Mona Gérardin-Laverge : La langue, le langage, la parole : lieux d’oppression ou/et espace de liberté

Les articles et le travail de Mona Gérardin-Laverge marque l’importance du travail définitionnel à l’université comme dans la vie.

La « libération de la parole », la prise de parole intempestive, le cri du cœur, le coup de gueule, le slogan, le témoignage, la tribune, l’acte d’agir en disant ou en écrivant la reconquête de la langue, Mona Gérardin-Laverge, chercheuse en philosophie, en a fait le cœur de son travail. Elle s’intéresse à la signification profonde de la prise de parole au sein des luttes sociales et à son impact sur les locuteur·trice·s. Pour elle, « si «parler» peut sembler du côté du dire, «prendre» est clairement du côté du faire, et «prendre la parole» c’est à la fois dire et faire, ou plutôt défaire le silence, défaire ce qui nous empêche de parler1 . »

Mona Gérardin-Laverge est une chercheuse en philosophie qui a soutenu sa thèse « Le langage est un lieu de lutte : la performativité du langage ordinaire dans la construction du genre et les luttes féministes » en 2018. Elle insère dans ses travaux des concepts propres aux études sur le genre, tels que « l’intersectionnalité » ou les « systèmes d’oppression » et participe ainsi à la construction d’un savoir enrichi ainsi qu’à l’élaboration et au développement de nouveaux outils méthodologiques dans un champ universitaire plus vaste. Elle associe dans la rédaction de ses articles, une compétence et une formation universitaire à une pratique et des savoirs militant·e·s.

Son travail comporte ainsi plusieurs objectifs : un objectif intellectuel dans le cadre des études sur le genre et des études intersectionnelles et un objectif militant. Il valorise des voix minorées voire inexistantes à l’université : en effet, elle retranscrit et rend ainsi audibles des slogans de lutte, contribuant à visibiliser d’autres voix. Elle cite notamment un slogan féministe datant de 1972 qui fait écho à la situation actuelle : «Partout elles parlent, elles se parlent, elles parleront2». Par cette action, elle met en lumière les voix minorées, et leur donne un espace au sein même de la parole institutionnelle.

Les slogans, par leur format sont des outils éphémère de lutte, ils n’ont pas pour vocation première à demeurer ou à s’inscrire dans une histoire, Mona Gérardin-Laverge, elle contribue, en historicisant ce forme de lutte, à élaborer les archives du féminisme dont elle déplore la pauvreté. Son travail concourt également à la compréhension de l’hétérogénéité des luttes sociales et plus particulièrement celle des luttes féministes car elle montre, à travers les slogans, les revendications communes des mouvements mais aussi les disparités en leur sein.

Ainsi, on comprend que l’écriture de Mona Gérardin-Laverge est hybride : d’une part, comme dans son article sur l’Hétérogénéité du genre et performativité insurrectionnelle, ses travaux s’inscrivent dans un format universitaire qui est référencé, avec des notes de bas de page, une structure académique et un lieu de publication institutionnel (dans ce cas Semen, une revue universitaire de sémio-linguistique des textes et des discours).

D’autre part, elle utilise l’écriture inclusive et elle mobilise son expérience personnelle et militante dans son argumentation notamment lorsque dans son article, elle écrit que « pour [sa] part, certains slogans féministes [lui] sont des soutiens quasiment quotidiens dans la conduite de [sa] vie3. »

Un de ses article, Troubles fêtes – le pouvoir insurrectionnel de la prise de parole, recèle de nombreux outils pour analyser le discours militant des luttes sociales : Mona Gérardin-Laverge utilise la notion « d’ordre du discours » de Michel Foucault, notion qui est codépendante voire superposable à l’ordre social. Dans le même temps, elle emprunte aussi à une autrice féministe, Judith Butler, le concept de « performativité insurrectionnelle ». La chercheuse part du principe que « prendre la parole suppose précisément qu’on prend ce qu’on ne nous donne pas, donc qu’on fait ce que personne ne nous autorise à faire, cela signifie que ce geste ouvre une autre forme de performativité […] Parler de « performativité insurrectionnelle », c’est soutenir qu’on peut agir en parlant parce qu’on conteste et qu’on déstabilise les conditions sociales qui nous empêcheraient d’agir et qui empêcheraient notre discours de faire effet4 . »

