Souad Labbize

Souad Labbize est une poétesse, une romancière, une traductrice et animatrice culturelle franco-algérienne. Elle a notamment écrit le roman J’aurais voulu être un escargot paru en 2011, plusieurs recueils de poèmes, comme Une échelle de poche pour atteindre le ciel, Brouillons amoureux publiés l’un et l’autre en 2017, Je franchis les barbelés en 2019 et un récit, Enjamber la flaque où se reflète l’enfer en 2019.

A propos de: Enjamber la flaque où se reflète l’enfer1

Entretien mené par Lola Dartois.

  • Dire le traumatisme

Lors de la vague #metoo vous avez publié sur Facebook un extrait de votre texte Enjamber la flaque où se reflète l’enfer. Cette publication fera écho auprès de nombreuses personnes et sera diffusée très largement, aboutissant plus tard à sa publication papier.  Si le mouvement « Me Too » a été le catalyseur de la publication de ce texte, ce qui a motivé son écriture semble bien antérieur, d’après ce que vous avez expliqué pendant la rencontre littéraire à la librairie La Gryffe, le 5 octobre dernier. Vous aviez appris les circonstances du décès de votre grand-mère, non pas morte en couches mais sous les coups de son époux, votre grand-père. Cette révélation traumatique, qui met en exergue le cercle vicieux de violences sexistes quotidiennes que subissent les femmes de génération en génération, a été le déclencheur de l’écriture de ce témoignage.

Comment est-ce que ce mouvement #metoo en tant que mouvement collectif a résonné en vous pour donner lieu à ce texte singulier ?

Metoo n’a pas « donné lieu » puisque le texte attendait dans mes fichiers depuis un an environ. En revanche, le tout début du mouvement l’a libéré de son secret. J’avais publié sur Facebook un extrait qui a immédiatement été largement partagé et commenté. Les commentaires m’ont encouragée à le publier en entier. Ce que je n’ai fait que plus tard, quand je me suis habituée à l’idée de participer à un mouvement aussi répandu.

Vous disiez, durant l’entretien à la librairie La Gryffe, que « l’écriture est un apaisement pour celles dont la voix ne porte pas loin ». Est-ce que vous considérez que votre voix et votre écriture donnent, dans une certaine mesure, la parole à celles qui n’ont pas la possibilité d’écrire et qui vivent des expériences de vie similaires à la vôtre ? est-ce que la littérature est un amplificateur choral pour les voix minorées ou inaudibles ?

Absolument, parler ou écrire sur les violences subies dans son corps est extrêmement douloureux surtout quand il s’agit de viol. C’est remuer la lame dans une plaie à vif. Suite à la publication [de l’extrait] lors de #Metoo, j’ai reçu via la messagerie des remerciements de personnes, hommes et femmes, qui sont tout à fait capables d’écrire et qui ont l’habitude de la publication, certaines personnes sont des militants…Mais leur message disait, moi je ne suis pas apte à en parler ni à l’écrire. La littérature permet de se parler à soi-même en sachant qu’un nombre insoupçonné d’inconnus vous écoutent.

Vous parlez de votre grand-mère comme de la source d’inspiration qui vous pousse à prendre la plume; mais une autre femme est centrale dans votre texte : votre mère. La mère et sa violence nouent et verrouillent la parole, une mère qui ne protège pas sa fille et qui se transforme en geôlière de ces « prisons intérieures » car elle n’est pas capable d’entendre la vérité dite par l’enfant. Elle s’empare de la violence vécue par sa fille comme d’un tribut qui lui revient, c’est elle à qui l’enfant a fait du mal, elle devient l’enfant, la victime, la personne à plaindre, vous écrivez : « Ma mère a continué à ébruiter mon malheur avec mépris, se plaignait d’avoir une fille stupide ». Vous dites que votre texte « parle de ce que cela veut dire « être adulte » mais quand l’adulte n’agit pas en adulte et je vous cite « Qu’ont-ils tous vécu pour être aussi fragiles face au désarroi d’une enfant abusée ? » Que signifie être adulte pour vous ? et à quel vécu faites-vous allusion quand vous parlez de ces adultes?

Être adulte c’est savoir intimement les limites de l’enfant et de tous les autres autour, enfants et adultes. L’adulte, c’est celui qui est passé de l’autre côté du miroir et qui cesse de se regarder en ne voyant que lui-même dans son reflet, l’adulte est celui qui peut donner la main à l’enfant incapable de traverser seul. Je fais allusion aux viols et attouchements probablement subis par ces adultes (et non-exprimés). Je fais aussi allusion aux peurs irraisonnées liées aux tabous du corps. La mère n’est pas la geôlière, c’est l’enfant qui le devient puisqu’elle ne va pas jusqu’au bout de ce qu’elle veut dire.

