Notes de recherche – Manga et études sur le genre, le cas de La Rose de Versailles

Depuis la venue de l’animation dans les années 1980, la culture populaire japonaise rencontre un fort succès en France. Les importations se sont diversifiées (manga, jeu vidéo, musique, etc) et cette culture est célébrée dans des festivals et expositions (Japan Expo à Paris, Festival international de la bande dessinée d’Angoulême).
Le manga occupe une place particulière. Jean-Marie Bouissou, historien français spécialiste du Japon contemporain, le décrit comme « le fondement de l’industrie culturelle japonaise d’exportation1 » car il a fourni aux séries télévisées, au cinéma d’animation et aux jeux vidéos « leurs univers imaginaires, beaucoup de leurs scénarios, et jusqu’à la main-d’œuvre des graphistes2 ». En terme de littérature en langue étrangère traduite en France, la langue japonaise vient en seconde position après l’anglais3. En 2018, les mangas représentaient un tiers des ventes de bande-dessinée en France4.

Malgré un tel succès, on trouve relativement peu de travaux universitaires en France visant à analyser le manga. Pour cela, il faut plutôt se tourner vers les études culturelles du monde anglophone et japonophone. On trouve alors notamment des travaux croisant genre et littérature dans les études du shōjo manga.

Les mangas, plutôt que d’être classés par thème ou par registre, sont divisés selon leurs cibles éditoriales, déterminées par l’âge et le genre. On trouve ainsi le yōnen manga pour enfants, le shōnen manga pour les jeunes garçons, le shōjo manga pour les jeunes filles, le seinen manga pour les hommes adultes, etc. Le shōnen manga et le shōjo manga sont les plus exportés et connus.
Le shōjo manga, dans les années 1950 et 1960, est principalement écrit par des hommes et les thèmes tournent autour de drames familiaux, de romances ou de sport. Dans les années 70, des autrices s’emparent du shōjo manga et celui-ci commence à se diversifier (science-fiction, horreur, fantasy) tout en incorporant des réflexions sur le genre et la sexualité. On doit cela notamment à une génération de femmes mangaka, nommée postérieurement le Groupe de l’an 245. On peut s’interroger sur la manière dont ces œuvres, destinées aux jeunes filles, présentent ou subvertissent les stéréotypes genrés et traitent de sexualité.

Sur le sujet, La rose de Versailles de Riyoko Ikeda est un manga incontournable. Il a eu un grand succès et a participé à l’âge d’or du shōjo manga. On parlait à l’époque de « BeruBara Boom » (à partir du titre original Berusaiyu no Bara : Beru étant le diminutif de Berusaiyu, transcription japonaise de « Versailles », Bara signifiant rose). Il a d’abord été connu en France par son adaptation en série animée Lady Oscar.
L’histoire se déroule à l’époque de la révolution française. On y suit une héroïne, Oscar François de Jarjayes, élevée comme un homme par son père en l’absence d’héritier. Elle reprend la responsabilité qu’avait son père de protéger la famille royale. Sans cacher qu’elle est une femme, elle revêt un statut et un uniforme considérés exclusivement masculins.

Le récit mêle fiction et histoire, sur fond d’une révolution française à laquelle Oscar finit par participer, on observe la transgression que fait le personnage du système de genre. (L’autrice, Riyoko Ikeda, a écrit qu’elle voulait que la révolution française dans ce manga soit la révolution interne des femmes japonaises.6)
Oscar a accès à la fois à la sphère réservée aux femmes mais aussi à celle réservée aux hommes. Elle est graphiquement représentée comme androgyne, elle est « plus grande que les autres femmes mais plus petite que les hommes, et ses sourcils sont plus épais que ceux des femmes et moins que ceux des hommes7 ».

Axel de Fersen, Marie-Antoinette et Oscar (La Rose de Versailles, tome 3, p.36)

L’héroïne ne se laisse pas réduire à un rôle attendu d’elle. Lorsque le personnage d’Axel de Fersen ne parvient pas à la voir autrement que comme un camarade, elle revêt une robe pour la première fois pour se présenter à lui ainsi lors d’une réception. Lorsque son père organise un bal dans le but de lui faire rencontrer ses prétendants et la marier, Oscar choisit de porter son uniforme et de ne danser qu’avec les femmes présentes. Alors que son père avait eu du contrôle sur sa transgression du système de genre en l’éduquant comme son fils, Oscar reprend ce pouvoir et décide elle-même de comment vivre sa vie.

