La crise de la masculinité : autopsie d’un mythe tenace par Francis Dupuis-Déri

Depuis les années 70, le discours sur la crise de la masculinité interpelle, captive et trouve de plus en plus d’adeptes. Il s’épanouit dans des conférences, des essais, articles qui clament le danger d’une masculinité prise en otage par la société « féminisante ». Les hommes seraient donc inquiets de leur exclusion présente et à venir de la société.

En 2019, Francis Dupuis-Déri publie son essai Crise de la masculinité : autopsie d’un mythe tenace1. L’occasion pour lui de revenir sur ce qu’incarne le discours de la masculinité et d’en retracer les origines et les résonances dans la société actuelle. L’auteur est professeur de sciences politiques à l’université du Québec à Montréal depuis 2006. Il travaille sur le thème de la démocratie, des mouvements sociaux, de l’anarchisme et de la répression policière, mais également sur les questions de l’anti-féminisme. Il publie notamment en 2005 Les antiféminismes : analyse d’un discours réactionnaire, et début 2019, Antiféminismes et masculinismes d’hier et d’aujourd’hui. Il s’agira donc de revenir sur son dernier essai, Crise de la masculinité : autopsie d’un mythe tenace pour analyser la posture et le discours de cette masculinité prétendument en péril, et sur sa résonance au delà des frontières et sa concrétisation physique. Enfin, certains modes opératoires propres au discours de crise des dominants seront également rappelés dans cette note de lecture.

L’altérité comme outil nécessaire

L’homme, plus spécifiquement occidental, serait en crise. Exclu de la cellule familiale, victime du chômage, diabolisé comme agresseur sexuel ou mari violent, sujet aux échecs scolaires et au suicide, privé de séduire dans l’espace public, il deviendrait le paria d’une société féminisante. Le féminisme aurait ainsi renversé le rapport de force, précarisant et invisibilisant les hommes. Ce discours de crise repose sur des distinctions de sexe très distinctes, marquées : l’homme incarnerait ainsi l’actif, la force, la compétition et l’autonomie, la détermination et le rationnel tandis que la femme serait du côté de la douceur, du soin, de l’empathie et de l’émotion. La reconduction d’une pensée binaire, divisée et hiérarchisée devient alors le cœur même des masculinistes. Car il s’agit bel et bien d’une prévalence du masculin sur le féminin, d’une nécessité de reconduire le deuxième sexe dans la passivité et le privé pour permettre l’avènement et la légitimité du premier. Encrer ainsi une norme et une contre norme, un référent et une altérité devient le lieu commun pour destituer l’autre de son humanité. Mais d’où provient cette peur ?
Si les hommes semblent être en crise, la société demeure toutefois largement à leur image. Ils restent dans une majorité écrasante à la tête des institutions ( parlement, syndicat, parti politique, armée, haute finance, grandes religions, milieu sportif etc ). Largement représentés dans les médias, les arts, la culture, ils sont baignés dans une pluralité de modèles possibles et diversifiés. Alors que les femmes peinent encore à atteindre une égalité de droit dans le milieu professionnel, économique et social, le discours d’une crise masculine se cristallise au sein de nos sociétés et devient un lieu commun dans la doxa : éditorialistes, journalistes, essayistes, philosophes, universitaires répandent ainsi l’idée d’un danger à venir pour les hommes en perte de repères et de place. Les statistiques montrant une prévalence des garçons dans l’échec scolaire et des hommes dans le suicide sont agitées comme des preuves tangibles d’une masculinité en danger, en souffrance. Mais comme l’auteur le note, des spécialistes des tendances suicidaires montrent que la valorisation même d’une masculinité viriliste devient un facteur de risque dans le suicide. La socialisation différenciée, genrée, associant la masculinité positive au contrôle et au pouvoir affecte inexorablement notre rapport à l’échec, à la déception et aux erreurs. Cette dominance statistique trouve ainsi une explication rationnelle sans nier toutefois les souffrances que les individus peuvent rencontrer. Si une peur et une colère persistent, stigmatisant les femmes comme responsables d’une décadence de la masculinité, il est bon de s’interroger sur les raisons profondes et structurelles : les tendances égalitaristes qui traversent la société deviennent des indicateurs d’indifférenciation du genre. Cette indifférenciation devient un danger pour l’ordre social, défaisant alors la relation binaire, complémentaire et inégalitaire propre à la distinction de genre. Le rapport de force alors s’efface et destitue les privilégiés du pouvoir de façon partielle ou totale. Tout acquis social devient alors subversif et transgressif, dangereux, suscitant angoisse et paranoïa. L’utilisation du mot « crise » devient alors une arme puissante et agissante, annonçant un danger à venir, permettant assurément le retour « d’une ségrégation sexuelle et sexiste ». Groupes de parole, visibilité des hommes, prise en compte par l’institution, médiatisation deviennent alors des instruments complices, permettant la préservation d’une masculinité spécifique. Si la peur se cristallise dans le discours masculiniste, c’est que cette distinction de sexe devient le lieu d’une pérennité pour les privilégiés d’un système. L’indifférenciation devient alors synonyme de leur possible effacement. D’autre part, si le discours d’une crise de la masculinité s’opère, cela signifie qu’il y a une masculinité à défendre : or, historiquement, la notion même de masculinité bouge, se déplace. Ce qui ne bouge pas, c’est le monopole des hommes blancs à la tête des sociétés et des institutions. Cette peur face à l’instabilité d’une masculinité prétendument naturelle et intrinsèque qui s’inscrit durablement dans l’Histoire révèle finalement l’idée que la conception même de masculinité est fragile, instable.