  • L’écriture comme une passerelle

On peut diviser le « je » énonciatif en trois figures différentes, il y a l’adulte qui témoigne de son expérience de la violence vécue en tant qu’enfant, il y a la petite fille de neuf ans, figée dans le temps et le silence qui attend dans son « cachot intime » et il y a la figure de l’autrice, celle qui apprivoise ces paroles non dites et craintives grâce à l’écriture et leur permet de sortir de l’ombre. Cette petite fille n’a jamais grandi car l’indicible traumatisme est sans cesse réactualisé au présent.  Vous écrivez « Ce que je n’ai pu avouer n’a pas grandi, reste vulnérable ».

Est-ce que l’écriture est pour vous le lieu de la réconciliation entre l’enfant et l’adulte ? Est-ce le lieu de l’enjambement, l’écriture comme une passerelle ?

Si c’est une réconciliation, elle est loin d’être effective, c’est une tentative d’approche qui n’arrive pas à se concrétiser autrement que par l’écrit. Le préambule est là pour cela, dire que tout cela ne peut figurer à l’oral.

Vous avez publié un recueil de poèmes Je franchis les barbelés2, dans lequel vous évoquez l’exil, la colère que réveille les gouvernements violents et liberticides, la souffrance de partir, des choses qui ne peuvent être dites, des mots qui n’existent pas. Vous travaillez beaucoup l’espace vide entre les mots, et entre les paroles dites et non dites; Le poème n°16 « Il manque à ma langue/ ces mots charnus/ fragiles de ne pas exister […] » parle également de l’indicible, de cet espace qu’aucun mot ne peut combler. Que représente cet espace dans vos textes ? Comment travailliez-vous le silence ?

C’est le silence qui me travaille et j’en souffre. Écrire, remplace la parole mais ne fait pas le poids face au silence imposé. J’essaie d’évoquer le silence sans pour autant le trahir, le silence m’intéresse tant qu’il ne livre pas tous ses secrets. Le silence est matière redoutable pour qui veut relever ses défis.

Avec Enjamber la flaque où se reflète l’enfer, vous évoquez le viol, la violence du déni et de la culpabilité qui pèse sur les épaules des victimes, et la violence sexuelle et sexiste. La première partie du recueil de poème Je franchis les barbelés parle de la violence du déracinement quand la seconde partie s’intitule « Berceuse pour le dieu de la guerre » Comment selon vous, la poésie permet-elle de penser la violence ?

En étant au plus près des moindres petites particules du ressenti quand on connaît et rejette la violence, en la désarticulant avec des images simples faciles à visualiser, en retrouvant un peu de l’univers de l’enfance pour exprimer avec peu de mots et des structures compréhensibles et qui ne rajoutent pas de la difficulté là où l’on est en droit de trouver de l’apaisement, dans l’écrit.

Christine Chaulet Achour avait mis en lumière dans son article « Cet obscur objet de violence : le corps féminin dévoré (Souad Labbize, Yamina Benahmed Daho) » la fréquence de la métaphore spatiale dans les titres de vos œuvres : « Enjamber, franchir, fabriquer une échelle pour aller plus haut, c’est, d’une certaine façon, sortir du confort trompeur de la coquille de l’escargot, sortir de la spirale qui a avalé la vie. »  L’autrice et essayiste Fatima Mernissi qui a écrit Rêves de femmes, une enfance au harem, construit elle aussi dans ce texte un rapport particulier aux limites, aux frontières « La frontière est une ligne imaginaire dans la tête des guerriers. Cousin Samir, qui accompagnait parfois mon oncle et mon père dans leur voyage, disait que pour créer une frontière, il suffit d’avoir des soldats pour obliger les autres à y croire. Dans le paysage lui-même rien ne change. La frontière n’existe que dans la tête de ceux qui ont le pouvoir. »3 Vos œuvres, en particulier Je franchis les barbelés, sont-elles un moyen de dépasser les frontières et les limites pour percevoir la réalité du paysage ?

Pour les ignorer, les exploser, les oublier, faire  en sorte de les mépriser. Découdre le cousu de fil blanc ! Dans mon premier texte, J’aurais voulu être un escargot, Lalla Noubia va fuir avec deux autres femmes et poser un nouvel espace au milieu de rien, loin des frontières et fonder Tounjaz, qui se nourrit de l’espace de deux pays : Tounès ( Tunisie), Jazayer ( Algérie)

La manière dont vous avez superposé le corps des femmes et la parole met en lumière la corrélation entre les deux.  Ils sont confisqués et niés de la même façon par le système patriarcal. Le corps des femmes est confiné à l’intérieur et vous écrivez à propos de ces paroles vouloir « leur coudre des vêtements pudiques pour qu’elles acceptent de sortir. »  Quelle place prend la symbolique du corps et du vêtement dans votre écriture ?

