Programmes passés et à venir

Chaque année, le Master Genre, Littératures, Cultures propose deux cours de 21 heures intitulés “Genre et littérature”. L’un d’eux est consacré à la période pré-Révolution française, l’autre à la période post-Révolution française.

2016-2017

« De Christine de Pizan à Olympe de Gouges (XVe–XVIIIe siècles) : la puissance de la parodie en réaction à un discours masculin »

Michèle CLEMENT (PR, littérature de la Renaissance)

Est-ce que la parodie révèle la faiblesse de l’inventivité féminine qui n’a que des modèles masculins pour s’exprimer ? La parodie est un outil critique puissant des discours dominants. Par elle, on s’approprie un discours sans cela hors de portée, on le conteste et on en révèle les manques. Christine de Pizan est une des premières auteures françaises à utiliser la parodie dans un cadre genré pour remettre en cause la vision masculine de l’ordre social. Avec elle, commence le « grand récit de l’émancipation » (Lyotard) qui culminera pendant la période des Lumières, entre utopie, parodie et ironie. Nous étudierons des textes de Christine de Pizan, Marguerite de Navarre, Louise Labé, Marie de Romieu, Marie de Gournay, Gabrielle Suchon et Olympe de Gouges pour analyser la pragmatique de la parodie genrée, dans le cadre de la construction de la première modernité (textes distribués en début de séminaire). Ouverture sur l’histoire de l’art via la peinture et les pratiques des femmes peintres.

« Reconfigurations photolittéraires du féminin et du masculin à l’épreuve des révolutions arabes »

Touriya Fili-Tulon (MCF, Francophonie)

Deux objets photolittéraires : le catalogue de l’exposition Mirages d’Orient, grenades et figues de Barbarie : chassé-croisé en Méditerranée et l’anthologie coordonnée par Wassila Tamzali, Histoires minuscules des révolutions arabes, Paris, Chèvre Feuille étoilée, 2012.

Ces deux ouvrages proposent un éventail de reconfigurations textuelles et iconiques du  féminin et du masculin. Le contexte des révolutions et des différents troubles au Moyen-Orient et au Maghreb a vu émerger différentes formes discursives et artistiques qu’il s’agira d’interroger à la lumière des études de genre. Cette « mise en turbulence » du masculin et du féminin, selon l’expression de l’historienne Kmar Ben Dana, a permis de déplacer « les codes des partitions sociales et sexuées ». Devant les tentatives hégémoniques d’une masculinité envahissante qui cherche à acculer la féminité dans les sphères du voilé et de l’intime, des énergies protestataires tentent de gagner le terrain du symbolique en repoussant les limites de la visibilité. Cette lutte s’inscrit dans une spatialité en perpétuelle reconfiguration que les déplacements humains (migrations, voyages, missions estudiantines…) ne font qu’exacerber.

L’inventivité et l’audace de ces nouvelles reconfigurations interrogent le sacré en tant que séparation en lui opposant la liberté inouïe de l’art et du langage lorsqu’ils investissent des espaces publics comme les murs réels ou virtuels.

L’intérêt de ces deux ouvrages est double : leur étude permet une appréhension originale des questions de sociétés en crise. Les productions discursives et artistiques permettent de diffracter les rapports masculin/féminin en déjouant les hégémonies sur le plan symbolique. Elle autorise par ailleurs une approche transversale et pluridisciplinaire.