Les femmes : une menace pour l’ordre établi

Une crise se manifeste comme un ensemble de changements qui a lieu présentement et qui annonce des modifications décisives dans le futur, en bien ou en mal. Toutefois, Francis-Dupuis Déri revient sur une incohérence: des recherches montreraient ainsi que ce genre de discours prenait déjà racine dans l’Antiquité puis au Moyen-Age, puis dans notre actualité. Il défie également les frontières, s’inscrivant au delà de l’Occident, allant du « Maroc, et en Afrique Subsaharienne […] les hommes d’Amérique latine et d’Asie ne seraient pas épargnés notamment au Bangladesh, en Chine, au Japon et en Mongolie. » Alors que ce discours résonne au delà du temps et des frontières, peut-on alors encore parler de crise ? Ce discours trouve-t-il encore une légitimité ? Aujourd’hui, ce discours de crise se matérialise notamment dans les groupes de pères. Même si la plupart s’adressent à ces groupes, désireux d’obtenir des conseils juridiques ou d’ordre éducatif, il reste toutefois une partie profondément vindicative voir haineuse à l’encontre du genre féminin, des mères et des féministes tout particulièrement. Cet entre-soi devient le dépositaire de frustrations intimes qui trouvent régulièrement un écho et qui produit des conclusions sexistes et stéréotypantes où les femmes seraient les responsables uniques de leur maux. Ainsi, elles seraient privilégiées dans l’obtention de la garde des enfants, réclameraient injustement des pensions et imagineraient des violences conjugales comme prétexte pour écarter les pères. Phyllis Chestler a toutefois publié en 1986 un ouvrage sous le titre « Mothers on trial : The Battle for Children and Custody dans lequel « elle indiquait que les pères demandant la garde des enfants se la voyaient généralement octroyée par les juges, même s’ils avaient été absents, ou pire, violents ».

Si la non mixité permet d’offrir un espace pour se penser individuellement et collectivement, loin des sources d’oppression, elle peut s’avérer pernicieux, lorsqu’il s’agit de rassemblement entre personnes dites privilégiés dans un système. Elle devient, comme évoqué plus haut, le lieu où frustrations et colère sont déposées, cherchant à trouver un-e responsable à ces propres freins existentiels. Par écho, les femmes deviennent la cible. La peur se matérialise alors en haine. Des groupes militants, comme l’explique l’auteur, encouragent parfois l’envoi de lettres à des personnes qui dans l’espace public manifestent une critique de leurs agissements. La juriste Daphna Hacker a d’ailleurs été l’une de ces cibles, subissant des formes d’intimidation. L’exemple de l’attentat anti-féministe au Québec concrétise cette idée d’anti-féminisme. Le 6 décembre 1989,Le terroriste Marc Lépine, après avoir divisé les femmes et les hommes au sein de l’école polytechnique a ainsi ouvert le feu sur les premières, exprimant sa haine contre les femmes et plus spécifiquement les féministes. Il continuera à tirer sur d’autres femmes dans l’établissement avant de mettre fin à ses jours. Cet événement, profondément traumatisant dans la collectivité n’a malheureusement pas conduit les institutions à s’interroger sur la haine structurelle des hommes face aux femmes, conduisant à des événements profondément violents comme celui-ci. Certains masculinistes commémorent d’ailleurs aujourd’hui cette date, inscrivant l’auteur, Marc Lépine comme un héros dont l’œuvre devrait être poursuivie et achevée. Ainsi, le traitement de ce féminicide montre plus globalement comment la société se positionne et quel discours elle produit face aux violences contre les femmes.

