“Dissiper les nuées” : de l’anti-intellectualisme à l’antiféminisme, entretien avec Sarah Al-Matary.

C’est au coeur de La haine des clercs, de l’anti-intellectualisme en France, le livre de Sarah Al-Matary1 paru aux éditions du Seuil en 2019 que nous retrouvons cette référence à la pièce d’Aristophane, à ces “nuées”, obscures et vaporeuses de la connaissance qui viendraient encombrer les esprits2. Elles sont, des siècles plus tard, au coeur des illustrations présentées par l’autrice pour introduire sa présentation. A travers un corpus iconographique de représentations de femmes intellectuelles, de bas bleus, Sarah Al Matary pointe l’omniprésence de cette évanescence supposée chez les penseuses. Les caricatures de Daumier s’intitulent, en effet, “vapeur de mon âme” ou “fumées de ma pipe”3, et mettent en image tous les stéréotypes à propos de la pensée féminine qui serait vaine et abstraite. Dès lors, le parallèle entre les “nuées” attaquées par Aristophane et celles évoquées à propos des femmes qui pensent semble évident, et au cours d’un chapitre, l’autrice démontre le rapport entre l’anti-intellectualisme et l’antiféminisme. 

Il n’y a, dans le livre de Sarah Al-Matary, qu’un chapitre qui vient poser la question de l’antiféminisme de manière directe, et les femmes sont par ailleurs assez peu présentes tout au long de l’ouvrage. Anticipant les critiques, l’autrice met immédiatement en avant le fait que cette faible part n’est que proportionnelle à la place des femmes dans la réalité de l’anti-intellectualisme. Le livre commence néanmoins avec une citation culte de Christine Lagarde, un choix de l’éditeur selon l’autrice, pertinent parce que bien connu du public4. L’ouvrage évoque ensuite parfois Colette, Sheïla, Anna Mahé5 ou Alice Hertz6 mais écarte d’autres exemples qui n’auraient pas eu la place d’être développés, comme Simone Weil. La question n’étant pas centrale dans le livre, elle ne l’est pas non plus dans les entretiens précédemment réalisés par l’autrice. Au cours de cette rencontre nous avons donc tenté de mettre en avant certaines problématiques que Sarah Al-Matary regrette de n’avoir pu évoquer plus tôt. 

De la misogynie à l’antiféminisme 

Ce chapitre semble tracer une démarcation entre misogynie et antiféminisme mais celle-ci reste parfois floue. Connaissant l’intérêt de Sarah Al-Matary pour les frontières mouvantes et poreuses dans le langage, cette confusion n’est pas anodine. L’autrice est cependant revenue sur les définitions de Christine Planté dont elle se sert pour amorcer sa réflexion autour des termes à utiliser. Ainsi, si la misogynie est un discours de haine qui se base sur des arguments naturalisants et essentialisants à l’égard des femmes, l’antiféminisme est beaucoup plus délimité dans le temps (on en constate les prémices au XIXème siècle) et se caractérise par un sentiment d’hostilité face à l’émancipation des femmes, notamment par le savoir7. L’antiféminisme apparaît alors comme l’une des manifestations de la misogynie et se limite à en désigner une part bien spécifique. Il vient par ailleurs caractériser à retardement une situation spécifique qui lui préexiste et qui se situe à l’intersection entre misogynie et anti-intellectualisme. 

A propos de cette intersection, l’entretien nous a permis de faire un détour par le paradoxe qui existe entre les stratégies de stigmatisation naturalisantes qui visent les femmes et les stratégies anti-intellectualistes qui se basent sur des discours mettant en cause l’acquis et la culture. Pour Sarah Al-Matary, ce paradoxe n’en est qu’un parmi tant d’autres à travers les polémiques et débats qu’ils soient littéraires, politiques ou autres. Elle pointe par ailleurs du doigt la naturalisation des attaques parfois faites contre les intellectuel.le.s et notamment à l’égard des personnes juives et/ou non-occidentales. Les attaqués, lorsqu’ils sont des hommes, sont bien souvent dévirilisés tandis que leurs détracteurs jouent à cette occasion sur les stéréotypes naturalisants visant par exemple la supposée féminité des hommes orientaux ou l’inclinaison pour les sentiments plutôt que la raison des penseurs juifs. Cet anti-intellectualisme, par les ressorts utilisés, laisse alors apparaître sa misogynie doublée de racisme et d’antisémitisme, autant de caractéristiques qui ne sont pas masquées chez de nombreux anti-intellectualistes cités dans l’ouvrage tels que Proudhon, Céline ou Drieu la Rochelle. 

De l’intellectuel aux intellectuel.le.s : le poids des mots

Sarah Al-Matary présente la philologie8 comme la base de son militantisme. Pour cette raison, elle tient à ne pas donner de définition claire de plusieurs termes pour traduire le fait que dans la réalité cette définition n’existe pas non plus. Plutôt qu’un classement “commode” elle préfère donc mettre en avant un modèle circulatoire qui porte une attention particulière aux mots et à leur évolution. Il s’agit d’étudier l’évolution des idées, des mots et maux puisque l’évolution constante fait partie de la réalité. L’autrice souligne par ailleurs que l’inclusion de la philologie au coeur des évolutions de la société et sa mise en avant à travers le militantisme permettent de nier l’idée selon laquelle les Lettres n’auraient pas d’utilité sociale et seraient à distance de toute réalité. 