2017-2018

« Révolution est-il du féminin ? »

Olivier Ferret (PR, littérature du 18e siècle)

Quelle lecture genrée de la Révolution française peut-on construire ? On connaît la célèbre – et tonitruante – Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, censée constituer le pendant polémique de la non moins célèbre Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. D’autres textes, d’autres images ont cependant été produites et conservées, qui peuvent retenir l’attention. Dans le droit fil des historien·nes, notamment outre-Atlantique, dont les travaux, nourris par les approches critiques des études sur le genre, ont renouvelé l’interprétation de ce moment capital de l’histoire de France, on s’interrogera sur les rapports de genre qui travaillent, réellement quoique souvent sourdement, les interventions, dans l’espace public, des acteurs et actrices de la Révolution. Après avoir distingué les contextes politiques qui caractérisent les moments successifs du processus révolutionnaire, de la prise de la Bastille jusqu’à l’après-Thermidor, en passant par la Terreur, on se demandera ce que l’approche privilégiant les problématiques liées au genre fait apparaître, en terme de représentations idéologiquement situées, dans les productions textuelles mais aussi dans les arts (dans les gravures, au théâtre, au cinéma). On s’intéressera à certaines figures, féminines et masculines, créatrices ou objets de ces productions (Marie-Antoinette, Mme de Genlis, Olympe de Gouges, Germaine de Staël, le duc de Richelieu ou le marquis de Villette, entre autres), ainsi qu’aux citoyen·nes obscur·es, sans voix – ou presque. Afin de ressaisir ces phénomènes dans un continuum historique, on remontera également en amont, en examinant notamment les discours, à l’occasion contradictoires, sur l’éducation des filles tenus, dès les années 1760-1780, par Rousseau, Voltaire, Laclos ou encore Condorcet. En définitive, il s’agira non seulement de questionner l’implication des femmes dans le processus révolutionnaire mais aussi la place qui leur est dévolue – ou assignée – dans les discours, au sens que Foucault confère à ce terme, des femmes et des hommes qui construisent la geste révolutionnaire.

« Ecrire le sexe quand on est une femme »

Marie-Jeanne Zenetti (MCF, littérature du 21e siècle)

Ecrire le corps des femmes, leurs désirs et leurs plaisirs a longtemps été considéré comme une affaire d’hommes. Ce séminaire, consacré à l’étude d’autrices contemporaines qui prennent en charge la représentation littéraire des pratiques sexuelles et des rapports sociaux de sexe (Virginie Despentes, Annie Ernaux, Catherine Millet), souhaite interroger un tel geste de réappropriation. En s’intéressant notamment à la réception, polémique, de ces œuvres, souvent pensées en termes de « scandale », de « provocation », voire de « vulgarité », il s’agira de questionner les normes littéraires et sociales qui définissent les territoires de l’obscène, et le partage entre intime et politique.

2018-2019

« Femmes mystiques et ‘‘mâle Moyen Age’’ »

Marie-Pascale Halary (MCF, littérature du Moyen-Age)

Depuis quelques décennies, les études de genre ont aussi porté leur intérêt sur la littérature médiévale. Pour cette période que Georges Duby qualifie de « mâle Moyen Age », on a ainsi repéré un ensemble de textes singuliers : attribués à des femmes qui se situent souvent en marge de l’institution (par leur sexe mais aussi parce qu’il s’agit souvent de béguines), ces textes disent l’amour spirituel, non pas en latin, mais dans différentes langues vernaculaires. Autour de figures comme celles de Marguerite Porete (condamnée à être brûlée comme hérétique en 1310), de Mathilde de Magdebourg ou de Béatrice de Nazareth, la critique a ainsi distingué une « mystique féminine », qui est aussi une « mystique sans frontières » à l’échelle européenne.

On s’interrogera sur la manière dont on peut articuler les différentes variables que sont le genre (masculin/féminin), la langue (latin/vernaculaire), le rapport à l’institution (dedans/dehors) et la nature du propos. Pour une période où les clercs, maîtres du latin, détiennent le monopole exclusif du rapport au sacré, peut-on, par exemple, établir une relation entre le choix du français, le genre des autrices et le type de discours qu’elles tiennent ? On questionnera également, de manière critique, la constitution de ce corpus de « femmes mystiques », désormais bien admis dans les études médiévales : est-ce la découverte de ces textes et de leurs points communs qui impose une lecture genrée ou est-ce cette interprétation qui construit – voire fabrique – son objet ?

