Souad Labbize

Souad Labbize est une poétesse, une romancière, une traductrice et animatrice culturelle franco-algérienne. Elle a notamment écrit le roman J’aurais voulu être un escargot paru en 2011, plusieurs recueils de poèmes, comme Une échelle de poche pour atteindre le ciel, Brouillons amoureux publiés l’un et l’autre en 2017, Je franchis les barbelés en 2019 et un récit, Enjamber la flaque où se reflète l’enfer en 2019.

A propos de: Enjamber la flaque où se reflète l’enfer1

Entretien mené par Lola Dartois.

  • Dire le traumatisme

Lors de la vague #metoo vous avez publié sur Facebook un extrait de votre texte Enjamber la flaque où se reflète l’enfer. Cette publication fera écho auprès de nombreuses personnes et sera diffusée très largement, aboutissant plus tard à sa publication papier.  Si le mouvement « Me Too » a été le catalyseur de la publication de ce texte, ce qui a motivé son écriture semble bien antérieur, d’après ce que vous avez expliqué pendant la rencontre littéraire à la librairie La Gryffe, le 5 octobre dernier. Vous aviez appris les circonstances du décès de votre grand-mère, non pas morte en couches mais sous les coups de son époux, votre grand-père. Cette révélation traumatique, qui met en exergue le cercle vicieux de violences sexistes quotidiennes que subissent les femmes de génération en génération, a été le déclencheur de l’écriture de ce témoignage.

Comment est-ce que ce mouvement #metoo en tant que mouvement collectif a résonné en vous pour donner lieu à ce texte singulier ?

Metoo n’a pas « donné lieu » puisque le texte attendait dans mes fichiers depuis un an environ. En revanche, le tout début du mouvement l’a libéré de son secret. J’avais publié sur Facebook un extrait qui a immédiatement été largement partagé et commenté. Les commentaires m’ont encouragée à le publier en entier. Ce que je n’ai fait que plus tard, quand je me suis habituée à l’idée de participer à un mouvement aussi répandu.

Vous disiez, durant l’entretien à la librairie La Gryffe, que « l’écriture est un apaisement pour celles dont la voix ne porte pas loin ». Est-ce que vous considérez que votre voix et votre écriture donnent, dans une certaine mesure, la parole à celles qui n’ont pas la possibilité d’écrire et qui vivent des expériences de vie similaires à la vôtre ? est-ce que la littérature est un amplificateur choral pour les voix minorées ou inaudibles ?

Absolument, parler ou écrire sur les violences subies dans son corps est extrêmement douloureux surtout quand il s’agit de viol. C’est remuer la lame dans une plaie à vif. Suite à la publication [de l’extrait] lors de #Metoo, j’ai reçu via la messagerie des remerciements de personnes, hommes et femmes, qui sont tout à fait capables d’écrire et qui ont l’habitude de la publication, certaines personnes sont des militants…Mais leur message disait, moi je ne suis pas apte à en parler ni à l’écrire. La littérature permet de se parler à soi-même en sachant qu’un nombre insoupçonné d’inconnus vous écoutent.

Vous parlez de votre grand-mère comme de la source d’inspiration qui vous pousse à prendre la plume; mais une autre femme est centrale dans votre texte : votre mère. La mère et sa violence nouent et verrouillent la parole, une mère qui ne protège pas sa fille et qui se transforme en geôlière de ces « prisons intérieures » car elle n’est pas capable d’entendre la vérité dite par l’enfant. Elle s’empare de la violence vécue par sa fille comme d’un tribut qui lui revient, c’est elle à qui l’enfant a fait du mal, elle devient l’enfant, la victime, la personne à plaindre, vous écrivez : « Ma mère a continué à ébruiter mon malheur avec mépris, se plaignait d’avoir une fille stupide ». Vous dites que votre texte « parle de ce que cela veut dire « être adulte » mais quand l’adulte n’agit pas en adulte et je vous cite « Qu’ont-ils tous vécu pour être aussi fragiles face au désarroi d’une enfant abusée ? » Que signifie être adulte pour vous ? et à quel vécu faites-vous allusion quand vous parlez de ces adultes?

Être adulte c’est savoir intimement les limites de l’enfant et de tous les autres autour, enfants et adultes. L’adulte, c’est celui qui est passé de l’autre côté du miroir et qui cesse de se regarder en ne voyant que lui-même dans son reflet, l’adulte est celui qui peut donner la main à l’enfant incapable de traverser seul. Je fais allusion aux viols et attouchements probablement subis par ces adultes (et non-exprimés). Je fais aussi allusion aux peurs irraisonnées liées aux tabous du corps. La mère n’est pas la geôlière, c’est l’enfant qui le devient puisqu’elle ne va pas jusqu’au bout de ce qu’elle veut dire.