Fantasme, outil de préservation des privilèges

Francis-Dupuis Déri révèle dans son ouvrage que « Le discours de la crise de la masculinité s’inscrit le plus souvent dans une perspective très subjective […] Ces impressions et ces sentiments des hommes au sujet des femmes suffisent pour échafauder de grandes théories sans comparer ces abstractions – ces idées – avec la réalité. ». Ainsi, les masculinistes arborent généralement une posture émotive, interprétative de leur propre ressenti, expérience et/ou vécu, devenant alors un fait global, structurel et systémique : les femmes auraient plus de pouvoir. Cette littéralité produite autour d’une prétendue crise de la masculinité se matérialise ainsi dans le fantasme et la paranoïa. L’éditorialiste et essayiste français Eric Zemmour cristallise ainsi dans ses essais cette angoisse liée à la destitution partielle ou totale de la virilité. Il écrit ainsi dans Le suicide français « (le) besoin des hommes de dominer – au moins formellement – pour se rassurer sexuellement. ». Dans son pamphlet Le premier sexe, le polémiste avançait également que « « (f)ace à cette pression féminisante, indifférenciée et égalitariste, l’homme a perdu ses repères », il est « castré » et frappé d’ »un immense désarroi ». Pire, les hommes français seraient « interdits de parole » et « interdits d’existence » ». L’indifférenciation entre les individus devient donc un enjeu menaçant, annonçant la fin possible d’une identité privilégiée et centrale. Le discours des dominants ainsi émerge lorsque la domination même est remise en question. La chasse aux sorcières concentre les mêmes pratiques et mode opératoire. Les femmes, de l’époque féodale à la Renaissance, par leur présence dans l’espace public notamment dans des corporations diverses et variées menaçaient ainsi le pouvoir. La figure de la sorcière n’a ainsi été qu’un drapeau brandi pour exclure et éliminer des femmes qui gênaient un ordre social reposant à la fois sur le capitalisme et le patriarcat. La sorcière était d’ailleurs associée à cet être hybride, non humain, parfois hermaphrodite qui allait à l’encontre des lois prétendument naturelles. Le fantasme et le mythe ont été des armes très puissantes pour éliminer les femmes, les associant à une menace pour l’ordre établi. La femme historiquement reste une éternelle sorcière, cette autre diabolisée, problématique, qui doit nécessairement être contrôlée. Le discours du corps dominant à propos des femmes révèle les mêmes crispations, les mêmes angoisses, les mêmes obsessions : celles d’une destitution de la place, du pouvoir, du monopole. L’émotion suscitée par les mythes et l’émotion du fantasme deviennent des leviers puissants permettant la réactivité du milieu institutionnel. Les femmes deviennent alors des pharmacons, poison et remède à la fois. Elles permettent alors, en constituant un ennemi commun, la préservation d’un entre soi privilégié et solidaire qui, une fois réalisée l’élimination du corps ennemi, assurera la préservation de sa place et la cohésion sociale.
Ainsi, la pérennité du système dominant s’opère par la généralisation de ressentis et d’émotions personnelles, vus comme des signes objectifs et réels. Cela révèle plus globalement une peur de l’indistinction et donc d’une perte de privilèges et de visibilité en tant qu’homme mais plus largement aussi la fragilité même de la notion de masculinité, qui semble se sentir flouée, perpétuellement déstabilisée parce qu’elle ne trouve pas de définition et de pratique stable.

P. Crimmers

  1. Paris, Remue-ménage, 2018, Coll. Observatoire de l’antiféminisme []

Auteur : crimmers

Pauline Crimmers est étudiante en Master recherche Genre, Littérature et Culture à l'université Lyon 2. Elle a validé précédemment une licence de Lettres Modernes à l'Université de Bourgogne. Enthousiasmée par les sciences sociales depuis l'adolescence et intéressée par les dynamiques de force et de pouvoir dans le milieu environnemental comme féminisme, elle a donc décidé d'y consacrer deux années pour apprendre, évoluer et se questionner à travers un master dédié aux études sur le genre. Après avoir co-organisée la marche contre les violences sexistes et sexuelles sur Lyon affiliée à #NousToutes et #NousAussi, elle pense se diriger vers l'enseignement. Son mémoire repose sur la figure de la sorcière, à travers la femme racisée esclave qui refuse la maternité. Elle propose une lecture post-marxiste montrant l'articulation entre diabolisation du corps féminin et capitalisme patriarcal. Cette étude s'inscrit dans un corpus afro-américain et antillais - Beloved de Toni Morrison et Moi Tituba Sorcière de Maryse Condé - en faisant le choix d'une littérature réaliste magique, littérature profondément marquée par ses enjeux littéraires et stylistiques par le politique. Lola Dartois est étudiante-chercheuse dans le cadre du master GLC à l'université lumière Lyon 2. Elle a obtenu une licence de Lettres Modernes dans la même université en 2017. Au cours de son cursus universitaire, elle s'est passionnée pour les études genre et les études francophones. L’aperçu qu’elle a eu de ces recherches et son désir d’approfondir son engagement féministe l’on poussé à postuler au master Genre Littérature Culture. Pratiquant le théâtre, elle a eu l’occasion, en 2017, d’écrire et de jouer une visite contée « l’envers du décors » pour la salle de spectacle le Radiant Bellevue, à Lyon, à l’occasion d’un projet étudiant. Elle a également écrit quelques articles dans le cadre du festival de cinéma LGBTQ Ecrans-mixtes en 2019. Son projet de mémoire s’articule autour du concept de Simone de Beauvoir dans le Deuxième Sexe, L'Autre, la femme inessentielle. Elle travaille sur un renversement de ce schéma dans le livre Chéri de Colette. Quand Le corps de l’homme, le corps de l’amant est objectifié et que les codes de la masculinité et de la féminité sont redistribués. Elle s’interroge sur la position du regard dans ce roman, un regard qui conditionne une certaine manière de voir et donc de rendre compte de son désir et sur les outils d’un renversement même partiel de la domination.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.