Olivier FERRET, PR Littérature du 18e siècle

DAMES·DE·FER

Dispositif d’annotation et de médiation par l’édition scientifique des discours et écrits sur les femmes en Révolution

Présentation du séminaire

Les histoires du (des) féminisme(s) partent toutes de la Révolution française. Quel que soit l’anachronisme, plus ou moins assumé par celles et ceux qui participent à ce projet, il s’agit de produire une réflexion sur la représentation des femmes (leurs situations, leurs rôles, leurs revendications, leurs luttes politiques) dans des textes publiés pendant la période révolutionnaire entendue dans un sens extensif, depuis la convocation, par Louis XVI, des États généraux jusqu’au Consulat.

Le projet DAMES·DE·FER est délibérément ancré dans le contexte de l’instauration de la liberté de la presse, qui correspond à une libération de la parole – notamment des femmes –, tout en tenant compte de la réintroduction, pendant la période dite de « la Terreur », d’une forme de censure. Il s’attache à étudier les modalités de l’expression des femmes dans l’espace public, en dehors des assemblées où la profération directe de leur parole n’est pas tolérée, au cours d’un processus historique marqué aussi, fin mars 1793, par l’interdiction des clubs de femmes. Émanant parfois explicitement de femmes ou d’hommes, et souvent anonymes, les discours et les écrits considérés soulèvent les questions de la place des femmes dans une société française qui connaît des bouleversements en profondeur.

S’y trouvent abordées, avec des inflexions politiques différenciées, des questions qui concernent les droits des femmes en lien avec des projets de réformes ou de révolution du mode de fonctionnement de la cité : droits civils qui reconfigurent la conception de la famille, de l’éducation, de l’héritage ; droits civiques qui envisagent autrement la participation des femmes à la vie politique.

Cette réflexion sur la représentation se développe dans des textes qui, pour la plupart, n’ont pas été réédités depuis leur publication originale et, en tout cas, n’ont pas fait l’objet d’une réelle attention critique : pour être désormais lisibles, ils requièrent une annotation, une contextualisation et des commentaires qui en éclairent le sens et la portée.

Le projet a été entrepris dans le cadre du séminaire « Littérature et genre » du parcours « Genre, Littératures, Cultures » du master Études sur le genre de l’université Lumière Lyon 2, dont la formation comporte un volet consacré à l’Ancien Régime, par des étudiantes et étudiants qui poursuivent des études de lettres, mais aussi d’histoire, de science politique et de sociologie. Les échanges interdisciplinaires qui ont pu avoir lieu au cours du séminaire ont permis de porter un regard renouvelé, et parfois nouveau, sur des textes réputés anciens, sinon inactuels.

Nous espérons ainsi apporter une contribution à l’histoire de la Révolution française et à l’histoire des féminismes, dans le prolongement des renouvellements, notamment historiographiques, engendrés par la prise en compte de la place des femmes dans le panorama historique, qui font pièce à une invisibilisation, elle-même désormais datée, qui a caractérisé aussi bien les discours universitaires que les discours militants : au-delà de l’identification de figures de grandes « ancêtres » ou de « pionnières », il s’agit de donner à lire leurs textes, ainsi que ceux, parus à la même époque, de citoyennes et citoyens sans nom qui ont pris position par rapport à leurs revendications, les unes prudentes, les autres plus audacieuses en regard d’un état de fait perçu comme devant être questionné.

Chacun des textes ici réunis a été traité selon un protocole éditorial qui répond aux attendus scientifiques d’une démarche universitaire. Dans la partie ÉDITION, on trouvera le texte établi à partir d’un exemplaire identifié servant de référence et annoté pour en permettre l’intelligibilité en évitant, dans les bas de page, toute forme de commentaire. Le DOSSIER CRITIQUE qui suit propose une lecture du texte qui, tout en prenant en compte le contexte de rédaction, de publication et de réception, propose, dans une rubrique explicitement présentée comme un commentaire, une interprétation située depuis le xxie siècle et informée par les méthodes, outils et concepts forgés par les études littéraires et les études sur le genre. Des éléments de bibliographie répertorient enfin d’éventuelles rééditions du texte et surtout les études dont ils ont fait l’objet.

Liste des éditions en ligne

1789

[Mme de Coicy], Demande des femmes aux États-généraux ; par l’auteur des Femmes comme il convient de les voir, s.l.n.d. [1789], éd. Amanda Sarkis.

An., Pétition des femmes du tiers-état au roi, s.l., 1er janvier 1789, éd. Othilie Pougniet.

An., Remontrances, plaintes et doléances des Dames Françoises, à l’occasion de l’assemblée des États-Généraux, par M. L. P. P. D. St. L., s.l.n.d. [1789], éd. Claudia Fois.

Jean-Jacques Bachelier, Mémoire sur l’éducation des filles, présenté aux états-généraux, Paris, Imprimerie royale, 1789, éd. Esther Champavier.

[Olympe de Gouges], Le Cri du sage. Par une Femme, s.l.n.d. [1789], éd. Yuliia Zhuk.

Olympe de Gouges, Action héroïque d’une Françoise, ou la France sauvée par les femmes, Paris, Guillaume junior, 1789, éd. Margaux Michiels.

An., Motion à faire et arrêté à prendre dans les différentes Classes et Corporations de Citoyennes Françoises, s.l., septembre 1789, éd. Nolwenn Legrand.

Mme Rigal, Discours prononcé […] dans une Assemblée de femmes artistes et orfevres, tenue le 20 Septembre. Pour délibérer sur une Contribution volontaire, s.l.n.d. [1789], éd. Clémentine Peraud-Pommier.

An., L’Avocat des femmes à l’Assemblée nationale, ou le Droit des femmes enfin reconnu, s.l.n.d. [1789], éd. Manon Bochet-Marquis.

An., Requête des Dames, à l’Assemblée nationale, s.l.n.d. [1789], éd. Mélina Deneux.

An., Les Héroïnes de Paris, ou L’entière liberté de la France, par les Femmes. Police qu’elles doivent exercer de leur propre autorité. Expulsion des Charlatans, &c. &c., [Paris], Knapen fils, 5 octobre 1789, éd. Nolwenn Grall.

1790

An., Hommage rendu aux Dames Françaises sur leur patriotisme pour accélérer la fête civique du 14 Juillet 1790, [Paris], Imprimerie de Valleyre, s.d. [1790], éd. Lucas Mangolini.

1791

Etta Palm d’Aelders, Appel aux Françoises sur la régénération des mœurs, et nécessité de l’influence des femmes dans un gouvernement libre, Paris, Imprimerie du Cercle Social, s.d. [1791], éd. Barbara Blum et Solène Cochet.

1792

Le Ménage royal en déroute, ou Guerre ouverte entre Louis XVI et sa femme, [Paris], Impr[imerie] Patriotique, s.d. [1792], éd. Olivier Ferret.

1793

Pierre Guyomar, Le Partisan de l’égalité politique entre les individus, ou problême très-important de l’égalité en droits et de l’inégalité en fait, Paris, Imprimerie nationale, 1793, éd. Juliette Janodet.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search