  • L’écriture comme une passerelle

On peut diviser le « je » énonciatif en trois figures différentes, il y a l’adulte qui témoigne de son expérience de la violence vécue en tant qu’enfant, il y a la petite fille de neuf ans, figée dans le temps et le silence qui attend dans son « cachot intime » et il y a la figure de l’autrice, celle qui apprivoise ces paroles non dites et craintives grâce à l’écriture et leur permet de sortir de l’ombre. Cette petite fille n’a jamais grandi car l’indicible traumatisme est sans cesse réactualisé au présent.  Vous écrivez « Ce que je n’ai pu avouer n’a pas grandi, reste vulnérable ».

Est-ce que l’écriture est pour vous le lieu de la réconciliation entre l’enfant et l’adulte ? Est-ce le lieu de l’enjambement, l’écriture comme une passerelle ?

Si c’est une réconciliation, elle est loin d’être effective, c’est une tentative d’approche qui n’arrive pas à se concrétiser autrement que par l’écrit. Le préambule est là pour cela, dire que tout cela ne peut figurer à l’oral.

Vous avez publié un recueil de poèmes Je franchis les barbelés2, dans lequel vous évoquez l’exil, la colère que réveille les gouvernements violents et liberticides, la souffrance de partir, des choses qui ne peuvent être dites, des mots qui n’existent pas. Vous travaillez beaucoup l’espace vide entre les mots, et entre les paroles dites et non dites; Le poème n°16 « Il manque à ma langue/ ces mots charnus/ fragiles de ne pas exister […] » parle également de l’indicible, de cet espace qu’aucun mot ne peut combler. Que représente cet espace dans vos textes ? Comment travailliez-vous le silence ?

C’est le silence qui me travaille et j’en souffre. Écrire, remplace la parole mais ne fait pas le poids face au silence imposé. J’essaie d’évoquer le silence sans pour autant le trahir, le silence m’intéresse tant qu’il ne livre pas tous ses secrets. Le silence est matière redoutable pour qui veut relever ses défis.

Avec Enjamber la flaque où se reflète l’enfer, vous évoquez le viol, la violence du déni et de la culpabilité qui pèse sur les épaules des victimes, et la violence sexuelle et sexiste. La première partie du recueil de poème Je franchis les barbelés parle de la violence du déracinement quand la seconde partie s’intitule « Berceuse pour le dieu de la guerre » Comment selon vous, la poésie permet-elle de penser la violence ?

En étant au plus près des moindres petites particules du ressenti quand on connaît et rejette la violence, en la désarticulant avec des images simples faciles à visualiser, en retrouvant un peu de l’univers de l’enfance pour exprimer avec peu de mots et des structures compréhensibles et qui ne rajoutent pas de la difficulté là où l’on est en droit de trouver de l’apaisement, dans l’écrit.

Christine Chaulet Achour avait mis en lumière dans son article « Cet obscur objet de violence : le corps féminin dévoré (Souad Labbize, Yamina Benahmed Daho) » la fréquence de la métaphore spatiale dans les titres de vos œuvres : « Enjamber, franchir, fabriquer une échelle pour aller plus haut, c’est, d’une certaine façon, sortir du confort trompeur de la coquille de l’escargot, sortir de la spirale qui a avalé la vie. »  L’autrice et essayiste Fatima Mernissi qui a écrit Rêves de femmes, une enfance au harem, construit elle aussi dans ce texte un rapport particulier aux limites, aux frontières « La frontière est une ligne imaginaire dans la tête des guerriers. Cousin Samir, qui accompagnait parfois mon oncle et mon père dans leur voyage, disait que pour créer une frontière, il suffit d’avoir des soldats pour obliger les autres à y croire. Dans le paysage lui-même rien ne change. La frontière n’existe que dans la tête de ceux qui ont le pouvoir. »3 Vos œuvres, en particulier Je franchis les barbelés, sont-elles un moyen de dépasser les frontières et les limites pour percevoir la réalité du paysage ?

Pour les ignorer, les exploser, les oublier, faire  en sorte de les mépriser. Découdre le cousu de fil blanc ! Dans mon premier texte, J’aurais voulu être un escargot, Lalla Noubia va fuir avec deux autres femmes et poser un nouvel espace au milieu de rien, loin des frontières et fonder Tounjaz, qui se nourrit de l’espace de deux pays : Tounès ( Tunisie), Jazayer ( Algérie)

La manière dont vous avez superposé le corps des femmes et la parole met en lumière la corrélation entre les deux.  Ils sont confisqués et niés de la même façon par le système patriarcal. Le corps des femmes est confiné à l’intérieur et vous écrivez à propos de ces paroles vouloir « leur coudre des vêtements pudiques pour qu’elles acceptent de sortir. »  Quelle place prend la symbolique du corps et du vêtement dans votre écriture ?

Le corps est partout décrit comme un poids attirant la violence des hommes, c’est un lieu à reconquérir pour l’arracher aux regards intrusifs, aux mains baladeuses, aux paroles blessantes ou humiliantes. Le corps est martyrisé de diverses manières, y compris par des paroles entendues dans la rue peuplée de prédateurs et dragueurs assez violents dans leur harcèlement d’où le rapprochement avec les paroles à habiller car les paroles se sentent dénudées.