Ainsi, à propos du terme “intellectuelle”, par exemple, Sarah Al-Matary nous renvoie au numéro de Clio intitulé justement « Intellectuelles »9. A travers ce numéro, les participant.e.s proposent une remise en question de la masculinisation du terme et posent une définition d’intellectuelles en tant que celles qui ont accès au savoir et prennent publiquement position. Mais pour l’autrice, cette prise de position publique n’est pas nécessaire et elle souligne qu’il est important de réfléchir aux conditions matérielles dans lesquelles ces femmes doivent accéder et produire du savoir. Elle évoque par ailleurs l’évolution du terme “étudiante” qui dans sa signification première désignait une femme qui fréquente les bancs de la faculté par intérêt pour les étudiants10 et qui est aujourd’hui le simple équivalent féminisé du mot « étudiant ».

Le langage a un poids politique, les mots et leurs définitions évoluent selon les problématiques et les fantasmes liés à leur contexte. Ainsi on ne peut ignorer que les définitions données dans les années 1900 sont ainsi car elles sont construites à une période de craintes importantes autour de la féminisation “massive” de l’enseignement. Parler d’antiféminisme c’est parler d’une forme d’anti-intellectualisme spécifique, qui vise les intellectuelles. A ce titre la problématique méritait bien au moins un chapitre de l’ouvrage pour venir souligner à la fois son imbrication dans un anti-intellectualisme global et ses particularités, inhérentes aux problématiques de genre. 

Cette rencontre a ainsi permis de mettre en avant une problématique discrètement glissée au coeur d’un ensemble de réflexions denses et riches : la question de la place du genre et ici plus particulièrement des femmes dans l’anti-intellectualisme. L’intervention de l’autrice à ce sujet nous a permis de nous interroger notamment sur les outils du langage utilisés et sur leurs implications socio-politiques. Il apparaît clairement que la langue choisie pour diffuser une pensée et le niveau de langage utilisé sont des outils politiques et se trouvent à ce titre bien souvent attaqués par les anti-intellectualistes pour qui les intellectuel.le.s représentent des discours qui ne sont pas (rendus) accessibles. Pour Sarah Al-Matary, il s’agit pour chacun.e d’entre nous de considérer ces discours, de s’intéresser et de questionner les mots que l’on emploie en ne perdant pas de vue que l’on reste “toujours l’intellectuel.le de quelqu’un d’autre”.

Charlie Fabre.

  1. Sarah Al-Matary est diplômée de l’Ecole Normale Supérieure en lettres et sciences humaines et maîtresse de conférence en littérature à l’Université Lumière Lyon 2. Elle s’intéresse notamment aux relations entre littérature et idéologies []
  2. Aristophane, Les nuées, Vème siècle avant J-C []
  3. DAUMIER Honoré, série de caricatures “les bas bleus”, 1944 []
  4. le travail paye. Mais […] la France est un pays qui pense. Il n’est guère d’idéologie dont nous n’ayons fait la théorie, et nous possédons probablement dans nos bibliothèques de quoi discuter pour les siècles à venir. […] assez pensé, assez tergiversé ; retroussons tout simplement nos manches”, Christine LAGARDE, le 10 juillet 2007, à l’Assemblée Nationale []
  5. 1882-1960, militante anarchiste, en faveur d’une simplification de l’orthographe, co-fondatrice de l’anarchie []
  6. 1877-1927, pédagogue, anti-intellectualiste []
  7. PLANTÉ, Christine. 2015 [1989]. La petite sœur de Balzac, Lyon : Presses universitaires de Lyon, coll. « Des deux sexes et autres », 362 p []
  8. science qui se caractérise par l’analyse des termes à travers leur étymologie et leur évolution dans le temps []
  9. DUBESSET Mathilde et ROCHEFORT Florence (dir.), Clio n°13, Intellectuelles, 2001 []
  10.  représentées dans l’ouvrage par l’exemple de Madeleine Bryant, personnage du roman de Charles PAQUIER, Les Malfaisants (intellectuels), 1901 []

Auteur : Charlie

Etudiant chercheur en études sur le genre à l'Université Lumière Lyon 2, Charlie est également activiste pour les droits des personnes LGBTIQ+. Son mémoire de Master porte sur la place du miroir dans les films mettant en scène des personnages trans'. Il travaille pour cela sur un corpus de films parus depuis les années 2000 et connus du grand public (particulièrement : Tomboy, Céline Sciamma ; The Danish Girl, Tom Hooper ; Girl, Lukas Dhont). Il effectue par ailleurs un travail artistique et est l'auteur de pièces et de poésies qui abordent également les sujets LGBTIQ+. Il co-organise le FACT (Festival d'Art et de Création Trans) qui se tient à Lyon du 30 octobre au 10 novembre 2019. Charlie is a student and searcher in gender studies in Lyon 2 university and also a LGBTIQ+ rights activist. For his research he is working on the role of the mirror in movies representing trans' characters. Therefore, he is working on movies produced between 2000 and 2018 and known by a broad public (mainly Tomboy, Céline Sciamma ; The Danish Girl, Tom Hooper ; Girl, Lukas Dhont). He is also a writer and has written texts and poetry about LGBTIQ+. He is the co-organizer of the FACT, a festival bringing forward trans creation and art, that will take place in Lyon from the 30th of October until the 10th of November 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.