Le corps est partout décrit comme un poids attirant la violence des hommes, c’est un lieu à reconquérir pour l’arracher aux regards intrusifs, aux mains baladeuses, aux paroles blessantes ou humiliantes. Le corps est martyrisé de diverses manières, y compris par des paroles entendues dans la rue peuplée de prédateurs et dragueurs assez violents dans leur harcèlement d’où le rapprochement avec les paroles à habiller car les paroles se sentent dénudées.

Vous avez écrit des romans comme J’aurais voulu être un escargot, de la poésie avec récemment Je franchis les barbelés, A quel genre littéraire diriez-vous que votre texte Enjamber la flaque où se reflète l’enfer appartient ?

Témoignage poétique ou en prose ?

  • Les langues

Dans votre texte Enjamber la flaque où se reflète l’enfer, vous utilisez la métaphore des armoires pour parler de votre rapport au français et à l’arabe. Vous pensez entre deux langues. Vous utilisez par exemple le terme « exploser » qui est une traduction littérale de l’arabe mais qui en français se serait plutôt traduit par « déflorer », ce qui donne une dimension nouvelle à ce mot en français.  Comment votre bilinguisme influence votre travail d’autrice ?

Non, il ne s’agit pas de déflorer mais bien d’exploser que la mère a dit, de manière très violente.

  • La traduction

Vous êtes traductrice : Est-ce que la version arabe du texte qui n’est pas traduit par vous, vous semble toujours la vôtre ? Pourquoi avez-vous tenu à effectuer un travail de relecture de la traduction proposée? Les théories de traductologies actuelles considèrent la traduction non pas comme une imitation mais comme une recréation des enjeux d’un texte dans une autre langue. Comment vous définiriez le travail de traducteur.rice ?

Il m’a semblé que le texte en français n’avait pas été parfaitement compris quant à certaines subtilités, il manquait dans la traduction en arabe ce qui fait la particularité littéraire de ce texte, son caractère.

  • De la mémoire traumatique à la mémoire textuelle (intertextes). 

Vous avez incorporé à votre texte Enjamber la flaque où se reflète l’enfer, une phrase d’un poète Irakien, traduite en français par vos soins, sous la forme d’une anaphore qui rythme le texte, « Rien de grave n’est arrivé depuis que […] » Ce poète Irakien parle de l’expérience de la prison à savoir l’expérience la plus dure de sa vie. Cette phrase signifie que rien de vraiment grave ne pouvait arriver après cela. Vous parlez également de vos « prisons intérieures » créées par l’impossibilité de dire l’expérience traumatique. Qu’est-ce que l’emprunt de cette phrase signifie pour vous ?

L’emprunt est à l’origine de l’écriture de ce texte, comme s’il s’agissait d’un jeu où chacun dit ce qui l’a le plus marqué mais en se tenant dans les limites formelles du premier texte. L’intertextualité ici fonctionne entre 3 pôles, la phrase de Fadhil Al Azzawi, la voix, musique de Kamilya Jubran et mon apport. C’est un triangle.

Vous pratiquez donc l’intertextualité dans vos textes, une intertextualité qui transcende les langues, vous mélangez des références littéraires issues de la culture française et de la culture arabe. Qu’est-ce que cette hybridité peut apporter à l’écriture d’un point de vue linguistique, stylistique et culturel?

Peut-être que ce n’est pas une hybridité à proprement parler, en tout cas l’écriture chez moi se nourrit de mes goûts où tout est important et vital : la langue, les textes, la musique, le jeu, la cuisine…




  1. coll.La Petite Ixe Paris, éd. Ixe, 2019 []
  2. Paris, éditions Bruno Doucey, 2019 []
  3. Fatima Mernissi, Rêves de femmes, une enfance au harem, Ed. Albin Michel, coll. Le livre de poche. 2019 (1ière édition 1998), p 7. []

Écritures contemporaines du vieillissement féminin Rencontre avec Martine Boyer-Weinmann organisée par les étudiant·e·s du master 2 Genre, Littératures, Cultures (GLC)

04/03/2019 –

Entretien mené par Livie Bois de Chesne

Vieillir, dit-elle, une anthropologie littéraire de l’âge, éditions Champ Vallon, 2013 .