Les articles et le travail de Mona Gérardin-Laverge marque l’importance du travail définitionnel à l’université comme dans la vie. La redéfinition de certains termes permet de repenser nos vécus et ne pas laisser le monopole de la parole dite « juste et légitime » aux élites, en effet « la redéfinition de mots [peut] être le lieu de contestation d’une identité sociale assignée et l’élaboration de nouvelles formes de subjectivité et de nouveaux rapports sociaux5 . » Elle s’attelle à inventer des passerelles pour lier et connecter l’acte de déplacer « l’ordre du discours » et la construction de savoirs réflexifs sur le discours.

Son travail fait écho à de nombreux autres travaux, notamment ceux de Maria Candea, chercheuse en linguistique, qui a produit un travail très intéressant sur la notion « d’accent de banlieue » dans un article publié dans une revue : Glottopol en 2017, où elle « [remet] en question [l’]existence ainsi que la consistance de toute notion d’accent social et [aborde] la variabilité des pratiques de prononciation par le biais du style (comme stratégie de distinction sociale, d’adaptation au contexte ou de construction située de soi) et de l’agentivité6 . » Ainsi la notion d’accent étant péjorative, la banlieue subit une dévalorisation systématique de son parlé par rapport aux « accents du pouvoir », dit « style du pouvoir », « l’accent » étant remplacé par le « style », qui a une connotation méliorative, quand il s’agit des dominants.

Il est très intéressant de mettre cette analyse en relation avec un texte, une tribune publiée le dimanche 1ier mars 2020, par Virginie Despentes dans Libération pour dénoncer le sacre de Roman Polanski aux Césars 2020. En effet l’autrice s’attaque violemment à l’ordre social avec ces mots, sa verve et sa colère :

« Les plus puissants entendent défendre leurs prérogatives : ça fait partie de votre élégance, le viol est même ce qui fonde votre style. […] On ne les aime pas malgré le viol et parce qu’ils ont du talent. On leur trouve du talent et du style parce qu’ils sont des violeurs. […] Votre plaisir réside dans la prédation, c’est votre seule compréhension du style. Vous savez très bien ce que vous faites quand vous défendez Polanski : vous exigez qu’on vous admire jusque dans votre délinquance7 . »

Maria Candea nous montre que le style qui est associé aux puissants, est un outils de maintien de l’ordre du discours et donc un outils de maintien de l’ordre social. Cependant, Virginie Despentes lorsqu’elle associe la notion de « style » aux violeurs renverse l’ordre du discours. L’autrice illustre avec panache la thèse défendu par Mona Gérardin-Laverge : La « performativité insurrectionnelle » qui découle de la prise de parole permet de subvertir les outils qui servent les systèmes d’oppression sociales, Virginie Despentes a ainsi une véritable action sur le monde et sur l’ordre social à travers sa prise de parole.

Mona Gérardin-Laverge écrit dans son article « C’est en slogant qu’on devient féministe » Hétérogénéité du genre et performativité insurrectionnelle, que « le genre est à la fois grammatical et social, il n’est pas une propriété des individus ou des corps mais une activité, un faire, une production à la fois individuelle, sociale et collective8 . » Elle s’intéresse dans cet article à la manière dont les slogans et plus particulièrement l’action de « sloguer » s’emploient à « dé-faire » le genre, à le déconstruire et donc à produire une action transformatrice sur le monde. « Faire » et « dire » des slogans ne sont pas que des pratiques et/une agentivité discursive (agentivité signifiant ici « puissance d’agir ») mais aussi une forme d’agentivité politique ou sociale9 . Par ailleurs elle s’aperçoit que les slogans sont très souvent des énoncés qui transforment en premier lieu la subjectivité des locuteur·trice·s. : Sloguer « peut constituer un « devenir-féministe10. »