« Editer L’Opoponax (1964) »

Yannick Chevalier (MCF, grammaire et littérature du 20e siècle)

L’entrée en littérature de Monique Wittig se fait par un double coup d’éclat : en novembre 1964, son premier roman, L’Opoponax, reçoit le Prix Médicis décerné par un jury composé de Claude Simon, Marguerite Duras, Nathalie Sarraute, l’emportant haut la main sur d’autres concurrent.es (dont La Bâtarde de Violette Leduc, pourtant soutenue par Simone de Beauvoir). L’Opoponax détonne aussi en évacuant, dès sa première phrase, les poncifs sur la « différence-des-sexes », et met en récit une subjectivité d’enfant lesbienne quelques années après que la législation française de la République a classé l’homosexualité parmi les fléaux sociaux (Amendement Mirguet, 1960).

La parution de L’Opoponax marque donc un tournant important dans le champ littéraire des années 1960, où les partisan.es du Nouveau roman l’emportent sur les tenant.es de l’existentialisme, et où l’engagement tel que théorisé par Sartre cède la place à de nouveaux modes d’intervention politique de la littérature, par le biais notamment d’une réflexion sur la portée idéologique des formes.

Ce séminaire s’attachera d’une part à une contextualisation historique et esthétique de L’Opoponax, par l’étude en particulier de la réception de cette œuvre dans la presse de l’époque et les stratégies de positionnement des auteur/trices dans le champ littéraire (Bourdieu), et d’autre part à un examen philologique des « procédés » langagiers (Chklovski) construisant politiquement et esthétiquement un style s’affrontant à l’universel. Ce faisant, à partir de l’exemple de L’Opoponax, il s’agira d’interroger comment on peut éditer les classiques du 20e siècle.

2019-2020

Féminisme vague zéro ? (XVe-XVIIe siècles)

Michèle Clément (PR, Littérature de la Renaissance)

Le féminisme a construit son histoire en se pensant par vagues successives, dont il ne saurait être question avant le milieu, voire la fin du XIXe siècle. Qu’en est-il pour les siècles précédents, quand des discours de femmes et d’hommes se font entendre sur la scène publique pour revendiquer des espaces propres, voire des droits pour les femmes ? « L’émancipation » est alors difficilement pensable, les voix restent isolées, l’espace public et l’espace privé, le collectif et l’individuel ne se pensent pas sur le mode moderne (acquis avec la pensée des Lumières et la disparition des trois ordres de la société). Quels sont les concepts qui vont permettre de penser ce « féminisme de la vague zéro » ? Comment l’appréhender sur plusieurs siècles quand chaque vague du féminisme ne correspond qu’à quelques décennies ? En analysant des textes de Christine de Pizan, Marguerite de Navarre, Henri Corneille Agrippa, Georgette de Montenay, des dames Des Roches, de Marie de Gournay… nous identifierons l’outillage intellectuel (rhétorique, fictionnel, historiographique, iconographique…) que mettent en place ces pionnières et pionniers pour revendiquer un espace ouvert à l’action des femmes.

Corps exposés

Touriya Fili-Tullon (MCF, Francophonie)

Les images sont nombreuses, qui permettent d’exprimer ce qui se joue dans la tentative de saisir le corps en tant qu’élément central de l’être au monde. Or, si le corps semble se prêter à toutes sortes de représentations, il n’en demeure pas moins un « objet » soumis à une « indétermination radicale dès qu’on essaie de le définir », constate José Gil[1]. Par ailleurs, la prolifération des images autour du corps ne va pas sans les dispositifs de montage qui en orientent la réception, permettant parfois de renégocier les limites de montrable et du dicible. C’est ainsi que les photographies coloniales redéployées dans ce qu’il faut bien appeler un beau-livre, Sexe, race et colonie[2], ont provoqué une polémique autour de la ré-exposition des corps dominés, et ni l’objet d’étude ni l’intention académique n’en semblent sortis indemnes.

