A qui appartient le corps d’une femme ‘orientale’ ? La tradition orientaliste et les écrits d’Assia Djebar »

Conférence de Malgorzata Sokołowicz, jeudi 13 mars de 14h00 à 16h00, Université Lyon 2 Lumière, 86 rue Pasteur salle G 219

Enseignante chercheure à l’Université de musique Fryderyk Chopin de Varsovie et à l’Institut de romanologie de l’Université de Varsovie.

La conférencière entend prendre comme point de départ la création du mythe de « la femme orientale » en Europe: d’abord ses origines au XVIIIe siècle, avec les Mille et une nuits de Galland, le Recueil Ferriol (Cf. Gallica) et les Lettres turques de Lady Montagu, puis  son âge d’or au XIXe siècle. Malgorzata Sokołowicz abordera ensuite le travail de Delacroix et du changement qui a eu lieu dans ses représentations de « la Femme orientale » après son voyage au Maroc, enfin un contrepoint avec  les  Femmes d’Alger dans leur appartement d’Assia Djebar permettra d’analyser son interprétation de la toile de Delacroix et son attitude envers la tradition orientaliste. La conférence se concentrera alors sur l’image des femmes qui émerge des écrits djebariens et de leur « libération » dans la perspective de l’écrivaine. 

Béchir Ghachem: de l’intime au politique: corps exposés et transgressions de la loi du genre dans la pratique testimoniale de femmes au Maghreb. ( Fatna El Bouih/ Souad Labbize)

14h – 16h : Jeudi 27 février, salle G 219, Université Lyon 2, BDR, 86 rue Pasteur 69007

La conférence interrogera les modélisations de prise de parole publique chez les femmes au/du Maghreb qui mettent le corps au fondement de la subversion de la loi du genre, celle qui condamne les femmes au silence ou qui minore leur voix. Il s’ agira d’explorer les stratégies d’exposition du corps pour dire le vécu (intime et collectif) et de montrer comment elles contribuent à la formation d’une (nouvelle) culture du témoignage au Maghreb.

Béchir Ghachem (TELEM, Université Bordeaux Montaigne)

Béchir Ghachem, ancien étudiant du master GLC (Université Lyon 2) est actuellement doctorant contractuel ( équipe TELEM) à l’université de Bordeaux Montaigne où il enseigne les littératures francophones. Son champ de recherche explore les écritures testimoniales. Il a notamment publié trois articles portant plus particulièrement sur l’acte testimonial au Maghreb.

Captation vidéo du cours:

Introduction

Corps exposés et transgression

L’indicible historique

La double exposition

Dissiper les nuées (autour)de l’anti-intellectualisme et antiféminisme en France.

Rencontre organisée par les étudiant.e.s du master GLC (Université Lyon 2)

Vendredi 22 novembre de 10h00 à 12h00, salle E233 , Bâtiment Belenos, 18 quai Claude Bernard 69007.

Entretien mené par Charlie Fabre avec Sarah Al-Matary autour de son livre La Haine des clers. L’anti-intellectualisme en France (Seuil, 2019)

Sarah Al-Matary. Ancienne élève de l’École Normale Supérieure Lettres et Sciences Humaines, Sarah Al-Matary est maître de conférences en littérature à l’université Lumière Lyon 2. Elle s’intéresse aux relations qu’entretiennent la littérature et les idéologies, notamment aux définitions stratégiques de la communauté politique (XIXe-XXIe siècles). Elle est notamment l’auteur de La Haine des clercs. L’anti-intellectualisme en France (Paris, Seuil, 2019). Elle est rédactrice en chef à La Vie des idées.

Sarah Al-Matary

Lien vers sa page Academia

Écritures contemporaines du vieillissement féminin Rencontre avec Martine Boyer-Weinmann organisée par les étudiant·e·s du master 2 Genre, Littératures, Cultures (GLC)

04/03/2019 –

Entretien mené par Livie Bois de Chesne

Vieillir, dit-elle, une anthropologie littéraire de l’âge, éditions Champ Vallon, 2013 .

À quel âge est-on vieille en 2013 ? Comment les femmes perçoivent-elles l’effet de seuil du processus ? Si Balzac périmait nos aïeules à 30 ans, la réalité vécue est pourtant moins tranchée : George Sand septuagénaire encourage son « vieux troubadour » déprimé de Flaubert, à patienter jusqu’à ce plus bel âge de la vie pour accéder au bonheur. Duras se dit vieille à 18 ans, Beauvoir s’étiole dans ses 20, avant de vivre l’itinéraire à rebours. Leurs cadettes sénescentes confient désormais à leurs journaux intimes l’émoi de leurs reverdies successives et se sentent maintenant assez gaillardes pour renouveler leur jouvence jusqu’au marathon final. Aux anthropologues, philosophes, gérontologues et autres psychologues, les femmes écrivains (Beauvoir, Cannone, Cixous, Detambel, Duras, Ernaux, Huston, O’Faolain, Rolin…) mêlent au XXIe siècle la leçon de leurs voix de papier. Leur lucidité désinhibée libère souvent un gai savoir de crise aux antipodes des idées reçues.

Ainsi vieillir n’est plus l’enfer des femmes prédit par La Rochefoucauld. Si le bal de têtes proustien n’épargne pas nos contemporaines, elles ont désormais pris la plume elles-mêmes pour écorner quelques stéréotypes avec une énergie, une drôlerie, qui le disputent parfois à la lucidité des renoncements. Vieillir est un art du temps, avec ses ruses, ses foucades et ses têtes à queue turbulents. C’est aussi une affaire de style existentiel et d’intelligence du rapport au monde, auquel l’écriture confère une griffe complice.

C’est bien à une anthropologie littéraire de l’âge au féminin que le lecteur est convié dans cet essai de gai savoir, depuis l’effroi de la première ride jusqu’aux surprises ultimes de la connaissance de soi.

Pour écouter l’enregistrement de la conférence-entretien.

Martine Boyer-Weinmann1 est interrogée par Livie Bois de Chesne, étudiante en master 2 GLC.

  1. Professeure de littérature française à l’Université Lumière Lyon 2, chercheure au laboratoire Passage XX-XXI, Martine Boyer-Weinmann est spécialiste des XXe et XXIe siècles et des questionnements (auto)biographiques, particulièrement de femmes-autrices. []

Genre, littératures, cultures

Des comics aux échanges épistolaires de Céline, des textes de rappeur/euses français.es aux contes d’Afrique de l’Ouest, les jeunes chercheur/euses du Master Genre Littératures Cultures (GLC) de l’Université Lyon 2 travaillent sur les littératures de toutes époques avec les lunettes du genre (au sens de gender). Cette formation en lettres articule études sur le genre et études littéraires. Elle s’interroge sur des problématiques au cœur de l’actualité, comme la promotion de l’égalité dans les études littéraires, l’analyse du sexisme, de l’homophobie et de toutes les formes de discriminations dans les pratiques herméneutiques, littéraires et culturelles ou encore les enjeux de la mixité comme outil de construction des corpus d’analyse et des objets de recherche. Nous proposons un tour d’horizon du potentiel du Master GLC à travers nos différents sujets de mémoire avec une ouverture sur l’actualité de la recherche. Notre page est ouverte à des participations extérieures.