Elle interroge la manière dont un discours peut être perçu et elle déconstruit le·a locuteur·trice comme étant le·a seul·e et unique acteur·trice de l’acte de parole (qu’il soit insurrectionnel ou non). Elle tente de réinscrire le discours comme un acte social qui « n’est pas la pure expression d’un·e sujet, qui en serait l’auteur·e original·e, mais [qui] s’élabore en interagissant avec d’autres discours, qu’il cite, reprend, répète, réarticule, déplace, conteste, etc. [Elle travaille] sur la place qu’il prend dans l’espace des discours, et sur la manière dont il se situe par rapport à d’autres discours11 . » C’est pourquoi l’objet « slogan », qui mobilise une certaine forme d’interdiscours, est un support très pertinent pour interroger la notion de répétition, de rythme, d’écho et la force transformatrice de la langue.

Elle met en évidence la manière dont les slogans incarnent aussi la voie de la déconstruction et deviennent un outil d’appropriation des revendications. Sa forme, qui est populaire, immédiate, facile d’accès, libre de toute autorisation, sans auteur·trice contraste fortement avec la littérature et le format livre qui matérialise la validation de l’institution et élève le statut d’écrivain·e par rapport à la masse. Le slogan n’a à prouver ni son origine, ni ce qu’il dit, contrairement aux discours universitaires qui doivent justifier l’origine de leurs pensées et qui suivent une méthodologie stricte.

Le travail de cette chercheuse ouvre de nombreuses pistes de réflexions et pose de nombreuses questions : comment interroger les objectifs des publications universitaires ? Comment comparer différentes formes de performativité insurrectionnelle au sein des différentes luttes sociales ? Quel lien existe-t-il entre l’émancipation collective de la parole dans la rue et l’émancipation produite à travers les réseaux sociaux ? Quels parallèles ou différences établir entre les slogans et les hashtag, comme #metoo et #balancetonporc ?

Mona Gérardin-Laverge offre ainsi au monde universitaire de belles perspectives de recherche mais participe surtout à la déconstruction de l’ordre social oppressif et contribue à nous faire comprendre la langue, non pas uniquement comme un lieu d’oppression, mais aussi comme un lieu d’exploration et un espace majeur de lutte.

Audrey Rouylou et Lola Dartois

  1. Mona Gérardin-Laverge, «troubles fêtes – le pouvoir insurrectionnel de la prise de parole», », Cours petite fille ! – #MeToo #TimesUp #NoShamefist, dirigé par Samuel Lequette et Delphine Le Vergos, 24 janvier 2019, Paris, Éditions des femmes Antoinette Fouque, p 3. []
  2. Mona, Gérardin-Laverge «troubles fêtes – le pouvoir insurrectionnel de la prise de parole», Cours petite fille ! – #MeToo #TimesUp #NoShamefist, dirigé par Samuel Lequette et Delphine Le Vergos, 24 janvier 2019, Paris, Éditions des femmes Antoinette Fouque, p 1. []
  3. Mona, Gérardin-Laverge, « C’est en slogant qu’on devient féministe » Hétérogénéité du genre et performativité insurrectionnelle, Semen, Revue de sémio-linguistique des textes et des discours, n°44, janvier 2018,Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, p 91. []
  4. Mona Gérardin-Laverge, «troubles fêtes – le pouvoir insurrectionnel de la prise de parole», »,Cours petite fille ! – #MeToo #TimesUp #NoShamefist, dirigé par Samuel Lequette et Delphine Le Vergos, 24 janvier 2019, Paris, Éditions des femmes Antoinette Fouque, p 3. []
  5. Mona, Gérardin-Laverge, « C’est en slogant qu’on devient féministe » Hétérogénéité du genre et performativité insurrectionnelle, Semen, Revue de sémio-linguistique des textes et des discours, n°44, janvier 2018,Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, p 96. []
  6. Maria Candea, La notion d’« accent de banlieue » à l’épreuve du terrain. GLOTTOPOL, Revue de sociolinguistique n°29, Parole de jeunesse – La part langagière des différenciations sociales [juillet 2017] Numéro dirigé par Michelle Auzanneau, Patricia Lambert et Nadja Maillard-de la Corte Gomez, p 18. [en ligne]https://moodle.univlyon2.fr/pluginfile.php/284695/mod_resource/content/1/30_candeaglottopol_publie.pdf []
  7. Virginie Despentes, Césars : « Désormais on se lève et on se barre », Tribune dans Libération, 01/03/2020, [en ligne] https://www.liberation.fr/debats/2020/03/01/cesars-desormais-on-se-leve-et-on-se-barre1780212 []
  8. Mona, Gérardin-Laverge, « C’est en slogant qu’on devient féministe » Hétérogénéité du genre et performativité insurrectionnelle, Semen, Revue de sémio-linguistique des textes et des discours, n°44, janvier 2018,Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, p 87. []
  9. Mona, Gérardin-Laverge, « C’est en slogant qu’on devient féministe » Hétérogénéité du genre et performativité insurrectionnelle, idem, p 82. []
  10. Mona, Gérardin-Laverge, « C’est en slogant qu’on devient féministe » Hétérogénéité du genre et performativité insurrectionnelle, idem, p 86. []
  11. Mona Gérardin-Laverge, «troubles fêtes – le pouvoir insurrectionnel de la prise de parole», », Cours petite fille ! – #MeToo #TimesUp #NoShamefist, dirigé par Samuel Lequette et Delphine Le Vergos, 24 janvier 2019, Paris, Éditions des femmes Antoinette Fouque, p 5. []

