Note de recherche – De l’impossibilité de traduire en anglais L’Opoponax de Monique Wittig


Figure de proue du féminisme français de la deuxième vague, co-fondatrice du Mouvement de Libération des Femmes, Monique Wittig est l’autrice de nombreux écrits théoriques militants portant sur la question de la domination masculine, comme La Pensée Straight, rédigée entre la fin des années 1970 et les années 1990. On a tendance à mettre de côté sa production littéraire, et c’est bien dommage, puisque celle-ci est tout aussi subversive que son œuvre critique. Dans ses trois premiers romans, L’Opoponax, Les Guérillères et Le Corps lesbien, publiés aux Éditions de minuit respectivement en 1964, 1969 et 1973, Wittig emploie des procédés d’écriture volontairement inhabituels et surprenants : l’aspect novateur de son style a fréquemment été lié par les critiques à une volonté d’interroger et de renverser le caractère patriarcal de la langue française.

Selon Anna Livia, cette possibilité de renversement se manifeste dans l’usage particulier que fait Wittig des pronoms, puisqu’ils permettent à l’autrice de dénoncer la domination du masculin sur le féminin dans le domaine linguistique.[1] Dans L’Opoponax, par exemple, l’emploi presque incantatoire de « on » n’est aucunement gratuit, mais sert explicitement le projet esthétique de Wittig de donner à voir l’enfance dans son universalité. « On » est un pronom personnel indéfini épicène, une variante de la troisième personne qui ne marque pas le genre grammatical, contrairement à « il » et « elle ». C’est donc une forme tout particulièrement accueillante pour évoquer des personnages d’enfants qui, bien que sexués, ne sont pas arrivés au terme de leur socialisation et sur lesquels les attentes liées au genre ne pèsent pas encore de manière intransigeante. Par ailleurs, « on » renvoie tout à la fois au général et au particulier, et il permet donc à l’autrice d’effacer les frontières entre les personnages afin de créer une communauté hétérogène d’individualités qui se distinguent mal les unes des autres.  C’est bien parce que se rejoignent indifféremment sous le pronom « on » les points de vue et vécus des garçons comme des filles que ce roman « nous restitue l’enfance » dans son intégralité, pour reprendre l’analyse de Claude Simon.[2]

Si le projet politique et esthétique à l’œuvre dans les romans de Wittig se concrétise dans son usage des pronoms, ce sont cependant ces mêmes pronoms qui rendent ses écrits difficiles (voire impossibles) à traduire en anglais, comme l’indique Laure Murat :

Comment rendre rigoureusement le « on » (« we », « you » et « one » tout à la fois) central à L’Opoponax, le « j/e » séparé (traduit par « I ») du Corps lesbien, ou le « elles » (très mal traduit par « the women ») dans Les Guérillères ? Comment transposer dans une autre langue cette grammaire révolutionnaire qui structure un monde poétique avec un esprit politique ?[3]

L’Opoponax est traduit pour la première et unique fois en anglais par Helen Weaver et édité par Simon & Schuster en 1966. C’est cette même année que le seul travail de recherche à ce jour portant sur la version anglophone de l’œuvre est publié : dans Littératures, la théoricienne Mary Mc Carthy propose une critique virulente des choix de traduction effectués par Weaver, et notamment de sa décision de remplacer le pronom « on » par « you ».[4]  

Il n’existe pas d’équivalent à « on » en anglais, et l’usage du pronom de la deuxième personne « you » ne rend que partiellement compte de l’enchevêtrement entre particulier et universel véhiculé par le texte original. Dans la version française, « on » permet de renvoyer tour à tour, et parfois indistinctement, au personnage principal de Catherine Legrand, au groupe d’enfants auquel elle appartient, ou encore à un point de vue qui lui est extérieur. Weaver explicite ce renvoi volontairement incertain de Wittig, puisqu’elle emploie par moments « she » lorsqu’il est expressément question de Catherine Legrand, et « you » lorsque le référent est autre. Ce faisant, puisqu’il n’est pas naturel de voir « you » et « she » comme coréférentiels, Catherine Legrand paraît être progressivement évincée de l’intrigue, au détriment de la figure du lecteur, interpellée et intégrée à la narration par la répétition incessante de « you ». Il semble alors au lecteur que la petite fille n’est désignée que par le pronom « she » dans le texte de Weaver, pronom éminemment marqué par le féminin et en aucun cas situé en dehors du système de genre. Le vécu de Catherine Legrand n’est nullement universalisé : bien au contraire, l’utilisation du pronom féminin renforce son caractère particulier en soulignant constamment le fait qu’elle est une fille.

La capacité de subversion des attentes liées au genre de l’œuvre originale est donc bel et bien amoindrie par ce passage à l’anglais. Mary McCarthy, si elle pointe du doigt les incohérences liées à l’emploi de « you », ne propose aucune autre solution, affirmant simplement que « ce « on » indéfini est inexprimable en anglais. »[5]  Dans « The Mark of Gender », Wittig revient sur les raisons pour lesquelles elle choisit d’utiliser « on » dans son premier roman, et suggère une seconde possibilité de traduction :

