Ne pas/plus se taire : Nous, les filles de nulle part, un appel à l’empowerment

Portrait d’Amy Reed provenant de son site

Amy Reed est une autrice américaine, spécialisée dans les romans pour “jeunes adultes” (young adult). Ses romans traitent de nombreux sujets de sociétés, tels que l’alcoolisme, les troubles mentaux, les violences (sexistes, sexuelles) touchant les jeunes adultes (14-30ans).

Romans parus aux USA :  Beautiful (2009), Clean (2011), Crazy (2012), Over You (2013), Damaged (2014), Invincible (série en 2 tomes, 2015), Unforgivable (2016) (éditions Harper Collins), The Nowhere Girls (éditions Simon Pulse, New York, 2017), anthology Our Stories Our Voices (2018), The boy and girl who broke the World (2019) (éditions Simon Pulse).

Romans traduits en France :  Invincible traduit par Barbara Versini et sa suite, Le jour où tu es revenue (Unforgivable), traduit par Alexandra Herscovici Schiller et Nous, les filles de nulle part (The Nowhere Girls) (2018) traduit par Valérie Le Plouhinec aux éditions Albin Michel, collection Jeunesse.


1ère de couverture de l’édition française Albin Michel. ©Editions Albin Michel

Grace, lycéenne de 17 ans, vient d’emménager à Prescott dans une maison anciennement habitée par Lucy, une jeune fille de son âge. Nouvellement arrivée dans cette ville, Grace apprend rapidement que cette dernière a fui la ville avec ses parents suite aux accusations de viol qu’elle a émises contre trois jeunes hommes de l’équipe de football locale. Bien décidée à ne pas se taire, Grace, avec l’aide de Rosina et d’Erin, lance « Les Filles de Nulle Part », un groupe de parole qui réunit de plus en plus de membres qui sont bien décidées à réagir et fait le choix de lutter contre ce système qui les opprime.

Une écriture engagée, ancrée dans l’actualité

Le contexte de publication du roman est propice à sa diffusion. En effet, l’écriture du roman est motivée par l’affaire Brock Turner, athlète de l’université de Stanford, condamné à six mois d’emprisonnement suite au viol d’une étudiante inconsciente . Ce qui place d’ores et déjà l’ouvrage dans une optique militante. En outre, le roman est publié en même temps que reparaît et se développe le hashtag #MeToo, qui dévoile le caractère systémique des violences sexistes et sexuelles et découle sur de nombreuses manifestations. Ce mouvement, qui a résonné partout dans le monde, se décline aussi en France, sous l’appellation #Balancetonporc, ce qui peut expliquer sa très rapide traduction.

En ce qui concerne la réception du roman, ce dernier a été globalement bien reçu par le public qui apprécie le traitement de ce genre de thématiques et de ses enjeux complexes à destination d’un public adolescent. Beaucoup de critiques ont apprécié la justesse de ce roman qui ne sombre pas dans un pathos larmoyant ni dans un manichéisme simpliste mais qui présente des personnages déterminés avec leurs forces et leurs faiblesses qui luttent ensemble contre un même système oppressif.

Dans quelle mesure ce roman, paru en même temps que le lancement des hashtags #MeToo et #BalanceTonPorc, peut-il être inscrit comme partie intégrante de ce mouvement et de ses objectifs ? Dans quelle mesure permet-il d’amorcer une réflexion féministe chez ses lecteur/trices, en favorisant leur empowerment ?

Continuer la lecture de « Ne pas/plus se taire : Nous, les filles de nulle part, un appel à l’empowerment »

Note d’intention de recension – Nous les filles de nulle part d’Amy Reed

En octobre 2017, l’actrice Alyssa Milano reprend le hashtag #MeToo créé par la militante féministe Tarana Burke quelques années auparavant, appelant à une libération de la parole quant aux violences sexistes et sexuelles.

The Nowhere Girls est publié aux USA en octobre 2017, au moment du lancement du hashtag, et par la suite publié en France en février 2018, sous le titre Nous les filles de nulle part. Amy Reed écrit[1] ce roman en réaction à l’affaire Brock Turner, un athlète de l’université de Stanford ayant violé une étudiante inconsciente et condamné à six mois d’emprisonnement en 2016, ainsi qu’à la suite de la lecture de deux romans jeunesse sur la culture du viol. C’ est un roman d’actualité au sens il aborde les sujets repris par le mouvement #MeToo ou #BalanceTonPorc.

Grace, 17 ans, emménage à Prescott (Oregon) dans l’ancienne maison d’une dénommée Lucy, jeune fille de son âge au sujet de laquelle Grace apprend qu’elle a été violée par trois jeunes hommes de l’équipe de football locale et qu’elle a déménagé suite aux accusations de viol qu’elle avait émises. Indignée par ce qui est arrivé à Lucy, Grace, avec l’aide de Rosina et Erin, lance « The Nowhere Girls » au sein de leur lycée, un groupe de parole qui fait le choix de lutter contre le système qui les opprime.

Ce roman pour jeunes adultes, ayant entre 14 et 30 ans, paru aux éditions Albin Michel, collection Jeunesse, résonne avec ce mouvement de libération de la parole, ce qui explique sa traduction rapide.

Les romans « jeunes adultes », définis comme « réalistes, didactiques et initiatiques » par Mathilde De Chalonge[2], traitent de sujets sociaux touchant cette catégorie : le fait de grandir, la construction de l’identité, la sexualité, l’amour. Tous ces thèmes se retrouvent dans Nous les filles de nulle part qui affiche dès le résumé de la quatrième de couverture un certain engagement et présente ce récit comme celui d’une révolte de lycéennes face aux oppressions auxquelles elles font face, en se concentrant sur les violences sexistes et sexuelles, allant du harcèlement sexuel et de l’humour sexiste aux agressions sexuelles.

Ce roman se présente comme un roman féministe tant au niveau de sa composition qu’au niveau de ce qu’il transmet au lectorat mais de quel(s) féminisme(s) est-il question dans le roman ? Quelles sont les mesures prises par les lycéennes pour lutter contre ces violences et quelles formes de militantisme apparaissent (ou non) dans ce roman ?


[1] Interview d’Amy Reed par Caroline Delabroy, publiée le 13/03/2018. [URL : https://www.20minutes.fr/culture/2238295-20180316-amy-reed-devons-etre-complices-propre-oppression-clame-auteur-filles-nulle-part]

[2] De Chalonge Mathilde, « La littérature Young Adult, une quête qui transgresse les âges », sur ActuaLitté, 6 janvier 2016, [URL : https://www.actualitte.com/article/monde-edition/la-litterature-young-adult-une-quete-qui-transgresse-les-ages/62833]