À quel âge est-on vieille en 2013 ? Comment les femmes perçoivent-elles l’effet de seuil du processus ? Si Balzac périmait nos aïeules à 30 ans, la réalité vécue est pourtant moins tranchée : George Sand septuagénaire encourage son « vieux troubadour » déprimé de Flaubert, à patienter jusqu’à ce plus bel âge de la vie pour accéder au bonheur. Duras se dit vieille à 18 ans, Beauvoir s’étiole dans ses 20, avant de vivre l’itinéraire à rebours. Leurs cadettes sénescentes confient désormais à leurs journaux intimes l’émoi de leurs reverdies successives et se sentent maintenant assez gaillardes pour renouveler leur jouvence jusqu’au marathon final. Aux anthropologues, philosophes, gérontologues et autres psychologues, les femmes écrivains (Beauvoir, Cannone, Cixous, Detambel, Duras, Ernaux, Huston, O’Faolain, Rolin…) mêlent au XXIe siècle la leçon de leurs voix de papier. Leur lucidité désinhibée libère souvent un gai savoir de crise aux antipodes des idées reçues.

Ainsi vieillir n’est plus l’enfer des femmes prédit par La Rochefoucauld. Si le bal de têtes proustien n’épargne pas nos contemporaines, elles ont désormais pris la plume elles-mêmes pour écorner quelques stéréotypes avec une énergie, une drôlerie, qui le disputent parfois à la lucidité des renoncements. Vieillir est un art du temps, avec ses ruses, ses foucades et ses têtes à queue turbulents. C’est aussi une affaire de style existentiel et d’intelligence du rapport au monde, auquel l’écriture confère une griffe complice.

C’est bien à une anthropologie littéraire de l’âge au féminin que le lecteur est convié dans cet essai de gai savoir, depuis l’effroi de la première ride jusqu’aux surprises ultimes de la connaissance de soi.

Pour écouter l’enregistrement de la conférence-entretien.

Martine Boyer-Weinmann1 est interrogée par Livie Bois de Chesne, étudiante en master 2 GLC.

  1. Professeure de littérature française à l’Université Lumière Lyon 2, chercheure au laboratoire Passage XX-XXI, Martine Boyer-Weinmann est spécialiste des XXe et XXIe siècles et des questionnements (auto)biographiques, particulièrement de femmes-autrices. []

Programmes passés et à venir

Chaque année, le Master Genre, Littératures, Cultures propose deux cours de 21 heures intitulés « Genre et littérature ». L’un d’eux est consacré à la période pré-Révolution française, l’autre à la période post-Révolution française.

2016-2017

« De Christine de Pizan à Olympe de Gouges (XVe–XVIIIe siècles) : la puissance de la parodie en réaction à un discours masculin »

Michèle CLEMENT (PR, littérature de la Renaissance)

Est-ce que la parodie révèle la faiblesse de l’inventivité féminine qui n’a que des modèles masculins pour s’exprimer ? La parodie est un outil critique puissant des discours dominants. Par elle, on s’approprie un discours sans cela hors de portée, on le conteste et on en révèle les manques. Christine de Pizan est une des premières auteures françaises à utiliser la parodie dans un cadre genré pour remettre en cause la vision masculine de l’ordre social. Avec elle, commence le « grand récit de l’émancipation » (Lyotard) qui culminera pendant la période des Lumières, entre utopie, parodie et ironie. Nous étudierons des textes de Christine de Pizan, Marguerite de Navarre, Louise Labé, Marie de Romieu, Marie de Gournay, Gabrielle Suchon et Olympe de Gouges pour analyser la pragmatique de la parodie genrée, dans le cadre de la construction de la première modernité (textes distribués en début de séminaire). Ouverture sur l’histoire de l’art via la peinture et les pratiques des femmes peintres.

« Reconfigurations photolittéraires du féminin et du masculin à l’épreuve des révolutions arabes »

Touriya Fili-Tulon (MCF, Francophonie)

Deux objets photolittéraires : le catalogue de l’exposition Mirages d’Orient, grenades et figues de Barbarie : chassé-croisé en Méditerranée et l’anthologie coordonnée par Wassila Tamzali, Histoires minuscules des révolutions arabes, Paris, Chèvre Feuille étoilée, 2012.