J’avais besoin d’un procédé fort, quelque chose qui se situerait immédiatement au-delà des sexes, contre lequel la division des sexes ne pourrait rien, qu’elle ne pourrait pas récupérer. Il existe en français, comme en anglais, un pronom munificent qu’on appelle indéfini, ce qui signifie qu’il n’est pas marqué par le genre, un pronom que l’on nous enseigne à l’école à éviter systématiquement. C’est on en français – one en anglais. Et effectivement, il nous est tellement systématiquement répété que l’on ne doit pas l’utiliser que la traductrice de L’Opoponax a réussi à ne jamais l’utiliser en anglais. On peut lui donner raison dans le sens où one sonne et semble très lourd en anglais, mais c’est tout autant le cas en français.[6] 

« One » permet, tout en rendant compte d’un point de vue généralisé, de se situer au-delà des distinctions entre masculin et féminin. « On » et « one » partagent des racines communes : ils proviennent tous deux du latin « ominem » et désignent étymologiquement l’être humain, catégorie maximale à laquelle nous appartenons tous et qui réduit donc à néant toutes les différences liées à l’identité de genre. Par ailleurs, Weaver aurait pu préserver et retranscrire, par l’emploi de « one », la présence non-négligeable dans le texte original de la lettre O, qui annonce l’importance du symbole du cercle dans Les Guérillères.

Malgré les certitudes de Wittig, l’usage de « one » en anglais est toutefois bien plus inhabituel que celui de « on » en français : « one » appartient au registre soutenu et est très rarement employé à l’oral, et encore moins par des enfants de sept ans (âge auquel Catherine Legrand commence l’école, au début du roman). « On », bien au contraire, appartient à un registre presque familier : son usage est tout à fait commun chez les enfants, à qui on enseigne justement de préférer le pronom « nous », plus formel. Dès lors, l’emploi de « one » aurait foncièrement desservi l’objectif de l’autrice, qui était de faire entendre la parole d’une enfant : le pronom aurait immédiatement situé le récit dans un cadre lexical adulte, sophistiqué et à la texture presque académique, qui serait fortement entré en dissonance avec le contenu thématique de l’œuvre. On ajoutera que « one » signifie littéralement « un » en anglais et qu’il aurait donc été presque contradictoire de l’employer pour tenter de se défaire précisément du caractère unique et individuel de la perspective de Catherine Legrand : il est difficile d’imaginer comment le projet d’universalisation qui était celui de Wittig aurait pu être porté par ce pronom.  

L’Opoponax est porteur d’un double objectif, qui se joue sur un plan à la fois poétique et politique : universaliser le récit de la vie d’une enfant et créer un espace narratif dans lequel les catégories de genre deviennent caduques. Wittig écrit en français, une langue qui, tout en étant fortement marquée par le genre, offre un recours à de multiples procédés permettant de s’en éloigner et de rendre général un point de vue individuel ; ces procédés sont, pour la plupart, spécifiques à la langue française. Ce qui nous mène directement à la question de l’intraduisible :  pour Barbara Cassin, « d’une langue à l’autre, ce ne sont pas seulement les mots, mais également les réseaux terminologiques, les grammaires et les syntaxes, qui ne sont pas superposables. »[7] Dans cette optique, « « intraduisible » ne veut pas dire « impossible à traduire », mais qu’on ne cesse de traduire, au prix d’homonymies, d’oublis de sens courants à d’autres époques, de contresens qui finissent par marquer l’histoire des concepts et font d’eux de véritables nœuds et énigmes »[8] Intraduisible, le pronom « on » employé par Wittig et, plus largement, L’Opoponax ? Peut-être bien. Ce qui est certain, c’est que la version en anglais proposée par Helen Weaver en 1966 s’éloigne bien trop catégoriquement de l’œuvre originale pour pouvoir être qualifiée de fidèle, et que personne, depuis, n’a tenté de relever le défi.

 

Sur L’Opoponax, on peut regarder la vidéo de Yannick Chevalier


[1] Anna Livia, Pronoun Envy : Literary Uses of Linguistic Gender, Oxford University Press USA, 2000, p.127.

[2] Claude Simon, « Pour Monique Wittig », L’Express, 30 novembre – 6 décembre 1964.

[3] Laure Murat, « Monique Wittig and the Revolution of Pronouns », GLQ : A Journal of Lesbian and Gay Studies, Duke University Press, Vol. 13, n°4, 2007,  « How to render forcefully the “on” (“we,” “you,” and “one” together) central to L’Opoponax, the slashed “j/e” (translated as “I”) of Le corps lesbien, or the “elles” (severely mistranslated as « the women ») of Les Guérillères ? How to transpose into another language this revolutionary grammar that structures a poetic world with a political mind? » Ma traduction.

[4] Mary McCarthy, Littératures, Paris Lafond, 1974.

[5] Ibid., p.138.

[6] Monique Wittig, « The Mark of Gender », 1985, p.83, « I needed a strong device, something that would immediately be beyond sexes, that the division by sexes would be powerless against, and that could not be coopted. There is in French, as there is in English, a munificent pronoun that is called the indefinite, which means that it is not marked by gender, a pronoun that you are taught in school to systematically avoid. It is on in French – one in English. Indeed, it is so systematically taught that it should not be used that the translator of The Opoponax managed never to use it in English. One must say in the translator’s favor that it sounds and looks very heavy in English, but no less so in French. » Ma traduction. 

[7] Barbara Cassin, « Intraduisible et mondialisation. Entretien réalisé par Michaël Oustinoff », Hermès, La Revue, vol. 49, no. 3, 2007, p.8.

[8] Pascal Engel, « Le Mythe de l’intraduisible », 18 juillet 2017, consulté le 12/12/19 à https://www.en-attendant-nadeau.fr/2017/07/18/mythe-intraduisible-cassin/