Vous avez écrit des romans comme J’aurais voulu être un escargot, de la poésie avec récemment Je franchis les barbelés, A quel genre littéraire diriez-vous que votre texte Enjamber la flaque où se reflète l’enfer appartient ?

Témoignage poétique ou en prose ?

  • Les langues

Dans votre texte Enjamber la flaque où se reflète l’enfer, vous utilisez la métaphore des armoires pour parler de votre rapport au français et à l’arabe. Vous pensez entre deux langues. Vous utilisez par exemple le terme « exploser » qui est une traduction littérale de l’arabe mais qui en français se serait plutôt traduit par « déflorer », ce qui donne une dimension nouvelle à ce mot en français.  Comment votre bilinguisme influence votre travail d’autrice ?

Non, il ne s’agit pas de déflorer mais bien d’exploser que la mère a dit, de manière très violente.

  • La traduction

Vous êtes traductrice : Est-ce que la version arabe du texte qui n’est pas traduit par vous, vous semble toujours la vôtre ? Pourquoi avez-vous tenu à effectuer un travail de relecture de la traduction proposée? Les théories de traductologies actuelles considèrent la traduction non pas comme une imitation mais comme une recréation des enjeux d’un texte dans une autre langue. Comment vous définiriez le travail de traducteur.rice ?

Il m’a semblé que le texte en français n’avait pas été parfaitement compris quant à certaines subtilités, il manquait dans la traduction en arabe ce qui fait la particularité littéraire de ce texte, son caractère.

  • De la mémoire traumatique à la mémoire textuelle (intertextes). 

Vous avez incorporé à votre texte Enjamber la flaque où se reflète l’enfer, une phrase d’un poète Irakien, traduite en français par vos soins, sous la forme d’une anaphore qui rythme le texte, « Rien de grave n’est arrivé depuis que […] » Ce poète Irakien parle de l’expérience de la prison à savoir l’expérience la plus dure de sa vie. Cette phrase signifie que rien de vraiment grave ne pouvait arriver après cela. Vous parlez également de vos « prisons intérieures » créées par l’impossibilité de dire l’expérience traumatique. Qu’est-ce que l’emprunt de cette phrase signifie pour vous ?

L’emprunt est à l’origine de l’écriture de ce texte, comme s’il s’agissait d’un jeu où chacun dit ce qui l’a le plus marqué mais en se tenant dans les limites formelles du premier texte. L’intertextualité ici fonctionne entre 3 pôles, la phrase de Fadhil Al Azzawi, la voix, musique de Kamilya Jubran et mon apport. C’est un triangle.

Vous pratiquez donc l’intertextualité dans vos textes, une intertextualité qui transcende les langues, vous mélangez des références littéraires issues de la culture française et de la culture arabe. Qu’est-ce que cette hybridité peut apporter à l’écriture d’un point de vue linguistique, stylistique et culturel?

Peut-être que ce n’est pas une hybridité à proprement parler, en tout cas l’écriture chez moi se nourrit de mes goûts où tout est important et vital : la langue, les textes, la musique, le jeu, la cuisine…




  1. coll.La Petite Ixe Paris, éd. Ixe, 2019 []
  2. Paris, éditions Bruno Doucey, 2019 []
  3. Fatima Mernissi, Rêves de femmes, une enfance au harem, Ed. Albin Michel, coll. Le livre de poche. 2019 (1ière édition 1998), p 7. []

Auteur : ldartois

Lola Dartois est étudiante-chercheuse dans le cadre du master GLC à l'université lumière Lyon 2. Elle a obtenu une licence de Lettres Modernes dans la même université en 2017. Au cours de son cursus universitaire, elle s'est passionnée pour les études genre et les études francophones. L’aperçu qu’elle a eu de ces recherches et son désir d’approfondir son engagement féministe l’on poussé à postuler au master Genre Littérature Culture. Pratiquant le théâtre, elle a eu l’occasion, en 2017, d’écrire et de jouer une visite contée « l’envers du décors » pour la salle de spectacle le Radiant Bellevue, à Lyon, à l’occasion d’un projet étudiant. Elle a également écrit quelques articles dans le cadre du festival de cinéma LGBTQ Ecrans-mixtes en 2019. Son projet de mémoire s’articule autour du concept de Simone de Beauvoir dans le Deuxième Sexe, L'Autre, la femme inessentielle. Elle travaille sur un renversement de ce schéma dans le livre Chéri de Colette. Quand Le corps de l’homme, le corps de l’amant est objectifié et que les codes de la masculinité et de la féminité sont redistribués. Elle s’interroge sur la position du regard dans ce roman, un regard qui conditionne une certaine manière de voir et donc de rendre compte de son désir et sur les outils d’un renversement même partiel de la domination.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.