenu par Spencer, véhicule une image dégradante des femmes, perçues comme des objets sexuels. La présence de ce média dans la diffusion de propos misogynes permet à A. Reed de souligner l’importance des réseaux sociaux dans la création et l’entretien de sociabilités masculines qui partagent des conceptions misogynes et anti-féministes analogues.

Si les moyens employés par « Les Filles de Nulle Part » pour lutter contre le silence imposé par le système sont pacifiques, la réaction de l’établissement et des autres institutions est sans appel. Les violences sexistes et sexuelles, systémiques, se révèlent alors comme partie intégrante de ce qu’on appelle la « culture du viol », un pilier du patriarcat.

La culture du viol, pilier du système patriarcal

Influencée par la lecture de deux romans sur la culture du viol, A. Reed positionne son roman comme un livre qui a pour but de « combattre le système3. » ; culture du viol qu’elle définit comme « la façon dont notre culture normalise la violence sexuelle et blâme souvent davantage les victimes […]4. »

La répression de la parole de Lucy ne se fait pas attendre puisque sa famille et elle sont contraintes de fuir la ville et changent même d’Etat suite au harcèlement dont Lucy est victime de la part des habitant.e.s de Prescott. A. Reed met ainsi en scène ce à quoi de nombreuses victimes de violences sexistes et sexuelles peuvent être exposé.e.s si ces dernières choisissent de prendre la parole. Le backlash5 du système patriarcal est sans appel pour les victimes ou personnes qui n’ont pas su « rester à leur place ».

A un autre niveau, nous pouvons lire la réaction de l’établissement scolaire face à la « grève du sexe » et aux différentes actions menées par « Les Filles de Nulle Part » comme une autre expression de ce backlash. Les groupes de jeunes filles sont alors interdits au sein de l’établissement qui instaure une interdiction de réunion entre lycéennes. Par cette réaction du système patriarcal, A. Reed réaffirme le caractère hautement subversif des réunions en non-mixité, considérées comme dangereuses par le système car elles peuvent permettre de comprendre l’aspect systémique des violences.

Le roman expose ainsi l’implication des institutions, présentées comme les piliers d’un système patriarcal répressif. Tandis que la directrice du lycée, ayant choisi de performer une attitude « masculine » afin de réussir, se pose comme un relais des violences patriarcales en intimidant les lycéennes et leurs familles, la police, qui a mis en doute la parole de Lucy, n’hésite pas, avec l’aide des médias, à construire une image de criminelles des filles du mouvement.

Conclusion

Nous, les filles de nulle part souligne certaines limites : celles notamment de la notion de « sororité » qui peut tendre à invisibiliser des réalités, à homogénéiser un groupe hétérogène . On pourrait reprocher à ce roman sa fin idéaliste où tout se résout très rapidement si cette dernière n’avait pour but de favoriser les réactions face à ces crimes.

Toutefois, cet ouvrage tend à susciter une réaction de la part du lectorat, une prise de conscience, propice à l’émergence de sa propre voix(-e). Il présente, tout en sensibilisant aux mouvements féministes, à leur pluralité, de véritables enjeux de société : lutte contre les stéréotypes de genre, les violences sexistes et sexuelles ; ce dernier ne tombe pas dans la généralisation et les catégories même s’il met en scène de nombreux stéréotypes. Ce roman, féministe, et écrit dans une perspective de reconstruction personnelle de l’autrice, a bénéficié du mouvement #MeToo mais demeure un roman de référence dans les collections Jeunesse qui ont en partie vocation à sensibiliser les jeunes filles et jeunes garçons à de nombreux sujets dont celui du sexisme et des violences sexuelles qui est en ce moment sous les feux des projecteurs dans de nombreux pays. Les ressources, listées en fin de roman, orientent les lecteur/trices vers les associations et organismes spécialisé.e.s dans la prise en charge des victimes de violences sexistes et sexuelles ce qui affirme son engagement dans la lutte contre ces violences. Cela peut également être mis en lien avec la volonté d’informer le public visé, par cette collection Jeunesse des éditions Albin Michel, des organismes qui sont à leur disposition en cas de problème.

Potentielles pistes à étudier plus en détails dans un cadre universitaire :

  • Questionnement sur la notion de sororité et d’intersectionnalité dans les romans jeunesse ( et plus particulièrement young adult) suite à #MeToo
  • Réception auprès du public visé et ses potentiels effets
  • Question du roman, ici young adult, comme moyen de se reconstruire et comme outil de combat 
  • L’articulation genre et littérature jeunesse à travers l’intertexte antique (Lysistrata d’Aristophane)

  1. CRENSHAW (Kimberle), « Demarginalizing the Intersection of Race and Sex: A Black Feminist Critique of Antidiscrimination Doctrine, Feminist Theory and Antiracist Politics, », University of Chicago Legal Forum, Vol. 1989, Article 8. [URL : http://chicagounbound.uchicago.edu/uclf/vol1989/iss1/8 ] []
  2. DUPUIS-DERI (Francis), « Le « masculinisme » : une histoire politique du mot (en anglais et en français). », Recherches féministes, volume 22, numéro 2, 2009, p. 97–123. [URL : https://www.erudit.org/fr/revues/rf/2009-v22-n2-rf3635/039213ar/ ] []
  3. Interview d’Amy Reed par Caroline Delabroy, publiée le 16/03/2018. [URL : https://www.20minutes.fr/culture/2238295-20180316-amy-reed-devons-etre-complices-propre-oppression-clame-auteur-filles-nulle-part] []
  4. Ibid. []
  5. FALUDI (Susan), Backlash : la guerre froide contre les femmes, POMIER (Lise- Eliane) (trad.), CHÂTELAIN-DIHARCE (Evelyne) (trad.), REVEILLE (Thérèse) (trad.), Editions des Femmes, [1991] 1993 []

Auteur : Julie C.

Actuellement étudiante en M2 Genre, Littérature(s) et Culture(s), c’est l’intérêt qu’elle porte aux problématiques de genre depuis son adolescence qui l’a conduite à postuler dans ce master. Sa volonté de combattre toute forme de discrimination de genre et d’en apprendre toujours plus la conduisent à sans cesse se remettre en question. Diplômée de Licence de Lettres et passionnée par la littérature allemande, elle travaille en ce moment sur un mémoire qui tend à analyser quatre œuvres d’une autrice de République Démocratique Allemande, Christa Wolf, en étudiant la réception féministe qui en a été faite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.