Bien qu’Oscar n’ait jamais de relations avec des femmes, l’homoérotisme est présent dans le manga par les réactions qu’ont les autres femmes vis-à-vis d’Oscar. Elles semblent en adoration lors des réceptions où Oscar vient en uniforme. De plus, le personnage de Rosalie, une jeune fille pauvre recueillie par Oscar, vient à lui déclarer son amour.
La Rose de Versailles dépeint autrement l’hétérosexualité par la relation entre Oscar et André, son ami d’enfance. La chercheuse sur le manga Yukari Fujimoto a relevé une tendance dans les shōjo manga des années 1970 qu’elle appelle le « love trap »8. Cela désigne le fait que les héroïnes trouvaient leur valeur à travers un lien émotionnel avec un homme, pour qui elles se sacrifiaient, jusqu’à ne pouvoir parvenir à leurs fins que par « le pouvoir de l’amour »9. Pour la chercheuse en littérature japonaise Deborah Shamoon, ce piège est évité dans La Rose de Versailles par le fait de représenter Oscar et André sur un pied d’égalité.
André est le petit-fils de la nourrice d’Oscar, il est d’un rang social inférieur. De plus, il devient dépendant d’Oscar en perdant son œil au cours du récit. Oscar, quant à elle, renonce peu à peu à ses privilèges en adhérant aux idées révolutionnaires. Elle ne risque pas de perdre son indépendance dans sa relation avec André et celui-ci respecte ses qualités considérées masculines comme féminines.
La relation entre Oscar et André peut également se situer dans la lignée des représentations de relations entre personnes de même sexe. Les personnages deviennent de plus en plus similaires graphiquement, par la forme de leurs yeux, leurs cheveux, et leur scène sexuelle ne dissipe pas leur apparence androgyne. Pour la chercheuse en études japonaises Nobuko Anan, « l’érotisme de cette scène rejette le regard genré et sexualisé conventionnel10 ». En rapprochant cette scène des représentations homosexuels courantes dans les shōjo manga de l’époque, elle souligne que les lecteur·ice·s peuvent s’identifier au personnage de leur choix, projeter le genre voulu sur les personnages.

Scène sexuelle entre Oscar et André (La rose de Versailles, tome 8, p.116)

La relation d’Oscar et André, bien qu’hétérosexuelle, vient donc subvertir l’hétéronormativité et les représentations hétérosexuelles usuelles dans les shōjo manga qui précèdent. Cela est permis par des personnages qui défient les stéréotypes genrés.

Outre ses thématiques historiques et sociales, La Rose de Versailles est démonstratif du potentiel des shōjo manga pour explorer des questions liées au genre et à la sexualité. Destinés aux filles, à un âge où ces questions peuvent se poser, les shōjo manga peuvent avoir, comme ce fut le cas pour La Rose de Versailles, un impact important sur leur lectorat.

1 Jean-Marie Bouissou, « Pourquoi aimons-nous le manga ? Une approche économique du nouveau soft power japonais », Cités 2006/3 (n° 27), p. 74.

2 Ibid.

3 Les langues les plus traduites en 2018 dans la production commercialisée de livres imprimés en pourcentage du nombre total de traductions (chiffres clés du secteur du livre publiés par le ministère de la culture en mars 2019) : 59,3% en anglais et 12,6% en japonais.

4 Chiffre de Panel Distributeurs GfK, 2018.

5 En référence à leur année de naissance approximative en l’an 24 du règne de l’empereur Shōwa (Hirohito), soit 1949. Les autrices fréquentaient le « Salon Ōizumi », un appartement à Ōizumi, Nerima dans Tōkyō.

6 Nobuko Anan, « The Rose of Versailles: Women and Revolution in Girls’ Manga and the Socialist Movement in Japan », The Journal of Popular Culture, Vol. 7, No. 1, 2014, p.51.

7 Ibid., p.44. (Je traduis.)

8 FUJIMOTO, Yukari, Watashi no ibasho wa doko ni aru no? Shōjo manga ga utsusu kokoro no katachi, Tōkyō : Gakuyō Shobō, 1998.

9 SHAMOON, Deborah, «Revolutionary Romance : The Rose of Versailles and the Transformation of Shojo Manga», Mechademia, Vol. 2, 2007, p.6.

10 ANAN, Nobuko, « The Rose of Versailles : Women and Revolution in Girls’ Manga and the Socialist Movement in Japan », The Journal of Popular Culture, Vol. 7, n°1, 2014, p.49. (Je traduis.)