Ces deux ouvrages proposent un éventail de reconfigurations textuelles et iconiques du  féminin et du masculin. Le contexte des révolutions et des différents troubles au Moyen-Orient et au Maghreb a vu émerger différentes formes discursives et artistiques qu’il s’agira d’interroger à la lumière des études de genre. Cette « mise en turbulence » du masculin et du féminin, selon l’expression de l’historienne Kmar Ben Dana, a permis de déplacer « les codes des partitions sociales et sexuées ». Devant les tentatives hégémoniques d’une masculinité envahissante qui cherche à acculer la féminité dans les sphères du voilé et de l’intime, des énergies protestataires tentent de gagner le terrain du symbolique en repoussant les limites de la visibilité. Cette lutte s’inscrit dans une spatialité en perpétuelle reconfiguration que les déplacements humains (migrations, voyages, missions estudiantines…) ne font qu’exacerber.

L’inventivité et l’audace de ces nouvelles reconfigurations interrogent le sacré en tant que séparation en lui opposant la liberté inouïe de l’art et du langage lorsqu’ils investissent des espaces publics comme les murs réels ou virtuels.

L’intérêt de ces deux ouvrages est double : leur étude permet une appréhension originale des questions de sociétés en crise. Les productions discursives et artistiques permettent de diffracter les rapports masculin/féminin en déjouant les hégémonies sur le plan symbolique. Elle autorise par ailleurs une approche transversale et pluridisciplinaire.

2017-2018

« Révolution est-il du féminin ? »

Olivier Ferret (PR, littérature du 18e siècle)

Quelle lecture genrée de la Révolution française peut-on construire ? On connaît la célèbre – et tonitruante – Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, censée constituer le pendant polémique de la non moins célèbre Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. D’autres textes, d’autres images ont cependant été produites et conservées, qui peuvent retenir l’attention. Dans le droit fil des historien·nes, notamment outre-Atlantique, dont les travaux, nourris par les approches critiques des études sur le genre, ont renouvelé l’interprétation de ce moment capital de l’histoire de France, on s’interrogera sur les rapports de genre qui travaillent, réellement quoique souvent sourdement, les interventions, dans l’espace public, des acteurs et actrices de la Révolution. Après avoir distingué les contextes politiques qui caractérisent les moments successifs du processus révolutionnaire, de la prise de la Bastille jusqu’à l’après-Thermidor, en passant par la Terreur, on se demandera ce que l’approche privilégiant les problématiques liées au genre fait apparaître, en terme de représentations idéologiquement situées, dans les productions textuelles mais aussi dans les arts (dans les gravures, au théâtre, au cinéma). On s’intéressera à certaines figures, féminines et masculines, créatrices ou objets de ces productions (Marie-Antoinette, Mme de Genlis, Olympe de Gouges, Germaine de Staël, le duc de Richelieu ou le marquis de Villette, entre autres), ainsi qu’aux citoyen·nes obscur·es, sans voix – ou presque. Afin de ressaisir ces phénomènes dans un continuum historique, on remontera également en amont, en examinant notamment les discours, à l’occasion contradictoires, sur l’éducation des filles tenus, dès les années 1760-1780, par Rousseau, Voltaire, Laclos ou encore Condorcet. En définitive, il s’agira non seulement de questionner l’implication des femmes dans le processus révolutionnaire mais aussi la place qui leur est dévolue – ou assignée – dans les discours, au sens que Foucault confère à ce terme, des femmes et des hommes qui construisent la geste révolutionnaire.

« Ecrire le sexe quand on est une femme »

Marie-Jeanne Zenetti (MCF, littérature du 21e siècle)

Ecrire le corps des femmes, leurs désirs et leurs plaisirs a longtemps été considéré comme une affaire d’hommes. Ce séminaire, consacré à l’étude d’autrices contemporaines qui prennent en charge la représentation littéraire des pratiques sexuelles et des rapports sociaux de sexe (Virginie Despentes, Annie Ernaux, Catherine Millet), souhaite interroger un tel geste de réappropriation. En s’intéressant notamment à la réception, polémique, de ces œuvres, souvent pensées en termes de « scandale », de « provocation », voire de « vulgarité », il s’agira de questionner les normes littéraires et sociales qui définissent les territoires de l’obscène, et le partage entre intime et politique.

2018-2019

« Femmes mystiques et ‘‘mâle Moyen Age’’ »

Marie-Pascale Halary (MCF, littérature du Moyen-Age)

Depuis quelques décennies, les études de genre ont aussi porté leur intérêt sur la littérature médiévale. Pour cette période que Georges Duby qualifie de « mâle Moyen Age », on a ainsi repéré un ensemble de textes singuliers : attribués à des femmes qui se situent souvent en marge de l’institution (par leur sexe mais aussi parce qu’il s’agit souvent de béguines), ces textes disent l’amour spirituel, non pas en latin, mais dans différentes langues vernaculaires. Autour de figures comme celles de Marguerite Porete (condamnée à être brûlée comme hérétique en 1310), de Mathilde de Magdebourg ou de Béatrice de Nazareth, la critique a ainsi distingué une « mystique féminine », qui est aussi une « mystique sans frontières » à l’échelle européenne.