A qui appartient le corps d’une femme ‘orientale’ ? La tradition orientaliste et les écrits d’Assia Djebar »

Conférence de Malgorzata Sokołowicz, jeudi 13 mars de 14h00 à 16h00, Université Lyon 2 Lumière, 86 rue Pasteur salle G 219

Enseignante chercheure à l’Université de musique Fryderyk Chopin de Varsovie et à l’Institut de romanologie de l’Université de Varsovie.

La conférencière entend prendre comme point de départ la création du mythe de « la femme orientale » en Europe: d’abord ses origines au XVIIIe siècle, avec les Mille et une nuits de Galland, le Recueil Ferriol (Cf. Gallica) et les Lettres turques de Lady Montagu, puis  son âge d’or au XIXe siècle. Malgorzata Sokołowicz abordera ensuite le travail de Delacroix et du changement qui a eu lieu dans ses représentations de « la Femme orientale » après son voyage au Maroc, enfin un contrepoint avec  les  Femmes d’Alger dans leur appartement d’Assia Djebar permettra d’analyser son interprétation de la toile de Delacroix et son attitude envers la tradition orientaliste. La conférence se concentrera alors sur l’image des femmes qui émerge des écrits djebariens et de leur « libération » dans la perspective de l’écrivaine. 

Béchir Ghachem: de l’intime au politique: corps exposés et transgressions de la loi du genre dans la pratique testimoniale de femmes au Maghreb. ( Fatna El Bouih/ Souad Labbize)

14h – 16h : Jeudi 27 février, salle G 219, Université Lyon 2, BDR, 86 rue Pasteur 69007

La conférence interrogera les modélisations de prise de parole publique chez les femmes au/du Maghreb qui mettent le corps au fondement de la subversion de la loi du genre, celle qui condamne les femmes au silence ou qui minore leur voix. Il s’ agira d’explorer les stratégies d’exposition du corps pour dire le vécu (intime et collectif) et de montrer comment elles contribuent à la formation d’une (nouvelle) culture du témoignage au Maghreb.

Béchir Ghachem (TELEM, Université Bordeaux Montaigne)

Béchir Ghachem, ancien étudiant du master GLC (Université Lyon 2) est actuellement doctorant contractuel ( équipe TELEM) à l’université de Bordeaux Montaigne où il enseigne les littératures francophones. Son champ de recherche explore les écritures testimoniales. Il a notamment publié trois articles portant plus particulièrement sur l’acte testimonial au Maghreb.

Captation vidéo du cours:

Introduction

Corps exposés et transgression

L’indicible historique

La double exposition

Programmes passés et à venir

Chaque année, le Master Genre, Littératures, Cultures propose deux cours de 21 heures intitulés « Genre et littérature ». L’un d’eux est consacré à la période pré-Révolution française, l’autre à la période post-Révolution française.