Ce séminaire s’intéressera à différentes productions littéraires et photolittéraires qui appréhendent le corps comme espace sémantisé de jeux et d’enjeux de domination et de résistance. Comment la littérature et la photographie tentent d’objectiver le corps tout en lui accordant cette capacité de se soustraire à toute saisie ? par quelles précautions rhétoriques, quels balisages codifiés donne-t-on à lire et à voir en jouant avec les normes des représentations collectives ?


[1] Gil José, Métamorphoses du corps, Paris, Éditions de la Différence, coll. « Essais », 1985.

[2] Sous la dir. de Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Gilles Boëtsch, Christelle Taraud, Dominic Thomas. Préf. d’Achille Mbembe, Jacques Martial. Postf. de Leïla Slimani. Sexe, race et colonie, Paris : La Découverte, 2018.

Lectures d’été

Voici quelques propositions de lectures critiques pour commencer à découvrir le très vaste champ des études de genre et littérature.

Moyen Age

  • Chants d’amour des femmes-troubadours. Trobairitz et chansons de femme, dir. Pierre Bec, Paris, Stock, « Stock Moyen Âge », 1995.
  • Femmes troubadours de Dieu, dir. Georgette Épiney-Burgard et Émilie Zum Brunn, Turnhout, Brepols, « Témoins de notre histoire », 1988.
  • Voix de femmes au Moyen Âge : savoir, mystique, poésie, amour, sorcellerie (xiie-xve siècle), dir. Danielle Régnier-Bohler, Paris, Robert Lafont, 2006.
  • Klapisch-Zuber, Christine, « Masculin/féminin », dans Jacques Le Goff et Jean-Claude Schmitt (dir.), Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, Fayard, 1999, p. 655-668.
  • Lauwers, Michel, « L’institution et le genre. À propos de l’accès des femmes au sacré dans l’Occident médiéval », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 2 (1995), mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 03 février 2015.
  • Lett, Didier, Hommes et femmes au Moyen Âge. Histoire du genre (xiie-xve siècle), Paris, Armand Colin, « Cursus Histoire », 2013.

16e siècle

  • Histoire de la virilité, sous la dir. d’Alain Corbin, de Jean-Jacques Courtine et de Georges Vigarello, 3  vol., Seuil, 2011 (Points Seuil, 2015 pour la version de poche)
  • Une Histoire des sexualités, sous la dir. de S. Steinberg, PUF, 2018
  • Joan DeJean, Sapho. Les fictions du désir 1546-1937, trad. par F. Lecercle, Hachette, 1994 [édition originale : 1989]
  • Gary Ferguson, Queer (Re)Readings in the French Renaissance. Homosexuality, Gender, Culture, Aldershot, Ashgate, 2008 (en partie sur Google books)
  • Floyd Gray, Gender, Rhetoric and Print Culture in French Renaissance Writing, Cambridge University Press, 2000
  • Nathalie Heinich, Les Ambivalences de l’émancipation féminine, Paris, Albin Michel, 2003
  • Christine Planté « Voilà ce qui fait que votre e est muette », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 11 | 2000, consultable ici
  • Christine Planté, La Petite Sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, PUL, 2015, (nouvelle édition révisée, première éd. : 1989, Seuil)1
  • Pascal Quignard, Le Sexe et l’effroi, Gallimard, 1994 (puis Folio)
  • Joan W. Scott : « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Cahiers du GRIF, 1988, n° 37-38, p. 125‑153 (en ligne sur Persée ici ; éd. originale : 1985)
  • Le lexique socius,  en particulier l’entrée “Genre” (en ligne ici)
  • Liv Strömqhist, L’origine du monde, 2016 (BD traduite du suédois)