On s’interrogera sur la manière dont on peut articuler les différentes variables que sont le genre (masculin/féminin), la langue (latin/vernaculaire), le rapport à l’institution (dedans/dehors) et la nature du propos. Pour une période où les clercs, maîtres du latin, détiennent le monopole exclusif du rapport au sacré, peut-on, par exemple, établir une relation entre le choix du français, le genre des autrices et le type de discours qu’elles tiennent ? On questionnera également, de manière critique, la constitution de ce corpus de « femmes mystiques », désormais bien admis dans les études médiévales : est-ce la découverte de ces textes et de leurs points communs qui impose une lecture genrée ou est-ce cette interprétation qui construit – voire fabrique – son objet ?

« Editer L’Opoponax (1964) »

Yannick Chevalier (MCF, grammaire et littérature du 20e siècle)

L’entrée en littérature de Monique Wittig se fait par un double coup d’éclat : en novembre 1964, son premier roman, L’Opoponax, reçoit le Prix Médicis décerné par un jury composé de Claude Simon, Marguerite Duras, Nathalie Sarraute, l’emportant haut la main sur d’autres concurrent.es (dont La Bâtarde de Violette Leduc, pourtant soutenue par Simone de Beauvoir). L’Opoponax détonne aussi en évacuant, dès sa première phrase, les poncifs sur la « différence-des-sexes », et met en récit une subjectivité d’enfant lesbienne quelques années après que la législation française de la République a classé l’homosexualité parmi les fléaux sociaux (Amendement Mirguet, 1960).

La parution de L’Opoponax marque donc un tournant important dans le champ littéraire des années 1960, où les partisan.es du Nouveau roman l’emportent sur les tenant.es de l’existentialisme, et où l’engagement tel que théorisé par Sartre cède la place à de nouveaux modes d’intervention politique de la littérature, par le biais notamment d’une réflexion sur la portée idéologique des formes.

Ce séminaire s’attachera d’une part à une contextualisation historique et esthétique de L’Opoponax, par l’étude en particulier de la réception de cette œuvre dans la presse de l’époque et les stratégies de positionnement des auteur/trices dans le champ littéraire (Bourdieu), et d’autre part à un examen philologique des « procédés » langagiers (Chklovski) construisant politiquement et esthétiquement un style s’affrontant à l’universel. Ce faisant, à partir de l’exemple de L’Opoponax, il s’agira d’interroger comment on peut éditer les classiques du 20e siècle.

2019-2020

Féminisme vague zéro ? (XVe-XVIIe siècles)

Michèle Clément (PR, Littérature de la Renaissance)

Le féminisme a construit son histoire en se pensant par vagues successives, dont il ne saurait être question avant le milieu, voire la fin du XIXe siècle. Qu’en est-il pour les siècles précédents, quand des discours de femmes et d’hommes se font entendre sur la scène publique pour revendiquer des espaces propres, voire des droits pour les femmes ? « L’émancipation » est alors difficilement pensable, les voix restent isolées, l’espace public et l’espace privé, le collectif et l’individuel ne se pensent pas sur le mode moderne (acquis avec la pensée des Lumières et la disparition des trois ordres de la société). Quels sont les concepts qui vont permettre de penser ce « féminisme de la vague zéro » ? Comment l’appréhender sur plusieurs siècles quand chaque vague du féminisme ne correspond qu’à quelques décennies ? En analysant des textes de Christine de Pizan, Marguerite de Navarre, Henri Corneille Agrippa, Georgette de Montenay, des dames Des Roches, de Marie de Gournay… nous identifierons l’outillage intellectuel (rhétorique, fictionnel, historiographique, iconographique…) que mettent en place ces pionnières et pionniers pour revendiquer un espace ouvert à l’action des femmes.

Corps exposés

Touriya Fili-Tullon (MCF, Francophonie)

Les images sont nombreuses, qui permettent d’exprimer ce qui se joue dans la tentative de saisir le corps en tant qu’élément central de l’être au monde. Or, si le corps semble se prêter à toutes sortes de représentations, il n’en demeure pas moins un « objet » soumis à une « indétermination radicale dès qu’on essaie de le définir », constate José Gil[1]. Par ailleurs, la prolifération des images autour du corps ne va pas sans les dispositifs de montage qui en orientent la réception, permettant parfois de renégocier les limites de montrable et du dicible. C’est ainsi que les photographies coloniales redéployées dans ce qu’il faut bien appeler un beau-livre, Sexe, race et colonie[2], ont provoqué une polémique autour de la ré-exposition des corps dominés, et ni l’objet d’étude ni l’intention académique n’en semblent sortis indemnes.