2016-2017

« De Christine de Pizan à Olympe de Gouges (XVe–XVIIIe siècles) : la puissance de la parodie en réaction à un discours masculin »

Michèle CLEMENT (PR, littérature de la Renaissance)

Est-ce que la parodie révèle la faiblesse de l’inventivité féminine qui n’a que des modèles masculins pour s’exprimer ? La parodie est un outil critique puissant des discours dominants. Par elle, on s’approprie un discours sans cela hors de portée, on le conteste et on en révèle les manques. Christine de Pizan est une des premières auteures françaises à utiliser la parodie dans un cadre genré pour remettre en cause la vision masculine de l’ordre social. Avec elle, commence le « grand récit de l’émancipation » (Lyotard) qui culminera pendant la période des Lumières, entre utopie, parodie et ironie. Nous étudierons des textes de Christine de Pizan, Marguerite de Navarre, Louise Labé, Marie de Romieu, Marie de Gournay, Gabrielle Suchon et Olympe de Gouges pour analyser la pragmatique de la parodie genrée, dans le cadre de la construction de la première modernité (textes distribués en début de séminaire). Ouverture sur l’histoire de l’art via la peinture et les pratiques des femmes peintres.

« Reconfigurations photolittéraires du féminin et du masculin à l’épreuve des révolutions arabes »

Touriya Fili-Tulon (MCF, Francophonie)

Deux objets photolittéraires : le catalogue de l’exposition Mirages d’Orient, grenades et figues de Barbarie : chassé-croisé en Méditerranée et l’anthologie coordonnée par Wassila Tamzali, Histoires minuscules des révolutions arabes, Paris, Chèvre Feuille étoilée, 2012.

Ces deux ouvrages proposent un éventail de reconfigurations textuelles et iconiques du  féminin et du masculin. Le contexte des révolutions et des différents troubles au Moyen-Orient et au Maghreb a vu émerger différentes formes discursives et artistiques qu’il s’agira d’interroger à la lumière des études de genre. Cette « mise en turbulence » du masculin et du féminin, selon l’expression de l’historienne Kmar Ben Dana, a permis de déplacer « les codes des partitions sociales et sexuées ». Devant les tentatives hégémoniques d’une masculinité envahissante qui cherche à acculer la féminité dans les sphères du voilé et de l’intime, des énergies protestataires tentent de gagner le terrain du symbolique en repoussant les limites de la visibilité. Cette lutte s’inscrit dans une spatialité en perpétuelle reconfiguration que les déplacements humains (migrations, voyages, missions estudiantines…) ne font qu’exacerber.

L’inventivité et l’audace de ces nouvelles reconfigurations interrogent le sacré en tant que séparation en lui opposant la liberté inouïe de l’art et du langage lorsqu’ils investissent des espaces publics comme les murs réels ou virtuels.

L’intérêt de ces deux ouvrages est double : leur étude permet une appréhension originale des questions de sociétés en crise. Les productions discursives et artistiques permettent de diffracter les rapports masculin/féminin en déjouant les hégémonies sur le plan symbolique. Elle autorise par ailleurs une approche transversale et pluridisciplinaire.

2017-2018

« Révolution est-il du féminin ? »

Olivier Ferret (PR, littérature du 18e siècle)