17e siècle

  • Fortunée Briquet, Dictionnaire historique des Françaises connues par leurs écrits (éd. Nicole Pellegrin), Strasbourg, PUS, 2016
  • Dufour-Maître, Myriam, Les Précieuses. Naissance des femmes de lettres en France au xviie siècle [1999], éd. revue, corrigée et augmentée, Paris, Champion Classiques, « Essais », 2008.
  • Gargam, Adeline, Les Femmes savantes, lettrées et cultivées dans la littérature française des Lumières ou la conquête d’une légitimité (1690-1804), Paris, Champion, 2013.
  • Grande, Nathalie, Stratégies de romancières : de « Clélie » à « La princesse de Clèves » (1654-1678), Paris, Champion, 1999.
  • MacLean, Ian, Woman Triumphant: Feminism in French Literature (1610-1652), Oxford, Clarendon Press, 1977.    
  • Timmermans, Linda, L’Accès des femmes à la culture (1598-1715) : un débat d’idée de Saint François de Sales à la Marquise de Lambert, Paris, Champion, 2005. 
  • Les voix du « genre ». Rapports de sexe et rôles sexués (xvie-xviiie siècles), Florence Lotterie (dir.), Littératures classiques, n°2, 2016.   

18e siècle

à venir

19e siècle

à venir

20e siècle

– Editions à se procurer avant le cours (et à lire) : Leila Slimani, Dans le jardin de l’ogre, Paris, Gallimard, 2014.

Bouraoui, Nina, Garçon manqué, Paris, Stock, 2000.

Extraits mis à disposition sur l’ENT :

Battal, Rim, Latex, Lanskine, 2017.

Labbize, Souad, Enjamber la flaque où se reflète l’enfer, Paris, iXe, 2018.

Benchemsi, Rajae, Fracture du désir, Arles, Actes Sud, 1999. 14

Nedjma, L’Amande, Paris, Plon, 2004.

Sebbar, Leïla, Christelle Taraud et Jean-Michel Belorgey, Femmes d’Afrique du Nord, Cartes postales (1885 1930), Paris, Bleu autour, 2006.

Slimani, Leila, Sexe et mensonges. La vie sexuelle au Maroc. Paris, Les Arènes, 2017.

Taïa Abdellah, L’armée du salut,  Seuil, 2006.

– Bibliographie de travail :

Isabelle Beaulieu et Joseph J. Lévy, « Tourisme, sexualité et érotisme dans quelques romans contemporains », Téoros [En ligne], 22-1 | 2003, mis en ligne le 01 mai 2012, consulté le 02 juin 2019.

URL : http://journals.openedition.org/teoros/1837

    Belmenouar, Salfia et Marc Combier, 2007, Bons baisers des colonies : images de la femme dans la carte postale coloniale, Paris, Alternatives.

Blanchard, Pascal, Bancel, Nicolas, Boëtsch, Gilles, Taraud, Christelle, Thomas, Dominic (dir.),  Préf. d’Achille Mbembe, Jacques Martial. Postf. de Leïla Slimani. Sexe, race et colonie, Paris : La Découverte, 2018.

Breton, David, L’adieu au corps, Paris, Métaillé, 1999.

Detrez, Christine, « ” A corps et à cris : résistances corporelles chez les romancières algériennes contemporaines ” » in Daoud Mohamed (dir.), Ecriture féminine : réception, discours et représentations, Editions Crasc, 2010.

______________ « Femmes voilées, femmes dévoilées. Déconstruction de l’exotisme et ambiguïtés », Dalhousie French Studies, Dalhousie University, janvier 2009

Dorlin, Elsa, La Matrice de la race, La découverte, 2006.

Gil, José, Métamorphoses du corps, Paris, Éditions de la Différence, coll. « Essais », 1985.

Mernissi, Fatima, Le harem et l’Occident, trad. Marie-France Girod, Essais-Albin Michel, 2001..

Pahud, Stéphanie,  « Le corps exhibé : un texte singulier du féminisme quatrième génération », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 18 | 2017, mis en ligne le 27 septembre 2017, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/aad/2338 ; DOI : 10.4000/aad.2338

  1. Vous pouvez acheter ce livre directement à la boutique des PUL, sur le campus Berges du Rhône. Si vous êtes étudiant.e inscrit.e à Lyon 2, vous bénéficiez de 5% de réduction []