Ce séminaire s’intéressera à différentes productions littéraires et photolittéraires qui appréhendent le corps comme espace sémantisé de jeux et d’enjeux de domination et de résistance. Comment la littérature et la photographie tentent d’objectiver le corps tout en lui accordant cette capacité de se soustraire à toute saisie ? par quelles précautions rhétoriques, quels balisages codifiés donne-t-on à lire et à voir en jouant avec les normes des représentations collectives ?


[1] Gil José, Métamorphoses du corps, Paris, Éditions de la Différence, coll. « Essais », 1985.

[2] Sous la dir. de Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Gilles Boëtsch, Christelle Taraud, Dominic Thomas. Préf. d’Achille Mbembe, Jacques Martial. Postf. de Leïla Slimani. Sexe, race et colonie, Paris : La Découverte, 2018.

Lectures d’été

Voici quelques propositions de lectures critiques pour commencer à découvrir le très vaste champ des études de genre et littérature.

Moyen Age

  • Chants d’amour des femmes-troubadours. Trobairitz et chansons de femme, dir. Pierre Bec, Paris, Stock, « Stock Moyen Âge », 1995.
  • Femmes troubadours de Dieu, dir. Georgette Épiney-Burgard et Émilie Zum Brunn, Turnhout, Brepols, « Témoins de notre histoire », 1988.
  • Voix de femmes au Moyen Âge : savoir, mystique, poésie, amour, sorcellerie (xiie-xve siècle), dir. Danielle Régnier-Bohler, Paris, Robert Lafont, 2006.
  • Klapisch-Zuber, Christine, « Masculin/féminin », dans Jacques Le Goff et Jean-Claude Schmitt (dir.), Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, Fayard, 1999, p. 655-668.
  • Lauwers, Michel, « L’institution et le genre. À propos de l’accès des femmes au sacré dans l’Occident médiéval », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 2 (1995), mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 03 février 2015.
  • Lett, Didier, Hommes et femmes au Moyen Âge. Histoire du genre (xiie-xve siècle), Paris, Armand Colin, « Cursus Histoire », 2013.

16e siècle

  • Histoire de la virilité, sous la dir. d’Alain Corbin, de Jean-Jacques Courtine et de Georges Vigarello, 3  vol., Seuil, 2011 (Points Seuil, 2015 pour la version de poche)
  • Une Histoire des sexualités, sous la dir. de S. Steinberg, PUF, 2018
  • Joan DeJean, Sapho. Les fictions du désir 1546-1937, trad. par F. Lecercle, Hachette, 1994 [édition originale : 1989]
  • Gary Ferguson, Queer (Re)Readings in the French Renaissance. Homosexuality, Gender, Culture, Aldershot, Ashgate, 2008 (en partie sur Google books)
  • Floyd Gray, Gender, Rhetoric and Print Culture in French Renaissance Writing, Cambridge University Press, 2000
  • Nathalie Heinich, Les Ambivalences de l’émancipation féminine, Paris, Albin Michel, 2003
  • Christine Planté « Voilà ce qui fait que votre e est muette », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 11 | 2000, consultable ici
  • Christine Planté, La Petite Sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, PUL, 2015, (nouvelle édition révisée, première éd. : 1989, Seuil)1
  • Pascal Quignard, Le Sexe et l’effroi, Gallimard, 1994 (puis Folio)
  • Joan W. Scott : « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Cahiers du GRIF, 1988, n° 37-38, p. 125‑153 (en ligne sur Persée ici ; éd. originale : 1985)
  • Le lexique socius,  en particulier l’entrée « Genre » (en ligne ici)
  • Liv Strömqhist, L’origine du monde, 2016 (BD traduite du suédois)

17e siècle

  • Fortunée Briquet, Dictionnaire historique des Françaises connues par leurs écrits (éd. Nicole Pellegrin), Strasbourg, PUS, 2016
  • Dufour-Maître, Myriam, Les Précieuses. Naissance des femmes de lettres en France au xviie siècle [1999], éd. revue, corrigée et augmentée, Paris, Champion Classiques, « Essais », 2008.
  • Gargam, Adeline, Les Femmes savantes, lettrées et cultivées dans la littérature française des Lumières ou la conquête d’une légitimité (1690-1804), Paris, Champion, 2013.
  • Grande, Nathalie, Stratégies de romancières : de « Clélie » à « La princesse de Clèves » (1654-1678), Paris, Champion, 1999.
  • MacLean, Ian, Woman Triumphant: Feminism in French Literature (1610-1652), Oxford, Clarendon Press, 1977.    
  • Timmermans, Linda, L’Accès des femmes à la culture (1598-1715) : un débat d’idée de Saint François de Sales à la Marquise de Lambert, Paris, Champion, 2005. 
  • Les voix du « genre ». Rapports de sexe et rôles sexués (xvie-xviiie siècles), Florence Lotterie (dir.), Littératures classiques, n°2, 2016.   