Quelle lecture genrée de la Révolution française peut-on construire ? On connaît la célèbre – et tonitruante – Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, censée constituer le pendant polémique de la non moins célèbre Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. D’autres textes, d’autres images ont cependant été produites et conservées, qui peuvent retenir l’attention. Dans le droit fil des historien·nes, notamment outre-Atlantique, dont les travaux, nourris par les approches critiques des études sur le genre, ont renouvelé l’interprétation de ce moment capital de l’histoire de France, on s’interrogera sur les rapports de genre qui travaillent, réellement quoique souvent sourdement, les interventions, dans l’espace public, des acteurs et actrices de la Révolution. Après avoir distingué les contextes politiques qui caractérisent les moments successifs du processus révolutionnaire, de la prise de la Bastille jusqu’à l’après-Thermidor, en passant par la Terreur, on se demandera ce que l’approche privilégiant les problématiques liées au genre fait apparaître, en terme de représentations idéologiquement situées, dans les productions textuelles mais aussi dans les arts (dans les gravures, au théâtre, au cinéma). On s’intéressera à certaines figures, féminines et masculines, créatrices ou objets de ces productions (Marie-Antoinette, Mme de Genlis, Olympe de Gouges, Germaine de Staël, le duc de Richelieu ou le marquis de Villette, entre autres), ainsi qu’aux citoyen·nes obscur·es, sans voix – ou presque. Afin de ressaisir ces phénomènes dans un continuum historique, on remontera également en amont, en examinant notamment les discours, à l’occasion contradictoires, sur l’éducation des filles tenus, dès les années 1760-1780, par Rousseau, Voltaire, Laclos ou encore Condorcet. En définitive, il s’agira non seulement de questionner l’implication des femmes dans le processus révolutionnaire mais aussi la place qui leur est dévolue – ou assignée – dans les discours, au sens que Foucault confère à ce terme, des femmes et des hommes qui construisent la geste révolutionnaire.

« Ecrire le sexe quand on est une femme »

Marie-Jeanne Zenetti (MCF, littérature du 21e siècle)

Ecrire le corps des femmes, leurs désirs et leurs plaisirs a longtemps été considéré comme une affaire d’hommes. Ce séminaire, consacré à l’étude d’autrices contemporaines qui prennent en charge la représentation littéraire des pratiques sexuelles et des rapports sociaux de sexe (Virginie Despentes, Annie Ernaux, Catherine Millet), souhaite interroger un tel geste de réappropriation. En s’intéressant notamment à la réception, polémique, de ces œuvres, souvent pensées en termes de « scandale », de « provocation », voire de « vulgarité », il s’agira de questionner les normes littéraires et sociales qui définissent les territoires de l’obscène, et le partage entre intime et politique.

2018-2019

« Femmes mystiques et ‘‘mâle Moyen Age’’ »

Marie-Pascale Halary (MCF, littérature du Moyen-Age)

Depuis quelques décennies, les études de genre ont aussi porté leur intérêt sur la littérature médiévale. Pour cette période que Georges Duby qualifie de « mâle Moyen Age », on a ainsi repéré un ensemble de textes singuliers : attribués à des femmes qui se situent souvent en marge de l’institution (par leur sexe mais aussi parce qu’il s’agit souvent de béguines), ces textes disent l’amour spirituel, non pas en latin, mais dans différentes langues vernaculaires. Autour de figures comme celles de Marguerite Porete (condamnée à être brûlée comme hérétique en 1310), de Mathilde de Magdebourg ou de Béatrice de Nazareth, la critique a ainsi distingué une « mystique féminine », qui est aussi une « mystique sans frontières » à l’échelle européenne.

On s’interrogera sur la manière dont on peut articuler les différentes variables que sont le genre (masculin/féminin), la langue (latin/vernaculaire), le rapport à l’institution (dedans/dehors) et la nature du propos. Pour une période où les clercs, maîtres du latin, détiennent le monopole exclusif du rapport au sacré, peut-on, par exemple, établir une relation entre le choix du français, le genre des autrices et le type de discours qu’elles tiennent ? On questionnera également, de manière critique, la constitution de ce corpus de « femmes mystiques », désormais bien admis dans les études médiévales : est-ce la découverte de ces textes et de leurs points communs qui impose une lecture genrée ou est-ce cette interprétation qui construit – voire fabrique – son objet ?

« Editer L’Opoponax (1964) »

Yannick Chevalier (MCF, grammaire et littérature du 20e siècle)

L’entrée en littérature de Monique Wittig se fait par un double coup d’éclat : en novembre 1964, son premier roman, L’Opoponax, reçoit le Prix Médicis décerné par un jury composé de Claude Simon, Marguerite Duras, Nathalie Sarraute, l’emportant haut la main sur d’autres concurrent.es (dont La Bâtarde de Violette Leduc, pourtant soutenue par Simone de Beauvoir). L’Opoponax détonne aussi en évacuant, dès sa première phrase, les poncifs sur la « différence-des-sexes », et met en récit une subjectivité d’enfant lesbienne quelques années après que la législation française de la République a classé l’homosexualité parmi les fléaux sociaux (Amendement Mirguet, 1960).