18e siècle

à venir

19e siècle

à venir

20e siècle

– Editions à se procurer avant le cours (et à lire) : Leila Slimani, Dans le jardin de l’ogre, Paris, Gallimard, 2014.

Bouraoui, Nina, Garçon manqué, Paris, Stock, 2000.

Extraits mis à disposition sur l’ENT :

Battal, Rim, Latex, Lanskine, 2017.

Labbize, Souad, Enjamber la flaque où se reflète l’enfer, Paris, iXe, 2018.

Benchemsi, Rajae, Fracture du désir, Arles, Actes Sud, 1999. 14

Nedjma, L’Amande, Paris, Plon, 2004.

Sebbar, Leïla, Christelle Taraud et Jean-Michel Belorgey, Femmes d’Afrique du Nord, Cartes postales (1885 1930), Paris, Bleu autour, 2006.

Slimani, Leila, Sexe et mensonges. La vie sexuelle au Maroc. Paris, Les Arènes, 2017.

Taïa Abdellah, L’armée du salut,  Seuil, 2006.

– Bibliographie de travail :

Isabelle Beaulieu et Joseph J. Lévy, « Tourisme, sexualité et érotisme dans quelques romans contemporains », Téoros [En ligne], 22-1 | 2003, mis en ligne le 01 mai 2012, consulté le 02 juin 2019.

URL : http://journals.openedition.org/teoros/1837

    Belmenouar, Salfia et Marc Combier, 2007, Bons baisers des colonies : images de la femme dans la carte postale coloniale, Paris, Alternatives.

Blanchard, Pascal, Bancel, Nicolas, Boëtsch, Gilles, Taraud, Christelle, Thomas, Dominic (dir.),  Préf. d’Achille Mbembe, Jacques Martial. Postf. de Leïla Slimani. Sexe, race et colonie, Paris : La Découverte, 2018.

Breton, David, L’adieu au corps, Paris, Métaillé, 1999.

Detrez, Christine, «  » A corps et à cris : résistances corporelles chez les romancières algériennes contemporaines  » » in Daoud Mohamed (dir.), Ecriture féminine : réception, discours et représentations, Editions Crasc, 2010.

______________ « Femmes voilées, femmes dévoilées. Déconstruction de l’exotisme et ambiguïtés », Dalhousie French Studies, Dalhousie University, janvier 2009

Dorlin, Elsa, La Matrice de la race, La découverte, 2006.

Gil, José, Métamorphoses du corps, Paris, Éditions de la Différence, coll. « Essais », 1985.

Mernissi, Fatima, Le harem et l’Occident, trad. Marie-France Girod, Essais-Albin Michel, 2001..

Pahud, Stéphanie,  « Le corps exhibé : un texte singulier du féminisme quatrième génération », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 18 | 2017, mis en ligne le 27 septembre 2017, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/aad/2338 ; DOI : 10.4000/aad.2338

  1. Vous pouvez acheter ce livre directement à la boutique des PUL, sur le campus Berges du Rhône. Si vous êtes étudiant.e inscrit.e à Lyon 2, vous bénéficiez de 5% de réduction []

Genre, littératures, cultures

Des comics aux échanges épistolaires de Céline, des textes de rappeur/euses français.es aux contes d’Afrique de l’Ouest, les jeunes chercheur/euses du Master Genre Littératures Cultures (GLC) de l’Université Lyon 2 travaillent sur les littératures de toutes époques avec les lunettes du genre (au sens de gender). Cette formation en lettres articule études sur le genre et études littéraires. Elle s’interroge sur des problématiques au cœur de l’actualité, comme la promotion de l’égalité dans les études littéraires, l’analyse du sexisme, de l’homophobie et de toutes les formes de discriminations dans les pratiques herméneutiques, littéraires et culturelles ou encore les enjeux de la mixité comme outil de construction des corpus d’analyse et des objets de recherche. Nous proposons un tour d’horizon du potentiel du Master GLC à travers nos différents sujets de mémoire avec une ouverture sur l’actualité de la recherche. Notre page est ouverte à des participations extérieures.