La parution de L’Opoponax marque donc un tournant important dans le champ littéraire des années 1960, où les partisan.es du Nouveau roman l’emportent sur les tenant.es de l’existentialisme, et où l’engagement tel que théorisé par Sartre cède la place à de nouveaux modes d’intervention politique de la littérature, par le biais notamment d’une réflexion sur la portée idéologique des formes.

Ce séminaire s’attachera d’une part à une contextualisation historique et esthétique de L’Opoponax, par l’étude en particulier de la réception de cette œuvre dans la presse de l’époque et les stratégies de positionnement des auteur/trices dans le champ littéraire (Bourdieu), et d’autre part à un examen philologique des « procédés » langagiers (Chklovski) construisant politiquement et esthétiquement un style s’affrontant à l’universel. Ce faisant, à partir de l’exemple de L’Opoponax, il s’agira d’interroger comment on peut éditer les classiques du 20e siècle.

2019-2020

Féminisme vague zéro ? (XVe-XVIIe siècles)

Michèle Clément (PR, Littérature de la Renaissance)

Le féminisme a construit son histoire en se pensant par vagues successives, dont il ne saurait être question avant le milieu, voire la fin du XIXe siècle. Qu’en est-il pour les siècles précédents, quand des discours de femmes et d’hommes se font entendre sur la scène publique pour revendiquer des espaces propres, voire des droits pour les femmes ? « L’émancipation » est alors difficilement pensable, les voix restent isolées, l’espace public et l’espace privé, le collectif et l’individuel ne se pensent pas sur le mode moderne (acquis avec la pensée des Lumières et la disparition des trois ordres de la société). Quels sont les concepts qui vont permettre de penser ce « féminisme de la vague zéro » ? Comment l’appréhender sur plusieurs siècles quand chaque vague du féminisme ne correspond qu’à quelques décennies ? En analysant des textes de Christine de Pizan, Marguerite de Navarre, Henri Corneille Agrippa, Georgette de Montenay, des dames Des Roches, de Marie de Gournay… nous identifierons l’outillage intellectuel (rhétorique, fictionnel, historiographique, iconographique…) que mettent en place ces pionnières et pionniers pour revendiquer un espace ouvert à l’action des femmes.

Corps exposés

Touriya Fili-Tullon (MCF, Francophonie)

Les images sont nombreuses, qui permettent d’exprimer ce qui se joue dans la tentative de saisir le corps en tant qu’élément central de l’être au monde. Or, si le corps semble se prêter à toutes sortes de représentations, il n’en demeure pas moins un « objet » soumis à une « indétermination radicale dès qu’on essaie de le définir », constate José Gil[1]. Par ailleurs, la prolifération des images autour du corps ne va pas sans les dispositifs de montage qui en orientent la réception, permettant parfois de renégocier les limites de montrable et du dicible. C’est ainsi que les photographies coloniales redéployées dans ce qu’il faut bien appeler un beau-livre, Sexe, race et colonie[2], ont provoqué une polémique autour de la ré-exposition des corps dominés, et ni l’objet d’étude ni l’intention académique n’en semblent sortis indemnes.

Ce séminaire s’intéressera à différentes productions littéraires et photolittéraires qui appréhendent le corps comme espace sémantisé de jeux et d’enjeux de domination et de résistance. Comment la littérature et la photographie tentent d’objectiver le corps tout en lui accordant cette capacité de se soustraire à toute saisie ? par quelles précautions rhétoriques, quels balisages codifiés donne-t-on à lire et à voir en jouant avec les normes des représentations collectives ?


[1] Gil José, Métamorphoses du corps, Paris, Éditions de la Différence, coll. « Essais », 1985.

[2] Sous la dir. de Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Gilles Boëtsch, Christelle Taraud, Dominic Thomas. Préf. d’Achille Mbembe, Jacques Martial. Postf. de Leïla Slimani. Sexe, race et colonie, Paris : La Découverte, 2018.